Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 11 février 2016

#JeudiConfession (31)

Tu vois les sachets de salade du supermarché ?
Déjà lavée, déjà coupée, tu ouvres le sachet et zou ! Prête à consommer ?

Et bien pas chez moi.
Enfin, pas toutes les salades. Les jeunes pousses d'épinards, les coeurs de laitue ou de batavia, ça va. Mais ma salade préférée, la mâche, demande TOUJOURS un minimum de boulot. Parce que je n'aime pas les queues de mâche.
Plus précisément, je n'aime pas mettre en bouche les bouts de queues de mâche.
(Ouais, je soigne mes Gogol'obsédés, t'as vu ?)

Je déteste ces espèces de petits noeuds filandreux qui ressemblent à des racines et qui n'ont jamais l'air propre, même si c'est écrit sur le sachet qu'ils ont été lavés. Même si pour une fois, je n'ai pas acheté une salade apprêtée mais que je l'ai lavée moi-même. Je n'aime pas, je ne me l'explique pas, c'est comme ça.

mache.jpgDu coup, si c'est Dame Patate qui prépare la salade, elle ne se contente pas de faire une vinaigrette et d'ouvrir un sachet, non : elle équeute TOUS les bouquets de mâche.


Un par un.


Comme cela ==>

(Cela prend un certain temps, tu peux t'en douter)


Je te vois venir, tu vas me demander : "Et si tu es invitée chez quelqu'un, Pataaaaaate, t'es chiante comme ça ? Et au restaurant, tu mets tes doigts dans le saladier ?!"
Je te rassure : je n'ai pas d'amis donc je suis rarement invitée, et non, je ne mets pas mes doigts dans les plats au restaurant (Sauf une fois où j'ai mangé éthiopien et où on m'a o-bli-gée à mettre mes doigts dans le même plat que tous les autres convives).

Le cas échéant, je prends sur moi et j'avale les noeuds de mâche.
(Hellooooooo mon Gogole !)

Mais je n'aime pas ça !


dimanche 07 février 2016

Produits de récupération

Je ne vais pas vous cause recyclage mais course à pied.
Ou plutôt de ce qui m'aide à récupérer APRES la course à pied.

(J'en profite pour préciser que cette blog-note n'est pas sponsorisée, et c'est bien dommage car je suis grave vénale fauchée en ce beau mois de février)

Running-produits.jpg
(Note que l'intrus participe quand même à la récupération, via la ronronthérapie sur canapé qui suit invariablement la douche, paske fôpôdéconner, après 6-8-10 km de course à pied, je ne suis plus bonne qu'à glander)

De gauche à droite :

  • - mon huile de massage à l'arnica de Weleda
  • - le baume calmant "articulations" de Puressentiel
  • - les compléments alimentaires Ergysport Récup des laboratoires Nutergia

La première que j'ai achetée spontanément en 2014, les deux autres qui m'ont été conseillés l'an dernier par l'ostéopathe au fur et à mesure que je lui exposais mes bobos.

L'huile de massage à l'Arnica me sert après chaque sortie (ou presque) pour masser mes mollets maltraités.
Bien qu'elle soit vendue pour la "préparation et récupération sportive", je ne m'en sers que pour la phase de récupération, bicoz avant de courir je n'ai soit pas le temps, soit pas la motivation pour me "préparer". J'enfile déjà des baskets deux fois par semaine, je vous signale que rien que ça, c'est miraculeux.
Je ne sais pas si l'arnica a vraiment une action prouvée sur la formation des courbatures, mais je doute que cela puisse faire du mal, et en tout cas le massage détend bien les mollets. Rien que ça c'est le pied.
L'huile sent un peu fort les plantes au début (Et encore, depuis bientôt 2 ans que je l'utilise, je m'y suis tellement habituée que je finis par trouver cela agréable) mais l'odeur s'estompe relativement vite et elle est vraiment très bien pour le massage : elle glisse bien, elle ne sèche pas trop vite donc on a bien le temps de masser avec, mais elle ne colle pas non plus pendant des heures.

Le baume calmant "articulations" me sert moins souvent mais je suis ravie de l'avoir.
C'est un genre de baume du tigre mais en plus hydratant, et dont tu connais précisément la liste et la provenance des ingrédients, lesquels sont certifiés "bio" ce qui ne gâche rien.
Hydratation grâce au beurre de karité, à la cire d'abeille et à l'huile de tournesol; propriétés calmantes et décongestionnantes grâce aux 14 huiles essentielles - cajeput, camomille romaine, clou de girofle, eucalyptus, gaulthérie couchée, genévrier, lavandin, marjolaine, menthe poivrée, niaouli, noix de muscade, pin, romarin, térébenthine - et... débouchage de narines grâce au camphre et au menthol (ça sent aussi fort que le baume du tigre).
J'ai acheté ce baume l'an dernier sur les conseils de mon ostéo, après m'être fait un petit claquage des adducteurs, et j'ai trouvé que c'était une excellente alternative au gel anti-inflammatoire qui dessèche la peau et ne calme pas spécialement plus vite (Le repos, de toute façon, y a que ça de vrai). Depuis, je m'en sers à la place de l'huile Weleda, quand j'ai l'impression que ma douleur musculaire ou mon articulation qui tire ne sont pas "normales" mais qu'il y a sans doute eu un petit traumatisme qui mérite qu'on s'en occupe, ou même en dehors de la course à pied, pour les bobos et contractures divers et variés (C'est Dame Patate qui te parle : la seule personne capable de se froisser un muscle en toussant).

Les compléments alimentaires "Ergysport Récup", enfin, m'accompagnent au quotidien depuis un an, en cures de 2 ou 3 mois.
J'ai commencé à en prendre un jour que je racontais à mon ostéopathe que ces temps-ci les crampes musculaires me réveillaient la nuit, malgré ma bonne hydratation et ma consommation de bananes et de MagnéB6, et je n'ai quasi-plus arrêté depuis, car c'est vraiment super efficace.
L'ostéo m'avait à l'époque expliqué que la formulation de ces gélules était spécialement étudiée pour les sportifs et aidait à alcaliniser l'organisme, en plus de lui apporter du Magnésium (ZE remède anti-crampes), du Calcium, et les vitamines B1, B2, B3, B5 et B6.
Particulièrement intéressant si comme moi, en plus de faire du sport, tu as tendance à augmenter ta ration de protéines animales - acidifiantes - plutôt que de féculents paske tu voudrais bien maigrir un peu (Une alimentation trop acidifiante favoriserait les crampes et les tendinites).
Je n'ai plus que rarement des crampes dans les mollets ou les pieds (Tope-là si toi aussi tu connais la crampe de pied qui te plie la plante en deux et te recroqueville les orteils de façon surnaturelle), en général entre deux cures, et c'est le signe qu'il est temps de recommencer.

Je ne fais pas de la compétition sportive, donc je ne me prends pas trop la tête sur l'entraînement ou la nutrition, mais depuis que je cours très régulièrement, ce trio de produits m'a vraiment aidée à limiter les dégâts.

Potato-Scriptum : Miss PotatoCat insiste pour que je n'oublie pas de mentionner que la ronronthérapie/sieste sur canapé, cela aide VRAIMENT BEAUCOUP à récupérer après une sortie course à pied.


samedi 06 février 2016

Passion carton

Le temps peut bien passer, certaines choses ne changent jamais.
Miss PotatoCat, vivante illustration de ce hashtag : #PassionCarton...

Chat-carton.jpg
(Remerciements félins au célèbre site marchand kipu-kipaye-pas-ses-impôts-en-France mais qui emballe tellement bien sa marchandise)


jeudi 04 février 2016

#JeudiConfession (30)

Je pourrais bloguer plus souvent mais... je préfère l'amour en mer jouer en ligne.

Non, pas à Candy Crush (Enfin si, j'y joue toujours, mais c'est assez limité dans le temps, vu que je me refuse à payer pour acheter des vies) (Niveau 425, ça va bien, merci).
Je joue à la dernière coqueluche de Twitter : #lexiflaire.

Lexiflaire : "jeu de mots multijoueur en ligne"... Un genre de Pyramide, quoi.
Tu te souviens de Pyramide ? Patrice Laffont, Laurent Broomhead et Marie-Ange Nardi, dans les années 90, tous les midis ? J'étais ARCHI-FAN de ce jeu. Et sans vouloir me vanter, je n'y étais pas dégueu. Je pense que j'avais un genre d'alchimie cosmique avec Laurent Broomhead (Ouais ben ça va hein, on a les alchimies qu'on peut).

Et bien parfois, sur Lexiflaire, j'ai ce genre de fulgurances avec un parfait inconnu.
Par exemple là : Patate fait deviner "torture", en un coup...

Lexiflaire.jpg
(Note qu'il ou elle eût pu dire "travail", je lui eusse bien volontiers pardonné)


lundi 01 février 2016

Monday

C'est aujourd'hui lundi, jour honni s'il en est.
Mais c'est aussi le titre de ce morceau de piano qui est, depuis quelques années, mon absolu-préféré-de-l'univers-du-monde-entier (Je ne sais pas si tu visualises bien le degré d'enthousiasme, là ?) : Monday.

J'ai du mal à croire que je ne t'en aie jamais parlé, à vrai dire - pure figure de style : vu mon talent de procrastinatrice en général, et en particulier bloguesque, j'y crois tout à fait - tellement cette pièce de piano m'a remuée la première fois où je l'ai entendue. C'était à la fin d'un cours de yoga que je suivais à l'époque, le prof mettait de la musique pendant le savasana***, et un jour il a mis cela.
(***la posture finale, dite "du cadavre", où l'on se relaxe, les yeux fermés, allongé sur le dos)

Je ne sais toujours pas l'expliquer, tout d'un coup en plein milieu de la salle et de ces cadavres inconnus occupés à respirer, une grosse boule m'est montée du ventre jusque dans la gorge, un truc de malade, totalement incontrôlable, et je me suis mise à pleurer.
J'avais les yeux fermés, les oreilles ouvertes, et je pleurais en silence, au son de ce morceau dont je ne connaissais pas encore le nom mais qui avait déclenché une telle tempête émotionnelle qu'après le cours, j'ai bravé ma timidité pour aller demander CE QUE C’ÉTAIT QUE CETTE MERVEILLE !


C'est Monday, de Ludovico Einaudi.
Et ça reste mon morceau de piano absolu-préféré-de-l'univers-du-monde-entier, même si depuis, j'ai gougueulé la discographie complète du bonhomme et que j'en adore les trois quarts. Je te cite Wikipedzouille : "compositeur et pianiste italien dont les pièces sont réputées pour leurs mélodies". Voilà, c'est tout à fait ça.

J'ajouterai qu'il est toujours vivant, je l'espère pour encore longtemps (Oui, c'est à toi que je cause, 2016 : tiens-toi à carreau !) et que j'étais apparemment la seule Patat'inculte à ne pas le connaître alors que nombre de ses compositions ont été récupérées par la publicité et le cinéma, notamment dans la BO du film Intouchables.
A ma décharge, je ne regardais déjà plus tellement la télé, et je n'ai vu Intouchables que longtemps après tout le monde.

Bref, il y a de grandes chances pour que tu connaisses déjà.
Ce n'est pas grave.

Je te laisse savourer ces quelques cinq minutes de piano, qui m'accompagnent souvent dans les écouteurs, quand j'ai besoin de mélodies réconfortantes pour supporter les transports en commun, couvrir le bruit de mes voisins... Ou tout simplement adoucir les lundis, les chagrins, voire les lundis chagrins comme celui-ci.


- page 1 de 210