Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Hiiii le chat !

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 04 avril 2016

Patat'a vu Inside Out

(ou Vice Versa en VF)

Finalement pas au cinéma, vu que 1- c'est hors de prix et hors de mes priorités, et 2- le bruit, la foule, la procrastination, toussa toussa, mais j'ai ENFIN vu ce film d'animation des studios Pixar (On ne dit plus dessin animé, Pataaaate, ça fait ringard) dont tout le monde me vantait les mérites depuis quasiment un an; y compris toi, cher(e) patatophile qui t'es un jour fendu(e) d'un commentaire à ce sujet.

Et bien tu sais quoi ?
Tu avais RAISON : j'ai adoré ce dessin animé film d'animation.

Inside_Out.jpg
D'abord c'est Pixar, donc c'est mignon de partout, depuis les jolies couleurs acidulées jusqu'aux personnages trop choupi, en passant par la Lorraine avec mes saboooots (Pardon) l'intérieur du cerveau façon boîte à bonbons Haribo c'est bô la vie, pour les gr-... (Pardooooon !) et le dessin moderne et tout propret.
Aucune ironie ici : en tant que Patate-princesse qui chie des paillettes et chevauche une licorne dans sa tête, j'a-do-re.

Et puis c'est Pixar, donc c'est comme la boîte de bonbons sus-mentionnée : il y en a pour les grands et les petits.

Pour les petits évidemment, c'est un récit très littéral et néanmoins chamarré, qui m'a rappelé mon émerveillement de gamine devant "Il était une fois la vie" : tu sais vaguement que ça te parle de l'intérieur de ton corps (En l'occurrence, ton cerveau) mais pour toi c'est une aventure au premier degré où chaque personnage a une vie et un destin propres.
La bande d'émotions qui se disputent le tableau de commandes, la pov' petite Tristesse qui ne fait rien que des bêtises des bêtises quand t'as pas l-... (Non mais promis, j'arrête), les boules de couleur qu'il faut ranger à la fin de la journée - comme tes jouets, sauf que là tu appuies sur un bouton et elles se rangent toutes seules - dans des étagères multicolores, les courses-poursuites de nos héros au milieu d'immenses tours et d'un continent qui s'effondre sous les pas : l'a-ven-tu-re, quoi !
A la limite, si tu ne piges pas bien le rapport de tout cela avec la physiologie du cerveau ou bien la construction de la personnalité, ce n'est pas bien grave, tu t'amuses comme un petit fou parce que c'est mignon, loufoque et enlevé.

Mention spéciale à l'illustration ô combien géniale, du cerveau du chat lors du générique de fin : c'est TROP ça !!

Mais pour les grands...
Quelle richesse, quelle inventivité !
D'abord au niveau du scénario, qui conduit deux histoires en parallèle, l'une tout à fait réelle - la vie de la petite Riley - et l'autre 100% allégorique - la vie dans la cervelle de la petite Riley - , chaque événement dans l'une faisant écho à un événement dans l'autre, de façon tout à fait cohérente malgré la complexité de certains des concepts manipulés, pour parvenir à une narration commune tout à fait harmonieuse. Sans doute que Pixar n'a pas inventé l'eau chaude, mais ils réussissent à merveille à trouver la température idéale !

Et puis comme toujours, le second degré de lecture, quoi !
Les références à la physiologie du cerveau, aux phénomènes de la mémoire et des émotions, aux théories sur le développement de l'enfant ou sur l'éducation, sur le développement personnel, voire à des théories psychanalytiques... Que de clins d'oeils, que de recherche, que d'occasions de sourire, de s'émerveiller, ou de réfléchir.

J'ai vu ce film avec un pré-ado, qui a non seulement vibré pour Riley, l'injustice d'un déménagement qu'on n'a pas décidé, la difficulté de s'adapter à son nouvel environnement et de communiquer avec des parents qu'on découvre faillibles autant qu'imparfaits, mais qui a aussi très bien compris que l'on parlait d'adieu à l'enfance, et que les boules qui passaient du jaune au bleu illustraient cette terrible réalité de la vie : rien n'est jamais tout à fait heureux, il y a toujours du spleen dans l'idéal (Bon, il ne m'a pas cité Baudelaire, l'est encore un peu jeune, mais l'idée y était) (Ouais j'avoue, j'étais scotchée), et l'âge où l'on s'en rend compte n'est pas forcément facile à gérer "mais tu comprends Tata, la vie c'est comme ça, et puis ça n'empêche pas qu'on est content quand même, des fois".

Personnellement, j'ai retrouvé dans Inside Out une notion avec laquelle je me (dé)bats depuis des années : savoir reconnaître et accepter toutes ses émotions.
La tristesse en particulier, avec laquelle j'ai le plus de mal parce que justement... elle fait MAL; alors la douillette émotionnelle que je suis n'a qu'une hâte : la nier, l'ignorer, l'enfermer à triple tour dans un coffre enterré très profond avant de jeter la clé dans une faille sous-marine de son inconscient, sans vouloir reconnaître qu'elle continuera à faire du mal quand même, insidieusement (La tristesse pour moi, s'apparente un peu à un déchet nucléaire mal enfoui, tu l'auras remarqué) ni qu'elle refera surface au premier tremblement de terre.
oO0 (Amis de la métaphorie, bienvenue ici)

En cela, cette émotion personnifiée, cette petite nénette bleue qui semble indésirable et juste bonne à mettre le bazar partout, mais qui finalement trouve sa place et sauve même tous ses copains, c'est un beau message de développement personnel.
C'est en tout cas, celui qui m'est resté, et qui m'a donné envie d'écrire une blog-note.

Blog-note déjà très longue, donc je ne te ferai pas l'exégèse du film à travers le prisme du genre, mais un seul mot : girl-power et égalité ! (Oui je sais, ça fait deux)
J'ai trouvé ça merveilleux que mon petit neveu, déjà formaté à trouver que "les filles c'est trop bête et c'est nul" se prenne dans la face une héroïne trop badass (Sans être hyper-sexualisée façon Lara Croft) qui joue au hockey (Trop cooool, Tataaaaaa !) et que les émotions les plus positivement représentées soient également des filles. ET que tout ce petit monde n'ait pas besoin d'un héros masculin pour s'en sortir.

Des fois que tu n'aurais pas encore vu Inside Out, j'espère t'en avoir donné envie.


samedi 02 avril 2016

J'ai une Miss, elle a une Madame

Mais à part ça, j'ai l'impression qu'elle en est tout aussi gaga.

(Elle a juste un meilleur coup de crayon, tu me diras)
(Et tu auras raison)
Le-Chat-Madame.gif
L'épilogue de ce dialogue est sur le blog du chat Madame... Et j'imagine qu'il n'étonnera personne.
;-)

samedi 13 février 2016

Enfin, la vérité sur les chats !

Je confirme, c'est tout à fait ça...

Chat-alien.jpg
(Chez vous aussi ? rassurez-moi)


dimanche 07 février 2016

Produits de récupération

Je ne vais pas vous cause recyclage mais course à pied.
Ou plutôt de ce qui m'aide à récupérer APRES la course à pied.

(J'en profite pour préciser que cette blog-note n'est pas sponsorisée, et c'est bien dommage car je suis grave vénale fauchée en ce beau mois de février)

Running-produits.jpg
(Note que l'intrus participe quand même à la récupération, via la ronronthérapie sur canapé qui suit invariablement la douche, paske fôpôdéconner, après 6-8-10 km de course à pied, je ne suis plus bonne qu'à glander)

De gauche à droite :

  • - mon huile de massage à l'arnica de Weleda
  • - le baume calmant "articulations" de Puressentiel
  • - les compléments alimentaires Ergysport Récup des laboratoires Nutergia

La première que j'ai achetée spontanément en 2014, les deux autres qui m'ont été conseillés l'an dernier par l'ostéopathe au fur et à mesure que je lui exposais mes bobos.

L'huile de massage à l'Arnica me sert après chaque sortie (ou presque) pour masser mes mollets maltraités.
Bien qu'elle soit vendue pour la "préparation et récupération sportive", je ne m'en sers que pour la phase de récupération, bicoz avant de courir je n'ai soit pas le temps, soit pas la motivation pour me "préparer". J'enfile déjà des baskets deux fois par semaine, je vous signale que rien que ça, c'est miraculeux.
Je ne sais pas si l'arnica a vraiment une action prouvée sur la formation des courbatures, mais je doute que cela puisse faire du mal, et en tout cas le massage détend bien les mollets. Rien que ça c'est le pied.
L'huile sent un peu fort les plantes au début (Et encore, depuis bientôt 2 ans que je l'utilise, je m'y suis tellement habituée que je finis par trouver cela agréable) mais l'odeur s'estompe relativement vite et elle est vraiment très bien pour le massage : elle glisse bien, elle ne sèche pas trop vite donc on a bien le temps de masser avec, mais elle ne colle pas non plus pendant des heures.

Le baume calmant "articulations" me sert moins souvent mais je suis ravie de l'avoir.
C'est un genre de baume du tigre mais en plus hydratant, et dont tu connais précisément la liste et la provenance des ingrédients, lesquels sont certifiés "bio" ce qui ne gâche rien.
Hydratation grâce au beurre de karité, à la cire d'abeille et à l'huile de tournesol; propriétés calmantes et décongestionnantes grâce aux 14 huiles essentielles - cajeput, camomille romaine, clou de girofle, eucalyptus, gaulthérie couchée, genévrier, lavandin, marjolaine, menthe poivrée, niaouli, noix de muscade, pin, romarin, térébenthine - et... débouchage de narines grâce au camphre et au menthol (ça sent aussi fort que le baume du tigre).
J'ai acheté ce baume l'an dernier sur les conseils de mon ostéo, après m'être fait un petit claquage des adducteurs, et j'ai trouvé que c'était une excellente alternative au gel anti-inflammatoire qui dessèche la peau et ne calme pas spécialement plus vite (Le repos, de toute façon, y a que ça de vrai). Depuis, je m'en sers à la place de l'huile Weleda, quand j'ai l'impression que ma douleur musculaire ou mon articulation qui tire ne sont pas "normales" mais qu'il y a sans doute eu un petit traumatisme qui mérite qu'on s'en occupe, ou même en dehors de la course à pied, pour les bobos et contractures divers et variés (C'est Dame Patate qui te parle : la seule personne capable de se froisser un muscle en toussant).

Les compléments alimentaires "Ergysport Récup", enfin, m'accompagnent au quotidien depuis un an, en cures de 2 ou 3 mois.
J'ai commencé à en prendre un jour que je racontais à mon ostéopathe que ces temps-ci les crampes musculaires me réveillaient la nuit, malgré ma bonne hydratation et ma consommation de bananes et de MagnéB6, et je n'ai quasi-plus arrêté depuis, car c'est vraiment super efficace.
L'ostéo m'avait à l'époque expliqué que la formulation de ces gélules était spécialement étudiée pour les sportifs et aidait à alcaliniser l'organisme, en plus de lui apporter du Magnésium (ZE remède anti-crampes), du Calcium, et les vitamines B1, B2, B3, B5 et B6.
Particulièrement intéressant si comme moi, en plus de faire du sport, tu as tendance à augmenter ta ration de protéines animales - acidifiantes - plutôt que de féculents paske tu voudrais bien maigrir un peu (Une alimentation trop acidifiante favoriserait les crampes et les tendinites).
Je n'ai plus que rarement des crampes dans les mollets ou les pieds (Tope-là si toi aussi tu connais la crampe de pied qui te plie la plante en deux et te recroqueville les orteils de façon surnaturelle), en général entre deux cures, et c'est le signe qu'il est temps de recommencer.

Je ne fais pas de la compétition sportive, donc je ne me prends pas trop la tête sur l'entraînement ou la nutrition, mais depuis que je cours très régulièrement, ce trio de produits m'a vraiment aidée à limiter les dégâts.

Potato-Scriptum : Miss PotatoCat insiste pour que je n'oublie pas de mentionner que la ronronthérapie/sieste sur canapé, cela aide VRAIMENT BEAUCOUP à récupérer après une sortie course à pied.


jeudi 31 décembre 2015

2015 - les Gogoles de fin d'année

gogol.gifLa moisson est bien maigre cette année.
Pourtant je leur ai bien laissé le temps !

Mais non.
Je crois que la grande époque où l'on pouvait décerner des prix aux Gogoles est définitivement révolue et qu'il ne sert à rien de perpétuer cette tradition.
Ou, comme je l'ai récemment lu juste avant de faire une hémorragie des globes oculaires et de pleurer des larmes de sang, - coïncidence ? je ne crois pas - "cette époque est résolue" et "il faut perpétrer les traditions".

oO0 (Ne PAS lire les commentaires des articles de journaux, Pataaaaaate, tu te fais du mal)

Bref.
Je vous livre le court florilège des Gogoles de 2015, et je m'en vais réfléchir à une nouvelle tradition bloguesque pour meubler l'entre deux fêtes en 2016...


Esceque les chat voillent la nuit (sic)
Je vous avoue que j'ai mis un moment à comprendre qu'on ne parlait pas d'un chat milliardaire qui sortirait son voilier en nocturne... Donc oui mon Gogolanalphabète, les félins voient parfaitement la nuit, bien mieux que tu ne voyais au tableau lorsque tu étais au CE2...

Tu m'as cru patate crue
Je te verrai tout nu dans la rue, avec le père Lustucru !
Moi c'est ça que je chantais quand j'y étais, au CE2. Et vous ?

Pourquoi j'ai horreur du ronronnement du chat
Et bien écoute mon Gogole, je ne comprends pas.
Je ne COMPRENDS PAS qu'on puisse ne pas aimer (NdT : qui n'est pas du tout la même chose que "qu'on ne puisse pas aimer") (Ouais je sais, OSEF, mais quand même, chaque chose à sa place et les négations seront bien gardées) le ronronnement d'un chat. C'est apaisant, anti-stress, ça fait baisser la tension artérielle (à se demander ce que les Japonais attendent pour en faire des comprimés, au lieu d'ouvrir des bars à chat) et c'est teeeeeellement génial quand ton petit félin vient te ronronner tout à côté.

Pourquoi les footballeurs coupent leurs chaussettes ?
Je n'avais aucune idée de cette coutume étrange du footballeur. Mais il coupe quoi dans les chaussettes ? Les orteils ? L'élastique ? J'aimerais bien savoir le comment, avant de conjecturer le pourquoi, tu vois.
Du coup, j'ai moi aussi posé la question à mon ami Gougueule : le footballeur coupe carrément le PIED de ses chaussettes pour n'en garder que le mollet. Maintenant que vous savez le comment, je vous laisse chercher le pourquoi, ha ha ha. :-)

* Patate Pourrite Powaaaa *


Potato-Scriptum : bon réveillon si vous réveillonnez, les gens, et sinon bonne nuit et à l'année prochaine ;-)


- page 2 de 21 -