fourmi-2014.gif(Une fable de Patate de La Fontaine)

La Patate ayant procrastiné tout l'été,
Se trouva fort dépourvue
Quand son fourmi fut mouru.
C'est qu'il fallait rapido
Faire place à un nouveau.



Certes, la directive européenne de 2002 sur les DEEE (Déchets d'Equipements Electriques et Electroniques) impose à tout fabricant/revendeur d'un EEE (Equipement Electrique et Electronique) (Mais je SAIS que t'es pas débile, lecteur de mon coeur, c'est du comique de répétition) (... Comment ça, c'est pas drôle ? ;-) ) de reprendre ton ancien appareil quand tu lui en achètes un nouveau; il ne se prive d'ailleurs pas de te facturer cette obligation via une "éco-participation" planquée incluse dans le prix de vente.
En théorie, une vente en ligne est soumise à la même obligation de recyclage... Sauf que je n'ai même pas osé imaginer la galère pour expédier un micro-ondes crado - dont tu n'as pas l'emballage -, aux frais de qui exactement (?), après avoir fait la queue trois plombes au bureau de Poste en y ayant trimballé ledit électroménager.
Paye ton tour de reins en sus de tes frais d'expédition !
(Sérieusement, il y a quelqu'un dans la salle qui a déjà fait jouer cette directive en achetant de l'électroménager en ligne ?! Qu'il parle maintenant ou se taise à jamais)

En pratique, j'ai commandé mon nouveau fourmi sur le net paske c'était plus rapide et moins cher (Et qu'une gentille patatophile m'avait offert un bon cadeau maousse costaud) (Je lui envoie du love à chaque fois que je me glisse dans des draps chauffés via bouillotte aux noyaux de cerises), j'ai mis mon mouchoir sur l'éco-participation et je me suis retrouvée avec le fourmi cassé dans le hall d'entrée.

Le hall d'entrée du Patat'home, faut-il le rappeler, c'est un peu la banlieue de Procrastino-City : les encombrants peuvent y subsister des mois tandis que le bordel autour ne fait que croître et multiplier !
Et en parlant de multiplication, je me suis très vite retrouvée avec DEUX fourmis cassés dans le hall d'entrée, rapport au fait que j'ai descendu dans mon jardin pour y cueillir du romarin à la cave faire de la place pour y stocker le cadavre le plus récent, "à gérer plus tard" ... et me suis avisée que oups! la carcasse du précédent y pourrissait depuis fin 2010. Pour "plus tard", aussi...

Et là je ne sais pas ce qui s'est passé.
Au lieu de me dire "so what ?" et de poser les bases d'une tour en fours sur le sol de la cave, j'ai eu une vision d'horreur : à ce train-là (1 four tous les 4 ans, sacré rendement !), on allait un jour prochain pouvoir m'enterrer à la cave, dans un cercueil recyclé en parois de micro-ondes. j'ai eu peur ? honte ? JE NE SAIS PAS CE QUI S'EST PASSE, j'ai remonté le très vieux fourmi pour le mettre à côté du juste-un-peu vieux dans le hall d'entrée.

Or, (Et pas "hors", n'est-ce pas... la prochaine blogueuse qui commence une phrase par "hors virgule blablablaaa" je lui fais bouffer un Bescherelle sa mère) ... Or, disais-je, à l'heure où je blogue, à peine un mois après, il n'y a plus le moindre bordel fourmi dans mon hall d'entrée. Du bordel, il y en a toujours, mais ce n'est plus de l'électroménager.
Incroyable mais vrai... Que s'est-il passé ?
(JE NE SAIS PAS, je me tue à te le répéter)

Non je n'en ai pas fait un arbre à chat métallo-destroy pour Miss PotatoCat.
Non je ne les ai pas collés sur le trottoir en attendant que des gentils lutins viennent les emmener pendant la nuit.
D'abord ils ne sont pas cons les lutins, ils ne récupèrent que les trucs en bon état, et puis je vous signale que c'est interdit de déposer des encombrants sur la voie publique. Avec mon bol, la connasse du 1er qui ne peut pas me blairer un lutin m'aurait dénoncée à la maréchaussée...

Noooon, emportée dans mon élan éco-citoyen, ni une ni deux, je suis partie visiter la déchetterie. Pour la première fois de ma vie. Un jour je te raconterai ce grand moment. Ou pas.
Playskool présente Patate, 3 ans, recycleuse de fourmis.

Pour l'heure, je te prie de faire silence et d'admirer mon triomphe face à la procrastination.





Une minute de silence...





OK, j'avoue.
L'élan éco-citoyen n'a pas vaincu tout seul la procrastination.
Il devenait également URGENT de mettre fin à l'histoire d'amour violente et douloureuse qui était née entre mon embryon de tour en fours et... mon petit orteil droit. De rencontres nocturnes en chocs matinaux (En gros : à chaque pause-pipi-pas-réveillée), j'étais sur le point de décéder du métatarse.

Je décrète que tu peux tout de même me complimenter.