Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Lady Gaga

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 18 juin 2015

Patat'à Chicago

(Meuh non je ne suis pas partie en vacances aux Z'états-Z'unis)
(Même si j'avais les moyens, je partirais avec qui, hein ?)

Ce mois de juin, en sus de plancher tous les matins, Patat'a passé toutes ses soirées à Chicago au lieu de bloguer ... En compagnie de pompiers beaux zé musclés (Ou pas, y en a des moches et des grassouillets). Et de policiers sexy, aussi.

Tout a commencé il y a quelques années à la fin des haricots de Docteur House.
Après avoir observé une période de deuil raisonnable pour le Dr Chase, sa coupe de surfer, sa voix de basse et son accent australien absolument craquant (La VO mes agneaux, la VO ! Y a que ça de vrai) (Et si tu causes pas l'anglais, tu la prends sous-titrée), j'ai découvert qu'il avait rebondi dans une nouvelle série : Chicago Fire.

Chicago_Fire_-_Jesse_Spenser_alias_Matt_Casey.jpgCheveux courts mais toujours aussi sexy, Jesse Spencer avait troqué la blouse blanche pour un équipement de pompier.

Chouette alors ! me suis-je exclamée.

Depuis Backdraft quand j'avais 15 ans, je ne me suis jamais vraiment remise du cliché du beau pompier plein de muscles et de bravoure, et j'étais ravie de retrouver Jesse (Toujours en VO rapport à sa voix trop graouuuu même s'il a carrément gommé l'accent, vu qu'il est censé être américain).

Lecteur de mon coeur (Enfin, lectrice, plutôt), je te présente Matt Casey ==>

J'étais d'autant plus ravie qu'il n'est pas le seul bôgosse de la série.

Chicago_Fire_-_Taylor_Kinney_alias_Kelly_Severide.jpgLaisse-moi te présenter Kelly Severide (Oui il a un nom de fille de la série Beverly Hills, on s'en fout c'est comme sur Kelly Slater, c'est über-sexy) ==>

Remets-toi, je ne t'ai même pas mis de photo torse nu !

Lui je t'en avais déjà parlé l'an dernier, alors que j'étais en train de me faire l'intégrale des saisons 1 et 2.

Taylor Kinney c'est son vrai nom, mais tu peux aussi l'appeler "Mister Gaga", puisqu'il est apparemment fiancé avec Lady Gaga, comme quoi on peut être beau à tomber et avoir des goûts de chiottes.

La saison 3 s'est achevée au mois de mai, ce qui explique qu'en juin, ta Patate préférée ait eu des soirées bien trop occupées pour bloguer, vu qu'elle aime bien attendre la fin d'une saison pour tout regarder d'un coup comme une grosse boulimique qu'elle est.
Maintenant je vais devoir ronger mon frein jusqu'à la saison 4 l'an prochain, mais du coup j'ai un peu de temps pour venir t'en parler.

Alors évidemment, Chicago Fire ce n'est pas que DEUX pompiers, hein !
Je te montre les bôgosses officiels de la série histoire de t'appâter. En réalité ils sont tout plein, ils ont de gros camions rouges qui font pin-pon et il y a une ambulance aussi. Et il leur arrive plein d'histoires toutes plus incroyables les unes que les autres, c'est du grand spectacle peu réaliste mais vachement bien filmé, avec du suspense, de l'action, de la bagarre et des histoires de fesses d'amour.

Pour résumer, Chicago Fire est à la caserne de pompiers ce que Grey's Anatomy est au centre hospitalier.
(C'est magnifique, je sais, tu peux me citer)


Je te causais en début de blog-note de policiers sexy, aussi, car quelque part dans la saison 2 j'ai découvert qu'un spin-off était né : Chicago PD.
(NdT : pas pédé hein, "pidi" comme Police Department) (La VO mes agneaux, la VO !!)

Chicago-PD.jpg

J'aurais pu m'en douter car le producteur n'est autre que Dick Wolf, auquel on doit la franchise des "New York" (VF) / Law and Order (VO) : sa spécialité c'est la série qui dure 10 ans et qui donne naissance à 2 ou 3 autres shows entretemps.
Avec des personnages qui se croisent et collaborent, vu qu'ils sont tous basés dans la même ville. New-York : les flics et les avocats, Chicago : les pompiers et les policiers.
(Minute nostalgie : avec Cro-N'ex on était super fans de NY : USV. J'ai totalement cessé de regarder quand on s'est séparés) (Et aussi, il paraît que Elliott Stabler a cessé d'y jouer, alors...)

La sous-spécialité de Dick Wolf, c'est de faire des crossover entre ses séries à succès : un épisode d'une série qui est "to be continued" dans l'autre.

C'est comme ça que j'ai découvert le poteau rose pot aux roses : un épisode qui laissait mes pompiers préférés dans un suspense et une tension dramatique insoutenables, et l'épisode d'après, oublié, comme si de rien n'était.
J'ai cru un instant être passée dans la 4ème dimension, et puis mon ami Gogole m'a obligeamment informée que les flics de Chicago qu'on croisait depuis quelques temps avaient désormais leur propre terrain de jeux. Wikipedzouille m'a même fait la liste de tous les épisodes crossover, si c'est pas merveilleux la magie de l'internet à condition de pratiquer la lecture superficielle et la mémorisation sélective, histoire d'éviter les spoilers.

En gros, j'ai passé mes soirées à me faire le duo Chicago Fire, saison N, épisode x - Chicago PD saison N-moins-1, épisode x (Même nombre d'épisodes par saison, même numérotation, ça aise, et respect de l'ordre de diffusion dans la semaine américaine, abracadabraaaa) pour être sûre de n'en louper aucun.
Exception faite du crossover vicieux où non seulement les pompiers commencent un truc dans leur série que les flics achèvent dans leur spin-off, mais où en prime s'intercale un épisode de NY : USV parce que Olivia Benson (Oh, elle joue toujours dedans ?!) (Elle a grossi, dis donc) a pris l'avion pour venir aider ses petits camarades de Chicago (Ou l'inverse, ça dépend des saisons). Je ne sais même pas comment les scénaristes arrivent à s'y retrouver.

Bref.
La série policière est bien plus sombre et violente, je ne suis pas certaine que je la regarderais si je n'en avais pas besoin pour raccrocher les wagons de la caserne de pompiers... Mais en fait, si.
Parce que pour le coup, TOUS les personnages sont canons. Même les femmes, même les vieux, même les qu'au début tu trouves bof mais qu'en fait tu t'habitues. Et parce que j'adore comment Hank et Lindsey font un concours de "j'ai la voix cassée et la diction désabusée". Et que les enquêtes et le suspense sont vachement bien ficelés.
(Et les histoires de fesses, aussi)

Là encore, j'attends la saison suivante avec impatience.
Et... le 2ème spin-off qu'on annonce pour 2016 et qué s'apelario Quezac qui devrait s'appeler Chicago Med, du nom de l'hôpital où nos héros n'arrêtent pas de passer déposer des victimes, interroger des suspects ou se faire recoudre/réparer/bécoter dans les coins.

Prochaine série sur ma liste de transfuges du Docteur House : le rebound de Cuddy dans Girlfriends' guide to divorce dont j'ai lu - sélectivement - beaucoup de bonnes critiques.



lundi 29 décembre 2014

Patat'a vu The Other Woman

Ou "Triple alliance", en Français in ze texte, mais moi j'ai vu la VO, so...


The-Other-Woman-Triple-Alii.jpg
(NdT : je suis confusionnée d'ailleurs, parce que "The other woman" c'est déjà un film avec Natalie Portman... Jamais distribué en France à part en DVD, m'enfin entre Ricains, est-ce qu'on a bien le droit de se piquer les titres comme ça ?)

Bref.
Patat'a vu The Other Woman, et même si les critiques sont assez assassines, Patat'a suffisamment rigolé pour avoir envie de le partager. Parce que c'est Nowel et que les fêtes de fin d'année c'est trop la déprime qu'une petite comédie sympa, ça peut faire du bien entre la connasse de belle-soeur dinde et les cousins arriérés plateaux de fruits de mer.

Or donc, les critiques sont assassines, et avec raison.
Le scénario n'a pas une grande originalité, certains gags sont lourds et gras - et beaucoup à base de pipi-caca, c'est plein de stéréotypes, c'est trop comme ci ou pas assez comme ça ... Bah oui. Mais va savoir pourquoi, magie du cinéma, ça marche pour moi. (Rick Hunter, sors de ce corps !)
Il faut dire que j'ai un gros girl crush pour Cameron Diaz et ça tombe bien, le personnage central du film, c'est elle. M'étant fait sa filmographie quasi-entière, je peux en outre te certifier qu'il y a largement plus con et nettement moins réussi que ce film-là.

Il faut dire aussi que le casting a fait appel à deux bôgosses issus de séries télé : Jamie Lannister (Game of Thrones) et Kelly Severide (Chicago Fire) (Je ne t'en ai pas encore parlé ?! Mais TU DOIS voir Chicago Fire ! C'est des POMPIERS et il y a le bôgosse australien de Dr House dedans) (Juste, tu changes de culotte après chaque épisode, mais c'est pas grave, Patat'a du stock) (Bref).
Hein ? Quoi ? Oui, les acteurs ont des noms, m'enfin le premier en a un à coucher dehors et puis Google est ton ami, non ?

Revenons à nos moutons.
Le film commence comme une comédie romantique classique : Carly (Cameron Diaz), sublime avocate blonde que tu devines mariée avec son boulot et malheureuse en amour comme nous toutes, même que ça remonte le moral paske sans doute qu'à elle aussi on lui demande comment ça se fait qu'elle est toujours célibataire "jolie comme elle est", Carly donc, rencontre Marc (Jamie Lannister).
Feu d'artifice au lit (Et sur la table basse, et contre la fenêtre du salon, et...), sorties romantiques, cadeaux craquants et dîners sur fond de musique douce... C'est le coup de foudre et la romance dure 2 mois.
Jusqu'à ce que ça dérape et que Carly se retrouve un soir nez à nez avec Kate, la femme de Marc; car évidemment, c'était trop beau pour être vrai, le mec est un salaud déjà marié qui avait "juste" un peu oublié de porter son alliance pour sortir dans les bars. Carly n'omet d'ailleurs pas de préciser que NON, elle n'est pas la maîtresse du salaud, puisqu'elle n'était pas au courant qu'il était marié.

L'histoire pourrait en rester là, tu remballes tes dents et les morceaux de ton petit coeur brisé et tu repars avec dignité (Cameron Diaz est super douée pour incarner la dignité avec un talon d'escarpin cassé), sauf que l'épouse bafouée s'inscruste dans la vie de Carly comme un chiot en manque d'affection, et que de conversations désabusées sur les hommes en bouteilles de vodka, elles finissent par devenir copines et par échafauder des plans pour passer au salaud l'envie de recommencer.
Girl power !
La plupart des critiques trouvent que cette partie du film traîne en longueur et vole la vedette au vrai thème qui est la vengeance en elle-même. Perso je trouve au contraire cette première moitié la plus riche : marrante, un brin loufoque mais finalement touchante, avec des dialogues qui tapent juste et un bon rythme. C'est mon humble avis, et je le partage.

Rien à voir avec le fait que c'est aussi dans ce morceau du film qu'on découvre ce beau morceau de mâle (Je découvre d'ailleurs en écrivant cette blog-note qu'il a des goûts de chiottes originaux : ce serait le boyfriend de Lady Gaga).
Beaucoup à voir en revanche avec les fringues, les shoes, les coiffures et autres considérations greluchiennes. J'ai a-do-ré les tenues des actrices dans ce film : Kate la bobonne couture et Carly la it-girl branchée (Un peu moins les apparitions de Nicki Minaj, mais elle a au moins le mérite d'être originale).
Esprit de Sex and the City, es-tu là ? Oui, je suis dans la scène où Carly et Kate passent une plombe à picoler / discuter / rigoler dans le walk-in closet, au milieu des escarpins et des fanfreluches.

L'intrigue s'accélère quand nos nouvelles amies découvrent que Marc est en fait un escroc, doublé d'un serial-dragueur qui saute sur tout ce qui bouge, et qu'il a en particulier sauté sur Amber, bimbo de 20 ans incarnée par Kate Upton (Je te laisse Googueuler ses photos en maillot, c'est le top model du calendrier Sports Illustrated). Laquelle n'apporte pas grand chose à l'intrigue, mais fournit le personnage de la blonde bête et gentille. Stéréotypes, stéréotypes, je n'ai jamais dit le contraire.
Je te passe la suite, la dernière demi-heure pèse et emballe la vengeance des trois femmes bafouées qui servira en outre à cimenter leur amitié. Il y a des gags lourds et pas mal de clichés, mais il y a surtout de bons éclats de rire, quelques moments touchants, et au final, un bon divertissement.

Celui-ci est à ranger dans les "plaisirs coupables", il faut bien être une Patate pour se vanter de l'avoir apprécié, mais j'assume. Mes neurones ont besoin de se relaxer de temps en temps !


lundi 10 octobre 2011

Joue-la comme Gaga*

lady-gaga.jpg* Et pas comme Beckham ;-)
(Une blog-note à 10h10 le 10/10, tu penses bien que je ne pouvais pas la rater !)

En ces temps d'entretiens annuels d'évaluation, il serait temps que dans mon boulot, je la joue comme Lady Gaga : en plateaux de 18 cm, perruque décolorée et body en latex avec une poker face.

Mon problème tu vois, c'est que je ne sais pas mentir, et que je suis nulle pour dissimuler mes pensées. Tout se lit en temps réel sur mon visage : le dégoût de mon couille-molle de chef, la haine de ma collègue-connasse, le scepticisme devant le projet pourri qu'on tente de me pitcher, le ras-le-bol, la démotivation, tout se voit.
On lit en moi comme dans un livre ouvert.

Il faudrait donc que je développe ma poker face fissa.
Botox peut-être ? Pour paralyser mes haussements de sourcils narquois et mes froncements agacés ?
Ou bien un petit pétard avant les réunions, histoire d'écouter sans sourciller toutes les conneries qu'on y dit ?

Je n'ai pas encore trouvé la solution, mais ça commence à urger !

jeudi 27 janvier 2011

C'est jeudi, je traduis... Lady Gaga

Ca vous avait tellement plu la dernière fois, on remet ça !
A la base je voulais faire Shakira (Une autre de mes hontes secrètes #jeudiConfession) mais le minimum pour traduire, c'est quand même que le texte utilise de vrais mots, pas du baragouinage en spanglish ni de vagues onomatopées. Qu'on n'écoute de toute façon pas car on la regarde remuer son cul, mais bon...

Vous aurez donc droit à...


Oh-oh Ho-O-oooooow Oh-oooOOoooOOOoow
Caught in a bad romance
(x2)
(Là elle se prend pour Tarzan) (N'est pas tellement plus vêtue d'ailleurs)
Prise dans une mauvaise romance

Rah Rah Ah-ah-ah
Roma Roma ma-aaaaah
Ga-ga Ooh-la-la
(Rhaaaa p*tain que la cantoche était dégueulasse ce midi, la Roma n'était même pas assaisonnée, ça pue sérieux, ce cuistot est complètement gâteux) (Oh là là je vais gerber, je crois)

Want your bad romance
Je veux ta mauvaise romance

(x2)
(Oué tu vas voir, elle se répète beaucoup la Lady, pour meubler ses 5 minutes de trémoussements sous acide clip)

1er couplet :

I want your ugly, I want your disease
Je veux ta laideur, je veux ta maladie
(NdT : en fait elle veut "tout ce qui est laid en toi", elle ne veut pas vraiment "ta laideur"... Elle a déjà bien assez de la sienne, la pauvre fille !)
(De même, je ne pense pas qu'elle rêve de se faire refiler la grippe ou la coqueluche, elle veut plutôt "tout ce qui est malade en toi") (Enfin, je crois)
(Si tu veux un rhume, Gaga, tu m'appelles, j'en ai justement un en stock)

I want your everything, as long as it’s free
Je te veux tout entier, tant que j'ai pas à payer

I want your love, love love love
I want your love
Je veux ton amour, -mouuur, -mouuur, -mouur
Je veux ton amour

2ème couplet :

I want your drama, the touch of your hand
Je veux ta tragédie, le contact de ta main

I want your leather-studded kiss in the sand
Je veux ton baiser sado-maso dans le sable
(Traduction libre, mais à part ça, je vois pas...) (Je ne suis pas sûre qu'elle-même soit très au clair, ceci dit)

And I want your love, love love love
I want your love
Je veux ton amour, -mouuur, -mouuur, -mouur
Je veux ton amour
(Quand je te disais qu'elle fait rien qu'à se répéter !)

Petit pont (de bois) :
(Il y a une référence ici, sauras-tu la trouver ?)

You know that I want you
Tu sais que je te veux (Oui oui, t'en fais pas on a compris : tu veux son amour, -mour, -mour, -mour)

And you know that I need you
Et tu sais que j'ai besoin de toi

I want it bad, your bad romance
Je la veux grave, ta mauvaise romance

Refrain :

I want your love and I want your revenge
Je veux ton amour et je veux ta revanche

You and me could write a bad romance
Toi et moi, on pourrait écrire une mauvaise romance

I want your love and all your love is revenge
Je veux ton amour et tout ton amour est revanche

You and me could write a bad romance
Toi et moi, on pourrait écrire une mauvaise romance

Oh-oh Ho-O-oooooow Oh-oooOOoooOOOoow
Caught in a bad romance
(x2)
(Elle se prend à nouveau pour Tarzan)

Rah Rah Ah-ah-ah
Roma Roma ma-maaaaah
Ga-ga Ooh-la-la
Want your bad romance
(x2)
(Et elle n'a toujours pas digéré son repas) (Et puis sa robe la boudine, oh là là, elle se sent comme un rôti ficelé !) (Oh tiens, * idée * ça ferait un chouette costume ça, je vois des tranches de viande, je vois un bzzz fait la mouche buzz, je vois, je vois...)

3ème couplet :

I want your horror, I want your design
Je veux ton horreur, je veux tes (sombres ?) desseins

‘Cause you’re a criminal, as long as your mine
Car tu es un criminel, tant que tu es mien
(Oué non je te rassure, moi non plus je comprends rien) (Mais tu notes que je rimaille, hein ?)

I want your love, love love love
I want your love
Bla bla bla, -mour -mour -mour, et caetera

4ème couplet :

I want your psycho, your vertical stick
Je veux ta psychose, ta * hum hum * matraque verticale ? Ton bâton dressé ? (Elle dit les cochoncetés auxquelles je pense, vous croyez ?)
Want you in my rear window, baby you're sick
Je te veux dans mon rétro, bébé tu es malade
(Note qu'il va peut-être lui refiler la grippe, finalement)

I want your love, love love love
I want your love
(C'eeeest l'aaaaaa-mouuuuur, c'eeeeest l'aaaaa-mour -mour -mour)
(Ben quoi ? Qu'est-ce qui bouge le cul des Andalouses, c'est l'amour !)

Petit pont (again) :

You know that I want you
Tu sais que je te veux

And you know that I need you
Et tu sais que j'ai besoin de toi

('Cause I'm a freak, baby)
Parce que je suis une chtarbée, bébé

I want it bad, your bad romance
Je la veux grave, ta mauvaise romance

Refrain : Toujours pareil, je t'en dispense et je me l'épargne, mon écureuil (Oui je sais ami lecteur, on n'a pas ramassé les noisettes ensemble, mais épargne, écureuil, fallait bien que je la place, tu connais ma passion pour les jeux de mots nazes).

Walk walk, fashion, baby
Work it, move that bitch crazy
(x3)
Marche, marche, vas-y bébé, faïcheune
Donne-toi à fond, bouge ton boule

Walk, walk, passion, baby
Work it, I'm a freak bitch baby
Marche, marche, vas-y bébé, de la passion !
Donne-toi à fond, je suis une sal*pe chtarbée, bébé

I want your love and I want your revenge
Allez, petit quizz; ceux qui suivent, levez le doigt : elle dit quoi là ?

I want your love, I don’t wanna be friends
Je veux ton amour, je ne veux pas qu'on soit amis

J'veux ton amour et je veux ta revanche
Je te JURE, elle parle Français !!
Bon, il faut 2 ou 3 écoutes attentives pour identifier les mots (Elle speak French avec le même accent que Nagui qui cause Anglishe, tu vois...) mais bel effort Gaga, bel effort, on est flattés

J'veux ton amour, I don't wanna be friends
Ah oué... du Franglais, c'était trop beau pour durer.
Même temps, heu-reu-se-ment qu'il y a Findus et qu'elle n'a pas fait toute la chanson comme ça, je ne sais pas combien elle en aurait vendu...

Oh-oh Ho-O-oooooow Oh-oooOOoooOOOoow
(Comancheroooooo, comanchero, comanchero, comanchero ho !)

Caught in a bad romance
(x2)

Refrain... Mandieu mais cette chanson n'aura donc jamais de fin ?!