Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Latiniste

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 06 décembre 2013

RIP

Resquiescat In Pace.
Ou Rest In Peace, si tu n'es pas latiniste.

Tu crois que je vais te causer du décès de Nelson Mandela, comme la totalité de la planète et l'immense majorité de la "planète blog" aujourd'hui ? Et bien que nenni !

(Mais paix à son âme aussi, évidemment)
(J'ouvre les paris sur le temps que mettra le Vatican à le canoniser)
(Pas longtemps, si vous voulez mon humble avis, et ce sera bien mérité)

Je ne vais pas t'entretenir de la mort de Mandela, parce que pour aussi héroïque, sage, humain, visionnaire et courageux qu'il ait été tout au long de sa vie, ce gars-là... Bah je ne le connaissais pas.
C'est pas que son décès ne m'inspire pas le respect et le recueillement qui lui sont dûs, mais c'est pas non plus comme si cela allait changer ma petite vie de Patate à moi, tu vois. Au quotidien.

Mandela_Poverty.jpg
De qui je viens te causer, alors ?
Et bien d'une bouteille de lait d'un décès qui m'a sérieusement touchée. Au quotidien.

La Patate-mobile a prématurément trépassé.

Nooooon ?! Si !!!
Après une trop courte vie (Malgré tout bien remplie) et une grave maladie. Un genre de cancer du moteur, avec métastases aux pistons et autres complications. In-cu-ra-ble.
La panne à plusieurs milliers d'euros, tu vois ?
Milliers d'euros qu'elle ne valait malheureusement plus, malgré tout l'amour que je lui portais - cruelle loi du marché !- et dont je ne dispose de toute façon pas.
(Tu comprends mieux mon choix de citation de ce brave Nelson ?)

Adieu Patate-mobile, repose en paix.



Minute de silence, silvouplé





Une MINUTE j'ai dit !



Résultat, ces derniers temps j'ai été bien déprimée occupée à encaisser le choc (rude), évaluer mes options (limitées) et bien entendu galérer dans les transports en commun (locaux, régionaux et nationaux), qui ne sont jamais proches quand on en a besoin et sont loin d'être aussi bon marché que les légendes z'urbaines (Nul doute propagées par des hordes de bobos malintentionnés) le prétendent.

J'avais oublié à quel point une voiture, c'est la liberté...
Si si si, et ceux qui te diront le contraire sont des écolos snobinards qui propagent des légendes z'urbaines en choeur avec les bobos n'ont jamais besoin de sortir de leur petit quartier !! (Ou alors en journée) (Ou bien ils profitent honteusement de la bonne volonté de leurs amis motorisés) (Ouais ben moi j'ai pas d'amis, na !)

Bref, j'ai découvert à l'occasion de l'enterrement de ma titine chérie, que j'étais :

  • - juste assez riche pour faire rouler la voiture que j'avais
  • - juste pas assez riche pour la réparer/remplacer si elle pétait.
  • - et que ma liberté de pensée mouvement était bien fragile, finalement.


Et désormais terminée...
Tu comprendras dès lors que je n'aie eu ni le temps ni le coeur à bloguer les semaines passées. Et tu pourras me remercier de cette délicate attention, paske si tu savais comme mon entourage en a eu soupé, de mes lamentations, réflexions, soupesage d'options et autres montages financiers aussi vite effondrés qu'ils étaient échafaudés.


Un point positif dans tout cela ?

Car OUI j'ai fini par décider de considérer ce énième coup du sort de l'année comme une volonté de l'univers de me faire avancer (A pied ! L'univers est un gros farceur) et d'y trouver un sens : je suis débarrassée d'encore un objet de ma vie d'avant !

Je ne sais pas pourquoi, mais je sens que je vais bientôt me retrouver sans télé...


dimanche 01 septembre 2013

Et alors Patate, ces bonnes résolutions ? (2)

blonde-soubrette.gifNon paske faut pas croire, je ne blogue rien * Pracrastino-Potato Power * mais j'ai quand même un peu avancé depuis janvier sur la voie de L'ORGANISATION.

Il y a d'abord eu le tri de la pharmacie aux 3/4 périmée (Et c'est tant mieux, car si tu me suis sur Twitter, il ne t'aura pas échappé que la semaine passée, je l'ai bien re-remplie, la pharmacie) et de * hum hum * 3 ans de strates de papiers en février.
Avec dans la (grande)(très grande) foulée, le dégagement par la grande porte du bureau cheumo. J'ai 2 mois plus tard ensuite réorganisé un peu la disposition des meubles pour planquer ranger le bordel ainsi libéré sans avoir à en racheter un nouveau (De meuble, pas de bordel, hein !).


Enfin, récemment je me suis attaquée aux placards de la cuisine. Avec au programme...

- Vidage COMPLET de TOUS les placards et tiroirs, et étalement du contenu un peu partout par terre autour de moi.

- Virage de Miss PotatoCat qui sautait d'une pile d'assiette à une poêle en semant partout ses poils.

- Vaisselle intensive AVEC SECHAGE IMMEDIAT (Au lieu d'abandonner l'activité -et les ustensiles étalés- sous prétexte de "laisser sécher" pendant une semaine) répétée ad libitum jusqu'à ce que TOUT soit propre et sec, de la petite cuillère au tupperware en passant par les bols et le cuit-vapeur.



- Interlude jeux dans le hall d'entrée avec Miss PotatoCat qui pleurnichait d'avoir été virée de la cuisine alors qu'elle voulait seulement casser des verres avec sa queue aider, la pauvre petite chérie.
Une griffure plus tard...


- Tri de la vaisselle et des ustensiles par LOGIQUE D'UTILISATION.
Fini les couverts à salade au milieu des couteaux de cuisine, plus de tup' perdu entre les poêles et les sauteuses "paske y avait juste la place pour le caser", adieu la quête du moule à tarte pas rangé avec les autres parce que... heu... tu sais même plus (C'est d'ailleurs pour cela que tu le cherches), vu que ces placards ont été remplis à la va comme j'te pousse il y a 4 ans, et n'ont plus jamais été touchés depuis.

- Sélection impitoyable de la vaisselle à jeter/donner et du petit électroménager à revendre (Mon blender est parti, mais il me reste la "lean mean fat reducing grilling machine" le grill magique de George Foreman, damned !).
Ce ne fut finalement pas bien compliqué : tout ce qui n'avait pas ou peu été utilisé depuis que je m'étais installée dans le Patat'home, tout ce que je n'aimais plus car à moitié cassé ou dépareillé ou tout simplement plus adapté à mon goût/mon style de vie, a fini dans le hall d'entrée.

- REFLEXION sur où et comment ranger ce qui restait (Je n'ai quand même pas viré grand chose : j'ai une toute petite cuisine mais du mal à jeter finalement peu de superflu dedans) pour que la logique précédemment installée au sol se reflète à peu près dans les placards et les tiroirs.


- Interlude jeux avec Miss PotatoCat qui s'ennuyait car ça prenait des plombes, et qui a profité que j'ouvrais la porte du hall d'entrée pour venir casser des verres vérifier que son bol de croquettes ne risquait pas de dégager avec le reste.


- Soupir sur la cuisine de mes rêves que je n'aurai sans doute pas dans cette vie-ci et naïve tentative de sécher mes larmes de crocodile dans la douce fourrure de mon petit félin.
Une griffure plus tard...

- Rangement de tout le bordel dans son ancien ou nouvel emplacement.
De TOUT le bordel, Pataaaaate, sans abandonner en plein milieu paske le pécé te tend une embuscade lors de ton expédition aux wécé, ou que Miss PotatoCat veut jouer, ou que tiens, et si tu te faisais une manucure là maintenant tout de suite que tu as PRESQUE terminé ?

- Et pour finir ... Re-salir une partie dudit bordel parce que ça fait une journée que tu laves et que tu ranges et que tu n'as toujours rien avalé à part une giga-tonne quelques fruits secs et des cookies, et qu'il serait temps de se préparer un vrai truc à manger.


L'opération "organisation des placards de la cuisine" s'est achevée au soir avec une Patate fourbue mais fière d'elle-même, vautrée sur le canapé avec un bon petit plateau télé, devant un film de fille illégalement téléchargé pendant la journée en dévédé.
Et comme Miss PotatoCat n'en avait rien à carrer de cet exploit que je tentais de lui narrer, occupée qu'elle était à se léchouiller le derrière en semant des poils plein mon tapis, c'est à vous, lecteurs de mon coeur, que je viens le raconter.

Vous êtes évidemment priés de ne pas vous léchouiller le derrière me féliciter !
(Et de ne pas demander où ça en est, avec le bordel transféré de la cuisine au hall d'entrée...)


jeudi 20 janvier 2011

De qui se moquent ces faux rats ?

A priori, je dirais : de moi !!

sephora-gold-offre.jpg

Chère Constance,

oO0 (Z'avez vu, Ils ont viré Laurence suite à ma blog-note ?!)
oO0 (Ouais ok, c'est peut-être juste normal que ce ne soit pas la même personne qui s'occupe des cartes Gold et des cartes Black)
oO0 (Mais laissez-moi rêveeeer le peu d'amouuuuur qui me resteuuuuuuh (Patate joue la carte "Gold" hu hu hu) que je suis une blogueuz'influente !! Ils ont viré Laurence paske j'étais pas contente !! :-D )

Chère Constance, donc,

Tu permets que nonobstant ton prénom prout-prout et ta particule, nous nous tutuyions - présent du subjonctif, note comme j'écris bien la France ?
Entre greluches unies dans l'amour et la crème de jour, je pense qu'on peut se le permettre. Et puis j'ai une carte GOLD maintenant môa, mâdâme (Et une couronne sur dans la tête, alors souffre un peu que je me la pète).
Et bien chère Constance,

... Tu ne vaux pas mieux que ta collègue Laurence !!
C'est quoi cette bouteille de lait ce courrier que tu m'envoies ?!

J'ai été upgradée - superbe verbe du 1er groupe, du latin upgradare, -gradawi, -gradatoum, tagada boum boum - je te signale, je me sens insultée !!

Tu croyais quoi ?
Qu'une Patate ne saurait pas faire une bête règle de trois ?!
Ha ! Tu t'es fourré le mascara dans l'oeil jusqu'à la base de la brosse : je maîtrise à fond la comptabilité greluchienne, j'ai fait "soldes" 1ère langue, je sais te calculer un pourcentage de remise en moins de temps qu'il n'en faut pour dégainer une CéBé.

Laisse-moi donc te dire que ton alléchante réduction là, une fois scannée pour la bloguer, je me suis royalement torché le tubercule avec (En vrai, pas : le papier cartonné glacé, tu vois... m'enfin tu saisis l'idée quoi).
Calcule voir avec moi : 15 € pour 80 € d'achat.
A la louche, petite règle de trois, ça fait dans les 18%. Je passe donc d'une réduc' de 20% sans la moindre obligation d'un montant à dépenser, à une réduc' INFERIEURE et qui m'OBLIGE à craquer 80 €. 500 balles !
Non mais tu as fumé ou quoi ? Vous les roulez les papiers cartonnés glacés ?! Avoue, ça restera entre nous.

Laisse-moi te dire ma chère Constance, que pour un premier cadeau lié à mon récent upgrade - nom masculin, voir le verbe upgrader - au niveau Gold, je m'attendais à mieux. Et mon petit coeur de greluche qui battait si fort si fort...
* soupir *

Tu comprendras j'espère, que je ne te claque pas la bise.
Et que je ne vienne pas non plus claquer chez Sephora les 80 € que je n'ai pas et que je vais donc mettre dans une paire de shoes.

Sans rancune hein, tu peux continuer à m'écrire (Ca fait de chouettes blog-notes ;-) ) mais j'espère nettement plus motivant la prochaine fois, sinon je demanderai à être downgradée -du latin downgradare, -gradawi, -gradatoum boum boum, oui oui, tu as compris.

Tchuss

Dame Patate