Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Britney Spears

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 27 septembre 2011

Le Prince Charmant est mort

Lecteur de mon coeur, connais-tu Keen'V ?

J'ai envie de dire que si tu es un patatophile aux goûts raffinés (Pléonasme, je sais, je sais) (Et ouais, les fleurs sont pas chères, y a des promos en ce moment), il y a peu de chances que ce nom t'évoque quoi que ce soit.

Mais d'une part, je suis mal placée pour juger de ta goût-de-chiottitude (Faut-il rappeler mon inexplicable fidélité à Britney ?), et d'autre part, si tu as W9 ou MTV sur ton bouquet télé ou que comme moi tu as une tripotée d'ados boutonneux et de pré-ados benêts dans ta famille (Ou les deux, car le visionnage des clips de R'n'B de merde sur W9/MTV aimante l'ado boutonneux et le pré-ado benêt comme le carrelage attire la tartine sur son côté beurré), si tu as tout ça donc, tu connais certainement Keen'V.

Ce garçon, si j'en crois les d'jeuns de mon entourage, est trop beau, trop stylé, trop mortel, il a trop la classe, et j'en passe (Et en prime je traduis hein, parce qu'en VO ça donnait plutôt "Nan mé KeenV ilé tro bo tro stylé ila tro la classe chanmé").
Je ne te raconte même pas comment il est TROP malin d'avoir pensé à verlandiser son prénom histoire que sur les CD ça fasse moins con (Mais ne lui jetons pas la pierre, Pierre, si mes parents m'avaient appelée Kévin, moi aussi j'aurais voulu changer de sexe parents prénom).

Au cas où tu aurais échappé à tout ça, clique donc un peu là.
(Je t'épargne le clip à rallonge à base de resucée des Visiteurs, il n'apporte rien au propos, et alors niveau créativité, on frôle le degré zéro) (Je te cause même pas des effets spéciaux)

Kévin, sache que je n'ai rien de personnel contre toi.
Limite, si j'avais entre 12 et 18 ans, je rêverais d'être contre toi à la façon de ce cher Sacha (Tout contre, donc, pour ceux qui ne suivraient pas), parce que t'es mignon comme garçon, t'as de jolis z'yeubleus et t'as l'air affectueux comme un gentil chiot à grosses papattes qui serait tatoué et piercé.

je n'ai même rien contre ta musique, ça bouge bien, c'est sympa, ça ne prend pas la tête, c'est très "tube de l'été", etc etc.

En revanche, j'ai un peu de mal à ne pas avoir envie de te coller mon pied dans les couilles des baffes, quand j'entends ce que tu fais rentrer comme conneries message dans les jeunes cervelles influençables qui s'abrutissent devant W9 avant/après le collège, entre deux "like" sur Facebook.

Oh oui, je sais, "il n'y a pas de message, c'est juste de la zique pour s'éclater et ceux qui critiquent c'est rien que des coincés".
Je ne dois pas être 100% coincée alors, parce que j'aime encore bien la candeur de ton refrain : tu t'amènes cash avec ta jolie petite gueule en me disant que t'es pas mon prince charmant, tu veux juste qu'on passe un bon moment, que t'es désolé mais t'es pas vraiment branché sentiments et bien meilleur en tant qu'amant ... Tsé quoi, en soirée avec une femme adulte qui a quelques mojitos dans le nez en a un peu ras le bol de se faire baratiner, ça peut marcher.

Le hic tu vois, c'est que ton public-cible, ce n'est pas moi.

Et ça me gêne que l'idole déjeûne des d'jeuns mette dans la bouche de mes petits cousins que c'est trop la classe de ne pas en branler une à la maison et de traiter sa copine comme la dernière des bonniches, entre deux galipettes parce que bon, les filles ça n'a pas d'autre intérêt.

Jolie façon de flinguer le peu de respect de la femme que leurs mères/tantes/soeurs ont essayé de leur inculquer. Belles valeurs que tu leur fais passer : du moment qu'ils passent un bon moment, le reste on s'en tape le tubercule par terre.

(Mais oui je le vois le fameux "2ème degré", rhooo ! Seulement déjà que je le vois de trèèèèès loin, je te laisse imaginer des gamins de 12-13 ans qui t'écoutent à longueur de journée...)

Encore pire, ça me hérisse d'entendre ma filleule de 15 ans trouver séduisant un mec qui se définit lui-même comme un loser qui n'en a rien à foutre de sa copine, pour qui les femmes ne sont pas des égales mais des emmerdeuses tout juste bonnes à être baisées et tenir la maison le reste du temps. Et encore, sans le bassiner avec leurs problèmes parce que merde quoi, c'est pas leur psy.

Belle mentalité. Jolie façon de flinguer le peu d'estime de soi avec lequel une adolescente construit sa vie d'adulte.
Je te souhaite sincèrement d'avoir des enfants Kévin, une petite fille, que les hommes plus tard traiteront comme un paillasson et qui trouvera ça trop chouette parce que quand même, ils assurent sous la couette.

Des fois qu'ils voudraient croire à l'amour ou au respect, ces pauvres adolescents, merci Kévin d'être leur médicament. A quand tes CD remboursés par la sécu ?!

jeudi 22 septembre 2011

Les photos de nu de Justin Timberlake

(Ou comment trahir son âge canonique)
(Et son immense culture... pub)

Lecteur de mon coeur, toi qui glandes t'informes de l'actualité sur Twitter (Ne le nie pas, tout l'open-space t'a gaulé avec les liens #NSFW sur lesquels tu es assez con pour cliquer), tu qui lis Voici même si tu fais semblant que c'est juste-chez-le-coiffeur (Faut bien s'occuper pendant la pose de la couleur, et c'est trop bête, il n'a que Voici et Closer, ton coiffeur), tu n'es pas sans ignorer que ces jours derniers, ont circulé sur la toile des photos de Justin Timberlake à oualpé dénudé.

Justin.jpg(Et donc, si tu as le lien pour Justin, tu fais passer steuplé ? Paske moi je n'ai vu que celles de Scarlett Johansson (#NSFW on t'aura prévenu), et j'en ai un peu rien à péter)

Sujet de conversation fort logiquement abordé lors du dernier apéro auquel votre tubercule préféré était convié.
Bah oui, quand tu as épuisé la Libye, la Syrie et tutti quanti, que tu évites soigneusement la politique pour ne pas que ça finisse en pugilat t'endormir dans ton verre de rosé, que tu zappes la crise parce que bon quand même on est là pour rigoler, que tu n'as surtout pas envie d'entendre parler de la rentrée du petit dernier, et que personne n'est encore assez bourré intime pour parler franchement de cul, que reste-t-il de nos amours comme sujet fédérateur trans-générationnel ?
La musique, le ciné et les pipoles, voilà !

Sauf que tout le monde ne prononce pas leur nom de la même façon.
Ah, la guéguerre entre fans de Patrick "Souèïze" vs "Souèïzi" ! (Team Souèïzi, ici) Ah, le bon vieux débat entre Richard "Jire", "Djire" et "Guire" (ne parlons même pas du "Ritcharde", il y a de quoi y passer la journée) !

Et donc, quelqu'un a lancé "vous avez vu les photos nues de Justin Timberlake ?!"
(Prononcé "Jusstain Timbeurlèke", détail qui a son importance)

Comme tout le monde ne connaît pas le gars (Je ne comprends pas, pourtant il est quand même sorti avec Britney, quoi !), l'un des convives s'est avisé de faire répéter le nom de famille qu'il n'avait pas saisi. Ce qui a donné cet échange d'anthologie :

Convive interrogatif : de Jusstain qui ?
Patate (et plusieurs autres en choeur) : Bridou, m'sieur !

Inutile de dire que les 30-ans-et-plus étaient morts de rire.
Et que tous les autres ont dû se dire qu'ils étaient entourés de vieux cons :-D

jeudi 01 septembre 2011

C'est jeudi, je traduis... Britney

Hé oui, cette chère Britney aussi, a fait sa rentrée.


1er couplet :
Lately I've been stuck imagining
What I wanna do and what I really think
Time to blow out
Ces derniers temps je ne cesse d'imaginer
(Littéralement, elle est coincée dans son imaginaire la pauvrette)
Ce que je veux faire et ce que je pense pour de vrai
Il est temps de s'éclater

Be a little inappropriate
'Cause I know that everybody's thinkin' it
When the light's out
(Il est temps) D'un peu me la jouer mal élevée
Car je sais que tout le monde y pense
Quand la lumière est éteinte

Petit pont :
Shame on me
To need release
Uncontrollably
Honte à moi d'avoir besoin de me libérer
Irrésistiblement
(NdT : connaissant notre Britney, je mettrais mon tubercule à couper qu'il faut sous-entendre à "release" son sens lé plou séssouel : elle a besoin de relâcher la tension avec un big O) (Et elle est évidemment incontrôlable au lit) (Faut bien vendre des disques, que voulez-vous ma pov' dame)

Refrain :
(x 2, paske faut bien meubler)
I (ah, ah) wanna go (oh oh) all the way (hey hey)
Je (heu heu) veux aller (hé hé) jusqu'au bout (ou ou)
(Là encore, petit sous-entendu sexe super-pas-discret : les vilaines filles qui "vont jusqu'au bout" avec de mauvais garçons) (Où l'on comprend ce qui a fait le succès de Britney dans une Amérique aussi puritaine qu'hypocrite)

Taking out my freak tonight
Défouler la délurée qui est en moi, cette nuit
(Libre interprétation patatesque, hein !)

I (ah ah) wanna show (oh oh) all the dirt (huh huh)
Je (heu heu) veux montrer (hé hé) toutes les saletés (hé hé)

I got running through my mind
Qui me passent par la tête

2ème couplet :
Lately people got me all tied up
There’s a countdown waiting for me to erupt
Time to blow out
Ces derniers temps j'ai été trop occupée/coincée
(Littéralement, les gens l'ont ligotée à coup d'obligations)
Il y a un compte à rebours pour mon entrée en éruption
Il est temps de s'éclater

I’ve been told who I should do it with
To keep both my hands above the blanket
When the light's out
On m'a dit avec qui je devrais "le" faire
(On m'a dit) De garder mes deux mains au-dessus des couvertures
Quand la lumière est éteinte
(NdT : je crois qu'elle se fantasme encore une pure adolescente) (Après deux gamins et une boule à zéro, si c'est pas malheureux...)(Et quand elle était ado, il n'y avait pas encore de couettes, on faisait le lit avec des couvertures en priant les braves petites cathos de ne pas glisser leurs mains dessous pour se masturber toute la soirée)

Petit pont
Refrain
(x2 again, tu comprends qu'elle dure 4 minutes cette chanson ?!)
Et 'tention, top créativité, jusqu'à la fin, c'est la même chose avec des effets sonores de dément...

Donc en gros, Britney passe plusieurs minutes de clip à te montrer comment son coach perso et son chirurgien ont trop assuré pour lui redonner le look de ses 17 ans, comment sa maquilleuse et sa coiffeuse c'est trop des pros, comment elle manie trop bien l'autodérision (N'empêche, c'est vrai, j'aime bien sa façon de faire un pied de nez à la presse pipole/à scandale), et à te chanter sur tous les tons avec son air de ne pas y toucher, qu'elle a envie/besoin de se faire baiser conduire en vilaine fille mal élevée.
Oh yeah !

C'est clair, elle renoue avec tout ce qui avait fait son succès.
C'est un petit peu moins frais qu'il y a 15 ans, mais ça faisait tellement longtemps qu'elle n'avait pas sorti un single simplement écoutable/dansable/supportable, qu'on ne va pas lui gâcher son retour sur les dance floors.
Vas-y Britney, all the way !!

jeudi 16 juin 2011

C'est jeudi, je traduis... Shania Twain

Je possède plusieurs albums de Britney Spears, tu le savais déjà mais avais-tu déjà regardé le plafond, Agna ? (Potato-quizz : ça sort d'où, ça ?) ("De ton cerveau dérangé" n'est PAS une réponse valable) lecteur de mon coeur-à-moua, connaissais-tu ma passion coupable pour Shania ? (Ou plutôt Cheunaïa, en anglishe in ze texte)

Non hein.
Ben voilà, maintenant tu sais : j'ai toujours bien aimé Shania Twain.
Même après avoir découvert que vendue chez nous comme une chanteuse pop, en vrai son truc, c'était la Country Music, la plupart de ses hit singles étant savamment réorchestrés pour s'adapter à nos petites z'oreilles z'européennes.
Tu ne me crois pas ? Tu te souviens de "That don't impress me much" ? (Il y a... 12 ans, oui je sais, moi aussi ça me donne envie de pleurer) Bah écoute un peu la vraie version.

(Ceci dit, ma passion s'arrête là, faut pas non plus pousser Patate dans les orties parce qu'elle a pas de culotte bottes de cow-boy!!).

Bref, ci-dessous, la chanson de Shania est-elle sèche ou archi-sèche que j'aimais bien écouter pour retrouver un peu de patate après une journée à chier (Millésime 2002, c'est à peine vieux !) (Et je me rends compte que depuis 2002, j'ai perdu cette bonne habitude de décompresser en musique, il va falloir la retrouver !).

1er couplet :
It's 'bout as bad as it could be
Seems everybody's buggin' me
Like nothing wants to go my way
Yeah, it just ain't been my day
Nothin's comin' easily

Ça va aussi mal qu'il est possible d'aller
(On dirait que la loi de Murphy, cette brave Shania, elle connaît aussi !)
On dirait que tout le monde s'ingénie à me faire chier
Que rien ne veut aller comme je le voudrais
Ouais, c'était vraiment pas ma journée
(Non mais je traduis en rimes, j'le crois pas, tu m'applaudis, là ?!)
Rien n'a vraiment roulé (Oui je sais, c'est un présent, mais pour la rime quoi !)

2ème couplet :
Even my skin is acting weird
I wish that i could grow a beard
Then I could cover up my spots
Not play connect the dots
I just wanna disappear

Voilà que même ma peau s'y met
J'en arrive à souhaiter voir une barbe me pousser
Histoire de cacher mes boutons
Au lieu de jouer à "relions les points"
Je voudrais juste disparaître

Refrain :
Up-up-up
Can only go up from here
Vers le haut, haut, haut
Vu où j'en suis, je ne peux aller que vers le haut
(En gros, quand t'as touché le fond de la piscine dans ton p'tit pull marine tout déchiré au coude, tu ne peux que remonter)
(Enfin heuuu, si tu ne t'es pas déjà noyée, je te ferais remarquer)
(Ou alors, si t'as des bouteille d'oxygène, tu peux toujours essayer de creuser)

Up-up-up-Up
Where the clouds gonna clear
Vers le haut, haut, haut
Là où les nuages vont se dissiper

Up-up-up
There's no way but up from here
Vers le haut, haut, haut
De là où je suis, il n'y a pas d'autre voie que vers le haut
(Mais siiiii, avec des bouteilles on t'a diiiiit !)

3ème couplet :
Even something as simple as
Forgettin' to fill up on gas
There ain't no explanation why
Things like that can make you cry
Just gotta learn to have a laugh

Même un truc aussi simple qu'oublier de faire le plein
Je ne sais pas pourquoi des trucs comme ça me font pleurer
Il faut simplement apprendre à en rigoler

Refrain

Petit pont (de bois) :
(Oué je sais, à force elle va s'user celle-là)
Oh yeah, yeah, yeah...
(Tu t'en sors là quand même, je ne traduis pas ?)

When everything is goin' wrong
Don't worry, it won't last for long
Yeah, it's all gonna come around
Don't go let it get you down
You gotta keep on holding on

Quand tout va de travers
Ne t'en fais pas, ça ne durera pas
Ouais, ça finira par s'arranger
Ne va pas te laisser abattre
Tu dois continuer de t'accrocher

Retour vers le futur au 1er couplet
Et un p'tit coup de refrain
Et une dose de "yeah-y-yeah"... jusqu'à la fin.

Potato-bonus : si tu veux la version non formatée-pop-on-attaque-l'Europe, tu cliques ici (Moi je l'aime bien, la version country)

Alors, la patate ? ;-)

Rendez-vous sur Hellocoton !