Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 19 octobre 2014

Les Patates Z'annonces (13)

Patate Annonce n° 1 : j'ai un super pouvoir météorologique.

Le-Chat-meteo.gifNon parce que je ne sais pas si tu as remarqué, mais il a quand même suffit que jeudi dernier, je me plaigne de me les geler, ce qui est somme toute plutôt normal pour un mois d'octobre quand on a été assez con têtue écolo pour refuser d'allumer son chauffage, pour que la France entière connaisse, je cite, des records de douceur et de chaleur pendant tout le week-end.
J'ai essayé de me plaindre un peu d'Ebola et des terroristes qui squattent ma télé à l'heure des infos (Enfin, VOTRE télé, moi j'ai un certificat médical qui me dispense de gym JT), mais je n'ai pas l'impression que ça ait marché; mon super-pouvoir semble donc limité à la météo.
Ce n'est pas grave, c'est très bien aussi, mais comme le disait feu l'oncle de Peter Parker, "with great power comes great responsibility"... Je m'en vais donc utiliser ce talent avec parcimonie (Naaaaaan, Pataaaaate, tu vas arrêter de râler ?!) (Bah non, juste à propos de la météo !) car frileuse comme je suis, je ne voudrais pas à moi toute seule précipiter le déclin de l'empire américain notre équilibre climatique déjà chancelant.
M'enfin si tu as passé un bon week-end à jardiner/randonner/bronzer, tu sais à qui tu peux dire merci.

Patate Annonce n° 2 : je suis toujours accro à Candy Crush.

Candy-Crush-Potato.jpgDepuis plus d'un an, oui oui oui, tu as bien compté.
Toute une année à glander aligner des bonbecs pour ne rien gagner si ce n'est le plaisir éphémère d'avancer d'un niveau une fois toutes les lunes et de ne pas voir le temps passer lors des longs trajets matinaux.
Si vous aviez vu ma danse de la joie lorsque j'ai enfin réussi à passer ce foutu niveau 210 sur lequel je calais depuis TROIS MOIS !
Mes voisins de bus n'en sont toujours pas revenus. Le chauffeur a pilé juste à ce moment-là, je crois qu'il a eu peur de mon cri primal. (Du coup les autres passagers se sont retenus d'applaudir ma danse de la victoire, histoire de ne pas risquer un accident avec un conducteur aussi émotif, mais je sentais bien qu'ils en mouraient tous d'envie) (Si si si, c'était clair, ils me souriaient tous d'un air entendu)
Pet Rescue en revanche, c'est définitivement fini.
On ne peut pas NON PLUS avoir tous les vices.

Patate Annonce n° 3 : j'ai vu le-film-sur-le-tsunami-avec-Ewan-McGregor.

Deux ans après, tu avoueras qu'il était temps.
Ce film s'appelait donc The impossible, avec Ewan McGregor (Mais ça je pense que vous aviez compris ?) et Naomi Watts, du grand spectacle hollywoodien à base de catastrophe naturelle, d'histoire vraie et de grands sentiments, mais avec plein de morts dedans (Un peu comme Game of Thrones, les scènes de cul en moins, finalement ;-) ).
J'ai trouvé cela plutôt très bien fait, je ne me suis pas ennuyée, j'ai versé ma petite larme partout quand il fallait; bref, si vous ne l'avez pas déjà vu - et que vous n'avez pas le coeur trop sensible - je ne peux que vous le recommander.


jeudi 16 octobre 2014

Froid, moi ? Jamais !

nounours-neige.jpgDamaaaaart, thermolactyyyyyl !
(Fille de pub un jour, fille de pub toujours)

Enfin là tu vois, présentement, j'ai un peu froid.
Bicoz on est à la mi-octobre. Et surtout, bicoz il y a 15 jours à peine, alors que le thermomètre flirtait encore avec les 25°, Ecolo-Potato a décidé que tiens, cette année elle n'ouvrirait les vannes du chauffage qu'à la Toussaint.
L'avenir de la planète, celui de mon porte-monnaie, toussa toussa...

C'était une idée tellement lumineuse.
Brillante. Louable. Admirable, même... à la fin septembre, alors qu'il faisait encore soleil jusqu'à passé 19 heures et qu'il faisait encore correctement son boulot, le saligaud.
Ce soir, alors que je me les gèle sur le canapé malgré un pull, un plaid ET un chat, je me demande un peu si c'est vraiment si important, l'avenir de la planète (T'façon dans 6 mois, on sera tous morts d'Ebola...) ou celui de mon porte-monnaie (Les découverts autorisés après tout, c'est pas fait pour les chiens) (C'est fait pour les Patates).

Mais vu que je suis têtue...
Je mets des pulls et des foulards, un pyjama en pilou et des chaussettes à doigts, je bois du thé, lovée sous le plaid avec Miss PotatoCat qui m'écrabouille ronronne à 38°.

Et pour me réchauffer le coeur, je me répète que je vais sauver la planète.


Potato-Scriptum : je me dois de confesser un petit péché de salle de bain, un quart d'heure de radiateur soufflant tous les matins avant la douche, parce que sinon c'est juste pas humain !


lundi 06 octobre 2014

Happy Days : le bilan

J'ai donc passé un peu plus de 3 mois à prendre tous les jours une photo de ce qui m'avait rendue heureuse.

Tous. Les. Jours (Sauf une ou deux journées vraiment trop noires).
Moi-même je n'en reviens pas d'avoir réussi à m'y tenir. Non seulement car cela m'a demandé du temps pour prendre la photo, l'instagrammer, la twitter (je ne te parle même pas de la bloguer, tu as vu à quel point j'étais à la bourre !), mais surtout car cela m'a demandé de PRENDRE DU TEMPS, chaque jour.
Prendre du temps pour réfléchir à ce qui m'avait rendue heureuse, prendre le temps de l'apprécier au moment même et pas 48h après quand il est trop tard pour faire une photo, et donc APPRENDRE à me poser à un instant t et me dire "tiens, oui, là c'est un moment heureux, savourons-le".

Non parce que ce concept du bonheur fugace et de la nécessité de le savourer quand on y est et que le loup y est pas, intellectuellement je le comprends bien, mais je te rappelle que tu causes à la Patate qui boit son thé froid faute d'avoir réussi à se poser 10 minutes pour le savourer tiède !
De ce point de vue-là, je peux dire que le challenge #100happydays m'a vraiment beaucoup apporté. Et ce matin par exemple, j'ai bu mon thé, sinon chaud, du moins encore un peu tiède; hein que y a du progrès ? ;-)

Ce fut très difficile au début, mais après 3 mois c'était devenu bien plus naturel. Le défi est terminé depuis déjà quelques temps, je ne prends plus de photos, mais j'ai gardé ce réflexe mental de l'arrêt sur image. Freeze, frame, enjoy. Oh yeah !

Mieux, comme promis sur la page de présentation du défi, j'ai rencontré l'être aimé (Non mais sérieux, comme si on allait y croire) l'impression d'avoir plus de facilité à voir le "verre à moitié plein", à repérer les petites choses qui me font du bien, à ne plus les laisser se noyer dans la masse d'une journée lourde/pénible/chargée. Il n'y en a pas plus, mais je les vois mieux.

Bon, évidemment, il y a eu des jours où c'était dur.
Des jours où même avec la meilleure volonté du monde, je n'ai trouvé aucun motif de me réjouir, aucune matière à photo, nada, rien. Il y a aussi eu des jours où je me suis trouvée bien pathétique avec mes petits bonheurs justement si petits, si insignifiants, si centrés sur la (mal)bouffe ou les ronrons de mon chat.
Des jours enfin, où je me suis presque forcée à trouver un "happy" à photographier... Et bien tu sais quoi ? Si l'appétit vient en mangeant, le bonheur aussi !
Meuuuh non, le bonheur ne vient pas en mangeant - quoi que - mais en le cherchant. En adoptant cet état d'esprit qui fait que tu sais apprécier même les toutes petites choses, partout, tout le temps : au début tu te forces, ce n'est pas naturel, mais petit à petit, tu finis par ne plus pouvoir passer à côté.

Résultat : la majorité de ces #100happydays ont vraiment été comme des papillons que j'ai pris plaisir à chasser; je suis ravie d'avoir relevé ce défi, il m'a fait du bien.


Elle court, elle couuuurt... et toi ?

Les ceusses qui ont participé au Potato-concours pour gagner un abonnement d'essai au site Jiwok, vérifiez ci-dessous que j'ai bien compté et que votre participation n'est pas oubliée.

(J'ai repris les commentaires dans l'ordre chronologique en leur donnant un numéro) (Mais comme il n'était pas toujours 100% clair si vous participiez ou pas, ce n'est pas 100% garanti sans calamitage)
(Léa, toutes mes excuses mais la limite c'était samedi à minuit donc je n'ai pas compté ton commentaire)

1. @Bldine
2. Mya
3. Vanessa 33
4. Chatmallow
5. Nana
6. Petitefée
7. Sylvie
8. Elise
9. Mnêmosunê
10. Annabelle
11. Carry
12. Hélène
13. Ccil

Concours-Jiwok-2014.jpgEt comme Miss PotatoCat, le vilain petit félin, a refusé de prêter sa patte au tirage au sort sans me griffer au passage, j'ai utilisé ce bon vieil outil de randomisation online.

Ci-contre, les résultats ===>


Mya, Vanessa 33, Nana, Mnêmosunê et Hélène, si vous me confirmez que vos adresses e-mail de commentaires sont les bonnes, je les transmets de ce pas (... de course, moua ha ha) à qui de droit pour que vous receviez votre code promo.


Edit du 08.10 : Vanessa s'étant désistée, son lot est remis en jeu.
Après d'intenses cogitations et Potato-calculs, les commentaires restant en lice ont été renumérotés (Image de gauche) et un nouveau tirage au sort effectué (Image de droite) (Toujours sans la collaboration de Miss PotatoCat qui avait piscine sa patte avant-gauche à léchouiller).
Concours-Jiwok-2014-3.jpg Concours-Jiwok-2014-2.jpg

Le nouveau 5 étant l'ancien 8, Elise, je suis ravie de t'annoncer que tu vas bientôt courir ;-)


lundi 29 septembre 2014

Elle court, elle couuuurt

La maladie d'amour, dans le coeur des enfants de 7 à 77 ans ?
Certes. Mais celle qui court en l'occurrence, c'est ton tubercule favori.


(Je te laisse quelques lignes pour profiter du son de la rivière insolente)
(Tu sais bien, celle qui unit dans son lit, les cheveux blonds, les cheveux gris)


Or donc, je l'avais déjà mentionné en passant, cet été je me suis mise à courir. Comme ça, sans raison. Après 20 ans tout rond passés à répéter que la course à pied c'était contre ma religion.

Traumatisée je le crains, par une succession de profs de sport complètement cons et d'emplois du temps aberrants, genre 2h de sport le lundi matin à 8h, juste avant 2h de maths sinon tu risquerais de ne pas assez détester le lundi. Sans oublier l'épreuve d'endurance du baccalauréat.
(Et avant que tu ne me demandes pourquoi diable j'avais choisi l'endurance si je détestais courir autant que ça : c'était la piste d'athlétisme ou la piscine, tu vois... Je n'ose plus dire "jamais", mais s'il y a bien un truc que je HAIS de tout mon coeur, c'est faire des longueurs dans un bassin ultra-chloré rempli des miasmes d'autrui, boudinée dans un maillot une-pièce toujours trop échancré, avec un bonnet moche sur le crâne) (La haine puissance mille quand l'ado complexée que tu es, fait ça au milieu de ses congénères lycéens aussi bêtes que méchants)

Bref.
Depuis 3 mois, je cours.
Au minimum 2 fois par semaine. JE. TE. JURE.
Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis, comme on dit.

Et l'une des choses qui m'ont aidée à m'y mettre, c'est Jiwok, le site de coaching sportif.
Pas la seule chose, car le bottage de tubercule virtuel n'a jamais suffi à faire bouger une grosse Patate toute molle, mais tout de même assez pour que je revienne t'en parler. Et puis aussi paske je l'avais promis à la très patiente attachée de presse qui m'a offert 3 mois d'abonnement gratuit - valeur 20 €, oui je suis cheap - en échange de mon avis (Totalement libre, l'avis, faut-il encore le préciser ?).

Et puis enfin, bicoz j'ai des mois d'essais gratuits à vous faire gagner, les gens !!

En gros, Jiwok propose un accompagnement sportif en mp3 (Moi j'avais choisi le programme "débuter en course à pied" mais ils ont aussi du vélo, du vélo elliptique, de la marche ou même de la natation pour peu que l'on soit équipé d'un lecteur mp3 étanche) (Et maintenant que je cours un peu sérieusement, je lorgne sur le "préparer un 10 km en 60 minutes"), que tu télécharges sur leur site séance par séance.
Soit la version toute prête musique + conseils, soit - via un petit programme à installer - la voix du coach qui se met directement sur la musique de ton PC. Perso je n'ai pas testé cette option-là, je me suis contentée de la séance standard, mais c'est par pure flemme et pas parce que c'était spécialement compliqué.
(Je déconseille de suivre mon mauvais exemple : il n'y a pas de Britney Spears dans leurs playlists ;-) )

Les programmes sont élaborés par des pros du sport, des médecins et des nutritionnistes, il y a moyen d'obtenir des conseils personnalisés et des réponses à ses questions, le site s'agrémente d'un blog et d'un espace communautaire pour soutenir la motivation... Il faut vraiment être une Patate pour que cela n'ait pas suffi !


Je fais partie de ces quelques grosses flemmasses irrréductibles Gaulois qui ont besoin de VRAIS coups de pied au tubercule, j'ai donc vite raccroché mon wagon à des séances de running (Ouais, quand on se la pète on dit running, tu vouaaaaas) en groupe avec des vrais gens et une appli smartphone pour mesurer distance et vitesse, mais Jiwok a bien contribué à me mettre le pied à l'étrier la basket.

Et puis si tu n'aimes pas les gens, que tu vis dans un trou paumé, que tu as besoin d'avoir une voix dans ton oreille qui te gueule de ne pas abandonner, mauviette ! conseille sur l'allure, la posture, te rappelle de bien respirer, Jiwok peut t'intéresser.
Je te rappelle que c'est la rentrée, les bonnes résolutions, toussa toussa.

J'ai donc un abonnement d'essai à offrir à 5 d'entre vous.

Il suffit de laisser un commentaire pour me raconter pourquoi/comment vous avez envie de vous (re)mettre au sport.
Avant samedi soir minuit parce qu'après j'aurai trop de mojitos dans le sang pour arriver à vous lire.
(Et si vous êtes plus de 4 pelés et 1 tondu à participer, ce dont je finis par douter vu le peu d'animation de ces jours-ci, il y aura tirage au sort par la pattoune innocente et griffue de Miss PotatoCat)


A vos marques, prêts, commenteeeeeeez !


- page 1 de 184