Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Twilight

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 29 juin 2013

Samedi sexiste (2)

Les héroïnes d'histoires de vampires, c'était mieux avant !
(Dit la fan de Buffy qui passait ses samedis devant M6)

Et parce qu'une bonne photo vaut mieux qu'un mauvais discours...

Samedi-Sexisme-Twilight-vs-.gif
(Source : le grand internet mondial et une Potato-trad' Pourrite)


mardi 20 avril 2010

Et une Patate grillée, une !

cabine.jpg Oui, je sais * soupir *
Ca me reprend tous les ans, comme une envie de pisser tous les printemps quand le soleil réapparaît et que mon teint d’endive en devient presque phosphorescent à force d’être blanc (Tu as vu Twilight ? Ben j’aurais pu jouer dedans sans le moindre trucage) :
j’ai des envies d’UV.

Sauf que cette année, mon envie je l’ai assouvie. Oui !

Je sais, je sais * re-soupir *
Les UV c’est le mal, ça file des rides, ça donne le cancer, ça mange les petits z'enfants, * tagada tsouin tsouin * je connais le refrain, je vous dispense de venir me le chanter en commentaires.
(Surtout si tu es fumeur ami lecteur, alors là tu ferais mieux de te taire paske mes grains de beauté ne risquent guère plus que tes alvéoles pulmonaires, je te ferais humblement remarquer)
Excommuniez-moi de votre agrégateur, unfollowez-moi sur Twitter, jetez-moi des pierres tubes de crème solaire, j’ai péché, j’ai fait des UV. Bon, ça y est ? C’est digéré ? Je vais pouvoir vous raconter comment c’est trop un complot et qu’on m’y a forcée ? ;-)

C’est que voyez-vous, depuis l’an dernier, j’ai déménagé.
Et ce n’est pas fait exprès mais j’ai déménagé à proximité d’une boutique qui vend les UV en bancs. Z’ont qu’à pas en ouvrir à tous les coins de rue, aussi…
Cette boutique je ne l’aurais cependant jamais remarquée si l’autre jour je n’étais rentrée à pied sur la dernière partie de mon trajet, obéissant en ceci aux conseils z’éclairés de ma toubib : «Pataaaaate ! Tu es toute molle et flagada, dorénavant une demi-heure par jour tu marcheras ».
Alors je marche presque tous les jours… Au moins pfffiouuu, 12 minutes. Dans une rue commerçante, flexion de la CB, extension du découvert * et une et deux, et une et deux, on souffle *

Et dans cette rue donc, il y a un repaire de féroces bancs solaires.
Vous voyez comme déjà c’est un peu la faute du corps médical si je me suis fait piéger ? ;-)
Car ils m’ont piégée les saligauds, attaquée à coups de grand panneau publicitaire, cernée de promos, appâtée avec un bôgosse doré à point derrière la verrière, et pour finir ferrée, grâce à leur banc tout doux spécial culs blancs débutants que t’as l’air conditionné et même la musique dedans.

Patate blafarde et faible que je suis, j’ai craqué.
Un démaquillage et 4 euros plus tard, je me suis installée pour 10 minutes à oualpé allongée sous la lampe à UV, avec les lunettes de plongée bien calées sur le nez… et tout de même une légère trouille de griller. Ca chauffe là, non ? Ca picote aussi tiens, c’est normal ou bien ? Et si la machine oublie de s’arrêter et que je meurs brûlée au douze millième degré ? * frisson d’horreur *
Et si elle ne s’ouvre pas à la fin et que bôgosse-doré-à-point est obligé de venir extirper à l’ouvre-boîte une pov’ Patate toute traumatisée ? Mmmmh, traumatisée et totalement à oualpé, au fait. Oh non dis, ce serait trop bête… * frisson pas vraiment d’horreur *

Malheureusement, la machine s’est arrêtée (Et ouverte sans le moindre souci) pile au moment où je m’apprêtais à jouer les tubercules en détresse auprès du pompier de service. Damned, on ne peut même plus risquer ses pluches tranquille…


Potato-Scriptum : je n’ai évidemment pas cramé au douze millième degré, je n’étais même pas rouge en sortant.
J’ai quand même consciencieusement crêmé chaque cm² de pluches que j’arrivais à toucher (étant loin d’être souple, je risque le cancer de l’omoplate droite) et me suis tartiné le visage de l’échantillon d’anti-rides-spécial-vieil-éléphant que la grognasse de caissière m’avait refilé la dernière fois chez Sephora (La p*te, virez-laaaaa !).

N’empêche que là ça fait une journée et on ne voit absolument pas que j’ai pris une dose homéopathique d’UV. Je pense que la prochaine fois qu’il me prend l’idée de marcher, je vais y retourner



lundi 15 février 2010

Pour le vampire, et le meilleur

(Je suis TROP fière de ce titre)
(Pitié, dites-moi que personne ne l'avait encore fait!)

trueblood1.jpg
La Patate a toujours adoré les histoires de vampires et ne manquait jamais de se coller devant la 6 à la grande époque de Buffy la tueuse (je confesse une coupable fascination pour Spike, le bad boy peroxydé à la canine aiguisée), elle est donc ravie de ce retour à la mode du suceur de sang.

J'ai vu les Twilight, comme tout le monde (On s'y laisse prendre mais c'est quand même un peu de la grosse daube à peine bien filmée, soyons honnêtes), je suis en train de lire les bouquins (Légèrement moins daubesques, si l'on excepte l'usage de l'imparfait du subjonctif ad nauseam dans le 1er tome ... Y a des traducteurs des fois, il faudrait leur couper les doigts!), mais nous n'allons pas ici parler de Robert "pré-ado" Pattinson dont il faut sans doute avoir 14 ans pour être fan.

trueblood2.jpgLe vampire bien lisse, propre sur lui et tout bien politiquement correct, très peu pour moi.

Nous alllons parler de Stephen Moyer, alias Bill Compton. Bill "vampire" Compton, le ténébreux suceur de sang du Sud ...

Hein que ça donne envie de se faire dévorer?

Manque de bol il ne vous touchera pas, il a décidé de se fondre dans la masse ("mainstreaming", que ça se dit, même) et de ne plus (trop) boire de sang humain.

Il faut peut-être préciser que les vampires sont sortis du placard et ont fait leur grand coming-out télévisé devant les humains: ils ne sont plus un mythe mais une réalité, qui fascine ou fout la trouille, selon que l'on est un(e) "fang-banger" (Argot désignant celles et ceux qui fréquentent les bars à vampires dans l'espoir de se faire baiser mordre) ou un prédicateur bigot qui appelle à l'extermination de ces créatures aux moeurs contre-nature (Toute ressemblance avec de l'homophobie n'est évidemment pas fortuite, et pan dans vos dents, les intolérants!!)

A la place de sang humain, les vampires se désaltèrent avec ceci ...
(Servi chauffé au micro-ondes à 37° dans tous les bars vampire-friendly)

trueblood4.jpg
(Et on prononce "twoubleuuud" siouplé, le "trrroubloude" façon ma belle-soeur, ça écorche pas mal les oreilles)

On regarde en VO évidemment, parce que à-mort-le-doublage-censurage et que la vraie voix veloutée de Bill le vampire, comment dire ... mmmmmh quoi!* frisson *

Assez perplexe au premier épisode, j'ai plongé tête la première dans l'univers de la petite ville de Bon temps (trou perdu du Sud des USA, tu imagines comme les gens y sont éclairés et tolérants envers leurs voisins vampires dont ils découvrent l'existence?) et j'ai complètement craqué. Il me faut la saison 2, et vivement la 3 qui doit être en cours de diffusion sur HBO (?).
Le postulat de départ est original (Et encore, s'il n'y avait que les vampires!), la galerie des personnages est extrêmement variée et le côté vénéneux de toute la clique vampiresque est franchement fascinant.
C'est plutôt sex and blood and rock'n'roll (Coincés du tubercule, s'abstenir), avec de vrais personnages qui se complexifient au fil des épisodes, et plein de ressorts comiques qui viennent alléger la tension ... mélange hautement addictif.

Sans oublier une jolie histoire d'amour romantique et torturée entre Bill et la jolie Sookie, pour ravir les Patates midinettes.
Sookie Stackhouse d'ailleurs, c'est un cas: jolie blonde à la voix super énervante et à l'air super niais, on apprend finalement à la connaître et à l'apprécier. (Surtout que contrairement à Bella ou Buffy, toute vierge qu'elle soit, elle ne joue pas les effarouchées, elle!).

Oh, et je vous ai parlé du générique de la mort qui tue??!!
trueblood3.jpg Et de Bill Compton le beau ténébreux à crocs dont je suis accro? (Oui elle est nulle, je sais, même pas honte)


Ah ouais, j'ai peut-être dû le mentionner en passant.


Mais avouez que ça donne envie d'être dévoré(e), non?

Je VEUX la saison 2 je vous dis!!



Grrrrr

Potato-Scriptum: on me souffle dans l'oreillette des commentaires que cette série est le nouveau bébé de monsieur Six feet Under ... pas étonnant qu'elle soit aussi bien léchée et que j'aie tout de suite accroché.