Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Nichons

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 17 février 2016

Patate, princesse guerrière

Comment se transformer en "Xena, princesse guerrière" quand on sort courir le soir ?

Facile : adopter la lampe pectorale de Kalenji (la sous-marque spécial running du géant Décath'), prendre un selfie en contre-plongée pour bien vous la montrer, et voilà...

Patate-princesse-guerriere.jpg
(On y croirait, non ? Avouez)
(Et encore, la lampe est éteinte, là)

Alors je vous rassure : en vrai je n'ai pas des obus à la place des seins ne suis pas aussi flippante.
En revanche, quand je sors courir à la nuit tombée, je suis harnachée de la Runlight, et j'éclaire tout sur mon passage. Surtout les pavés disjoints, cailloux mal placés, branches menaçantes, fourbes flaques d'eau et autres crottes de chien qui menacent la stabilité de mes chevilles et la régularité de ma foulée.

Je l'utilise chaque semaine depuis bientôt 3 mois, elle a chargé plusieurs fois, affronté les éléments et les griffes de mon chat, je peux donc déjà vous donner un avis dessus (Non sponsorisé, je précise au cas où), que je compléterai au fur et à mesure de ses futures aventures, ou de vos questions, si vous en avez.

Est-ce que ça éclaire bien ?
Plutôt pas mal, oui. Il y a 3 intensités lumineuses, je n'utilise que la plus faible bicoz je suis une flippée de la batterie, et je suis parfaitement éclairée sur les 3-5 mètres juste devant mes pieds. Pour courir comme je le fais, c'est à dire en ville/parc/petite forêt, à allure modérée, sans beaucoup de dénivelé, c'est parfait.
Sans doute que si tu fais du trail tu préféreras une frontale qui éclaire plus loin sur ton parcours, mais perso ce qui m'intéresse c'est de ne pas trébucher sur un obstacle que je n'aurais pas vu sans éclairage, donc, je suis ravie (Et puis je te cause exclusivement de mon nombril ici, au cas où tu n'aurais pas remarqué).
Cela éclaire tellement bien qu'il en devient désagréable de croiser un autre coureur équipé de la même lampe, parce qu'il vous éblouit façon interrogatoire de prisonnier à Guantanamo : je ne sais rien mais j'avouerai tout, coupez la lumière siouplééééé (Bon ok, j'exagère un tout petit peu, mais c'est quand même assez éblouissant).

Ça ne te rend pas malade, cette lumière qui tangue ?
Bah non, ça va bien, merci. Et puis la lumière ne bouge pas tant que ça, rapport au fait que je cours à allure modérée, donc le mouvement de balancier de mon corps est relativement limité. Sans compter que depuis que je porte cette lampe, j'ai un peu corrigé ma posture et je fais moins de torsions du tronc et de mouvements inutiles avec les bras.
Puisqu'on parle de mouvements, c'est le seul truc qui me dérange : les bras. Lorsque j'accélère dans les fractionnés et que donc je "pistonne" plus fort avec les bras, j'ai tendance à couper le faisceau lumineux avec mes petits poings serrés, ce qui là, effectivement, crée un effet désagréable. Mais bon, comme mes accélérations en fractionnés, c'est maximum 1 minute, ce n'est pas non plus la mer à boire et à vomir par-dessus bord.
Le gros avantage que je trouve par rapport à une frontale, c'est que le parcours devant mes pieds continue d'être éclairé même quand je tourne la tête sur le côté ou que je la penche pour regarder mon appli de running.

Et la batterie elle tient combien ?
Pour l'instant, 3 sorties de 45 minutes à la plus faible intensité lumineuse, sans aucun problème.
Je pense que je pourrais tenir une 4ème semaine sans recharger, voire une 5ème, mais comme mentionné plus haut, je suis une flippée de la batterie et j'ai peur de me retrouver toute seule dans le noir de façon inopinée, donc après 3 utilisations, je recharge.
Le niveau de charge est indiqué par les loupiotes rouges à l'arrière qui ne servent donc pas seulement à rendre le coureur bien visible par les voitures : trois loupiotes qui clignotent = full charge, une seule loupiote = il ne reste plus que 1/3 de jus. Tu as juste intérêt à les vérifier avant de partir courir, parce qu'évidemment, une fois que tu es harnaché(e), c'est impossible de les voir.
La recharge se fait en quelques heures (Ils promettent en 5 heures mais perso je la laisse toute la nuit) par branchement sur le pécé, via un cable micro-USB extrêmement court, fourni avec le bazar. N'importe quel cable micro-USB faisant l'affaire, j'ai vite délaissé ce dernier.

Est-ce que ce n'est pas désagréable à porter ?
Honnêtement, non. On sent qu'on a quelque chose autour du torse, moi je le sens plutôt sur l'épaule, là où le câble électrique repose, mais ça reste très léger et la lampe elle-même est très ergonomique, légère, et se fait vite oublier. Quant aux sangles élastiques, elle sont du genre très souple et ne compriment absolument pas.
Evidemment, mon confort est grandement amélioré par le fait que je n'utilise PAS de montre cardio avec ceinture/capteur autour de la poitrine donc la Runlight n'entre en conflit avec rien d'autre. Et la lampe se cale parfaitement entre les seins (Cela ne t'aura pas échappé), dont le renflement aide à la maintenir en place sans avoir besoin de vraiment serrer les élastiques. Ce n'est qu'une supposition, mais j'imagine que ces messieurs au pectoral plat sont obligés de beaucoup plus raccourcir les sangles pour que la lampe - et donc le faisceau lumineux - ne bouge pas pendant la course.
Vu que je ne supportais pas la frontale, qui elle, me faisait mal à la tête, j'ai plutôt gagné au change.

Et s'il pleut ?
Pour l'instant, aucun court-circuit à déplorer.
Je n'ai pas encore couru sous un déluge torrentiel non plus (Hé ho, je ne suis pas maso !) mais une heure sous une fine bruine ou une gentille petite pluie ne pose aucun problème. J'avais un peu peur de prendre l'eau par la fiche micro-USB, mais il s'avère qu'elle est bien protégée par son capuchon en caoutchouc. Celui-la même sur lequel tu t'arraches un ongle quand il s'agit de la recharger... On a les défauts de ses qualités.

Des inconvénients à signaler ?
Oui ! L'ergonomie du bouton marche-arrêt est à chier.
Avec les doigts gourds de froid (Coucou monsieur Kalenji, c'est fait pour courir la nuit, il fait souvent pas chaud chaud, la nuit) ou des gants, même très fins, c'est la galère pour allumer; il faut appuyer comme un sourd, on n'est jamais sûr que ça marche et on se détruit parfois les phalanges à tenir appuyé pour des prunes. Et comme je suis une gentille Patate qui ne veut pas éblouir ses voisins, je n'allume ma Runlight qu'au dernier moment en m'élançant, pas pendant que je m'achemine vers mon point de départ. Et pour éteindre ? Même combat.
De même, le clip pour ouvrir/fermer la sangle pectorale est super dur à manipuler, même quand on n'a pas encore les doigts gourds de froid car on s'équipe dans le Patat'home. Je m'y suis déjà pété un ongle donc je suis TRÈS mécontente, et en plus j'ai toujours peur de le casser car il n'a pas l'air très solide.

Autre inconvénient, non pas du produit lui-même mais de son principe : tu dois bien réfléchir au-dessus de quelle couche de vêtements tu positionnes ta lampe.
Au-dessus de ton coupe-vent ? Entre le coupe-vent et le T-shirt à manches longues ? Voire juste au-dessus de la couche de base, si tu portes 3 épaisseurs ? Trop en surface alors que tu crèves vite de chaud ? Il faudra t'arrêter, enlever la lampe (Je te renvoie au clip sus-mentionné), enlever la veste ou le T-shirt à manches longues, remettre la lampe en place et repartir. Si au contraire, tu as mis la lampe trop en profondeur alors qu'il fait trop froid, tu seras obligé d'ouvrir ta veste et éventuellement de te les geler pendant toute ta course pour être éclairé, ou bien de t'arrêter, enlever la veste, enlever la lampe, remettre la veste, etc... C'est chiant. Il faut un peu de pratique pour jauger cela en fonction de la météo; après 3 mois il m'arrive encore de me faire avoir, en particulier si je n'ai pas bien fait gaffe au facteur vent-glacial-qui-fait-chuter-la-température-ressentie.

Enfin, les sangles élastiques ne serrent pas... C'est bien pour le confort, mais je suis un peu inquiète de ce qui va se passer quand elles se seront détendues à l'usage : je les ai déjà toutes rétrécies au maximum de leurs possibilités, si elles se détendent, je ne sais pas ce qui va se passer.

Mais pour l'instant, je suis ravie de mon achat : avec un budget de "seulement" (Je mets des guillemets car tout est relatif, et il y a un an, "seulement" c'était déjà trop) 40 € je suis bien équipée pour courir la nuit, ce qui m'a permis cet hiver de maintenir ma pratique du running avec beaucoup plus de confort et de sécurité que l'hiver dernier.


mercredi 12 février 2014

Où l'on recause de nichons

(Amis Gogoles du soir, bonsoir !)

Mes nichons, tu les connais déjà, tu les as même déjà vus plusieurs fois.
Il ne t'aura donc pas échappé, lecteur de mon coeur, qu'ils ont un certain volume... et donc un certain poids, qui les entraîne irrésistiblement vers le bas, vu que désormais l'âge et la gravité ces saligauds se sont méchamment ligués contre moi. Chienne de vie, va !

Cela fait déjà 10 ans que je lutte.
Je te dirais bien "par tous les moyens", mais ce serait mentir : même en plein coeur de l'été, le jet d'eau froide sur les seins ne passera pas par moi. JAMAIS. Cette petite chochotterie abstention mise à part, j'ai pris très jeune l'habitude de pousser l'hydratation du visage jusqu'au décolleté, et depuis quelques années, de me tartiner le nichon de crèmes raffermissantes diverses et variées.

La dernière en date, la voilà, je viens juste d'en racheter : Gelée buste repulpante Lift'Argan.
Tu noteras que la petite marque apparue il y a quelques années s'est fait manger par un plus gros labo et qu'ils en ont profité pour revoir la présentation sur le flacon, les infos mises en avant, et même d'ajouter quelques arabesques. Et un "sublime" dans le nom, aussi, genre rien que de le lire tu te sens plus belle. Mouais...
(On peut cependant dire merci à Léa Nature pour ce relooking, c'est bien ce qui m'a interpellée au moment de ranger mon achat) (Ouais paske comme d'hab', je ne suis pas sponsorisée, alors je procrastinais grave)

Lift-Argan-Buste.jpg
C'est bien, c'est bio, c'est Bjorg (Fille de pub, rha là là) mais est-ce que c'est efficace, Pataaaaate ?

Tu me connais, je ne mens jamais : oui... et non.
Tu peux oublier les mentions "spécial tour de poitrine" et autres effets repulpants annoncés. Si tu remplis à peine un bonnet B, tu ne passeras pas à la lettre suivante de l'alphabet corsetier juste par le miracle de la cosmétique moderne, fût-elle bio.
Je ne me suis pas amusée à mesurer au centimètre près, mais je t'affirme tout de même que la seule chose qui te fera grossir la poitrine - outre ton syndrome pré-menstruel ou ta pilule - c'est de prendre 10 kilos. Faudrait voir à pas prendre la Patate pour une quiche non plus.

En revanche, si tu cherches une crème fluide et légère pour hydrater tes seins et ton décolleté (En faisant des huits qui remontent vers le haut, Pataaaaaate, des huits !) (Dieu sait si pourtant j'ai un souci, avec les huits) (Et d'ailleurs, on dit des "huits" ou des "huit" ?), qui ne sente pas trop fort, qui "glisse" assez longtemps pour permettre un mini-massage mais pénètre assez vite pour ne pas gêner l'habillage (Et je fais ça le matin après la douche, donc je peux te dire que je suis TRES pressée), ET qui ne te peluche pas sur la peau une fois qu'elle a séché (Oui, c'est du vécu), tu peux l'essayer.

Avec comme moi, l'espoir que toutes les promesses ne soient pas vaines et que l'huile d'Argan soit une véritable alliée dans la lutte contre les outrages du temps et la force de gravité.
(Dans les 30 € pour un flacon-pompe de 100 mL, je t'accorde que l'espoir a un prix)
(Mais un flacon me dure dans les 3-4 mois) (Et il y en a des plus chères et bien moins bio/agréables que celle-là)

Et toi, ton arme secrète remonte-nichons-sous-le-menton, tu la partages ?
(Sauf si c'est le jet d'eau froide en fin de douche)
(Vade retro avec ton pistolet à eau !!)


mardi 10 septembre 2013

Patat'a testé... la plage naturiste

(Bah oui, parce que fallait un peu reposer le pauvre bikini blanc)

Naturisme.jpg
Un après-midi à la croisée des sentiers...
A gauche, la plage. A droite, la plage; la même mais pas tout à fait, celle où les "culs nus" peuvent aller se baigner. Oh tiens, et si on y allait ? Juste une fois pour voir comment c'est, alleeez. La curiosité se mêle aux quelques verres de rosé du déjeûner et fait fondre les réticences; allez c'est bon, on y va !
On prend à droite sur le sentier, avec un petit frisson de transgression.

Jolie plage, un peu sauvage.
De loin on aperçoit quelques seins nus, franchement pas de quoi en faire tout un plat, c'est une plage quoi. Au fur et à mesure qu'on approche, les détails se précisent. Oh tiens, une bite toute molle étendue au soleil; oh tiens, une paire de couilles qui se dorent la pilule. Ton cerveau confirme ce que tes yeux lui répètent tandis que tu slalommes entre les serviettes : oui oui, c'est plein de gens tout nus Pataaaate mais qu'est-ce que tu fous là ?!! . C'est quand même moche, les gens tout nus.
Il y a des foufounes aussi mais comme tu vois la même tous les jours dans ta culotte et que ce n'est pas ta came, tu n'en fais pas plus de cas que cela. Et puis tu t'appliques à avancer en regardant bien droit devant toi, sans dévisager (Encore que tu ne leur fixerais pas franchement le visage) tous ces gens moches et tout nus qui offrent leur intimité à la morsure du soleil.

On finit par se sentir un peu con, à marcher comme ça tout habillée alors que tout le monde est à poil. On pose sa serviette dans un coin pas trop fréquenté, et on tombe la chemise, on va la tomber, tomber la chemiiiiiseuuuuh les vêtements. Le bikini aussi ? Il le faut vraiment ?
Oh allez quoi, à Rome fais comme les Romains ! Et puis personne ne te connaît ici (Une prière silencieuse monte vers le ciel : pitié pitié pitié, faites que je ne croise personne que je connais !) : Patate, à poil ! Patate, à poil !!
Toi qui n'as même jamais fait de topless de ta vie, voici que tu dégrafes le haut de ton bikini. Encouragée par un petit courant d'air fripon qui vient te caresser les tétons, voilà que tu enlèves le bas... Et qu'il ne se passe rien ! Pas d'éclair, pas de tonnerre, la terre ne tremble pas, et surtout : personne ne te regarde. Incroyable mais vrai, les gens s'en foutent de ce que tu fais, limite sur une plage "normale" tu es bien plus matée/jaugée/jugée.

Oh purée, je suis toute nue sur la plageuuuh ! * gloussement *
Nue, au soleil, complètement, nue, au soleil, com-plè-te-ment ! * Patate Bardot * J'ai le tubercule à l'air, heuuuuu... * ricanement *
Cela dure bien 5 minutes, ce petit monologue intérieur, un peu comme un enfant qui désobéit pour la première fois et qui s'émerveille du goût de l'interdit; émerveillement mêlé d'incrédulité parce que oui, moi, là, je l'ai fait, j'ai osé ! (Et il ne s'est strictement rien passé de mauvais, quels menteurs ces grands !)

Cela dure bien 5 minutes, et puis la réalité reprend ses droits : quelle que soit la surface de 'pluches exposées, il faut les enduire de crème solaire pour les protéger (Manquerait plus que tu prennes un coup de soleil mal placé !). Ce qui est, tu le découvres, beaucoup moins pénible quand il n'y a pas à se préoccuper des bretelles et autres recoins du maillot de bain.

Est-ce qu'on te regarde ?
Sans doute oui, un peu. Mais pas tant que cela. Pas plus que tu ne regardes les autres, en fait. Et ce regard tu le perçois plutôt neutre : ni scrutateur, ni appréciateur ou dépréciateur, juste neutre; tu es posée là alors forcément on te voit, mais cela ne va pas au-delà. Au pire on se dit comme toi au début, que c'est quand même moche les gens tout nus, mais tout le monde est logé à la même enseigne alors...
Toi qui es toujours si complexée, tu réalises qu'on ne se sent pas grosse ou boudinée, quand il n'y a aucun élastique pour comprimer les bourrelets ni aucun regard pour juger comment tu rentres dans tes vêtements

Libéré des contraintes du textile, fut-il aussi léger qu'un itsy bitsy teeny weeny bikini, ton corps respire, il se détend, et ton esprit le suit. * soupir d'aise * On est quand même bien, là, les doigts de pied en éventail, le vent dans les poils les voiles, et le bruit des vagues dans les oreilles. On pourrait presque oublier le reste de l'humanité, s'il ne fallait, sous peine de crâmer, descendre se baigner.

Mais ceci est une histoire pour un autre jour.
Ou pas, on verra.


jeudi 13 septembre 2012

2012 - Le Gogole de pffiouuu, tout ça !

gogol.gifMai, juin, et juillet sont passés,
Sans Patate (sans Patate, hu hu hu).

Août est venu et reparti,
Sans Patate non plus !

Enfin ça y est, c'est la rentrée,
Dame Patate est revenue.

Avec sous vos z'yeux z'ébahis,
Les Gogoles des mois passés.
(Et Dieu sait qu'ils sont gratinés !!)


A quoi sert la pochette orange Locabiotal ?
Un peu comme le Locabiotal H de HawaÏ : à rien.
Ou bien à faire semblant qu'on a un portefeuille comme les grands, quand on a 8 ans; rempli de billets de Monopoly et de faux chèques récoltés dans les catalogues de VPC de Môman (Mais si, tu sais, les chèques factices avec les milliers de francs gagnés à toutes les loteries auxquelles elle n'a jamais participé !)... En gros, du déchet pour l'environnement, mais des souvenirs aussi doux que le pschitt était dégueu.

Au bout de combien de temps s'affine t'on (bobo les z'yeux !!) les cuisses avec le vélo ?
Alors là aucune idée. C'est que mon vélo, tu vois, s'est un peu empoussiéré depuis quelques mois... * honte *

Au lit avec Droopy
On doit quand même vachement s'ennuyer.

Bite écrasée par des compensées
Aïe aïe aïe !!

Bruit dans voiture et pigeon mort dans moteur
Sans être mécano, je pense que l'origine du bruit est incluse dans ta question, mon Gogole, non ?

Chanson rock hou hou houuuuu hou hou houuuuuu
Shazaaaaaaam ! Ah ouais non, sur un blog ça ne marche pas. Désolée hein, j'ai essayé...

Comment Joshua Jackson se sent en France ?
Pareil qu'en Amérique : avec le nez ! (Oué c'est naze, je sais, mais ça me fait rigoler)

Contenance en cuillère à soupe du pot de Nutella
Alors là je ne sais pas, mais un tel mystère ne peut demeurer irrésolu : la prochaine fois que je m'enfile un pot à la cuillère, 1- je prendrai une cuillère à soupe et 2- je compterai combien ça en fait avant de vomir.

Epaule gauche d'Evelyne Dhéliat
Genou droit de Catherine Laborde, set et match !

Histoire des deux boites de petits pois
Connais pas !

Histoire du nichon qui sent pas bon
C'est qu'il a dû tremper dans une boîte de petits pois, non ?

Je saute quand j'essaye un soutif
Et ben tsé quoi mon Gogole ? Moi aussi !!
Je me penche pour voir si rien ne déborde, je saute pour vérifier que tout reste bien en place, je lève les bras pour être sûre qu'un téton ne décide pas d'aller faire la bise à mon menton, et test ultime : dans la solitude de ma cabine d'essayage, je remue des épaules façon danse orientale en invoquant Sainte Shakira.
Un jour ils y colleront des caméras et je serai direct envoyée à l'asile à Vidéogag.

Madame patate, tubercule de mon coeur, me feras-tu l'honneur de me compter dans tes gogoles de mai ?
Et bien tu vois, qui que tu sois, tout vient à point à qui sait patienter !

Où trouver les lunettes de Julien Courbet ?
Sur le nez de Dorothée, qu'on se le dise Julien Courbet.

Si tu veux des potes, mets toi en culotte
Disait le vieux sage chinois du Neuf-Trois.

Un chat qui parle
C'est comme une fourmi de 18 mètres : ça n'existe pas ! Ça n'existe pas !!
Hé ! Et pourquoi pas ?


mercredi 30 novembre 2011

Patate s'affine (3)

Et si on faisait un peu le point, depuis le mois de mars et le mois d'août ?

regime.jpg
Non parce que je ne dis rien, mais en attendant...

Poids = 61 kgs tout rond (On partait de presque 69, faut-il le rappeler ?)
BMI = 21 (En vrai, j'ai pô calculé, mais à la louche, ça doit être ça)

Tour de cuissot = 56 cm (Plus 1 cm, va comprendre, Charles...)
Tour de hanches = 99 cm (Moins 1 cm... L'est tombé sur les cuisses ?!)
Tour de taille = 81 cm (Et ils sont partis où ceux-là ?)
Tour de poitrine = c'est ça, bien essayé
(Mais bon, une taille de soutif en moins, ça je m'en serais bien passée)

Toujours sans ne plus vraiment faire de "régime", mais avec une bonne dose de sport hebdomadaire (Que je devrais bloguer, oui, je sais !), je suis stabilisée depuis environ 8 mois; et c'est tellement plus pratique de ne pas devoir changer de garde-robe toutes les saisons parce qu'on a grossi/maigri/regrossi !

Pour la Patate hip hip hip, hourra !!

- page 1 de 2