Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Sommeil

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 08 septembre 2013

Et le 7ème jour, Dame Patate se reposa. Ou pas

Paske je ne sais pas si tu l'as remarqué, concentré(e) que tu étais sur la rentrée de ton petit dernier, mais cette semaine j'ai blogué tous les jours ! Tous. Les. Jours.
Hééééé ouais !

* Applause *
(Ne te fais quand même pas mal aux mains)

J'aurais donc bien gagné le droit de me reposer.


Sauf que je suis maso motivée, comme tous les ans à la rentrée, alors en ce beau (j'espère !) dimanche je vais zapper une grasse matinée pourtant bien méritée et secouer ma flemme dès potron-minet, pour aller à la messe m'initier à la Marche Nordique. Ou Nordic Walk, en anglishe in ze text.
Héééééé ouais !

Même que si je survis et que je ne suis pas trop crevée, je te raconterai.


nordicguy1.gifUn avant-goût, ceci dit...

Suite à mes recherches prémiminaires (Et merci, les ceusses qui ont pris la peine de me répondre sur Twitter), je sais que dans l'effort, je suis sensée ressembler à ça ==>


Ah ouais...
Déjà, vu ma démarche habituelle et ma grâce naturelle dans le port de tête et de bras, je ne sais pas pourquoi, j'ai un léger doute...


Mais je suis motivée, jy crois !
Cette année sera celle de l'éveil de ma sportitude (Dit la Patate tous les ans à la rentrée).

(Source du bonhomme et des renseignements)


mercredi 15 juin 2011

La nuit est chaude

(Elle est sauva-haaaage)

En ce moment, mes nuits sont chaudes.
En ce moment, mes nuits sont peuplées... De flammes.

incendie.jpg
Le Patat'home brûle.
Parfois je suis dedans, je dormais paisiblement et je brûle vive.
oO0 (Et une Patate grillée au feu de bois, une !)

Parfois je suis dedans, je suis réveillée, et je fais l'inventaire de tout ce qu'il faudrait sauver. Je dois décider par quoi commencer (Avec Miss PotatoCat sous le bras, car c'est elle que je sauve en premier) : le sac à main avec les papiers dedans, la chemise avec les actes notariés, les photos irremplaçables et... le trou noir. Impossible de réfléchir au-delà.
Je prends un truc, je le repose, j'en saisis un autre, je cours d'une pièce à l'autre, le coeur battant, en toussant à cause de la fumée, et puis c'est le freeze.
Je reste plantée dans le salon... Où je brûle vive avec mon chat sous le bras.

Parfois je suis dedans ET JE NE TROUVE PAS LE CHAT !!
Je cours d'une pièce à l'autre le coeur battant, en appelant mon bébéééééééé, où est-ce que tu t'es cachée pitichat, c'est pas le moment de jouer ! Impossible de la trouver; je finis à genoux dans le salon et... je brûle vive en serrant contre moi son plaid préféré.

Parfois je suis dehors - Yipikayééé.
Mais le chat est dedans... Et je la regarde brûler vive à la fenêtre du salon tandis qu'un pompier me plaque au sol comme dans les films pour m'empêcher d'aller la sauver. Ouais parce que sinon, je courrais la chercher, d'un coin à l'autre de l'appartement, le coeur battant en appelant mon bébéééééé... Et je brûlerais vive avec mon chat sous le bras, cf. les points ci-dessus développés.

Oui, en ce moment mes nuits sont chaudes et agitées.

Et les journées ?
Bah tout aussi remplies : je fais des listes !!
- La liste de tout ce que je devrais sauver en cas d'incendie
(A rassembler au même endroit, tant qu'à faire, ça peut aider)
- La liste des gens à qui confier ma petite chérie si par hasard elle me survivait
(Ça existe les parrain/marraine pour chats ?)
- La liste des choses à mettre en ordre avant d'être immolée par le feu
- La liste de ce qu'il faudrait mettre dans mon testament
(A part le nom de l'heureux gagnant de 5 kilos de pitichat traumatisé)
- La liste des gens qui viendraient à mon enterrement
(Pas des masses, et puis t'façon je serais déjà crémationnée alors...)
- La liste de ceux qui me regretteraient vraiment (Encore moins)

Oh j'oubliais, dans la liste des courses : un détecteur de fumée !
(Et puis passer à la pharmacie pour renouveler l'ordonnance de madame Mapsy,aussi)

Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 17 mars 2011

Pataaaate, tu dooooors ?

sommeil-2011.jpg(Ton moulin, ton moulin va trop viteuuuuh)


Ces temps-ci, il y a des "journées" pour tout.
oO (Ah bon ? Toi aussi tu as remarqué ?)

Et donc ce vendredi, c'est la journée nationale du SOMMEIL (Que tu cliques pour avoir plus d'infos) (A priori, y a des trucs à gagner Gare Montparnasse).
Le thème 2011 de la "journée", c'est la somnolence au quotidien (dit-elle en baillant comme une mémé à 21h à peine passées).


Alors si tu t'endors pour un oui pour un non (Y compris en réunion ;-) ), que tu en as marre d'entendre ton meûri ronfler à s'en étouffer, ou que tu piques du nez sur l'autoroute de façon inopinée, AUJOURD'HUI tu décides de t'en occuper.
Ok ?

Précisons que je ne suis pas sponsorisée pour en parler, mais ça me parle (Hu hu hu) cette journéee car leur logo est assorti à mon blog si tu te souviens bien, lecteur de mon coeur, il n'y a pas si longtemps mon sommeil a été enregistré.
(Interdit de ricaner au souvenir d'un des ignominieux résultats)


Potato-Scriptum : excellente question de L'économe en commentaires.
Cette journée sera-t-elle une excuse valable pour dormir au boulot ??
(Ou y arriver en retard, n'est-ce pas, Pataaaate ;-) ) Les ceusses qui auront testé, vous êtes priés de venir nous le raconter.

mardi 19 octobre 2010

Polysomno-Potato

Droopy_endormi.gifPolysomnographie : n. f.
examen médical consistant à enregistrer au cours du sommeil, plusieurs variables physiologiques (rythme respiratoire, rythme cardiaque, électro-encéphalogramme, électro-myogramme des bras ou des jambes...) afin de déterminer certains troubles liés au sommeil.
(Source : wikipedzouille)

En pratique ça consiste en quoi ?
Prendre son pyjama ("ouvert sur le devant le pyjama" qu'ils avaient dit, ben j'en ai pas, j'allais pas en acheter un exprès et on s'en est passé sans le moindre souci) son doudou, un bon roman policier, et s'en aller passer une nuit à l'hôpital dans un service de luxe avec de super lits spécialisé : le "labo sommeil" où on va jouer les cobayes.
Votre mission si vous l'acceptez : dormir.

Ce qui peut sembler trivial mais se révèle finalement assez difficile quand au moment du coucher, l'infirmière vient vous ligoter au lit attacher 2 kilos de capteurs, fils, élastiques, électrodes de la tête aux pieds avant de vous fixer le petit boitier sur la poitrine ("Ah. Vous avez des seins. (Bah voui, deux) C'est pas grave on va se débrouiller"... et vlan, un bleu sur chacun !) et de vous scotcher un stéthoscope miniature dans le creux de la gorge "pour enregistrer si vous ronflez". Groumpfff, je ne ronfle pas, je suis une princesse moua !

Avant cela, elle vous aura copieusement arrosée d'éther pour "vous dégraisser la couenne" * re-groumpff * histoire que les électrodes tiennent (Mon mal de tête aussi, il tiendra jusqu'au lendemain, merci). Oui oui, même celles du visage, c'était bien la peine d'emmener votre crème de nuit, tiens !

Cerise sur le gâteau : sur le crâne, l'éther 1- c'est encore plus froid qu'ailleurs (Surtout quand cette sadique d'infirmière vous frotte les cheveux comme si elle voulait dégraisser le cerveau en-dessous) et 2- ça ne suffit pas... C'est de la colle qu'il faut y mettre sous l'électrode ! De la COLLE !!
De la colle dans mes cheveux * sanglots * Il me faudra 4 shampooings, dont deux chez le coiffeur, pour m'en débarrasser complètement et la moitié de mes tifs partiront avec (Hein ? Quoi ? Exagérer moi ? Jamais). Et encore vous assure la sadique d'un air suave, vous avez de la chance parce qu'à ses débuts les cheveux, on les RASAIT * frisson de terreur *

Vermicelles en sucre sur la cerise : il y a une CAMERA dans la chambre.
Un machin à infra-rouges comme dans les films d'espionnage, pour surveiller si tu dors ou pas, vérifier que tu n'es pas en train de tester les ressorts du lit avec le veilleur de nuit t'étrangler avec l'un des nombreux fils qui partent de ton corps et, accessoirement, faire un léger vroum-vroum touuuute la nuit pour te faire chier bercer. Ami lecteur si tu dois passer une polysomnographie un jour dans ta vie, sache-le : les boules Quiès sont tes amies.

23h - Extinction des feux et derniers branchement, tu es priée de t'endormir.
23h01 - Jaaaaamais tu ne pourras dormir avec tout cet attirail branché sur toi !

23h02 - Tu remarques le léger vrombissement de la caméra
23h05 - C'est pas une caméra standard en fait, ils l'ont bricolée avec de la récup' de moteur d'avion
23h08 - Est-ce que si je décolle le gros boitier de mon sternum et que je vise bien, j'ai une chance d'avoir le silence ?

23h10 - Enfin, ça vient : tu bailles. Merde, l'électrode se décolle sur ta joue droite.
Tu es en train de la recoller tant bien que mal quand la porte s'ouvre sur l'infirmière. C'est pas ma faute madame, j'ai rien fait, ça s'est décollé tout s-... Aïeuuuu ! Elle m'a collé une baffe la salope ?!
Ah ouais, non, elle recolle le bidule. Chouette, encore de l'éther ! Ca me manquait :-)

2h et des bananes - Tu dormais.
Manque de bol, le capteur accroché au bout de ton doigt en a profité pour se faire la malle et c'est en le replaçant que l'infirmière te réveille. Oh tiens, ce n'est pas la même, elle est gentille celle-là, on dirait ta môman quand tu chouinais la nuit et qu'elle te murmurait "chuuut, rendors-toi" avec une main sur le front.

zzZZzzz zzzZZzzzz

7h - Oh, une 3ème infirmière !
Mais c'est que j'ai dormi dites donc, c'est déjà fini ? Oui ? Alors, j'ai réussi l'examen ?? ;-)

Elle n'a rien voulu me dire - soi-disant que faut avoir fait des études de médecine pour décrypter les hiéroglyphes des machines, pfff - mis à part UN truc dont je me serais bien passée : "Madame, vous ronflez". Légèrement a-t-elle ajouté en voyant ma mine déconfite mais le mal était fait, mon CV de princesse était ruiné. Non mais depuis quand je ronfle moi ?!!

Jamais le Prince Charmant ne voudra m'épouser maintenant. Si ça se trouve on pourrait me coller une boîte entière de petits pois Cassegrain sous le matelas et je ne les sentirais même pas. Oublie la pantoufle de vair, mon pied ne rentre sans doute plus que dans une charentaise Isotoner, mon avenir de conte de fées est fichu ! Une princesse qui ronfle, ça ne s'est jamais vu !!
(Quoique, dans Schrek...)