En tout cas c'est ce que disait le mail que l'une d'entre vous m'a envoyé avec le texte ci-dessous copié-collé.

D'où je (re)découvre que l'actrice Anny Duperey a eu une vie avant "une famille formidable" - si si si, je vous juuuure - et qu'elle a, entre autres, écrit des livres sur son amour des chats.
Dont un (Peut-être Chats de Hasard mais le grand internet mondial n'est pas très sûr de ça, et comme je n'en ai lu aucun je n'ose m'avancer) (Mais si tu le pioches dans ma ouiche-liste, riche patatophilanthrope, je promets de revenir t'en parler ;-) ) où elle semble décrire certain tubercule...

chat-morceaux.jpg

"Les gens qui aiment les chats évitent les rapports de force.
Ils répugnent à donner des ordres et craignent ceux qui élèvent la voix, qui osent faire des scandales. Ils rêvent d'un monde tranquille et doux où tous vivraient harmonieusement ensemble. Ils voudraient être ce qu'ils sont sans que personne ne leur reproche rien.

Les gens qui aiment les chats adorent cette indépendance qu'ils ont, car cela garantit leur propre liberté.
Ils ne supportent pas les entraves ni pour eux-mêmes ni pour les autres. Ils ont cet orgueil de vouloir être choisis chaque jour par ceux qui les aiment et qui pourraient partir librement, sans porte fermée, sans laisse, sans marchandage. Et rêvent bien sûr que l'amour aille de soi, sans effort, et qu'on ne les quitte jamais. Ils ne veulent pas obtenir les choses par force et voudraient que tout soit donné.

Les gens qui aiment les chats font une confiance parfois excessive à l'intuition.
L'instinct prime la réflexion. Ils sont portés vers l'irrationnel, les sciences occultes. Ils mettent au-dessus de tout l'individu et ses dons personnels et sont assez peu enclins à la politique.
Les tendances générales, les grands courants, les mouvement d'opinion, les embrasements de foule les laissent aussi circonspects que leur animal devant un plat douteux. Et si leur conviction les pousse à s'engager, une part d'eux-mêmes reste toujours observatrice, prête au repli dans son territoire intime et idéaliste, toujours à la frange, comme leurs compagnons, d'un pacte avec la société et d'un retour vers une vie sauvage dans l'imaginaire.

Les gens qui aiment les chats sont souvent frileux.
Ils ont grand besoin d'être consolés. De tout. Ils font semblant d'être adultes et gardent secrètement une envie de ne pas grandir. Ils préservent jalousement leur enfance et s'y réfugient en secret derrière leurs paupières mi-closes, un chat sur les genoux. (...)
Enfin, j'ai cru remarquer que les gens qui aiment les chats étaient souvent ainsi."

Effectivement, je me reconnaisun peu...