Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 18 janvier 2017

Patate se débarbouille

(Première poufferie du mercredi de 2017)
(Oh yeah !)

Il ne t'aura pas échappé, lecteur de mon coeur, lectrice de mon *insère ici la rime en -ice de ton choix, moi j'ai pas trouvé* (Enfin si, j'ai trouvé mais 1- c'est pas très poli et 2- je ne suis pas équipée)... Il ne t'aura pas échappé, donc, que malgré des stocks de produits de soin et d'hygiène assez faramineux, j'ai enfin réussi à fonctionner à flux tendu en ce qui concerne les "trucs à utiliser le matin sous la douche" pour me nettoyer le visage.

Je veux croire que l'Univers a décidé de me récompenser de ce bel effort.
En effet, juste à la période où je commençais à voir le fond du flacon de mon nettoyant moussant du moment en me demandant ce que j'allais bien pouvoir choisir pour le remplacer, je suis tombée sur ce billet qui m'a donné tout à la fois l'idée, l'envie, et même le moyen (Commander des produits de beauté sur internet, bon sang mais c'est bien sûr !).

L'ancien et le nouveau ont donc cohabité quelques jours près de la pomme de douche, le temps de la passation de pouvoirs. Avec zéro culpabilité pour moi, puisque je n'avais procédé à cet achat que pour remplacer un produit terminé, et pas sous l'emprise d'une pulsion con-sumériste.
*Kof Kof Kof*

Debarbouillage-2016.jpg

Le nettoyant sortant est le Powercleanse de GlamGlow, "nettoyant quotidien à l'argile et à l'huile" qui m'a beaucoup enthousiasmée au départ mais dont j'ai fini par me lasser.
En partie car rien dans ses effets ne justifiait le prix - 30 € les 100 mL, gloups ! - et que malgré un marketing "tout âge et tout type de peau", il était devenu un peu décapant avec l'arrivée du froid qui sensibilise beaucoup ma peau; en partie aussi car je n'en pouvais plus de ce flacon à double pompe qui était tout sauf pratique à l'usage : je ne compte plus le nombre de fois où le flacon super funky m'a glissé des doigts alors que j'essayais d'appuyer maladroitement sur l'une ou l'autre, voire sur les deux en même temps.

La promesse était "une mousse double action onctueuse, qui élimine le maquillage, les impuretés et les accumulations de saletés sur la peau : l'huile dissout le maquillage en douceur, laissant la peau purifiée, tandis que l'argile dissout les impuretés et "détoxifie" en douceur pour laisser la peau nettoyée et nourrie, avec un teint éclatant".
Alors mousse onctueuse : check. C'est même l'une des raisons de mon enthousiasme initial : c'était très agréable sur la peau, ni trop huileux ni trop mousseux, ce qui a relancé ma motivation pour le démaquillage, l'été dernier je l'utilisais même matin et soir.
Dissout le maquillage : check. Sauf le mascara waterproof pour lequel il faut refaire un passage au coton, mais si mascara normal, aucun souci et ça gagne vaaaaachement de temps.
Peau purifiée : check.
Peau nourrie : en été je dirais juste peau non-agressée. En hiver, à moins d'avoir la peau grasse, laisse tomber. Teint éclatant : pas vu la moindre différence, ni en mieux ni en pire.

Conclusion : après quelques mois de bons et loyaux services, j'ai abandonné ce géant vert sans regrets.

Pour le remplacer par la mousse nettoyante visage "Nuage Céleste" de Cattier (7 € 80 les 150 mL, tu comprends pourquoi mon banquier applaudit à deux mains ?).
Texture mousseuse moins onctueuse que le précédent mais au contraire très délicate et légère, comme tous les cosmétiques que j'ai eu l'occasion d'utiliser dans lesquels la mousse était générée de façon mécanique par le système de pompe qui "aère" le produit à sa sortie.

C'est un produit labellisé bio, à base de protéines de blé et d'eaux florales de rose et de bleuet (Ce qui donne une odeur légèrement fleurie sans que perso je ne puisse différencier ni la rose ni le bleuet), qui est prévu pour nettoyer la peau en douceur et non pas la démaquiller; je l'utilise donc le matin sous la douche et j'ai racheté un autre démaquillant - non moussant - pour le soir, ce qui me convient très bien.

Douceur : double check. On est en hiver (Whoaaaaa Pataaaaate, merci du scoop ! Ils n'en avaient pas parlé au JT) mais ma peau ne tiraille plus après la douche, donc le test est concluant pour moi. Je me sens propre juste ce qu'il faut.
Ce qui tombe bien parce qu'en réalité... J'en ai acheté deux.

Pardon monsieur mon banquier, ce sont les pièges d'internet qui ont flingué direct mes velléités de décroissance beauté: une sombre histoire de frais de port offerts à partir de X euros d'achat... Damned !


lundi 16 janvier 2017

C'est lundi (15)

Niveau de motivation : proche du zéro.

Surtout que la nuit du dimanche au lundi est toujours la plus courte de la semaine, rapport au blues qui te saisit immanquablement vers 17h quand tu te demandes tout d'un coup où a encore filé ce week-end que tu n'as pas vu passer, à l'angoisse du retour au bureau et de l'ouverture de la boîte mail (Car oui, il y a des mails qui arrivent entre le vendredi soir et le lundi matin) (Beaucoup trop) (Droit à la déconnexion, mon tubercule, oui !), et au "petit dernier - épisode de série - avant de se coucher" qui n'est finalement JAMAIS le dernier, alors je suis fa-ti-guééééééée.

D'autant plus que hier soir particulièrement, Miss PotatoCat n'avait VRAIMENT PAS envie qu'on bouge de sous le plaid. J'ai failli passer la nuit pliée en douze sur le canapé.

PotatoCat-lundi.jpg

(Elle a tenté de me convaincre qu'elle avait un pouvoir magique pouvant empêcher le lundi d'arriver) (Tu as remarqué une modification du continuum espace-temps, toi ?)
(Voilà. Miss PotatoCat, grosse menteuse)


samedi 14 janvier 2017

Ne me griffe pas !

Ne me griffe pas
Il faut te calmer
Tout peut se calmer
Qui s'endort déjà
Calmer ces moments
De coups de folie
Et toutes ces nuits
Sans savoir comment
Tu passes des heures
Qui me tuent parfois
Vilain pitichat
Qui saute sur mon coeur
Ne me griffe pas (x3)
Ne me griffe paaaaas

Moi je t'offrirai
Des super croquettes
Venues d'internet à dos de facteur
Je creuserai la litière jusqu'après minuit
Pour qu'tu fasses pipi ailleurs que par terre
Je ferai un domaine
le félin sera roi, où l'amour sera loi
Où tu seras reine
Ne me griffe pas (x3)
Ne me griffe paaaas

Ne me griffe pas
Je t'inventerai
Des jeux insensés
Que tu snoberas
Je te parlerai
De ces chatons-là
Qui sont si câlins avec leurs humains
Je te raconterai l'histoire de ce chat mort
D'épuisement à toujours attaquer
Ne me griffe pas (x3)
Ne me griffe paaaaas

On a vu souvent
Des chats si heureux
Croire en ronronnant
Qu'ils étaient des dieux
Il est, paraît-il
Des félins calmés
Se laissant caresser
Doux, tendres et dociles
Et quand vient le soir, que l'humain veut dormir
Dès qu'il fait tout noir, ils cessent de bondir
Ne me griffe pas (x3)
Ne me griffe paaaas

Ne me griffe pas
Je ne vais plus pleurer
Je ne vais plus crier
Je me cacherai là
À panser les plaies
Causées par tes griffes
Et à me demander
Si ce chat agressif
Ne finira pas un jour par m'éborgner
Me coller un abcès, ou bien la gangrène
Ne me griffe pas (x3)
Ne me grifffe paaaaaas

Signé : Patate Brêle


jeudi 12 janvier 2017

#JeudiConfession (34)

Il y a quelques semaines, j'ai fait les vitres du salon.
oO0 (Ben quoi Pataaaaate ? C'est pas une confession, ça. C'est plutôt bien, non ?)

Reprenons.
Il y a quelques semaines, j'ai FINI de faire les vitres du salon.

C'est que vois-tu, il y a deux rangées de fenêtres dans mon salon, et j'avais nettoyé la première rangée vers le début de l'an dernier, par une belle journée ensoleillée où tout d'un coup, la honte de toute cette saleté m'avait submergée.
Il y avait tellement de crasse de surface vitrée que l'opération m'avait pris une bonne partie de l'après-midi et que je m'étais ensuite jetée sous la douche pour éliminer toute la sueur générée par mon intense activité ménagère et pleurer sur mes ongles massacrés par ladite activité; me promettant évidemment de remettre cela le lendemain (Tant qu'à s'être flingué la manucure, hein...) pour la deuxième rangée de fenêtres.

Et puis le lendemain...
Sans doute qu'il a plu; on ne fait pas les vitres quand il pleut, c'est bien connu. Ou alors j'ai eu piscine, ET poney, ET PUIS cours de javanais. Ou bien j'avais promis à Miss PotatoCat de l'aider à faires ses devoirs, je ne sais plus. Et le surlendemain ? Pareil. De même que le jours d'après et tous les suivants. (Je parle désormais le javanais couramment)
Le fait est que j'ai commencé à faire les vitres du salon en janvier, et que j'ai terminé fin novembre. Evidemment, évidemment-haaaaan, on rit encore pour des bêtises comme des enfants j'ai donc vécu des mois avec l'escabeau déplié au pied de la fenêtre...

oO0 (Ben quoi Pataaaate ? Ce n'est toujours pas une confession)
oO0 (L'escabeau doit bien passer la moitié de l'année déplié quelque part dans l'appart')
oO0 (On te connaît Procrastino-Potato. L'essentiel c'est que ce soit finalement propre, non?)

Certes.
Sauf que je me suis rendu compte que les vitres du salon n'avaient pas été nettoyées depuis... Bah en fait, peut-être JAMAIS. Ou alors peut-être 2011 si d'aventure, prise de honte après cette blog-note, je m'étais ruée sur le sopalin et le produit à vitres mais honnêtement, je ne pourrais pas en jurer.

Donc oui, mes vitres sont propres (Et l'escabeau est replié. Je répète : l'escabeau est replié !) et il fait désormais super clair dans mon salon mais je ne peux plus le cacher : je suis une souillon qui nettoie ses carreaux une fois tous les 5 ans.

Ne me juge pas, steuplé.
Même si je te dis que je n'ai pas encore touché à celles de la chambre.
(Hein ? La cuisine ? Quoi, la cuisine ? Qu'est-ce qu'elle a ma gueule la cuisine ?)


mardi 10 janvier 2017

Je suis désolée... ou pas.

J'ai tendance à m'excuser pour tout et n'importe quoi. Je suis désolée de tout, tout le temps, et surtout d'exister.

Mais je me soigne depuis des années et je fais de mon mieux pour ne plus demander pardon à tout bout de champ, parce que ce que l'on dit reflète ce que l'on croit (En l'occurrence, que je mérite moins d'effort, de temps, d'espace ou d'attention que les autres), et conditionne souvent la façon dont on va nous traiter (Avec peu d'effort, de temps, d'espace ou d'attention, donc).

Il y a un peu plus d'un an, Procrastino-Potato était tombée au hasard du net sur ces petits strips qui faisaient si bien écho à ses conditionnements, et s'était émerveillée de la simplicité de la solution proposée (Simplicité toute relative œuf corse, car changer plus de 30 ans d'habitudes...).

Car effectivement, les trois quarts du temps au lieu de dire (et penser) "désolée", je devrais dire (et penser) "merci".

Sorry-Thank-you-01.gif
(Source: Yao Xiao, illustratrice d'origine chinoise vivant à New York tant que Trump n'aura pas pété un cable)


Non pas "désolée d'être tout le temps en retard" mais plutôt "merci de m'avoir attendue".

Sorry-Thank-you-02.gif
C'est tout petit, comme changement, mais au lieu de délivrer un message négatif (à savoir que je suis fautive, et nulle à ch...) qui ne pourra appeler qu'encore plus de négatif ou bien un "c'est pas grave" énervé ou condescendant, cela aborde le retard d'une façon positive à la fois pour moi et pour l'autre.


Non pas "désolée, je te saoule avec mes histoires" mais plutôt "merci de m'avoir écoutée".

Sorry-Thank-you-03.gif
Parce que "mes histoires" ne sont pas moins intéressantes ou importantes que celles des autres, et que je devrais valoriser l'attention et l'écoute dont TU fais preuve plutôt que de te convaincre inconsciemment que JE n'en vaux pas la peine...


Non pas "désolée, je raconte n'importe quoi" mais plutôt "merci de ta compréhension".

Sorry-Thank-you-04.gif

Non pas "désolée, je suis un boulet" mais plutôt "merci de passer du temps avec moi".

Sorry-Thank-you-05.gif

Non pas "désolée, je suis nulle et je m'excuse d'exister" mais tout simplement "merci à toi d'être là pour moi".

Sorry-Thank-you-06.gif
Ne plus jamais dire "désolée" alors qu'en réalité je devrais dire "merci".
C'est quand même drôlement plus positif et motivant de voir la vie de cette façon, non ?


- page 1 de 220