Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 21 décembre 2016

Grincheuse de fin d'année... Ou pas (fin)

Or donc, les Patateries de l'Avent passées, je t'avions expliqué que certes, j'étais devenue un Grinch, mais que quand même, je n'étais pas 100% grincheuse en décembre et qu'il y avait même des tas de trucs que j'aimais bien à l'approche des fêtes de fin d'année.

Il est maintenant temps pour moi de te l'avouer: ce que je PRÉFÈRE en décembre, ce sont les chants de Noël qui envahissent l'air en même temps que les odeurs de vin chaud et de marrons grillés. Je suis culcul-la-praline, j'assume, j'aime TOUT.

Les chants traditionnels fleurant bon le santon et la messe de minuit (Oui, toute mécréante que je sois, il m'arrive de fredonner "ilénéledivinenfant" en marchant le soir dans le froid, toute seule comme une débile, parce que les vitrines sont décorées de boules et de guirlandes et qu'il y a de belles lumières tendues entre les immeubles), les chansons anglo-saxonnes (Deck the hall with bows of holly, fa la la la la la la la laaaaa) ou les kitscheries de Tino Rossi et de Claude François que Maman Patate nous mettait sur le tourne-disque pendant qu'on décorait le sapin.

Cloco-Noel.gifCar peu de gens s'en souviennent mais dans les années 70, suivant la tradition américaine de "l'album de Nowel" bien consumériste mais délicieusement kitsch, Claude François a sorti quelques chansons à base de grelots, de cloches, d'anges de nos campagnes et d'enfants dodus aux joues roses pleins de bons sentiments...

Sur une étagère de la maison familiale, dans la chambre de Petite Patate, il y a encore ce 45 tours ===>

Un "livre-disque" comme on en sortait à l'époque pour les enfants, avec une jolie pochette et de mignonnes illustrations pour accompagner les paroles.
(Aaaaah Le Ménestrel et ses 45 tours de "rondes enfantines" !).

Et si tu veux t'offrir un trip down memory lane, ou te faire saigner les tympans, tu peux cliquer (A tes risques et périls)...



Mais ce que je préfère PAR DESSUS TOUT, encore plus que l'indémodable tube de Wham (Laaaaast Christmas, I gave you my heaaaart, but the very next day, you gave it awaaaaaay), ce sont les chants de saison jazzy de crooners comme Frank Sinatra, Harry Connick Jr ou plus récemment de Michael Bublé.
Ambiance Love Actually et Quand Harry Rencontre Sally, tu vois...

Les White Christmas tout doux, les Jingle Bells qui swinguent, les Winter Wonderland qui groovent et autres Let it snow, let it snow, let it snow qui sentent le feu de cheminée, les rires et le chocolat chaud au retour d'une après-midi de luge ou de rando dans la neige. J'adooOOOoore !
YouTube regorge de playlists de Noël qui peuvent pendant des heures faire saigner les oreilles de tes collègues de bureau (Patate Pourrite Powaaaaa) mettre de la joie dans ton coeur et de la chaleur dans ton intérieur.

S'il n'était pas tellement matraqué sur la toile depuis un mois, je te dirais que j'aime aussi le désormais classique All I want for Xmas is you, mais franchement je n'en peux plus de cette "vidéo virale" où Mariah Carey se la joue diva dans une voiture avec le gratin pop du moment qui lui sert la soupe pendant qu'elle nous colle ses seins siliconés dans le nez.

A la place, regarde ce que je t'ai trouvé...


N'est-ce pas choupinet ?
Un délicieux mélange de plantes et d'arôôômes (Tiens, je l'avais oublié, ce réflexe conditionné) d'esprit de noël et de Tim Burton, mâtiné d'un zeste de pop. Ça sonne un peu comme les Jackson Five et ça se laisse gentiment écouter en sirotant un thé.

(Comme par exemple ma surprise de l'Avent n°21 : le Saint James O.P., un thé noir du Sri Lanka, qui laisse un bien agréable arrière-goût de miel dans la bouche. Si on m'avait dit que les thés non aromatisés pouvaient avoir de tels arômes, je m'y serais mise plus tôt !)


dimanche 11 décembre 2016

Petit goûter de décembre (2)

Avent-2016-J11.jpg
J'aurais bien envie de te dire que celui-là est moins calorique que le précédent, mais en fait je ne suis pas très sûre.

Une mandarine (Ou clémentine, je t'avoue que je ne me souviens jamais de laquelle est sans pépins) ça peut encore aller, mais une boîte entière de petits canelés surgelés, à 275 calories les 100 grammes, je me demande...
(Oui, l'autre jour j'ai fait une razzia chez Picard, tu es observateur lecteur de mon coeur) (Et donc, je confirme notre divergence sur la notion de portion: 9 mini-canelés c'est JUSTE BIEN pour le goûter d'un seul tubercule)

Et sinon Patate, c'était bon?
Alors oui, mais bof. Contrairement aux macarons surgelés où franchement on dirait des frais, si tu n'as jamais mangé de canelés, va te faire voir chez les Bordelais ne commence pas par ceux de chez Picard, car ils sont plutôt moyens. Ils ont cependant le mérite d'être facilement à portée de main, vite cuits, et de bien se laisser manger tièdes au sortir du four avec une tasse de thé.


Comme par exemple, le rooibos des vahinés qui embaume le Patat'home de cette douce odeur de sucre vanillé en sachet, qui me rappelle immanquablement ces dimanches de fête où Maman Patate faisait des crêpes et où Petite Patate avait l'immense responsabilité de les sucrer au mélange fin-vanillé (Alsa exclusivement, les sachets jaune pisseux, tradition familiale), avant de les rouler sans en bouffer la moitié et de les aligner en rang par 12 empilés façon Jenga toujours sans en boulotter la moitié.

Qui dit "rooibos" dit "pas de théine" donc parfait pour la fin de journée.
Un délicat mix d'amandes et d'arôme de vanille avec des pétales de souci pour faire joli. Rien de franchement original mais ça sent VRAIMENT comme quand tu ouvres un sachet de sucre vanillé, et perso j'adore ce voyage en enfance.

Hasard du calendrier ou alignement favorable des planètes, pour l'instant elles tombent drôlement bien, mes surprises de l'Avent.


Et sinon, pour lutter contre le blues du dimanche soir, en cette semaine de pic de pollution (Oh la bonne excuse pour ne toujours pas reprendre la course à pied, Patate Pourrite!), je te partage ci-dessous mon fou-rire du week-end: la chanson de Frédéric Fromet sur la mesure phare de la semaine écoulé, la circulation alternée.

Frédo, décidément je t'aimeuuuuuh.

(En plus J'ADORE les lac du Connemara, c'est ma chanson préférée de Patate bourrée qui fait du karaoké)


vendredi 02 décembre 2016

TGIF (14)

Avent-2016-J2.jpgPataterie de l'Avent n°2...

D'abord, ma surprise du jour: un sachet de Sencha Ariake, un thé vert japonais qui constitue apparemment une bonne initiation au thé sencha vu qu'il est très doux (Je confirme, c'est Potato-testé).

Ça tombe bien, après des années de consommation de thés aromatisés, je deviens peu à peu curieuse des "vrais" thés, ceux qui ont du goût par eux-mêmes. Non que je sois encore prête à tous les apprécier, mais je ne les évite plus comme autrefois.

Je me suis donc préparé une théière ce soir en rentrant du boulot... Pas de bol, le site internet m'apprend que ce thé "est idéal le matin et recommandé pour la concentration. C'est aussi un thé riche en antioxydants, parfait pour un lendemain de fête !"
Trop taaaaaaard :-)
(Il était cependant très bon pour accompagner ma boîte de macarons de chez Picard que franchement si tu sais pas que c'est du surgelé tu croirais des frais)

Et sinon, comme c'est vendredi et que je ne suis sans doute pas la seule à avoir besoin de me détendre, je te reposte ici une vidéo politico-satirique que j'avais partagée sur Twitter il y a quelques jours, tellement elle m'a fait éclater d'un rire aussi spontané qu'incontrôlable.
(Et en ces temps encore plus troublés que l'an dernier, c'est un bel exploit)

(Les Forbans dans la tête tout le week-end, je décline toute responsabilité)


mardi 19 avril 2016

Faille spatio-temporelle

... En forme de blind test.

Cela s'appelle Massive Music Quizz et je ne remercie ab-so-lu-ment pas la copine qui me l'a fait découvrir.
Du coup je partage, for-cé-ment. * Patate Pourrite Powaaaaa *

Je suis une killeuse en variété française et j'ai le modjo de la catégorie années 80.
J'ai aussi... une montagne de vaisselle sale dans l'évier, de repassage et de sommeil en retard, sans parler des blog-notes avortées, pour cause de "allez, encore une partie et puis je vais me coucher".

D'ailleurs, j'y retourne, vous permettez monsieur, que j'embrasse votre fille ?


lundi 01 février 2016

Monday

C'est aujourd'hui lundi, jour honni s'il en est.
Mais c'est aussi le titre de ce morceau de piano qui est, depuis quelques années, mon absolu-préféré-de-l'univers-du-monde-entier (Je ne sais pas si tu visualises bien le degré d'enthousiasme, là ?) : Monday.

J'ai du mal à croire que je ne t'en aie jamais parlé, à vrai dire - pure figure de style : vu mon talent de procrastinatrice en général, et en particulier bloguesque, j'y crois tout à fait - tellement cette pièce de piano m'a remuée la première fois où je l'ai entendue. C'était à la fin d'un cours de yoga que je suivais à l'époque, le prof mettait de la musique pendant le savasana***, et un jour il a mis cela.
(***la posture finale, dite "du cadavre", où l'on se relaxe, les yeux fermés, allongé sur le dos)

Je ne sais toujours pas l'expliquer, tout d'un coup en plein milieu de la salle et de ces cadavres inconnus occupés à respirer, une grosse boule m'est montée du ventre jusque dans la gorge, un truc de malade, totalement incontrôlable, et je me suis mise à pleurer.
J'avais les yeux fermés, les oreilles ouvertes, et je pleurais en silence, au son de ce morceau dont je ne connaissais pas encore le nom mais qui avait déclenché une telle tempête émotionnelle qu'après le cours, j'ai bravé ma timidité pour aller demander CE QUE C’ÉTAIT QUE CETTE MERVEILLE !


C'est Monday, de Ludovico Einaudi.
Et ça reste mon morceau de piano absolu-préféré-de-l'univers-du-monde-entier, même si depuis, j'ai gougueulé la discographie complète du bonhomme et que j'en adore les trois quarts. Je te cite Wikipedzouille : "compositeur et pianiste italien dont les pièces sont réputées pour leurs mélodies". Voilà, c'est tout à fait ça.

J'ajouterai qu'il est toujours vivant, je l'espère pour encore longtemps (Oui, c'est à toi que je cause, 2016 : tiens-toi à carreau !) et que j'étais apparemment la seule Patat'inculte à ne pas le connaître alors que nombre de ses compositions ont été récupérées par la publicité et le cinéma, notamment dans la BO du film Intouchables.
A ma décharge, je ne regardais déjà plus tellement la télé, et je n'ai vu Intouchables que longtemps après tout le monde.

Bref, il y a de grandes chances pour que tu connaisses déjà.
Ce n'est pas grave.

Je te laisse savourer ces quelques cinq minutes de piano, qui m'accompagnent souvent dans les écouteurs, quand j'ai besoin de mélodies réconfortantes pour supporter les transports en commun, couvrir le bruit de mes voisins... Ou tout simplement adoucir les lundis, les chagrins, voire les lundis chagrins comme celui-ci.


- page 2 de 12 -