Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 30 mars 2015

Quelle heure est-il, Madame Persil ?

Trois heures et quart, Monsieur Placard.
(Voyons, tout le monde sait ça !)

Mais si la question est "quelle heure est-il, Madame Patate ?", la réponse sera au choix :

  • A - I don't speak French Madame La Coinche
  • B - j'ai pas mes lunettes Monsieur Girouette
  • C - y a pas marqué horloge parlante Madame Charpente
  • D - la réponse D Monsieur Balai


Patate Pourrite Powaaaaa !

Ou bien

  • E- la vérité la vie d'ma mère


Pour répondre, vu que je ne porte plus de montre depuis des années, je dois regarder l'écran d'accueil du smartphone. Là où est affichée l'heure, forcément. Et j'ai ENVIE de te répondre, évidemment.
Mais pour accéder audit écran ta ta taaaaaaon je dois sortir de l'application en cours. Au risque de ne pas pouvoir y retourner exactement là où je m'étais arrêtée...

Autant te dire que si on tient à la vie, on ne me demande pas l'heure au milieu de ma dernière vie de Candy Crush !
(Surtout pas au niveau 266 où je suis coincée depuis genre 2 mois parce que c'est le niveau le plus merdique de l'univers des bonbecs !!!)


vendredi 20 juin 2014

Oh Happy Days (1)

(Oui je sais, elle était facile, celle-là)

Comme promis pour les ceusses qui ne sont pas trop "réseaux sociaux", une petite récap' bloguesque de mon défi #100happydays.
Et pour que les milliards de followers en délire gentils patatophiles qui me suivent également sur Twitter n'aient pas trop l'impression d'être servis avec du réchauffé, de temps en temps ici, j'élaborerai.
Paske 140 caractères c'est un peu peu par moments, surtout qu'il faut identifier le défi et numéroter le jour ET que j'essaye d'y caser le hashtag #PatateHappy (OK, j'ai oublié plein de fois au début) pour que mes photos soient plus faciles à retrouver au milieu des autres shiny happy people.

Voici donc sans plus tarder, les huit premiers jours de mes #100happydays.

100happydays.001.jpgJour 1.

Le plaisir de croiser un bosquet de marguerites (Une de mes fleurs préférées) (Avec le Gerbera, qui n'est jamais à mes yeux qu'une marguerite version color block) au détour d'une promenade.

Et de penser à pro-fi-ter de la douceur de l'instant au lieu de ruminer des idées noires à base de fait-chier-de-se-promener-toute-seule-sans-personne-à-qui-parler. Être fière de soi aussi, parce qu'on a bougé son tubercule du canapé au lieu de larver le dimanche entier.
Patate Happy, je vous dis !


100happydays.002.jpgJour 2.

Profiter du jour férié pour renouer avec un de mes vernis préférés : le platinum marble de Mavala, un joli parme métallisé qui s'applique comme un rêve (2 couches ici, parce que j'avais le temps, mais une seule fait déjà très joli) même quand c'est Calamity Patate qui fait sa manucure.

Plaisir d'avoir (Et surtout de prendre) un peu de temps pour prendre soin de soi.





100happydays.003.jpgJour 3.

Croiser au détour d'une promenade (Encore ?! Pataaaaate, t'en as pas marre de te promener ?) (Bah non, il paraît que c'est bon pour la digestion), cette version récup' des nains de jardin.

Sourire, s'arrêter, repartir en arrière te raconter surtout les carambars d'antan et les coco boer pour immortaliser l'instant.

Oui, j'ai sauté la clôture pour prendre la photo.





100happydays.004.jpgJour 4.

Le parfum des lys dans la salle d'attente de Mme Mapsy.

Cinq minutes de pause pour se recentrer et essuyer le mascara qui avait coulé, juste après une séance qui fut douloureuse et dont je suis sortie démolie (Ouais, c'est pas toujours la fête du slip avec Mme Mapsy, elle est sympa mais des fois elle gratte là où ça fait bien mal).
Mais j'ai emmené avec moi l'image de cet odorant et magnifique bouquet de fleurs.






100happydays.005.jpgJour 5.

Mon T-shirt de Zumba à la fin du cours. Bon à tordre, mais que c'était bon !!

Un jour il faudra VRAIMENT que je me décide à te raconter la Zumba, parce que c'est quand même une activité sportive à laquelle je m'adonne (Plus ou moins régulièrement, selon ma procrastination du moment et mes moyens financiers souvent manquants) depuis plusieurs années, et que c'est bien la seule que je pratique avec un grand sourire aux lèvres.

(Au bas d'un visage rouge et luisant)
(Sous un brushing ruiné en moins de 2 minutes)
(Et surmontant des fringues mouillées à plein d'endroits pas très élégants)



100happydays.006.jpgJour 6.

Merci à la gentille collègue qui a pensé à me garder le dernier baklava de la boîte ramenée de ses vacances en Turquie.

J'adoooOOooore les sushis pâtisseries orientales en général, le baklava en particulier, et pour une fois, j'ai profité de ce petit plaisir de gourmande sans me culpabiliser sur les whatmille calories ingérées.

Il faut dire que quand c'est le dernier, c'est plus facile de ne pas s'enfiler la boîte en entier.



100happydays.007.jpgJour 7.

Un verre avec une copine pas vue depuis longtemps.

Je te laisse deviner lequel est le mien.

Je te laisse également deviner de combien ce premier verre fut suivi.
(Un indice au bas de votre écran : j'avais déjà mal aux cheveux en rentrant)








100happydays.008.jpgJour 8.

Ma #PotatoPlanche de dimanche dernier.

Ah que j'étais heureuse ! Ah que j'étais fière !!

Depuis j'ai méchamment régressé, mais j'ai au moins le plaisir d'avoir gardé trace de cet exploit. Et de ne pas l'avoir réalisé en solitaire comme mes promenades grâce à vous toutes, les courageuses qui m'accompagnez et me motivez tous les jours sur Fesse de Bouc.

MERCI !




jeudi 02 janvier 2014

Les Patates Z'annonces (11)

Patate Annonce n° 1 : une nouvelle année commence !
Mais depuis des éternités, l'a pô vraiment changé la France

Lapinou-Year-Patate.gif
Je ne sais pas chez vous, mais 2013 ayant été pour moi une année plutôt éprouvante sur pas mal de plans (Dont je ne vous ai pas toujours causé, certes, mais où va-t-on si une Patate n'a plus droit à son petit jardin secret ?) (Patate, jardin, hu hu hu...Ouais mais non ok, laissez tomber), j'accueille 2014 avec beaucoup de soulagement et d'espoir en de nouveaux départs.
Mes patatophiles préférés, je vous - je nous - souhaite une année 2014 bonne et douce, entourée de ceux qui nous sont chers et précieux, jalonnée de belles opportunités, de merveilleuses rencontres, et surtout de gens et de pensées positifs. Parce que la vie est trop courte pour s'emmerder avec tout le reste.
Bonne année !!

Lapin-Cretin-Coca-Zero.gifPatate Annonce n° 2 : je vis toujours sans Coca Zero !
Plus une goutte depuis 8 mois !!
J'en suis à tel point désintoxiquée que l'autre jour, alors que je recevais du monde à l'apéro, j'ai dû retourner en urgence au supermarché : j'avais carrément oublié d'en acheter !! Heureusement que ce n'était pas Un Dîner Presque Parfait, sinon je ne te raconte pas ce que j'aurais pris dans les ratiches de la part de certains invités.
Et comme je n'en ai pas bu une goutte de la soirée (Même pas envie, tu te rends compte ?!) (Faut dire que j'avais choisi une bonne bouteille de blanc, aussi), il en restait bien 1/2 litre dans la bouteille... Et ben je ne l'ai MÊME PAS terminée le lendemain "pour pas gâcher" ! Incroyable mais vrai : pas envie, pas tentée, limite malade rien que d'y penser. Mais comme il ne fallait pas la gâcher, plutôt que de la mettre à l'évier, je l'ai ramenée au boulot où elle a fait le bonheur d'une collègue aussi accro que je l'étais.

Patate Annonce n° 3 : je suis ENCORE calée à Candy Crush.
Niveau 140 ce coup-ci, on progresse.
Mais on progresse leeeentement ! Et autant le Pet Rescue, quand je suis calée, au bout d'un moment je cesse d'y jouer car ça me gonfle d'avoir l'impression qu'il n'y a aucune issue (Note qu'il y a TOUJOURS une issue, et comme par hasard, tu la trouves quand tu te reconnectes après 10 jours d'arrêt) (Ces jeux sont diaboliques), autant le Candy Crush, je ne peux pas m'en empêcher, je continue à jouer frénétiquement. Et à perdre les vies les unes après les autres. Parce que je suis BIEN calée !
C'est diabolique, c'est hypnotique... Mais normalement, le temps d'écrire cela, j'aurai récupéré mes 5 possibilités d'essai... ;-) (Il n'est pas dit que cette blog-note soit publiée un jour...)

Patate Annonce n° 4 : je suis inscrite sur Ravelry.
Toi aussi ? Tu veux bien être mon ami(e), dis ?
Non parce que c'est un vrai dédale ce site, je t'avoue que je n'y entrave pas grand chose pour l'instant. Et puis ça me ferait plaisir de voir ce que mes lectrices (Ou lecteurs, ne soyons pas sexistes !) s'occupent à crocheter/tricoter pendant que je suis occupée à ne pas bloguer.

Patate Annonce n° 5 : j'ai pris UNE bonne résolution.
Mais je vous en causerai plus tard. Z'avez qu'à essayer de deviner, en attendant... ;-)

mardi 11 juin 2013

2013 - Les Gogoles de Mai

gogol.gifMais mais mais mais ...
Votre tubercule préféré
(Ne niez pas, je le SAIS)

N'aurait-il pas un peu loupé
Les Gogoles du mois de mai ?
(Ben c'est à dire que c'est une bouteille de lait...)


Ah ben si.
Mais les voici !!


Bouteille sodostream (sic)
Moua ha ha ha haaaaa !! (Oui j'ai 12 ans !)
Bien que n'ayant pas fait partie du wagon de blogueuz'influentes (Bah normal, je n'en ai jamais vraiment été une) récemment sollicitées pour vanter la machine-à-faire-des-bulles-dans-ton-eau, même que je m'en fous parce que t'façon je suis 100% désintoxiquée, je me console avec cette recherche qui m'a fait bien ricaner.
Vu le diamètre des bouteilles, je n'ose imaginer le résultat pour le Gogole qui tenterait une sodo avec un engin comme celui-là !

Danser avec des poubelles
Alors que je t'explique... En fait, quand on dit "la poubelle pour aller danser", ça ne veut pas VRAIMENT dire que tu dois emmener ta poubelle de cuisine ou de salle de bain (Ou pire : de chiottes !) avec toi en boîte de nuit, hein !
Essaye plutôt de danser avec les stars, ça n'a pas trop mal réussi à Matt Pokora.

Faut-il laver les endives avant de les manger ?
A moins que tu n'aimes manger de la terre (Ne riez pas, c'est un vrai trouble du comportement alimentaire !), je te conseille de passer tes endives sous l'eau avant de les manger, oui. La terre c'est dégueulasse, les lombrics baisent dedans !
(Référence évidente, n'est-il pas ?)

Frite dans la chatte
Au secours, un pervers belge !
(Mais sinon, cuite ou surgelée, la frite ?)

Gens dégueu
Tiens, y en a un juste au-dessus !

Ma Toyota Aygo sent le brûlé
Ben qu'est-ce que tu attends ? Sors-la du four !

jeudi 17 novembre 2011

Soldat Patate : réformé !

C'est ce que j'aurais entendu si j'avais dû "faire l'armée", alias le service militaire, obligatoire dans notre beau pays jusqu'à la fin des année quatre-vingt-dix (8 novembre 1997, me dit Wikipedzouille).

Je te parle évidemment d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître : celui de la constipation conscription, où tous tes potes ayant passé 18 ans étaient tour à tour convoqués pour leurs "trois jours".

Il est évident que même en ce temps que d'aucuns regrettent (Bah oui quoi, "au moins l'armée à ces p'tits cons, ça leur mettait du plomb dans la tête", hein Tonton ?), je n'aurais cependant jamais été appelée sous les drapeaux, vu que "faire son service" était réservé aux mâles, aux vrais aux tatoués.
Tant mieux!
J'aime pas recevoir des ordres, j'aime pas me lever tôt pis surtout c’qui m’déplaît c’est que j’aime pas la guerre; et qui c’est qui la fait ? Ben c’est les militaires et en plus ça ruine la manucure, de manipuler des fusils d'assaut (Ouais non, j'en sais rien, mais en tout cas je peux te certifier que la marche forcée dans la boue ça flingue les escarpins).

Mais admettons que j'eusse été convoquée à mes 3 jours d'incorporation...
Et bien ils m'auriont réformée, dis donc ! (Meuh non, pas "P4" !!) Parce que figure-toi que j'ai les pieds plats !!
(Héééé oui, tout ça pour ça !)

Oh ce n'est pas une surprise, ils me l'avaient bien dit, quand j'avais 20 ans, à la médecine préventive, alias le couloir miteux d'un sombre préfabriqué de l'université où l'on te convoquait (en théorie une fois l'an quand tu renouvelais ta carte d'étudiant, en pratique heu... une fois) pour te prélever des litres de pipi contre un préservatif et un dépliant sur les MST.

Seulement comme l'a dit une célèbre philosophe contemporaine, "à 20 ans, on est invincible", alors j'avais doucement rigolé et puis j'avais oublié cette infirmité. Après tout, c'est pas comme si je devais faire l'armée.

Fast forward 15 ans plus tard.
Des milliers de kilomètres parcourus dans des chaussures le plus souvent inadaptées (y compris des escarpins dans la boue), d'innombrables soirées à danser, un peu d'Effi, beaucoup d'effet (je songeais à vous la jouer "pays de Candy" mais on me souffle dans l'oreillette que je vous l'ai déjà trop fait) de sport, beaucoup d'ampoules et on obtient...
- des orteils qui commencent doucement à se déformer en griffe ou en marteau
(Bah non, ça ne se voit pas, je les déplie et les aligne pour les photographier)
- une menace d'hallux valgus
- une armée de cors mal placés
- et des douleurs diverses et variées.

Donc voilà, adieux veaux, vaches, cochons, couvées et jolies chaussures tant aimées, je suis désormais l'heureuse détentrice de semelles orthopédiques.
Qui ne rentrent évidemment dans RIEN.
Rien en tout cas qui ressemble de près ou de loin à un escarpin.

Mais c'est ça ou l'amputation, qu'il a dit le chirurgien.
Ou peut-être qu'il a juste parlé d'intervention ? Je n'en sais rien, il m'a vexée en me disant que c'était ma faute si j'avais mal à en pleurer et que je devrais porter des semelles depuis au moins 10 ans et gna gna gna alors j'ai fermé les écoutilles et j'ai prié très fort Sainte Akiléine, la patronne des voûtes plantaires desséchées, tout en lui souhaitant un furoncle très très mal placé (Je ne sais pas si tu cliques sur les liens que je me décarcasse à placer, des fois, mais celui-là, à l'heure du repas je ne te le conseille pas #JDCJDR).

Du coup, pour me consoler, je me suis offert une paire d'écrase-merde comme on dit chez moi (Oui, je viens d'une famille de pouet pouet poètes, ne me dis pas que tu n'avais pas remarqué).
Des écrase-merde fourrés, pour ne pas avoir froid à mes petits arpions déformés (Mais non pas celles-là, j'ai pas les moyens et j'ai juré jamais jamais jamais) (Mes des qui ressemblent beaucoup quand même) (Si vous êtes sages, je vous les montrerai).

Non, je ne suis pas une greluche / panier percé sans personnalité !
C'est que j'ai les pieds plats (Allez-y quoi, plaignez-moi !) et plein de mauvaise foi des semelles orthopédiques à caser.