Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Procrastination

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 09 décembre 2017

Et alors Patate, ce #bujo ?

Comment te dire...
C'est une bouteille de lait...
(Les vieux et/ou les publivores comprendront)

Une petite chatterie du samedi valant mieux que de longs discours...

Chat-bullet-journal.jpg
(PotatoCat à sa sieste sur Filo)
(Hein que ça en jette, comme titre de tableau ?)
(Oui je sais, c'est quand même un peu léger en termes de chatteries, vilaine Patate. Mais Miss PotatoCat va bien, elle s'excuse pour la flemmardise photographique de son humaine et elle vous fait des bisous baveux)

Donc, après moults atermoiements et questionnements sur Twitter - au passage, merci à celles qui ont pris le temps de me conseiller - j'avais bien fini par recycler mon ancien Filofax en bullet journal (ou "bujo" pour les intimes). Et pour tout te dire, malgré certain félin qui venait se coucher sur les anneaux ou faire joujou avec mes stylos, cela se passait plutôt bien.

Et puis... J'ai commencé à manquer de temps, d'énergie, de discipline, jusqu'à ce qu'un fichier-liste intitulé "à reporter sur "bujo" voie le jour sur mon smartphone dans le courant de l'été. Et le provisoire ayant toujours une fâcheuse tendance à devenir définitif, par le pouvoir du crâne ancestral de la procrastination... Je n'ai plus bullet-journalé depuis juillet.

Du coup, je me demande si ça vaut bien la peine d'investir dans une recharge d'agenda 2018, si c'est pour obtenir le même résultat. Je veux bien cultiver l'optimisme à l'approche de la nouvelle année, m'enfin...


jeudi 07 décembre 2017

#JeudiConfession (35)

J'éprouve un plaisir particulier à jouer à Tetris avec les activités d'une journée.

Comme tout le monde, j'aime ce sentiment d'accomplissement qui me saisit quand j'ai bien rempli ma journée, barré plein de trucs sur ma to-do list, fonctionné au max de ma productivité. Mais cela va au-delà... J'aime op-ti-mi-ser mes journées.
(Alors soyons clairs : pas toutes) (Les mauvaises langues diraient même "pas beaucoup")

Je n'aime rien tant que de caler un truc à faire au bon endroit dans l'agenda parce que ce jour-là je serai dans le quartier et que donc je "rentabiliserai" le trajet. J'adore grouper les activités pour que leur temporalité s'articule avec leur proximité géographique, et qu'elles deviennent un "circuit" où je passe de l'une à l'autre sans déplacements inutiles ni moments d'attente superflus. J'adoooore imbriquer les corvées pour en faire des challenges "maximum efficacité - minimum d'énergie dépensée". Un vrai Tetris mental.

Exemple : je dois prendre rendez-vous chez le dentiste.
Ah mais c'est cool, le cabinet n'est pas loin de cette boutique, j'en profiterai pour passer m'y ravitailler. Attends, si je prends un RV plutôt tel jour, ça me permet aussi de faire tel autre truc avec juste un petit détour. * insérer ici un intense calcul mental pour déduire l'heure optimale du RV en fonction des temps de trajet théoriques * Et puis alors tant qu'à faire, si je rentre par là au lieu de par ici, je peux m'arrêter faire encore tel autre truc.
Ok, donc il me faut un rendez-vous tel jour à telle heure. Et si jamais ce n'est pas possible, alors plan B : je construis le trajet à l'envers et du coup je recalcule dans ma tête et ... Au final, quand j'appelle le cabinet du dentiste, j'ai souvent 2 voire 3 options de rendez-vous qui me permettront de faire le maximum de choses en un minimum d'effort autour de la corvée principale qui est de me faire détartrer les ratiches.

Bon ben... Y a plus qu'à le passer, ce fameux coup de fil.
(#jeudiconfession (35bis) : je n'ai pas fait de détartrage depuis...)


jeudi 12 janvier 2017

#JeudiConfession (34)

Il y a quelques semaines, j'ai fait les vitres du salon.
oO0 (Ben quoi Pataaaaate ? C'est pas une confession, ça. C'est plutôt bien, non ?)

Reprenons.
Il y a quelques semaines, j'ai FINI de faire les vitres du salon.

C'est que vois-tu, il y a deux rangées de fenêtres dans mon salon, et j'avais nettoyé la première rangée vers le début de l'an dernier, par une belle journée ensoleillée où tout d'un coup, la honte de toute cette saleté m'avait submergée.
Il y avait tellement de crasse de surface vitrée que l'opération m'avait pris une bonne partie de l'après-midi et que je m'étais ensuite jetée sous la douche pour éliminer toute la sueur générée par mon intense activité ménagère et pleurer sur mes ongles massacrés par ladite activité; me promettant évidemment de remettre cela le lendemain (Tant qu'à s'être flingué la manucure, hein...) pour la deuxième rangée de fenêtres.

Et puis le lendemain...
Sans doute qu'il a plu; on ne fait pas les vitres quand il pleut, c'est bien connu. Ou alors j'ai eu piscine, ET poney, ET PUIS cours de javanais. Ou bien j'avais promis à Miss PotatoCat de l'aider à faires ses devoirs, je ne sais plus. Et le surlendemain ? Pareil. De même que le jours d'après et tous les suivants. (Je parle désormais le javanais couramment)
Le fait est que j'ai commencé à faire les vitres du salon en janvier, et que j'ai terminé fin novembre. Evidemment, évidemment-haaaaan, on rit encore pour des bêtises comme des enfants j'ai donc vécu des mois avec l'escabeau déplié au pied de la fenêtre...

oO0 (Ben quoi Pataaaate ? Ce n'est toujours pas une confession)
oO0 (L'escabeau doit bien passer la moitié de l'année déplié quelque part dans l'appart')
oO0 (On te connaît Procrastino-Potato. L'essentiel c'est que ce soit finalement propre, non?)

Certes.
Sauf que je me suis rendu compte que les vitres du salon n'avaient pas été nettoyées depuis... Bah en fait, peut-être JAMAIS. Ou alors peut-être 2011 si d'aventure, prise de honte après cette blog-note, je m'étais ruée sur le sopalin et le produit à vitres mais honnêtement, je ne pourrais pas en jurer.

Donc oui, mes vitres sont propres (Et l'escabeau est replié. Je répète : l'escabeau est replié !) et il fait désormais super clair dans mon salon mais je ne peux plus le cacher : je suis une souillon qui nettoie ses carreaux une fois tous les 5 ans.

Ne me juge pas, steuplé.
Même si je te dis que je n'ai pas encore touché à celles de la chambre.
(Hein ? La cuisine ? Quoi, la cuisine ? Qu'est-ce qu'elle a ma gueule la cuisine ?)


lundi 26 décembre 2016

Circulez, y a rien à voir

renne-peluche.gifBen quoi ?

Vous n'espériez tout de même pas que j'allais continuer à bloguer tous les jours, comme ça gratos, alors que vous vous prélassez sur vos canapés, peut-être même en vacances, bande de fainéants.
Alors que Miss PotatoCat et moi on a bossé comme des tarées sur les Patateries de l'Avent ! Surtout moi d'ailleurs. Y compris * grand moment de fierté * dépiauter le calendrier des thés et recycler ce qui était recyclable (En gros 50% : le carton) ET jeter ce qui ne l'était pas (Les 50% restants qui étaient en plastique).
Victoire, il ne traînera pas dans la cuisine jusqu'à l'année prochaine.

(Tu peux applaudir)


Bref, on va un peu se re-po-ser.
A part là tout de suite où je blogue un petit peu pour te dire qu'en fait je ne blogue pas (J'ai l'impression d'être un politicien en campagne, dis donc !), cela va de soi.
Ou pas.
Il se pourrait peut-être qu'on vous ait préparé une ou deux blog-notes pour la fin d'année.

Ou pas.
Patate Pourrite Powaaaaa.


samedi 17 décembre 2016

Un samedi soir sur la Terre

(Oui, tu vas chanter du Cabrel toute la soirée)
(Patate Pourrite Powaaaaaaaa)

Aujourd'hui pas de photo calorique, pour cause d'une attaque de flemmardise aiguë qui m'a empêchée de décoller mon tubercule du canapé.
J'espère être guérie pour lundi, mais rien n'est certain...

Ceci dit, je n'avais pour me motiver qu'une liste impressionnante de corvées (Cire tes bottes, Pataaaaate ! Va ranger tes vestes d'été ! Aspire tous ces moutons qui vont bientôt se mettre à bêler !! FAIS TON REPASSAGE !!!), ou la perspective de me faire bousculer dans les magasins bondés par des gens hargneux remplis de cet esprit - consumériste - de Noël que je n'ai définitivement plus.

Ergo, je suis restée au chaud en pyjama dans le Patat'home et je me suis nourrie de porridge tiède et de thé bouillant, en regardant une série dont je te causerai demain.
(Suspense suspense)

Le porridge c'est délicieux, sache-le, mais en photo ça ne ressemble à rien.
Enfin si : à du vomi.

Ou alors il faut faire des efforts de mise en scène dignes d'une star d'Instagram, j'aurais dû sortir de jolis bols, couper des bananes et des kiwis, disposer quelques graines autour, et donc 1- faire la vaisselle, 2- ranger la cuisine et 3- sortir acheter des fruits... Bref. Le porridge n'est pas en photo.

Le thé en revanche, le voici...

Avent-2016-J16.jpg
Le Thé des Songes est un Oolong - plus d'excuses, maintenant tu sais ce que c'est - aromatisé aux fruits exotiques et agrémenté de pétales de fleurs (carthame, lavande et mauve) ainsi que d’écorce de citron.

Le souci c'est que je n'aime pas les fruits exotiques, donc l'odeur m'a passablement rebutée, mais au goût il est très léger et plutôt sympa en fin de journée. Je ne pense pas que j'en achèterais mais pour faire découvrir le thé à quelqu'un qui vous dit "pouark ! C'est amer c'est dégueu", pourquoi pas.


- page 1 de 12