Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 01 janvier 2015

C'est la saison des voeux (2)

New-Year-2015-pink.jpg

(Source : Pinterest, what else ?)


Oyez oyez les gens, ma collec' de SMS de Nouvel An gnangnan vient de gagner un nouvel élément :

"J'ai parlé de toi à des amis et ils m'ont promis de venir te voir chez toi et d'y rester pour toujours. Ce sont : la santé, le succès, le bonheur, la joie et l'amour. Sois prêt(e) à les accueillir en 2015. Bonne année !"
(Note le E entre parenthèses, genre la personne n'a même pas pris la peine de faire un message différent pour les hommes et les femmes de son répertoire)

J'ai d'abord grincé des dents, et puis je me suis dit que je l'avais bien cherché.
Parce que le 31 décembre, au lieu de me pomponner et de partir réveillonner, j'ai ciré mes chaussures (TOUTES mes chaussures, ça m'a pris la matinée cette affaire !), briqué mon évier, récuré le lavabo et la baignoire et changé mes draps.
Après une telle tornade blanche (Fille de pub un jour...), l'Univers ce gros farceur ne pouvait pas laisser passer cela sans m'envoyer un SMS cul-cul à base de gens qui s'invitent dans le Patat'home pour y rester.

Je te rassure, le changement d'année ne m'a pas changée en fée du logis.

Tout a commencé avec ma paire de bottes en nubuck qui sont certes faites pour marcher, mais pas dans la boue, et qui traînaient dans le hall d'entrée depuis heuuuu... (Mais c'est qu'elles étaient trop cradres pour être rangées avec les autres chaussures, elles attendaient juste d'être nettoyées depuis heuuuu) (Ne me jugez pas)
Je pense que j'ai trébuché dessus une fois de trop et je n'avais rien d'autre à faire en ce matin du 31 décembre, donc j'ai sorti le matos à godasses du fin fond du placard de l'entrée. J'AI SORTI LE MATOS A GODASSES !! Le truc qui m'arrive une fois par an, et en 2014 c'était le dernier jour de l'année, voilà.
(Oui, il y a un rapport avec la baignoire, patiente un peu, tu vas comprendre)

Tant qu'à faire pendant que ma crème à nettoyer le cuir agissait, je me suis dit que j'allais cirer/imperméabiliser mes autres paires de bottes. Et quand j'ai ouvert le meuble à chaussures pour attraper des bottines (Toutes craquelées, les pauvres, il faut dire que je ne les cire jamais je les avais achetées avec Cro-N'ex !) (Je devrais les jeter juste pour le principe, mais je n'ai jamais trouvé leurs remplaçantes et maintenant que j'ai le pied délicat, ça l'est encore plus) (Délicat, tu suis oui ?!), ces malheureuses couvertes de poussière m'ont sauté au nez et je me suis mise à cirer TOUTES mes shoes.
(Et la baignoire ? On y vient, patiente je te dis !)

Du coup, après cette matinée d'intense activité, les chaussettes de l'archi-duchesse que j'utilise pour appliquer le cirage (Excellente façon de recyler les chaussettes orphelines, au passage) étaient sèches, archi-sèches un peu crado donc je suis allée les rincer dans le lavabo.
(Nooooon, toujours pas dans la baignoire)

Après un quart d'heure de savonnage/rinçage, j'ai pu les étendre à sécher mais mon lavabo était noir dégueu, je ne POUVAIS PAS le laisser dans cet état. Même moi ! C'est dire s'il était cracra.
Cela tombait bien, le produit nettoyant pour la salle de bains est rangé sous l'évier de la cuisine, et Miss PotatoCat que j'avais pris la précaution d'y enfermer - dans la cuisine, pas sous l'évier !!- de peur qu'elle ne veuille m'aider avec le cirage (Elle est tellement serviable, la petite chérie), miaulait à la mort pour être libérée libérééééééée, délivréééée. Bref, j'ai récuré le lavabo.
Et une fois propre et brillant comme un sou neuf, il faisait tellement honte à ma baignoire que je me suis sentie obligée de faire quelque chose pour elle. Puis sur ma lancée, en allant reposer les produits ménagers sous l'évier... Bah j'avais les gants, j'avais l'éponge on a les lumières, on a la sono (Zou, zou, zou, Zoubidaaaa), j'ai aussi récuré l'évier.

Voilà comment, à l'insu de son plein gré, on passe le dernier jour de l'an à nettoyer.
L'avantage c'est que j'étais tellement vannée, je n'ai même pas regretté de ne pas sortir réveillonner !!


(Et le changement de draps, Pataaaaate ?)
(Du PUR masochisme :-) )


Cher patatophile, si tu as lu ce passionnant récit jusqu'ici, tu mérites d'être interné bien une 2ème tournée de mes meilleurs voeux de bonne et heureuse année.

New-Year-2015-pink.jpg


lundi 29 décembre 2014

Patat'a vu The Other Woman

Ou "Triple alliance", en Français in ze texte, mais moi j'ai vu la VO, so...


The-Other-Woman-Triple-Alii.jpg
(NdT : je suis confusionnée d'ailleurs, parce que "The other woman" c'est déjà un film avec Natalie Portman... Jamais distribué en France à part en DVD, m'enfin entre Ricains, est-ce qu'on a bien le droit de se piquer les titres comme ça ?)

Bref.
Patat'a vu The Other Woman, et même si les critiques sont assez assassines, Patat'a suffisamment rigolé pour avoir envie de le partager. Parce que c'est Nowel et que les fêtes de fin d'année c'est trop la déprime qu'une petite comédie sympa, ça peut faire du bien entre la connasse de belle-soeur dinde et les cousins arriérés plateaux de fruits de mer.

Or donc, les critiques sont assassines, et avec raison.
Le scénario n'a pas une grande originalité, certains gags sont lourds et gras - et beaucoup à base de pipi-caca, c'est plein de stéréotypes, c'est trop comme ci ou pas assez comme ça ... Bah oui. Mais va savoir pourquoi, magie du cinéma, ça marche pour moi. (Rick Hunter, sors de ce corps !)
Il faut dire que j'ai un gros girl crush pour Cameron Diaz et ça tombe bien, le personnage central du film, c'est elle. M'étant fait sa filmographie quasi-entière, je peux en outre te certifier qu'il y a largement plus con et nettement moins réussi que ce film-là.

Il faut dire aussi que le casting a fait appel à deux bôgosses issus de séries télé : Jamie Lannister (Game of Thrones) et Kelly Severide (Chicago Fire) (Je ne t'en ai pas encore parlé ?! Mais TU DOIS voir Chicago Fire ! C'est des POMPIERS et il y a le bôgosse australien de Dr House dedans) (Juste, tu changes de culotte après chaque épisode, mais c'est pas grave, Patat'a du stock) (Bref).
Hein ? Quoi ? Oui, les acteurs ont des noms, m'enfin le premier en a un à coucher dehors et puis Google est ton ami, non ?

Revenons à nos moutons.
Le film commence comme une comédie romantique classique : Carly (Cameron Diaz), sublime avocate blonde que tu devines mariée avec son boulot et malheureuse en amour comme nous toutes, même que ça remonte le moral paske sans doute qu'à elle aussi on lui demande comment ça se fait qu'elle est toujours célibataire "jolie comme elle est", Carly donc, rencontre Marc (Jamie Lannister).
Feu d'artifice au lit (Et sur la table basse, et contre la fenêtre du salon, et...), sorties romantiques, cadeaux craquants et dîners sur fond de musique douce... C'est le coup de foudre et la romance dure 2 mois.
Jusqu'à ce que ça dérape et que Carly se retrouve un soir nez à nez avec Kate, la femme de Marc; car évidemment, c'était trop beau pour être vrai, le mec est un salaud déjà marié qui avait "juste" un peu oublié de porter son alliance pour sortir dans les bars. Carly n'omet d'ailleurs pas de préciser que NON, elle n'est pas la maîtresse du salaud, puisqu'elle n'était pas au courant qu'il était marié.

L'histoire pourrait en rester là, tu remballes tes dents et les morceaux de ton petit coeur brisé et tu repars avec dignité (Cameron Diaz est super douée pour incarner la dignité avec un talon d'escarpin cassé), sauf que l'épouse bafouée s'inscruste dans la vie de Carly comme un chiot en manque d'affection, et que de conversations désabusées sur les hommes en bouteilles de vodka, elles finissent par devenir copines et par échafauder des plans pour passer au salaud l'envie de recommencer.
Girl power !
La plupart des critiques trouvent que cette partie du film traîne en longueur et vole la vedette au vrai thème qui est la vengeance en elle-même. Perso je trouve au contraire cette première moitié la plus riche : marrante, un brin loufoque mais finalement touchante, avec des dialogues qui tapent juste et un bon rythme. C'est mon humble avis, et je le partage.

Rien à voir avec le fait que c'est aussi dans ce morceau du film qu'on découvre ce beau morceau de mâle (Je découvre d'ailleurs en écrivant cette blog-note qu'il a des goûts de chiottes originaux : ce serait le boyfriend de Lady Gaga).
Beaucoup à voir en revanche avec les fringues, les shoes, les coiffures et autres considérations greluchiennes. J'ai a-do-ré les tenues des actrices dans ce film : Kate la bobonne couture et Carly la it-girl branchée (Un peu moins les apparitions de Nicki Minaj, mais elle a au moins le mérite d'être originale).
Esprit de Sex and the City, es-tu là ? Oui, je suis dans la scène où Carly et Kate passent une plombe à picoler / discuter / rigoler dans le walk-in closet, au milieu des escarpins et des fanfreluches.

L'intrigue s'accélère quand nos nouvelles amies découvrent que Marc est en fait un escroc, doublé d'un serial-dragueur qui saute sur tout ce qui bouge, et qu'il a en particulier sauté sur Amber, bimbo de 20 ans incarnée par Kate Upton (Je te laisse Googueuler ses photos en maillot, c'est le top model du calendrier Sports Illustrated). Laquelle n'apporte pas grand chose à l'intrigue, mais fournit le personnage de la blonde bête et gentille. Stéréotypes, stéréotypes, je n'ai jamais dit le contraire.
Je te passe la suite, la dernière demi-heure pèse et emballe la vengeance des trois femmes bafouées qui servira en outre à cimenter leur amitié. Il y a des gags lourds et pas mal de clichés, mais il y a surtout de bons éclats de rire, quelques moments touchants, et au final, un bon divertissement.

Celui-ci est à ranger dans les "plaisirs coupables", il faut bien être une Patate pour se vanter de l'avoir apprécié, mais j'assume. Mes neurones ont besoin de se relaxer de temps en temps !


lundi 04 août 2014

Oh Happy Days (6)

Si vous avez manqué le début...
(Si toi aussi tu as appris à lire avec les résumés de Télé 7 Jours, claque des doigts !)

Les règles du défi #100happydays sont ici, et par là tu peux retrouver mon épisode 1, mon épisode 2, mon épisode 3, mon épisode 4 et mon épisode 5.
Ou bien en live tous les jours sur Twitter avec le hashtag #PatateHappy, si jamais tu veux t'essayer aux réseaux sociaux (C'est addictif ceci dit, je t'aurai prévenu).

Jour 37.
100happydays.037.jpg
Le double cornet banane-caramel que #PatateHappy s'est offert pour fêter le 14 juillet.
Si si si, pour la fête nationale, on a le droit de s'empiffrer de faire défiler les calories. Si. Si. Si.


Jour 38.
100happydays.038.jpg
Sur le chemin du retour, prendre le temps de respirer la lavande et d'observer les petites z'abeilles en train de travailler.
(J'ai dû passer 5 bonnes minutes, plantée devant ce jardin)


Jour 39.
100happydays.039.jpg
Célébrer une journée ensoleillée avec mes Camper d'amour et le vernis #Mavala tangerine.
As-tu remarqué la couche de paillettes rajoutée sur le gros orteil ?
(As-tu remarqué que j'aurais aussi sacrément besoin de bronzer ?)


Jour 40.
100happydays.040.jpg
Soirée Game of Thrones.
Ce soir-là, je terminais la saison 2 en priant Twitter de ne pas me spoiler la suite (Et Twitter m'a écoutée, paske j'ai que 3 followers qui se battent en duel mes followers sont sympa. Oui oui, les trois !), et voici ce qu'on m'en a dit :
- follower n° 1 : "ils meurent tous à la fin"
- follower n° 2 : "dans la 3, y'a XXX, XXX et XXX qui meurent assez vite ;oD"
(Le follower n° 3 était parti faire pipi)

Entretemps, j'ai fini les saisons 3 et 4 (Les soirées sont longues, quand on n'a pas de vie sociale), et je confirme : ILS MEURENT TOUS A LA FIN (Enfin, presque), c'est ARCHI-NUL et je DETESTE George R. R. Martin.
En attendant la saison 5 - qui ne sera diffusée qu'à partir d'avril 2015, damned ! - je pense que je vais brûler un cierge par semaine pour protéger Tyrion Lannister (Mon pré-fé-ré) de la folie meurtrière de l'auteur/scénariste.


Jour 41.
100happydays.041.jpg
Décider par un doux soir d'été, que l'on n'est pas pressée, et bouquiner deux heures dans un parc avant de rentrer. #CelibatPowaaaaa !
(Je confesse une glace, aussi)
(Alors qu'on n'était plus le 14 juillet; tu me pardonnes, dis ?)


Jour 42.
100happydays.042.jpg
Un jus de framboise frais, en terrasse et en bonne compagnie.
Sauf qu'en fait non, la compagnie n'était pas Créole si bonne que ça, comme je le découvrirai plus tard à mes dépens (Ouais ! Célibat powaaaa... de te prendre une gamelle dans la gueule). Mais ceci est une autre histoire, déjà gazouillée. #TwitStory.


Jour 43.
100happydays.043.jpg
Fou-rire devant mon tigre de salon qui a gardé mes précieuses toute la soirée.
En attaquant les boucles et les lanières de temps en temps, dès que l'une d'entre elles faisait mine de s'enfuir ou de se rebeller.


Jour 44.
100happydays.044.jpg
La prof de yoga super sympa, qui a décidé de quand même faire son cours alors que nous n'étions que deux courageuses à nous être déplacées et que normalement, en-dessous de trois, "on fait pas".
Ce cours particulier a illuminé ma soirée !


samedi 27 avril 2013

Miss PotatoCat steak haché (4)

Cela faisait bien longtemps.

chat-cache-4.jpg
L'infernal animal ayant pris très au sérieux sa mission de protection rapprochée des AllStar du hall d'entrée, me chausser ce chour jour-là ne s'est pas fait sans mal. Surtout qu'au début, elle était vachement mieux cachée, alors je ne me suis pas méfiée quand j'ai tendu la main pour choisir ma paire de shoes du matin.

J'aime autant te dire que la surprise fut sanglante...


Minute "Patate fait sa blog-modasse" :

Doudoune Geox d'il y a 3 ou 4 saisons
Meuble à chaussures vintage Ikea d'il y a environ 15 ans
(Il en est à 3 déménagements)
Baskets Converse AllStar : les bordeaux sont vintage de mes années fac, les bleues ont facile 10 ans, les noires à gauche datent de là, quant aux grises, vert pomme, cuir noir et cuir marron, vous ne les voyez pas
Chat zombie griffeur de chair importé de Neuneuland


dimanche 27 janvier 2013

Soldes d'hiver 2013 : le bilan... en chantant

(Sur l'air d'une géniale chanson de France Gall)

Ne me dites pas qu'ce Tubercule était fou
Il était juste comme les autres, c'est tout.
Et pour quelle raison étrange
Une nouvelle paire d'escarpins,
Ça nous démange ?

Ne me dites pas qu'ce Tubercule n'valait rien
Il avait juste un banquier un peu chien.
Et pour quelle raison étrange
Une greluche sans le sou,
Ferait la manche ?
Ferait la manche !


Refrain :

Je n'ai pas acheté de shoes,
C'est le détail qui signe la louze,
L'horreur de mes problèmes de flouze.
Ça veut dire qu'je suis fauchée
Sans la moindre thune à claquer

Je n'ai pas acheté de shoes,
Je suis une greluche dans la bouse,
Mon compte en banque est dans le rouZe. (1)
Depuis les soldes de juilllet,
Je n'en ai pas acheté, compatissez !


Il n'y a que par habitude que j'ai fait les soldes
Je n'ai même pas fait chauffer la carte gold (2)
Et ce n'est pas si étrange,
Quand t'es grave à découvert,
D'abord, tu manges !

Moi sur les vitrines j'ai pleuré quelques fois,
Si seulement mon compte en banque était plus gras
Et pour quelle raison bizarre,
Ces boots-là ont marqué ma mémoire ?
Ma mémoire !


Refrain :

Je n'ai pas acheté de shoes,
C'est le détail qui signe la louze,
L'horreur de mes problèmes de flouze.
Ça veut dire qu'je suis fauchée
Sans la moindre thune à claquer

Je n'ai pas acheté de shoes,
Je suis une greluche dans la bouse,
Mon compte en banque est dans le rouZe.
Depuis les soldes de juilllet,
Je n'en ai pas acheté, compatissez !


Je n'ai pas acheté de shoes,
Pourtant j'ai à peine le blues,
Et pour moi c'est une sacrée niouze !
Ça veut dire que j'ai mûri,
Quand je suis dans la dèche
J'claque plus mes sous.


Signé : Patate Berger la mal chaussée


(1) Oué ben je voudrais vous y voir, à trouver des rimes en -ouse !
(2) Surtout que je n'en ai pas, de carte comme ça !

- page 1 de 7