Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Maître Capello

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 22 décembre 2016

#JeudiConfession (33)

Parfois, quand je rentre le soir je suis chargée comme un mulet (Les courses, cette plaie du quotidien). Parfois aussi, je meurs d'envie de faire pipiiiiii. Parfois enfin, je suis pressée parce que je dois vite vite me rafraîchir voire me changer et ressortir pour l'une ou l'autre activité.

Quoi qu'il en soit cela ne rate jamais : les 3/4 du temps, je fais une pause et j'ouvre mon courrier dans le hall d'entrée.
Debout devant les boîtes aux lettres, avec les courses éparpillées à mes pieds, au risque de croiser l'un des voisins et d'être obligée - horreur ! malheur ! - de lui faire la conversation.

Comme si je n'avais pas un appartement bien chaud qui m'attend, avec un coupe-papier, une corbeille de "tri sélectif" ce pléonasme de presque-fin-du-monde, et une chaise de bureau pour faire cela au calme et dans l'intimité.
Comme si j'espérais le courrier du siècle. Comme si ceux des impôts ou de mon fournisseur de gaz et d'électricité ne pouvaient pas attendre 5 minutes après avoir passé la journée dans la boîte aux lettres. Comme si je n'étais pas pressée et si l'ouverture du courrier ne pouvait pas non plus attendre le lendemain.

Il n'y a pas de raison rationnelle à cela.
Mais ça ne rate jamais : les 3/4 du temps, j'ouvre mon courrier dans le hall d'entrée.
Et si tu te prépares à commenter pour dire que "si c'est les 3/4 du temps, tu ne peux pas dire "cela ne rate JAMAIS", Pataaaaate", je te répondrai "gna gna gnaaaaaa" que si, parce que le quart restant... j'ouvre mon courrier dans l'ascenceur.

Même qu'aujourd'hui j'étais tellement passionnée par ce qu'écrivait mon FAI, j'en ai oublié de sortir de la cabine arrivée à mon étage, et j'ai eu droit à un tour gratuit pour le rez-de-chaussée ET à une conversation gênée avec la connasse du premier une voisine.
Damned !


vendredi 09 décembre 2016

TGIF (15)

ENFIN !

Pataterie de l'Avent n°9

Avent-2016-J9.jpg
J'étais ravie que ma surprise du jour soit le Thé des Lords, car c'est un de mes mélanges préférés.

Un classique Earl Grey, c'est à dire du thé noir aromatisé à la bergamote (Tu auras donc noté que la traduction in Anglishe in ze texte sur le sachet est du pur pléonasme), agrémenté ici de pétales de carthame (Un genre de chardon).

Si tu connais l'Earl Grey de supermarché, je t'en prie, fais-moi le plaisir de pousser la porte d'une boutique du Palais des Thés et de demander à goûter celui-ci (On peut faire ça ? A vrai dire je ne sais pas, mais si tu tentes le coup, dis-leur que tu viens de ma part, hé hé hé)... Et ensuite maudis-moi, car une fois qu'on a goûté un vrai bon Earl Grey, on ne peut plus JAMAIS s'enfiler un Lipton de sa vie !

Ce que j'aime dans le Thé des Lords, c'est qu'il est non seulement délicieux, mais qu'en plus il supporte très bien d'être réinfusé. C'est d'ailleurs ce que j'ai fait tout l'après-midi (Oui, j'avais emmené ma surprise au boulot) (Les emballages individuels c'est parfois bien pratique, pardonne-moi Saint Nicolas Hulot): le sachet n'a pas quitté mon mug et je me suis contentée de rajouter de l'eau chaude de temps en temps.


Entre deux crémages de 'pluches.
Parce que l'autre truc que j'ai emmené avec moi au boulot (A part une énorme envie d'arriver au week-end, je veux dire), c'est le dernier cadeau de ce brave Yves Caillou : une miniature de crème pour les mains édition Noël 2016, "clémentine et épices" (Y a bien un moment où ils auront fait le tour des mariages de parfums de Nowel, je me demande ce qu'ils inventeront...).

J'avais vaillamment résisté à la tentation de Noël 2015, mais celle-ci que veux-tu, mon cher Yves me l'a offerte; je ne pouvais décemment pas refuser.
Comme elle n'est pas terrible terrible - parfum assez chimique et hydratation tout à fait moyenne - je l'ai prise pour laisser sur mon bureau, genre "tant qu'elle est là je m'en sers mais si on me la pique je ne pleurerai pas".

(Ok j'avoue, j'ai aussi acheté la "poire et cacao")
(Ne me juge pas)


samedi 19 décembre 2015

Les chatteries de Nowel (2)

chat-rennes.jpg

C'est presque dommage qu'on ne fasse rien de spécial pour Nowel, paske Miss PotatoCat et moi, on serait trop à fond, pour le réveillon !

Enfin moi surtout, Miss PotatoCat n'ayant pas les oreilles percées ni le goût des bijoux (Sauf s'il s'agit d'essayer de les boulotter, alors oui elle l'a bien, le goût !) (Cette leçon de sens propre et figuré t'était offerte par Patate Capello), fussent-ils de saison.

Hein qu'ils sont trop choupinou avec leur nez et leur nœud rouges, ces rennes pailletés dégottés chez Claire's pour une misère ?
Keuwaaaa ? Kossé tu dis ? Non mais quel âge j'ai ?!
Tayeuuuule... je compte bien les porter pour aller bosser :-D


mardi 15 décembre 2015

Grincheuse de fin d'année... Ou pas (suite)

T'en souvient-t-il, lecteur de mon coeur, comme l'an dernier, sans renier mon côté Grinch assumé, j'avais quand même reconnu qu'il y a des trucs que j'aime bien à l'approche de Nowel ?

(Au passage, je te prie d'admirer mon magistral usage de la virgule)
(J'aime les virgules; presqu'autant que les si mal-aimés points-virgules)
(Et t'ai-je déjà parlé de ma grande passion pour les courses le trait d'union ?)
(Non, mais les parenthèses on avait remarqué, Pataaaaate. C'est fini oui, ces digressions ?) ("Gression") (Pardon)

Donc, l'an dernier je t'avais fait une liste non exhaustive des quelques trucs qui trouvaient grâce à mes yeux de Grinch. Je me rends compte cette année qu'il est temps de la compléter car j'ai oublié deux éléments MAJEURS de mes petits plaisirs de décembre.

mandarines.jpgLes mandarines.
(Ci-contre celles de la cantoche à midi)

Mandarines qui font mes délices tout le mois de décembre et parfois même de janvier, quand on parvient encore à en trouver des qui n'ont pas traversé la moitié du globe à la nage.

Autant tu ne me feras pas manger une orange (Boire un jus, à la limite, et encore...), autant je raffole des mandarines, que je passe un temps infini à peler et débarrasser de toutes leurs petites peaux blanches avant de m'en régaler.

C'est même l'une des rares occasions où je croque quelques carrés de chocolat noir, moi le bec sucré qui ne jure que par le "au lait", voire le Galak : rien ne se marie mieux avec la mandarine que le carré à plus de 70% de cacao.
Et rien ne me parle plus de Noël que ce petit en-cas-là.

Quoique, il y a une 2ème gourmandise que je ne m'autorise qu'en période de fêtes car sinon le plaisir n'est pas le même (Sans parler de la disponibilité dans les rayons)...

Les marrons glacés.
J'ADORE ces bombes caloriques et sucrées.
Un jour prochain, je serai sans doute diabétique et très très très malheureuse, alors en attendant, je profite de chaque Noël pour m'enfiler quelques boîtes de marrons glacés en fermant les yeux tellement c'est trop boooon !
Surtout les marrons glacés artisanaux vendus dans certaines pâtisseries ou épiceries fines (Une ruine, mais c'est tellement boooon !).

J'en raffole tellement que j'ai un tout petit peu oublié de les photographier avant de les boulotter.
oO0 (Tu la sens la bonne excuse pour aller en racheter ? ;-) )


mercredi 03 août 2011

Le duo de l'été 2011

Clarins-et-Chanel.jpgParce que je n'avais plus de crème de jour et qu'il fallait bien en racheter.
(Sur les conseils avisés d'une copine : "Bon Pataaaate, tu te décides ? Ça fait 3 plombes qu'on y est ! Tiens, prends celle-là et fais pas ch*er !!")

Parce qu'il fait souvent chaud, en été.
(Sauf, évidemment, quand octobre s'invite en juillet)
Parce que ma peau est plus en manque d'eau que de gras.
Et que vu mon teint de bidet ma carnation délicate (J'adore le mot "carnation", j'ai l'impression d'être une héroïne en crinoline), le SPF 15 s'impose dans tous mes soins visage, hiver comme été.

Parce que le fond de teint, je ne supporte pas (Sauf cas exceptionnels). Mais que je voulais quand même avoir bonne mine.

Deux pressions du flacon de gauche dans le creux de la main (Packaging plus intelligent que le précédent : le fond remonte au fur et à mesure), que je patouille avec une noisette du tube de droite, et j'en ai assez pour le visage et le cou.
Un nuage de poudre pour éviter de briller, un soupçon de blush et c'est terminé.

Bon, évidemment c'est peu couvrant * taches de rousseur power * et en cas de petits boutons, il faut jouer du correcteur, mais c'est vraiment parfait pour les belles journées d'été où l'on n'a surtout pas envie d'en rajouter.

Tu me diras, mais Pataaate, pourquoi ne pas te contenter de la crème teintée t'es con ou quoi ? Et je te répondrai : reste poli, je te prie parce queuuuuuuuue !

Et aussi bicoz la crème teintée toute seule était trop foncée (Pourtant j'ai pris la teinte "sable", la plus claire je crois), ça ne faisait pas naturel, je devais descendre super bas dans le cou pour éviter les démarcations et ça faisait ch*er des taches sur le col de mes vêtements.

- page 1 de 2