Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Nombrilisme

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 10 janvier 2017

Je suis désolée... ou pas.

J'ai tendance à m'excuser pour tout et n'importe quoi. Je suis désolée de tout, tout le temps, et surtout d'exister.

Mais je me soigne depuis des années et je fais de mon mieux pour ne plus demander pardon à tout bout de champ, parce que ce que l'on dit reflète ce que l'on croit (En l'occurrence, que je mérite moins d'effort, de temps, d'espace ou d'attention que les autres), et conditionne souvent la façon dont on va nous traiter (Avec peu d'effort, de temps, d'espace ou d'attention, donc).

Il y a un peu plus d'un an, Procrastino-Potato était tombée au hasard du net sur ces petits strips qui faisaient si bien écho à ses conditionnements, et s'était émerveillée de la simplicité de la solution proposée (Simplicité toute relative œuf corse, car changer plus de 30 ans d'habitudes...).

Car effectivement, les trois quarts du temps au lieu de dire (et penser) "désolée", je devrais dire (et penser) "merci".

Sorry-Thank-you-01.gif
(Source: Yao Xiao, illustratrice d'origine chinoise vivant à New York tant que Trump n'aura pas pété un cable)


Non pas "désolée d'être tout le temps en retard" mais plutôt "merci de m'avoir attendue".

Sorry-Thank-you-02.gif
C'est tout petit, comme changement, mais au lieu de délivrer un message négatif (à savoir que je suis fautive, et nulle à ch...) qui ne pourra appeler qu'encore plus de négatif ou bien un "c'est pas grave" énervé ou condescendant, cela aborde le retard d'une façon positive à la fois pour moi et pour l'autre.


Non pas "désolée, je te saoule avec mes histoires" mais plutôt "merci de m'avoir écoutée".

Sorry-Thank-you-03.gif
Parce que "mes histoires" ne sont pas moins intéressantes ou importantes que celles des autres, et que je devrais valoriser l'attention et l'écoute dont TU fais preuve plutôt que de te convaincre inconsciemment que JE n'en vaux pas la peine...


Non pas "désolée, je raconte n'importe quoi" mais plutôt "merci de ta compréhension".

Sorry-Thank-you-04.gif

Non pas "désolée, je suis un boulet" mais plutôt "merci de passer du temps avec moi".

Sorry-Thank-you-05.gif

Non pas "désolée, je suis nulle et je m'excuse d'exister" mais tout simplement "merci à toi d'être là pour moi".

Sorry-Thank-you-06.gif
Ne plus jamais dire "désolée" alors qu'en réalité je devrais dire "merci".
C'est quand même drôlement plus positif et motivant de voir la vie de cette façon, non ?


dimanche 01 janvier 2017

C'est la saison des voeux (4)

Adios 2016, qui a réussi l'exploit d'être encore plus pourrie que l'année qui t'avait précédée (Patat'angoissée a envie de rajouter qu'on ferait mieux de s'y habituer parce que le monde ne peut aller que de mal en pis, et nous avec) (Ne l'écoutez pas, elle va vous plomber la journée/soirée) (Je vous jure, elle me FATIGUE !).

Bonjour 2017, année que l'on espère super chouette.
(Mouais enfin je te ferai remarquer qu'on dit ça tous les ans) (Ta gueuuuuuule !)

Voeux2017.jpg

Lecteur et -trice fidèle qui passe par ici ou Gogole qui t'es égaré(e) par là, je te souhaite une bonne et heureuse année, aussi zen et détendue que je le fus après avoir dessiné les voeux ci-dessus.

Environ une heure et demie à ne penser à RIEN si ce n'est l'alignement des traits (Tirer la langue CA AIDE, je vous PROMETS) ou le choix de la couleur suivante (Compliments bienvenus), c'est incroyablement reposant.
Essayez vous verrez, c'est une activité proche de la méditation tellement l'esprit s'y investit à l'exclusion de toute autre préoccupation. On en ressort envahi(e) d'une véritable sérénité.

(Avantage collatéral : l'activité demande une telle concentration que ça tient occupés et à peu près silencieux tous les gnomes charmants z'enfants dès qu'ils sont capables de tenir un crayon, ce qui est très pratique quand ils sont surexcités par les fêtes, les vacances, le sucre et le réveilloooooooon)


samedi 31 décembre 2016

Le visuel sur l'année, ça ne laisse rien passer

En l'occurrence, le fait que certain tubercule n'a pas fait des masses de sport en 2016...

Toujours plus que tous les ceusses qui n'ont jamais décollé le tûûût de leur canaprout (Meuuuh non je ne te regardais pas en disant cela), mais tout de même, si l'on compare au visuel de 2015... Ce n'est pas brillant.
Surtout depuis la rentrée, où la perspective de me faire prochainement coniser a servi d'excuse pour ne jamais vraiment reprendre la course à pied après la trêve de l'été.
Damned !

visuel-sport-2016.jpg
N'oublie pas ta résolution d'être un peu plus gentille envers toi-même, Pataaaaate : c'est comme ça, c'est tout, et il faut accepter que peut-être ton corps fatigué a eu besoin de cette pause et de ces quelques mois de flemme (Oui mais quatre mois ? QUATRE ?!!).
Et que tu as sans doute bien fait de les lui accorder (Quatre mois ça fait 120 jours, quand même, tu sais #JDCJDR) (Mais bon, si tu dis que j'ai bien fait).

Oserai-je même pousser cette auto-bienveillance jusqu'à me féliciter de n'avoir pas TOUT lâché ?
Puisque tu peux le constater, la Zumba est toujours là et le Pilates a remplacé le Yoga dans mon agenda, pour le plus grand bonheur de mon dos mal fichu et de mon bassin désaxé; sans parler de mon début de canal carpien qui n'en pouvait plus du chien tête en bas.
(La piscine en revanche, tu oublies : je déteste TOUJOURS AUTANT)

Du coup, je pense que ma bonne résolution de l'an prochain est toute trouvée : revoir ce visuel avec du rose (A défaut de voir la vie en rose, ce sera déjà ça...).


lundi 26 décembre 2016

Circulez, y a rien à voir

renne-peluche.gifBen quoi ?

Vous n'espériez tout de même pas que j'allais continuer à bloguer tous les jours, comme ça gratos, alors que vous vous prélassez sur vos canapés, peut-être même en vacances, bande de fainéants.
Alors que Miss PotatoCat et moi on a bossé comme des tarées sur les Patateries de l'Avent ! Surtout moi d'ailleurs. Y compris * grand moment de fierté * dépiauter le calendrier des thés et recycler ce qui était recyclable (En gros 50% : le carton) ET jeter ce qui ne l'était pas (Les 50% restants qui étaient en plastique).
Victoire, il ne traînera pas dans la cuisine jusqu'à l'année prochaine.

(Tu peux applaudir)


Bref, on va un peu se re-po-ser.
A part là tout de suite où je blogue un petit peu pour te dire qu'en fait je ne blogue pas (J'ai l'impression d'être un politicien en campagne, dis donc !), cela va de soi.
Ou pas.
Il se pourrait peut-être qu'on vous ait préparé une ou deux blog-notes pour la fin d'année.

Ou pas.
Patate Pourrite Powaaaaa.


mercredi 21 décembre 2016

Grincheuse de fin d'année... Ou pas (fin)

Or donc, les Patateries de l'Avent passées, je t'avions expliqué que certes, j'étais devenue un Grinch, mais que quand même, je n'étais pas 100% grincheuse en décembre et qu'il y avait même des tas de trucs que j'aimais bien à l'approche des fêtes de fin d'année.

Il est maintenant temps pour moi de te l'avouer: ce que je PRÉFÈRE en décembre, ce sont les chants de Noël qui envahissent l'air en même temps que les odeurs de vin chaud et de marrons grillés. Je suis culcul-la-praline, j'assume, j'aime TOUT.

Les chants traditionnels fleurant bon le santon et la messe de minuit (Oui, toute mécréante que je sois, il m'arrive de fredonner "ilénéledivinenfant" en marchant le soir dans le froid, toute seule comme une débile, parce que les vitrines sont décorées de boules et de guirlandes et qu'il y a de belles lumières tendues entre les immeubles), les chansons anglo-saxonnes (Deck the hall with bows of holly, fa la la la la la la la laaaaa) ou les kitscheries de Tino Rossi et de Claude François que Maman Patate nous mettait sur le tourne-disque pendant qu'on décorait le sapin.

Cloco-Noel.gifCar peu de gens s'en souviennent mais dans les années 70, suivant la tradition américaine de "l'album de Nowel" bien consumériste mais délicieusement kitsch, Claude François a sorti quelques chansons à base de grelots, de cloches, d'anges de nos campagnes et d'enfants dodus aux joues roses pleins de bons sentiments...

Sur une étagère de la maison familiale, dans la chambre de Petite Patate, il y a encore ce 45 tours ===>

Un "livre-disque" comme on en sortait à l'époque pour les enfants, avec une jolie pochette et de mignonnes illustrations pour accompagner les paroles.
(Aaaaah Le Ménestrel et ses 45 tours de "rondes enfantines" !).

Et si tu veux t'offrir un trip down memory lane, ou te faire saigner les tympans, tu peux cliquer (A tes risques et périls)...



Mais ce que je préfère PAR DESSUS TOUT, encore plus que l'indémodable tube de Wham (Laaaaast Christmas, I gave you my heaaaart, but the very next day, you gave it awaaaaaay), ce sont les chants de saison jazzy de crooners comme Frank Sinatra, Harry Connick Jr ou plus récemment de Michael Bublé.
Ambiance Love Actually et Quand Harry Rencontre Sally, tu vois...

Les White Christmas tout doux, les Jingle Bells qui swinguent, les Winter Wonderland qui groovent et autres Let it snow, let it snow, let it snow qui sentent le feu de cheminée, les rires et le chocolat chaud au retour d'une après-midi de luge ou de rando dans la neige. J'adooOOOoore !
YouTube regorge de playlists de Noël qui peuvent pendant des heures faire saigner les oreilles de tes collègues de bureau (Patate Pourrite Powaaaaa) mettre de la joie dans ton coeur et de la chaleur dans ton intérieur.

S'il n'était pas tellement matraqué sur la toile depuis un mois, je te dirais que j'aime aussi le désormais classique All I want for Xmas is you, mais franchement je n'en peux plus de cette "vidéo virale" où Mariah Carey se la joue diva dans une voiture avec le gratin pop du moment qui lui sert la soupe pendant qu'elle nous colle ses seins siliconés dans le nez.

A la place, regarde ce que je t'ai trouvé...


N'est-ce pas choupinet ?
Un délicieux mélange de plantes et d'arôôômes (Tiens, je l'avais oublié, ce réflexe conditionné) d'esprit de noël et de Tim Burton, mâtiné d'un zeste de pop. Ça sonne un peu comme les Jackson Five et ça se laisse gentiment écouter en sirotant un thé.

(Comme par exemple ma surprise de l'Avent n°21 : le Saint James O.P., un thé noir du Sri Lanka, qui laisse un bien agréable arrière-goût de miel dans la bouche. Si on m'avait dit que les thés non aromatisés pouvaient avoir de tels arômes, je m'y serais mise plus tôt !)


- page 1 de 22