Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Lessivages et paturages

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 24 août 2015

Le mini-crumble calamité

Pour les ceusses qui me suivent sur Twitter, c'est un peu du réchauffé (En même temps, réchauffé c'est tout aussi délicieux), mais pour les autres sachez-le : le Potato-crumble se décline à merveille en version fruits rouges.

Evidemment, sans cannelle.
Mais avec un fond de sachet de fruits rouges surgelés de chez Picard que, si tu ne veux pas passer une heure à récurer ton frigo et ton carrelage, tu éviteras de laisser décongeler négligemment posé sur une clayette, "gentiment sur la journée comme ça je me ferai un crumble pour goûter en sortant du boulot".
Parce que les fruits rouges surgelés de chez Picard, ils ne sont pas gentils !

Tandis que Calamity Patate, qui avait donc mis son restant de sachet à décongeler au frigo le matin avant de partir au boulot, rêvassait au super crumble qu'elle allait se faire à goûter le soir en rentrant (Oui, je rentre à six heures et JE GOÛTE, comment tu crois que je fais pour grossir hein ? TOUTES les erreurs, je les fais !) (Ne me juge pas. Si tout le monde appliquait les belles théories et les bonnes résolutions, les fabricants de clopes ou de médocs anti-cholestérol licencieraient à tour de bras), tandis que votre tubercule préféré salivait tout au long de la journée, donc, les fruits rouges ces saligauds, faisaient la fiesta dans le frigo.

Et que je te repeins la clayette en rouge. Et que je t'en colle dans les rainures du rebord. Et que je goutte jusque dans le bac à légumes (Heureusement vide) (Qui a dit "comme d'habitude" ?!). Et que j'insinue mon jus dans les replis du joint de porte pour finir mon parcours sur... le carrelage devant le frigo.
Une belle tache rouge sombre mêlée de violet - il y avait des myrtilles dans mon sachet - que j'ai pu frotter une plombe façon héroïne shakespearienne, tout en me répétant comme un mantra : "Dieu merci, Miss PotatoCat n'a pas eu l'idée d'y poser les coussinets !". Non mais tu imagine le carnage, sinon ?!
A ce jour, je ne sais toujours pas par quel miracle ce félin démoniaque qui ne rate jamais une connerie, m'a épargné celle-ci. J'ai un tout petit peu retrouvé foi en mon karma.

Bref.
Pourquoi cette frigo-fiesta des fruits rouges congelés, tu dois te demander ?
Parce que ce sont de gros enfoirés, déjà. Et aussi parce que, contrairement à ce qu'on pourrait penser en les voyant, les foutus sachets de surgelés Picard n'ont pas le cul étanche !
Dingue, non ? Ils ont l'air soudés dessus-dessous, thermocollés ou que sais-je encore, tu penses naïvement que l'étanchéité c'est la base de la conservation ... Et bien NON : ils ont des fuites. Une fois tes fruits rouges ramollis, le jus, le gros (jus) rouge qui tache, suinte de la base du sachet. Sachet que, dans sa grande naïveté, Calamity Patate avait négligemment posé sur une clayette à rainures au lieu de le déposer dans une assiette creuse. VU QU'IL INSPIRAIT TOUTE CONFIANCE EN SON ÉTANCHÉITÉ, CE @#&# DE SACHET !!

Résultat, avant de pouvoir s'atteler à la préparation de son crumble, Calamity Patate a pu se mordre bien fort les doigts et se taper une heure de ménage.

Lavage de clayette et bacs à légume dans l'évier (Sais-tu seulement à quel point c'est compliqué de caser un bac à légumes dans un évier ?) (Pourquoi tu crois que je ne les nettoie jamais ?! La flemme ? Ah ouais, aussi), récurage de joints de frigo au vinaigre blanc et à la brosse à dents, et surtout remake de Lady MacBeth face à la tache sur le carrelage qui n'est d'ailleurs pas totalement partie, rapport au fait que mon carrelage est vieux et un peu poreux.
Heureusement, l'auréole restante n'est pas très large et à moitié planquée sous le frigo, mais le jour où je revends l'appart, il faudra que j'explique que non, personne n'a été tué dans la cuisine avec le chandelier.

crumble-fruits-rouges.jpgLe jus de fruits rouges, c'est coriace !

Mon éponge, la pauvre, ne s'en est pas remise; elle repose quelque part au fond d'une benne à ordures, aux côtés de la brosse à dents sacrifiée.
Mais je les ai vengées : les fruits rouges ont fini incinérés, hé hé hé !!

Le bon côté de tout cela, c'est qu'après avoir peiné à réparer tant bien que mal les dégâts... Ton crumble tu le trouves encore meilleur !

Je parie que les calories ne comptent pas, tellement il était mérité.
(Ben quoi ? On peut rêver)


jeudi 19 mars 2015

#JeudiConfession (23)

Je n'avais JAMAIS nettoyé le bac à produits de ma machine à laver.

Cette même machine que j'ai achetée début 2008 quand j'ai déménagé... Il y a donc 7 ans, oui oui, tu as bien compté.
Je peux te dire que tremper l'accessoire une nuit dans le vinaigre blanc n'a pas suffi, il a fallu aussi beaucoup frotter.

Le poids des mots c'est bien, mais parfois rien ne vaut le choc des photos...

grosse-cradasse.gif
(Les frontières de la honte, toujours plus loin repousser)

jeudi 01 janvier 2015

C'est la saison des voeux (2)

New-Year-2015-pink.jpg

(Source : Pinterest, what else ?)


Oyez oyez les gens, ma collec' de SMS de Nouvel An gnangnan vient de gagner un nouvel élément :

"J'ai parlé de toi à des amis et ils m'ont promis de venir te voir chez toi et d'y rester pour toujours. Ce sont : la santé, le succès, le bonheur, la joie et l'amour. Sois prêt(e) à les accueillir en 2015. Bonne année !"
(Note le E entre parenthèses, genre la personne n'a même pas pris la peine de faire un message différent pour les hommes et les femmes de son répertoire)

J'ai d'abord grincé des dents, et puis je me suis dit que je l'avais bien cherché.
Parce que le 31 décembre, au lieu de me pomponner et de partir réveillonner, j'ai ciré mes chaussures (TOUTES mes chaussures, ça m'a pris la matinée cette affaire !), briqué mon évier, récuré le lavabo et la baignoire et changé mes draps.
Après une telle tornade blanche (Fille de pub un jour...), l'Univers ce gros farceur ne pouvait pas laisser passer cela sans m'envoyer un SMS cul-cul à base de gens qui s'invitent dans le Patat'home pour y rester.

Je te rassure, le changement d'année ne m'a pas changée en fée du logis.

Tout a commencé avec ma paire de bottes en nubuck qui sont certes faites pour marcher, mais pas dans la boue, et qui traînaient dans le hall d'entrée depuis heuuuu... (Mais c'est qu'elles étaient trop cradres pour être rangées avec les autres chaussures, elles attendaient juste d'être nettoyées depuis heuuuu) (Ne me jugez pas)
Je pense que j'ai trébuché dessus une fois de trop et je n'avais rien d'autre à faire en ce matin du 31 décembre, donc j'ai sorti le matos à godasses du fin fond du placard de l'entrée. J'AI SORTI LE MATOS A GODASSES !! Le truc qui m'arrive une fois par an, et en 2014 c'était le dernier jour de l'année, voilà.
(Oui, il y a un rapport avec la baignoire, patiente un peu, tu vas comprendre)

Tant qu'à faire pendant que ma crème à nettoyer le cuir agissait, je me suis dit que j'allais cirer/imperméabiliser mes autres paires de bottes. Et quand j'ai ouvert le meuble à chaussures pour attraper des bottines (Toutes craquelées, les pauvres, il faut dire que je ne les cire jamais je les avais achetées avec Cro-N'ex !) (Je devrais les jeter juste pour le principe, mais je n'ai jamais trouvé leurs remplaçantes et maintenant que j'ai le pied délicat, ça l'est encore plus) (Délicat, tu suis oui ?!), ces malheureuses couvertes de poussière m'ont sauté au nez et je me suis mise à cirer TOUTES mes shoes.
(Et la baignoire ? On y vient, patiente je te dis !)

Du coup, après cette matinée d'intense activité, les chaussettes de l'archi-duchesse que j'utilise pour appliquer le cirage (Excellente façon de recyler les chaussettes orphelines, au passage) étaient sèches, archi-sèches un peu crado donc je suis allée les rincer dans le lavabo.
(Nooooon, toujours pas dans la baignoire)

Après un quart d'heure de savonnage/rinçage, j'ai pu les étendre à sécher mais mon lavabo était noir dégueu, je ne POUVAIS PAS le laisser dans cet état. Même moi ! C'est dire s'il était cracra.
Cela tombait bien, le produit nettoyant pour la salle de bains est rangé sous l'évier de la cuisine, et Miss PotatoCat que j'avais pris la précaution d'y enfermer - dans la cuisine, pas sous l'évier !!- de peur qu'elle ne veuille m'aider avec le cirage (Elle est tellement serviable, la petite chérie), miaulait à la mort pour être libérée libérééééééée, délivréééée. Bref, j'ai récuré le lavabo.
Et une fois propre et brillant comme un sou neuf, il faisait tellement honte à ma baignoire que je me suis sentie obligée de faire quelque chose pour elle. Puis sur ma lancée, en allant reposer les produits ménagers sous l'évier... Bah j'avais les gants, j'avais l'éponge on a les lumières, on a la sono (Zou, zou, zou, Zoubidaaaa), j'ai aussi récuré l'évier.

Voilà comment, à l'insu de son plein gré, on passe le dernier jour de l'an à nettoyer.
L'avantage c'est que j'étais tellement vannée, je n'ai même pas regretté de ne pas sortir réveillonner !!


(Et le changement de draps, Pataaaaate ?)
(Du PUR masochisme :-) )


Cher patatophile, si tu as lu ce passionnant récit jusqu'ici, tu mérites d'être interné bien une 2ème tournée de mes meilleurs voeux de bonne et heureuse année.

New-Year-2015-pink.jpg


mardi 19 novembre 2013

La loi de Murphy appliquée au sac d'aspi

La loi de Murphy, faut-il le rappeler, établit que quoi que tu fasses, tout ce qui peut mal tourner mal tournera, et que ta tartine si elle doit tomber, le fera toujours du côté du Nutella. Ce n'est pas pour rien qu'on l'appelle aussi la loi de l'emmerdement maximum.
(A ne pas confondre avec la loi de Dilbert qui dit juste que mon chef est un connard les incompétents finissent toujours aux postes où leurs conneries feront le moins de dégâts : le management)


Corollaire n°1 : tu n'achèteras jamais le bon sac.
Même si tu avais pris soin de découper le petit bout de carton qui indique la référence. Et que tu l'avais religieusement affiché sur ton frigo avec un joli magnet'. Même !
Tu oublieras le petit bout de carton. Ou bien tu le perdras (La fois suivante, en ayant voulu le garder dans ton Filofax de peur de l'oublier). Ou bien ils auront changé les références depuis la dernière fois que tu en avais racheté (Hein ? Quoi ? J'ai qu'à faire le ménage plus souvent ?! Pfffff).
Si par extraordinaire, il y a dans le rayon un livret de 300 pages listant les différentes marques de sacs, références et leur compatibilité avec les 12.000 modèles d'aspirateurs disponibles sur le marché, tu ne te souviendras plus de la marque du tien (Ouais bon, ça vaaaaaaa, z'êtes capables comme ça sans réfléchir de me dire la marque de votre aspi ?). Ou bien, si après 10 minutes de réflexion tu connais la marque, tu ne sauras pas dire quel en est le modèle, damned ! Est-ce le BKZ-400 turbo, le BKZ-400 extra-pro ou le BKH-612 ?! Ou bien encore, si tu te rappelles et de la marque et du modèle de ton aspirateur... Il manquera pile LA page correspondante sur les 300 que compte le fichu livret.
Bref, quoi que tu fasses, tu n'achèteras JAMAIS le bon sac.

Corollaire n°2 : c'est toujours au pire moment que tu te rendras compte que tu as racheté le mauvais sac.
Par exemple, quand tu dois aspirer une tonne de débris de plâtre, un océan de grains de litière agglomérés à tes cheveux, aux poils de ton chat et bien entendu, à la poussière que tu n'aspires pas assez souvent, ou bien encore une immense flaque de terre provenant de la plante verte que certain félin a joyeusement envoyée valdinguer sur le plancher.
Tu sais ce qui se passe, quand tu aspires à fond les ballons avec un sac mal connecté au tuyau bicoz hé, Pataaaaate, tu t'es plantée de référence et du coup c'est pas étanche ? Tu en prends PLEIN LA GUEULE. Du plâtre, du grain de litière ou de la terre. Plein. La. Gueule.
Et même en supposant que tu t'en rendes compte AVANT d'aspirer des horreurs, de toute façon tu t'apercevras toujours de ton erreur APRES avoir balancé le ticket de caisse pour pouvoir te faire rembourser tes sacs à whatmille euros.

Corollaire n°3 : c'est toujours au moment où tu as absolument BESOIN de passer l'aspirateur (Genre 10 minutes avant que tes invités (ou pire : ta mère !) n'arrivent) que tu te souviens que zut, le sac est trop plein pour encore aspirer le moindre grain (Litière ou poussière, je te laisse le choix du grain).
Et que tu n'as pas de sacs de rechange, rapport au fait que a) tu t'es ENCORE planté(e) de référence, b) tu n'en as pas racheté DE PEUR DE TE PLANTER, ou bien c) tu en as racheté mais tu ne sais plus où tu les as rangés.


C'est comme ça qu'on se retrouve un soir, maquillée, coiffée, parfumée et sapée sur son 31, penchée au-dessus de la poubelle de la cuisine, la main disparaissant à moitié dans le trou du sac (Car oui, quand il est tellement archi-bourré que tu ne sais plus rien y caser, il ne suffit pas de le retourner pour que tout tombe, il faut fouiller, fourrager, et expulser à la mano... C'est cradooOoo !) (Et ça PUE !!), afin de le vider suffisamment pour que l'aspi daigne fonctionner.

Je pense que je suis mûre pour un Dyson...
(Je vais de ce pas écrire une lettre au Père Nowel) (Ou braquer une banque)


mardi 27 août 2013

Calamity Patate a un bikini blanc

Patate-bikini-blanc.jpgAcheté à la toute fin des soldes de juillet lors de la 12.000ème démarque, alors tu me pardonnes, monsieur mon banquier ?

Quand je l'ai trouvé j'étais ravie, penses-tu : un bikini dans lequel caser tous mes bourrelets, qui ne coûte pas un quart de mon salaire et qui soit d'un blanc immaculé super glamour façon star de Hollywood en vacances à Saint-Tropez. Et le dernier à ma taille ! Sans taches !!

C'était un signe, il était pour moi, je l'ai embarqué.


Je te vois venir, lecteur de peu de foi; tu es en train de te dire que Calamity Patate s'est retrouvée au bord de l'eau avec son bikini blanc mouillé devenu transparent, en train de se payer la honte de sa vie tandis qu'elle courait se planquer sous sa serviette.
Et bien NON !

Je ne suis pas débile, j'ai embarqué ce sublime bikini parce qu'en plus d'être beau comme un maillot camion, il était 100% doublé DE PARTOUT et pas juste du fond de culotte. De partout en bas ET en haut. Le bikini total waterproof, quoi.

Mais alors Pataaaaaaate, ouske c'est que tu as calamité ?

Et bien sache-le, lecteur de mon coeur qui t'intéresse à la mode estivale, lectrice ma soeur qui envisage l'achat d'un bikini blanc comme celui de Kim Kardashian, c'est classe devant l'objectif des paparazzi mais cela ne reste pas blanc bien longtemps !!
Car c'est bien là où le bât blesse : le blanc c'est salissant, en haut comme en bas. Une après-midi le tubercule dans le sable (Ou pire, dans l'herbe) à te tartiner de crème solaire, et tu retrouves ton maillot de bain tout neuf avec l'air pas frais d'un yaourt abandonné en plein soleil : crade et jauni.

La crasse bien sûr, elle part à la machine.
Mais les traînées jaunâtres là où ton écran total a pénétré dans le tissu, elles résistent, elles. Surtout aux endroits de frottement : les bretelles, le dessous de la poitrine, les coutures de la culotte... Vachement moins glamour tout d'un coup, le maillot blanc.

On comprend pourquoi il en restait pour les soldes !


Potato-Scriptum : bah non c'est pas moi dans le bikini, là.
C'est Nina Agdal, un mannequin danois de l'agence Elite. Et accessoirement, l'une des nombreuses exs du chanteur des Maroon Five.

- page 2 de 8 -