Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Fringues

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 14 novembre 2015

Les chatteries du samedi (41)

Depuis que Miss PotatoCat est entrée dans ma vie, j'ai découvert tout un univers dont j'ignorais l'existence.

J'ai appris des choses, j'ai passé plus de temps à ramasser (Voire observer !) des crottes que je ne l'aurais JAMAIS imaginé, je me suis habituée à avoir toujours une ou deux marques de griffes ou de dents en cours de cicatrisation, j'ai décoré mon entrée avec les étagères les plus moches du monde, et surtout, j'ai changé pas mal de mes comportements.

J'en ai même développé de nouveaux, comme celui de récupérer tous les sachets en plastique de la création.
Je réponds toujours oui quand on me demande "Vous voulez un sachet ?" dans un magasin, je suis cette fille étrange qui va te dire "Tu ne fais rien de ton sachet plastique là ? Ça ne t'ennuie pas si je le prends ?" et dont tu te demanderas si elle n'a pas pété un plomb avec sa nouvelle collection.
Car je collectionne les sachets en plastique; les petits, ce sont les mieux (Mais pas les sachets de vêtements, ils font des trous dedans ! Comme si les fringues avaient besoin de respirer).

Je te rassure, je ne les mange pas, et sans doute que les propriétaires esclaves de chats vivant en appartement ont déjà compris où je veux en venir...


Je les recycle, évidemment.


Je m'en sers pour emballer les crottes de ma petite princesse, et les blocs de litière agglomérés de pipi (Amis de la poésie...) afin que ça ne pue pas (trop) la mort dans ma poubelle entre deux évacuations. Voilà.

sac-a-crottes.jpgJe m'appelle Patate et j'emballe du caca.



Tu peux admirer ci-contre mon oeuvre la plus récente, dans la série "recyclage" ...



(C'est de la balle, les sachets Uniqlo, 100% hermétiques (Pas comme les surgelés Picard) et pile à la bonne dimension) (Les sachets de culottes en revanche, non : trop petits, la pelle à crottes ne passe pas l'ouverture)



Je me demande si je ne devrais pas leur proposer cette photo, pour leur prochaine campagne de pub... Kestendis ?


jeudi 12 novembre 2015

#JeudiConfession (26)

Grosse-Patate.jpgPour tous ceux qui me demandaient si la course à pied ça faisait maigrir...

Je crois qu'il est clair que NON.
Définitivement, NON.


Pas quand on bouffe n'importe quoi et qu'on contrôle à peine ses crises de boulimie. La course à pied réussit tout juste à m'empêcher de TROP grossir.


Bon, maintenant c'est pas tout ça : je me mets au régime, ou j'achète un nouveau jean ?


mardi 20 octobre 2015

Le mois d'octobre c'est

Hilda4.jpg... nul à chier.

Au passage, tu as reconnu Hilda ? ==>
(2011, ça ne nous rajeunit pas)

Octobre donc, c'est nul à chier.

Alors qu'on était si bien en été, tout d'un coup on se prend en pleine figure le vent, le froid, la pluie, la nuit nuit tu me fais peur, nuit tu n'en finis pas (Oh tiens, salut Elsa !), les feuilles mortes, les rhinovirus et les impôts locaux pour lesquels on a un tout petit peu oublié de mettre des sous de côté.
Pan Patate, dans tes dents !

Pour survivre à l'arrivée de cette saison redoutable pour le moral, une seule solution : partir un mois en Australie.

Et sinon, comme solution réaliste paske tropiques ou taxe foncière il faut bien choisir, j'ai aussi fait la liste de tout ce qu'il était sympa de retrouver lorsque l'automne revient s'installer.

Une excuse pour écouter Cabrel en boucle.
Au boulot. Toute la journée. Avec les hauts-parleurs. Histoire de voir si le ras-le-bol des collègues est plus rapide à venir que la brume dans sa robe blanche (Oui, en décembre je leur colle des chants de Nowel) (Patate Pourrite Powaaaaa).

Les douces écharpes et les jolis bonnets.
C'est chaque année un de mes petits bonheurs d'automne, de ressortir écharpes, snoods, pashminas, bonnets, bérets et autres capuchons, du placard où je les avais balancés en vrac comme une souillon remisés au printemps précédent, et de les assortir chaque jour à ma tenue, comme des bijoux.

Les tas de feuilles mortes dans lesquels on peut shooter.
Au cours d'une balade revigorante, un dimanche frisquet mais ensoleillé, tandis que les arbres parés des magnifiques couleurs de l'automne bruissent gentiment dans le vent léger. * Pouet Pouet Patate *
(C'est une liste POSITIVE alors je passe sous silence les feuilles mortes mouillées qui manquent de te faire tomber - quand elles ne cachent pas carrément une crotte de chien - tandis que des bourrasques glacées te gèlent les oreilles et que les vociférations de l'humanité alentours te les cassent) (Les oreilles, évidemment)

Les chocolats chauds.
Certes, on pourrait en boire toute l'année, mais c'est drôlement moins sympa quand il fait 35 degrés. Alors que ces quelques premiers chocolats chauds crémeux qu'on déguste pour se réchauffer et se consoler du fait que ça y est, le froid est installé... Mmmmmmh.
Limite les calories sont annulées tellement ils font du bien au moral.
Tiens, pour la peine je vais rajouter une lichette de chantilly.

La soupe au potiron.
Le n'importe quoi au potiron. Ou au potimarron. A la citrouille. A la courge butternut. OK : n'importe quoi à n'importe laquelle des cucurbitacées de saison (Vos recettes préférées sont d'ailleurs les bienvenues).
Maintenant que j'y pense, même visuellement le potiron / la citrouille c'est un de mes petits plaisirs d'octobre. J'adore les étals rebondis et orangés, et les décorations dont ils sont l'inspiration dans les vitrines des magasins.

Les week-ends lovée sur le canapé avec un plaid tout doux sur les genoux et une bouillotte aux noyaux de cerises sur les épaules. Et des chaussettes à doigts, oui oui oui, elles aussi je les ai ressorties.
Sans oublier un chat par-dessus tout cela.


Liste non exhaustive, n'hésite pas à la compléter, lecteur de mon coeur.
(Surtout qu'en ce moment, je manque cruellement d'énergie positive)


lundi 31 août 2015

Les Patates Z'annonces (15)

Patate Annonce n° 1 : je suis encore et toujours accro à Candy Crush.

Candy-Crush-Potato.jpgNe serait-ce que pour pouvoir vous régaler avec cette croquante allitération : accro à Candy Crush.
Encore, toujours, et plus que jamais.
Niveau 357 désormais; t'as vu ça ? J'ai bien avancé !
:-D
Mine de rien, on s'approche tout doucement des deux ans. Avec des pauses, bien sûr, de longues semaines où je ne joue plus, où je me crois désintoxiquée des bonbecs, mais tôt ou tard j'y reviens, comme l'alcoolique à sa bouteille.
Certes, l'addiction à Candy Crush fait moins de dégâts (Encore que l'autre jour, j'aie failli me péter la figure au sommet d'un escalator, rivée que j'étais à l'écran de mon smartphone) mais ce que cela dit de ma personnalité... Bah c'est une sacrée chance que je n'aie jamais vraiment aimé picoler !
(Sauf les mojitos, mais on est d'accord que ça ne compte pas : la menthe c'est presque de la salade non ?)

Patate Annonce n° 2 : j'ai jeté un vieux T-shirt.

T-shirt-vintage.jpgAlleluia mes frères et mes soeurs, la Patate qui ne jette jamais rien et qui garde tout "au cas où" a mis un T-shirt à la poubelle.
Un T-shirt Morgan, vintage de l'époque où j'avais encore l'âge de me saper chez eux (Quand j'avais 18 ans, donc) et que je ne mettais plus depuis déjà plusieurs années vu qu'il était devenu ridiculement moulant (Avec 20 ans de bourrelets en plus que le jour de son achat, forcément...), bouloché de tous les côtés, et quasi-transparent aux endroits stratégiques.
Et ben je le gardais quand même, dis ! Tu te rends compte d'où je pars ?!
Mais tu vois, j'ai fait le premier pas sur le bon chemin : celui de la poubelle avec ma serpillière #VintageMorgan à la main. J'ai l'impression d'avoir terrassé un dragon, je suis fière comme un tabouret (Hu hu hu).
Si tu veux tout savoir, dans la foulée j'ai jeté une de mes nombreuses culotte, aussi... Vu la gueule du T-shirt, tu comprendras pourquoi je ne l'ai pas immortalisée.

Patate Annonce n° 3 : je me suis enfin baignée cette année... dans la Manche.

I-should-go-to-the-beach.jpg(Mais non, pas la manche du T-shirt, rhooo) (T'es nul, t'avais même pas remarqué que c'était un débardeur)
Bon, avouons que j'ai surtout trempé les orteils - mais jusqu'aux chevilles, quand même - et que la plage où j'ai failli mourir d'hypothermie pédestre n'avait rien à voir avec celle de la photo ==>
(La MANCHE, on t'a dit !)
Mais elle gagnait en cachet ce qu'elle perdait en degrés ou en transparence des flots; parce que y a pas à dire, quelle que soit la météo, c'est quand même vachement beau Saint-Malo.
Surtout quand on arpente les remparts dans un état proche du coma diabétique kouign-amann-induit, avec quelques bolées de cidre dans le nez, à la recherche de la crêperie où l'on va s'achever dans un feu d'artifice de galettes de sarrasin. La Bretagne, ça vous gagne, et surtout niveau kilos !

Et sinon, j'adore la pseudo-spiritualité de cette citation si spirituelle.
Tout le monde devrait croire en quelque chose. Moi je crois que je devrais aller à la plage.


mardi 11 août 2015

Tu sais que tu es une coureuse quand

Tu as fêté tes un an de course à pied.
Une année de course à pied. UNE ANNÉE !
Et même un peu plus puisque souviens-toi l'été dernier (Purée, cette référence commence à dater), c'est en juin que j'avais commencé.
Après 20 ans tout rond à répéter que le jogging c'était contre ma religion. Après avoir répondu à une amie qui me parlait d'une étude scientifique démontrant les bienfaits de la course à pied : "je veux bien lire ton étude, mais courir ça use quand même les articulations, ça nique le plancher pelvien, ça fait bobo aux nichons, etc etc etc ... Marcher, c'est le bien" ... Je peux le citer à la virgule près, c'était mon mail du 18 mai 2014 dont elle s'est fait un plaisir de m'envoyer une capture d'écran, en souvenir de ma mauvaise foi passée.

Running-Patate.jpg

Tu as couru tout l'hiver.
En fin d'après-midi quand il faisait déjà nuit ou dans le petit matin blême.
Sous la pluie. En plein vent. Dans le froid. Dans la neige (NdT : très mauvaise idée les baskets dans la poudreuse, c'est le rhume assuré). Par moins 5° avec ta sueur qui gelait sous ton bonnet alors que tu ne sentais déjà plus ni ton nez ni tes extrémités.
Et tu as trouvé ça BON !

Tu ne fais plus que les boutiques de running
Incroyable mais vrai : en 2015 Patate Pouffe n'a pas fait les magasins.
Ni aux soldes d'hiver, ni à ceux d'été (Rappelons au passage que les soldes c'est masculin, comme un SS, un torero : LA solde c'est la paye du soldat). Et elle ne s'est même pas sentie privée. Le début de la sagesse et de la maturité ?
Vu la fréquence de mes visites chez Décathlon et le CARNAGE que j'ai fait lors de ma dernière visite chez Nike, je dirais plutôt que c'est une révision de priorités.

Tu possèdes le même soutif de sport en 4 exemplaires
Parce que tu les as tous essayés et que c'est le SEUL qui ne soit pas moche, qui reste confortable et qui soutienne POUR DE VRAI.
(Contrairement à toutes les fadaises qu'on peut lire ça et là, écrites par a) des hommes ou b) des nénettes qui n'ont jamais couru de leur vie avec 1 kilo de graisse attaché à chaque pectoral) Je vous PROMETS que je vous en parle bientôt.

Tu uses et abuses du cycle court de ta machine à laver
Même si tu essayes de lutter, notamment en achetant le même soutif en 4 exemplaires, il y a une corvée inévitable quand tu te mets sérieusement à la course à pied, et dont personne ne te prévient : tu passes TA VIE à faire la lessive.
Au début, je n'avais qu'un seul collant de running et royalement 2 T-shirts alors il fallait bien les laver d'une fois à l'autre. Ensuite, au fur et à mesure que je me suis équipée, j'ai continué à faire des machines régulièrement, parce que les vêtements "techniques" dans lesquels tu as transpiré, si tu les laisses sécher sans les laver (Au hasard, 3 semaines dans le bac à linge sale de Procrastino-Potato) ... ILS PUENT LA MORT !

Tu t'uses la peau à force de te doucher
Parce que toi aussi, si on te laisse sécher sans te laver direct au retour d'une "sortie", TU PUES LA MORT. Alors les jours où tu cours, tu te douches deux fois en demandant pardon à Saint Nicolas Hulot pour ce gaspillage d'eau. Mais il ne t'entend pas, forcément, avec le bruit de vidange de la machine à laver.

Tu passes des soirées entières à te documenter
De programmes d'entraînement en techniques d'amélioration de la foulée en passant par la nutrition du coureur de fond et l'intérêt de ne pas oublier l'endurance fondamentale entre deux séances de fractionnés... Des heures de lecture que je n'ai même pas vues passer ! (Tu comprends pourquoi je n'avais plus le temps de bloguer ?)
Ou comment apprendre que VMA ce n'est pas "Va Mourir Andouille !", que "travailler au seuil" ce n'est pas faire ses devoirs sur un pas de porte, et qu'il n'y a pas de preuve scientifique que la compression améliore les performances mais les manchons sont tellement funky que pourquoi pas ?

Tu te demandes si ça vaut bien le coup de sortir pour "juste 5 km"
Tu te surprends à décliner les invitations à courir au parc de la copine qui crache ses poumons passée la première boucle, à te demander si courir à peine 5 km justifie de devoir se relaver les cheveux (Oui parce qu'on transpire de la tête aussi, je vous l'avais pas dit ?) alors qu'ils sont tout propres de hier, et tu te dis que payer un dossard pour une "petite course de rien" (comprendre : moins de 10 kilomètres) c'est vraiment a-bu-ser. Que de chemin parcouru en à peine une année.

Et surtout ...
Quand un petit bobo te tient éloignée de tes baskets pendant un mois ... Tu es tellement frustrée, à cran et en manque... Que dès que possible tu t'y remets. Toute seule. Sans coups de pied au tubercule ni tous les chiens de l'enfer à tes trousses.
Et ça, pour la reine des Patates de canapé, c'est LE signe qu'elle est devenue une coureuse.


- page 1 de 10