Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Pensées profondes

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 15 mars 2016

Demain : la blog-note

Pour une fois je n'ai pas procrastiné : j'ai vu le film hier, donc on est bien demain, et voici... la blog-note.

Demain-le-film-par-Patate.jpg
J'ai évidemment procrastiné le visionnage par rapport à sa sortie (Pas beaucoup hein, à peine 3 mois) mais j'étais un peu occupée que voulez-vous. Souvent j'avais Zumba ou course à pied ou bien acro-poney; ou bien encore, j'étais occupée à bloguer (En gros, lecteur de mon coeur, c'est de ta faute !).

Et puis il faut reconnaître qu'à force d'entendre tant de merveilles de ce film, de tous les côtés, par tous les canaux, avec moults adverbes et superlatifs, j'étais presque persuadée que ce n'était pas possible et que j'allais for-cé-ment être déçue.
Et bien si, avec Hassan Céhef Demain, c'est possible.

Du coup me voici là, à joindre ma voix au choeur de louanges et récompenses qui ne cessent de pleuvoir sur ce merveilleux documentaire qui fait tellement de bien.
A me dire que mes 8 € de ticket de cinéma sont un acte militant. A prévoir d'acheter le DVD quand il sortira, moi qui n'en ai plus consommé depuis tellement longtemps, parce que j'en suis convaincue depuis des années : on vote avec son porte-monnaie bien plus qu'avec un bulletin dans l'urne. Et là j'ai envie de voter pour soutenir ce film, cet humanisme, cet optimisme et cette vision alternative et pourtant si CONCRÈTE qu'il offre.

Tout a été écrit probablement, et je ne suis pas critique de cinéma donc je ne m'étendrai pas sur le sujet, mais VRAIMENT c'est un film qui mérite d'être vu, diffusé et partagé, autant pour la qualité et l'esthétique que pour le message d'espoir.

Si comme moi vous êtes un peu pourri d'angoisses, cynique et désespéré de notre société, si vous êtes à la fois révolté par ce qu'on fait subir à la planète et totalement désillusionné sur l'avenir de l'espèce humaine, ALLEZ LE VOIR. Et si vous en avez marre d'entendre parler du réchauffement climatique, et de l'extinction des espèces, et des centrales nucléaires, et de la crise, et des industriels qui auront notre peau avec la complicité des hommes politiques, et des riches qui sont toujours plus riches et des pauvres toujours plus pauvres et plus nombreux, etc etc etc parce que de toute façon on n'y peut rien et que les gens sont trop cons et que ça fait trop peur d'y penser... ALLEZ D'AUTANT PLUS LE VOIR.

Ce mignon petit film vous fera un bien fou.
Vous ne verrez pas passer les deux heures. Voire vous parlerez à vos voisins de strapontin au son du générique de fin (Je vous JURE ! Extrait : "C'était bien, hein ?" "Incroyable, j'ai adoré" "Ça me donne envie de planter des tomates" "Moi c'est fini, je n'irai plus au supermarché") au lieu de vous dépêcher de rentrer. Et vous aurez en sortant, cette folle impression que tout est possible et qu'il est encore temps.
Et que demain finalement, c'est déjà maintenant.

Et c'est une pessimiste patentée qui vous le dit.


vendredi 22 janvier 2016

TGIF (11)

Ci-dessous mon dernier message Yogi Tea, qui m'a sacrément inspirée.

(Comment ça, "tu nous saoules à la fin, avec ton thé" ?!) (Z'êtes nazes hé, y a même pas d'alcool dans le thé, d'abord, je vous ferais remarquer)

Yogi-Tea-anger-and-worry.jpg

Les choses ne s'arrangeront pas avec de la colère et de l'inquiétude.

Je le sais, tu le sais, nous le savons TOUS.
N'empêche, levez la main les ceusses qui disent "ça ne sert à rien de se ronger les sangs, je sais" mais qui collectionnent les noeuds dans le dos, les boules dans le ventre et les nuits sans sommeil ? Mmmmh ? J'en étais sûre... Bienvenue au club.

Alors le temps de lire cette blog-note, faites-moi plaisir : respirez un grand coup, rappelez-vous que Dieu merci, c'est vendredi (Une pensée au passage à ceux qui bossent demain) et que surtout, "les choses ne s'arrangeront pas avec de la colère et de l'inquiétude".
Respirez encore un coup, allez, et répétez-moi ça encore une fois. Il paraît que c'est comme les tables de multiplication : à force de le répéter, cela finit par rentrer. On raconte même (Légende urbaine ?) que certains arrivent à devenir zen.

Pour se mettre sur la bonne voie, je nous souhaite un bon week-end, rempli de petits bonheurs, et libre de toute funeste pensée.


mardi 05 janvier 2016

Le courrier c'est frustrant !

Cette année j'ai renoué avec la carte postale.
Cette fin d'année, j'ai même envoyé quelques cartes de voeux.

A chaque fois la même frustration.
J'en envoie si peu que je l'avais presque oublié : c'est très frustrant d'envoyer du courrier.
Snail-mail-Patate.gif

Ne va pas croire que la lenteur de l'acheminement soit l'unique source de ma frustration. Elle n'est pas non plus liée à la lenteur de la réponse, loin de là !

Certes, nous sommes désormais tellement habitués à consulter nos e-mails/messageries sur smartphone à tout moment de la journée, qu'il est devenu facile de succomber à un excès d'immédiateté (Que celui qui n'a jamais râlé dès que le destinataire de son SMS mettait plus de 3 nano-secondes à répondre, me jette le premier portable !).
Je te rappelle cependant que c'est Procrastino-Potato qui te parle, connue pour répondre à ses e-mails en une moyenne de 60 jours ouvrables quand le sens du vent est favorable et que les planètes sont alignées... Je serais quand même mal placée pour m'énerver parce qu'on tarde à me répondre !

Ben de quoi tu te plains alors, Pataaaaate ?

Ce qui me met les nerfs en pelote, vois-tu, c'est de ne pas savoir si mon courrier est bien arrivé. Et de ne pas pouvoir le demander, sous peine de gâcher la surprise escomptée pour le/la destinataire.

C'est d'autant plus frustrant que pour le coup, je suis très fan des messageries sur smartphone qui non seulement t'indiquent que ton message est bien parti, mais aussi qu'il est bien arrivé, voire l'heure à laquelle la personne l'a consulté.
Tandis qu'avec le bon vieux courrier postal, bah... tu ne sais pas.

Peut-être que ta carte s'est perdue corps et timbres.
Peut-être qu'elle n'arrivera que dans 10 jours, 1 mois, 1 an.
Peut-être qu'elle est déjà arrivée mais qu'elle est ensevelie sous les prospectus. Ou bien qu'elle est déjà arrivée mais que le/la destinataire a omis de t'en informer (Et la politesse, bordel ?!). Ou encore qu'il/elle a décidé de te répondre AUSSI par courrier (On a les amis qu'on mérite, hé hé hé), et garde logiquement le secret pour ne pas te gâcher la surprise.

Résultat, bah... TU NE SAIS PAS !
C'est inhérent à l'échange épistolaire, cette incertitude fait même partie de son charme suranné... Mais j'avais oublié ce que c'était, et à quel point cela pouvait être frustrant d'envoyer du courrier aux quatre vents des services postaux.


lundi 21 décembre 2015

C'est pas parce qu'on n'a rien à dire qu'il faut fermer sa gueule

Aphorisme qui me permet de caser une 21ème Pataterie de l'Avent alors que sérieusement, ces jours-ci j'ai une sacrée panne du neurone chargé de mettre les vagues idées en une forme blogo-compatible !
C'est déjà en soi une difficulté, mais c'est sans compter que je ne suis vraiment pas aidée par la dernière p*t**n de mise à jour pourrie d'Instagram pour Android, qui a tout simplement zappé l'enregistrement des photos sur le smartphone. Fini les photos sur le blog jusqu'à ce que ces clampins se décident à corriger ce fichu bug. Autant dire que ça va être difficile de tenir le challenge de l'Avent.
(4 jours !! QUATRE jours !!)

Heureusement, il y a Findus cette célèbre citation de Michel Audiard : c'est pas parce qu'on n'a rien à dire qu'il faut fermer sa gueule. Ergo : j'ai le droit de bloguer pour ne rien dire; ou plus précisément, pour dire que je n'ai rien à dire.

Et j'en étais là de mes considérations, quand il m'est venu à l'esprit que justement, dans la vie rien n'était moins vrai, et que la plupart des gens feraient mieux de s'abstenir de l'ouvrir, leur gueule.
Je n'en peux plus de tous ces "braves gens" (collègues, amis, vagues connaissances, membres de ma famille et/ou "pièces rapportées", voisins, buraliste, boulangère, etc) qui non seulement ont un avis sur tout, mais s'imaginent qu'il est de leur devoir de le partager avec le monde entier et surtout ceux qui, comme moi, n'ont rien demandé.

J'en ai marre des opinions péremptoires sur, en vrac, mon absence de maquillage, la crise des réfugiés, mon maquillage trop appuyé, la guerre en Syrie, la signification profonde de ma vie, le paysage politique français, le pourquoi de mon célibat, le (dys-)fonctionnement de l'Union Européenne, la place de la femme dans la société et comment je devrais me comporter si je voulais vraiment qu'on m'aime/me respecte/me prenne au sérieux.
Je n'en peux plus de tous ces "experts" (Valeur du guillemet = 2 balles !) politologues, géopolitologues, sociologues, islamologues, psychologues, * insère ici le truc en -ogue que tu n'es pas * qui font naître en moi une irrésistible envie de leur coller la tête dans les gogues pour voir s'ils aiment tant que ça le contact de leur m*rde trucs en -ogue.
(Ils me donnent envie de jurer, aussi) (Et je ne raconte même pas combien il y a de gens bien intentionnés prêts à m'expliquer pourquoi et comment "à leur humble avis / enfin tu fais ce que tu veux mais si j'étais toi / ne le prends pas mal mais je sens que..." MON ATTITUDE est un problème, évidemment)
Père Dodu J'EN PEUX PLUS !

Que ce genre d'attitude me hérisse le poil, ce n'est pas nouveau, mais je n'avais jamais vraiment pensé que c'était celle de la majorité.
Or, depuis quelques mois, j'ai l'impression d'être cernée par ces pseudo-experts de l'actualité et du sens de la vie, qui ouvrent si grand leur gueule pleine de haine, d'intolérance, de petites certitudes étroites et de bien-pensance crasse, que je n'ai qu'une envie, c'est de me perforer les tympans avec une lime à ongles émoussée, pour au moins ne plus les entendre vu que je ne peux apparemment plus les éviter ni les ignorer.

Comme dirait sa majesté Arthur : "Mais vous allez fermer vos mouilles, oui ?!"


vendredi 04 décembre 2015

TGIF et TGAIVSN

Thank God it's friday.
Et THANK GOD ! Amnesty International veille sur nous...

Le fait que cette association, qui dénonce les atteintes aux droits de l'homme, soit obligée de surveiller la France (La patrie des droits de l'homme, les lumières, liberté, égalité, choucroute, toussa toussa) est particulièrement ironique.

bougies-d_automne.jpgMais c'est rassurant - enfin, heuuu - qu'au moins quelqu'un s'en charge, loin des luttes de pouvoir et des discours démagogues et sécuritaires (Pour ne pas dire démagogues et débiles, pour certaine famille tellement loin loin loin sur le bord à droite, qu'on aimerait que la Terre soit plate pour qu'enfin ils se cassent la gueule de l'échiquier) (Bref).

Je ne suis pas très argentée, mais je vais faire un don à Amnesty cette année.

Cela ne servira peut-être pas toujours à défendre un blogueur menacé du fouet en Arabie Saoudite ou un prisonnier politique maltraité à l'autre bout du monde, mais pourquoi pas * froid dans le dos * un de nos compatriotes (Au hasard : un citoyen écolo ? un employé du Planning Familial en région PACA ? un journaliste ?) qui aurait un peu trop ouvert sa gu... en ces temps troublés.

(Ou je vais leur acheter une bougie ?)
(C'est joli les bougies)


- page 2 de 17 -