Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Joe Dassin

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 17 décembre 2014

Le tableau à 4 entrées

C'est une blog-note que j'aurais pu écrire depuis longtemps.

Parce que l'événement a eu lieu il y a longtemps, il y a un siècle, il y a une éternité (Joe Dassin, sors de ce corps !); parce que c'est une révélation qui a contribué à changer des choses dans ma vie, moi qui suis pourtant naturellement si résistante au changement; parce que... rien, j'aurais pu, c'est tout.

Mais en même temps, pas.
Parce que l'idée a mis du temps à faire son chemin. C'est qu'il est long qu'il est long, ton chemin Papaaaa (Joe, je t'ai prévenu, tu sors ou je te réclame un loyer !), le chemin entre l'intellect et l'inconscient, entre la cervelle et les tripes.

Change-how-you-react.jpgUn jour, je me suis retrouvée devant un psy qui expliquait qu'on ne change pas une situation en pesant le pour et le contre.
Situations, comportements, façons de réagir, même ceux qui nous font gravement souffrir ce n'est pas comme ça qu'on peut les changer ou s'en sortir.

Rester ou partir, les arguments pour, les arguments contre.
Oser dire non au boulot / à la maison, oui, non, pour quelles raisons ?

Inefficace qu'il disait, le psy.
Parce que pour mener ce genre de réflexions, il faut faire un tableau à 4 entrées.

Qu'est-ce que je gagne si je change ce comportement / cette situation ? Qu'est-ce que j'y perds ? Ce sont les 2 entrées classiques. Mais il reste à envisager leurs deux inverses :
- qu'est-ce que je gagne si je ne le change pas ?
- qu'est-ce que j'y perds ?
Parce que ces 2 entrées-là peuvent peser lourd dans la balance, et que c'est important d'en tenir compte quand on cherche à comprendre son propre fonctionnement et à l'améliorer.

Exemple (Pas du tout au hasard, tu t'en doutes) : je n'ose pas m'affirmer, je ne sais pas dire non. Quels seraient les arguments pour/contre changer ce comportement ?

  • Pour : si je dis non, je ne vis plus des situations imposées, je récupère le contrôle de ma vie, je diminue mon stress.
  • Contre : en disant non, je peux générer des conflits, et je ne sais pas gérer les conflits, d'ailleurs c'est bien simple, je les fuis.


Et les 2 entrées trop souvent oubliées : quels sont les arguments pour/contre NE PAS changer ce comportement ?

  • Pour : en disant oui, je suis contente parce que j'aime bien faire plaisir. J'aime aussi être la personne à qui on vient demander quelque chose "parce qu'il n'y a que toi qui peut le faire, Pataaaate", cela flatte mon ego. Si je dis oui, je fais ce qu'on attend de moi, zéro conflit, on est content de moi, on va m'aimer.
  • Contre : j'ai beau dire oui, je suis quand même en stress et en souffrance.


J'ai mis des années à digérer tout ça.
A accepter le fait que si je ne savais pas dire non, ce n'est pas juste parce que je suis une fille sympa et que je n'aime pas les conflits.
Que c'est aussi parce que je ne m'accorde aucune valeur et qu'il est donc normal de répondre aux désirs des autres sans jamais questionner les miens (J'ai beau le savoir, je ne suis encore pas toujours bienveillante envers moi-même) (Le changement, cela prend du temps).
Parce que je suis orgueilleuse, un peu beaucoup, et que j'aime bien me sentir importante et indispensable.
Parce que, ne m'aimant pas des masses moi-même, j'ai ce besoin maladif que les autres m'aiment, et cette conviction profonde que je ne suis pas digne d'être aimée ... Cela ne peut donc marcher que si je fais tout ce qu'ils veulent.

Les autres, cet enfer, ces salauds ?
Certes, mais aussi leur rencontre avec une Patate qui les laisse faire.

Les tenants et les aboutissants de tout cela, je suis encore en train de les dépatouiller avec l'aide de Mme Mapsy (Qui a donc grâce à moi pu chauffer sa maison plusieurs hivers et se creuser une piscine pour l'été) (Un bassin olympique, au moins !), mais je peux dire que la réflexion a commencé le jour où j'ai découvert le tableau à 4 entrées.
(Que j'ai appliqué à bien d'autres situations depuis)

vendredi 27 septembre 2013

TGIF (2)

Le n°1 c'était là, souviens-toi souuuuuvieeeeens-toi c'était un jeudi, souuuuuuvieeeeens-toi on avait suivi, le chemin des z'amoureuuuuux (J'adore Joe Dassin, ça aussi tu t'en souviens ?).

Thank God It's Friday, donc.

Et je m'en vais saluer l'arrivée d'un week-end bien mérité avec une petite pause thé.
Plus précisément, la délicate infusion d'épices Himalaya de chez Yogi Tea (gingembre, cannelle, fenouil et anis, mmmmmh), qui est mon plaisir quotidien depuis que les jours ont commencé à refroidir et raccourcir.

Himalaya-Yogi-Tea.jpg
(Tu te souviens de la tisanière, aussi ?)


Potato-Bonus : découvrir en éditant la photo, qu'il y a un message sur le bout de papier qui pendouillle à la ficelle du sachet !! ("C'est quand les temps sont durs qu'il faut faire preuve de caractère", que ça dit) (Tu te doutes qu'en ce moment, ça me parle...)

Résister à grand peine à l'envie de déchiqueter TOUS les sachets pour savoir si c'est le même message partout...


lundi 18 février 2013

Et alors Patate, ces bonnes résolutions ?

Souviens-toi c'était un jeudi, souviens-toi on avait suiviiiii (Tu vas chanter du Joe Dassin toute la journée ? Bien fait !!) (Moi j'adore Joe Dassin) (Et Hugues Aufray aussi. Je t'ai déjà parlé de ma passion pour Hugues Aufray ?)... Bref. Où j'en étais ?
Ah oui.

Souviens-toi, en janvier, j'avions résoluté de devenir or-ga-ni-sée. Et donc, un mois après où ça en est ?
Sur la bonne voie, je dirais...

Bon, je n'ai toujours pas vu Skyfall et je ne sais même pas quel était le titre du film-sur-le-tsunami-avec-Ewan-McGregor (Que je n'ai donc pas vu, tu t'en doutes), en revanche sur le plan du tri et du rangement, il y a eu de l'avancement.

D'abord j'ai acheté une jolie "boîte à bobos" pour y ranger mon nécessaire à pansements, mes médicaments et tous les trucs "santé" qui traînaient aux 4 coins du Patat'home et dont, je m'en suis rendu compte avec effarement, la moitié étaient périmés. D'où grand tri et retour à la pharmacie pour recyclage.
D'ailleurs, je note qu'on n'a ni ristourne ni cadeau quand on ramène ses vieilles boîtes de médocs, c'est fort dommage. Faudrait y penser, ça me motiverait.

blonde-soubrette.gifEnsuite, j'ai ENFIN rangé mes factures, mes divers papiers mis de côté pour "voir ça plus tard" (Bah oui tiens, trois ans plus tard...) et même... mes prospectus bancaires de quand je courais les organismes de crédit pour financer l'achat du Patat'home. Quand je te disais que mes strates de papelards remontaient à trois années... !!
D'où grand tri là aussi, et remplissage d'un sac entier pour le recyclage. D'ailleurs, je vous signale que ça pèse lourd, une poubelle remplie d'autant de papiers ! Alors les gens, c'est quand que vous me plaignez ?!

Enfin, sur ma lancée j'ai entièrement débarrassé le bureau.
Ce qui m'a permis de constater qu'outre les papiers, c'est facile 3 ans de POUSSIÈRE qui s'y étaient accumulés !! D'où grand ménage (Miss PotatoCat tient à ce qu'il soit précisé qu'elle a BEAUCOUP aidé) (Surtout en jouant à pousser les moutons comme un vrai chat de berger) (Et les trombones ! Ah là là les trombones !! Et les boulettes de papier empoussiérées !!!) et... J'en suis restée là; je suis fatiguée.

Bon, c'est loin d'être parfait. Entre autres parce que tout le bordel du bureau a été transvasé sur la table à manger (Je te rassure je ne crève pas de faim : en bonne Couch Potato, je prends les 3/4 de mes repas avachie sur le canapé) et que depuis une trois semaines ça fait franchement négligé.
Mais mon bureau a retrouvé sa blancheur d'antan (Qui d'ailleurs ne s'intègre plus très bien à mon intérieur. Je l'aurais peut-être vu avant si j'avais fait le ménage régulièrement ? Damned, je vais devoir retourner en Suède !) et on est clairement sur la bonne voie, tu ne trouves pas ?

Allez quoi, sois pas chien, félicite-moi !