Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Fait chier

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 28 juillet 2017

Calamity salade tiède de quinoa & œuf poché on top

Ça en jette, ce titre, hein ?

Ça donne l'impression que, telle un Jamie Oliver en jupons, future candidate de Top Chef que je suis, pif paf pouf je t'improvise une petite salade originale avec ze détail qui tue pour bien te complexer de la mort : l’œuf poché.
(Allez, avoue que tu es impressionné(e))


Sauf que #CalamitySalade...

Tout commence avec la cuisson du quinoa : une mesure de quinoa pour 3 mesures d'eau, on porte à ébullition et on laisse gentiment bouillonner jusqu'à absorption complète de l'eau (environ 20 minutes).

Tu vas me dire : "il a une couleur dégueu ton quinoa, Patate ! Kest'as calamité ?!"
Rien (encore), c'est normal, c'est un mélange quinoa-algues séchées que j'avais trouvé tout prêt dans mon magasin bio... Bon ok, il est lé-gè-re-ment périmé comme les 3/4 de ce que je cuisine mais je crois pouvoir affirmer que la couleur, c'est normal.
Ce qui ne l'est pas en revanche, c'est ça...

CalamityQuinoa.jpg
(Et qui c'est qui va encore devoir frotter sa plaque de cuisson comme Cendrillon ?)

Spécial dédicace à la copine à qui je live-whatsappais le massacre :

  • Copine-qui-sait-cuisiner, elle : Mais tu le rinces pas avant, ton quinoa ?
  • Calamity Patate : Bah non, c'était pas écrit sur le paquet.
  • Copine-les-bons-tuyaux : Je rince toujours le quinoa, sinon il mousse.
  • Calamity Captain Obvious : Ah oui je confirme, ça moussait...
  • (NdT : et en plus, JE LE SAVAIS qu'il fallait rincer !!)


Une fois le quinoa cuit, on le laisse tiédir un peu. En le couvrant d'un torchon, pour éviter que Miss PotatoCat ne vienne y fourrer son museau curieux.
Pendant ce temps, on coupe quelques tomates cerises en mini-quartiers, on émince un oignon nouveau (Perso je ne me suis pas trop fatiguée à le peler comme dans la vidéo) (Et j'étais nettement moins efficace sur le couteau) (Mais j'ai encore tous mes doigts, merci, ça va), et on met l'eau à bouillir pour le clou du spectacle : l’œuf poché.

Alors la cuisson de l’œuf poché, en théorie et sans doute chez les gens qui arrivent à cuisiner sans calamiter, ça donne ça :


En pratique, quand c'est Calamity Patate qui s'y colle...

CalamityOeufMollet.jpg
...Le blanc mousse à la surface et le jaune coule... * ô rage, ô désespoir, ô produit ennemi du cul de la poule * dans un nuage de mousse MAUVE (Non, la couleur étrange ce n'est pas un filtre Instagram qui a foiré, c'est le vinaigre) (Du vinaigre de vin... J'aurais peut-être dû me méfier ?)

Et comme tout de même, Calamity Patate s'entête, pour finir elle se retrouve avec ceci...

CalamityOeufMollet2.jpg
Un œuf non pas poché mais mollet-moche voire presque-dur-hideux rapport au fait qu'en plus de s'être à moitié désintégré dans l'eau bouillante, je crois qu'il était un chouilla trop cuit.

Entre-temps, le quinoa a tiédi et bien séché sur les bords de la casserole, il est temps d'en coller quelques louches dans un bol, et de le mélanger avec les tomates cerises, l'oignon frais et un peu (beaucoup) de feta émiettée sur le dessus.
Quelques graines de potiron histoire de, un filet d'huile de sésame pour "mouiller" un peu le tout (Et j'ai bien fait, vu comme le jaune d’œuf n'a pas coulé DU TOUT), et l’œuf poché-oui-mais-non au sommet... Tadaaaaam...

CalamityOeufMollet3.jpg
Et bien figure-toi que mis à part mon œuf complètement foiré, c'était vraiment très bon ! Hashtag semi-fail.


mardi 14 février 2017

C'est ma 10ème Sans Valentin

coeur-neige.jpgOn fait quoi quand on entame sa 10ème année de célibat ? On pleure sur sa pizza ?

L'an dernier on avait dit que les patatophiles se cotiseraient pour m'offrir mon poids en chocolat, mais vous êtes de moins en moins nombreux, et moi j'ai légèrement grossi, donc ce serait un peu la ruine...

10 ans avec le coeur en hiver.
Purée... Heureusement qu'il pompe encore le sang, sinon je le revendrais sur eBay.

(Allez va, demain de nouveau, je m'en foutrai, mais ce soir laissez-moi donc chouiner)


jeudi 02 février 2017

Conseil de Patate à l'usage des aventuriers du surgelé

Si tu ne veux pas sortir un soir de ta - pourtant très courte - douche enveloppée d'une serviette mais aussi d'une épaisse fumée, à te dire que peut-être changer les serviettes investir dans un détecteur, ce serait pas mal d'y penser...

Si tu ne veux pas te retrouver à grelotter en un glacial soir de janvier parce que toutes les fenêtres du Patat'home sont ouvertes pour 1- te permettre de respirer et 2- tenter de dissiper la fumée qui plane de la chambre au salon tel un nuage toxique...
(Et Miss PotatoCat me diras-tu ? Enfermée dans les toilettes, la pauvre bête)

Si tu ne veux pas que cela sente le cramé trois jours durant dans ton appartement, rapport au fait que la fumée, avant de se dissiper, a incrusté son odeur nauséabonde dans tous les textiles alentour...

Si tu ne veux pas toi-même fleurer bon le barbecue trop cuit des orteils aux cheveux (Alors que tu sortais de la douche, damned !), tandis que tes yeux larmoient de manière incontrôlable et que ton coeur bat encore la chamade d'avoir failli, peut-être, foutre le feu à tout l'immeuble...
(Objectivement, il y avait peu de risques, mais sur le moment...)

Si tu ne veux pas passer 15 minutes à frotter la lèchefrite qui n'en demandait pas tant - et ton tennis elbow sans doute pas plus - avant de jeter l'éponge, au sens propre, tellement elle était sale...
(Non mais là quand même, je m'aime)


Un conseil de Calamity Patate...

La prochaine fois que monsieur Picard, qui n'est décidément pas une brêle que pour l'estimation des portions, t'indique de simplement déposer des trucs "avec leur barquette en aluminium sur une grille"... Tu ne l'écoutes pas ! Tu ne l'écoutes SURTOUT PAS !!

Tu écoutes ton tubercule préféré, et tu déposes les machins - en l'occurrence de petits pasteis de nata qui avaient l'air bien sympatiques sur la photo - avec leur barquette sur la grille du four, certes, mais AVEC UNE FEUILLE DE PAPIER ALU entre les barquettes et la grille. Ou mieux, tu les colles sur une feuille de cuisson rigide ou dans un plat à gratin.

Ce qui évitera à tes petites pâtisseries, évidemment BANCALES dans leurs délicates barquettes en alu, de basculer entre les rainures de la grille du four, et de laisser couler une bonne partie de leur flan façon flaque dans la lèchefrite, avec les conséquences ci-dessus décrites.


(Inutile de te dire qu'à l'arrivée, les petits pasteis de Dame Patate ne ressemblaient pas du tout à ceux de la photo) (Damned !)


lundi 16 janvier 2017

C'est lundi (15)

Niveau de motivation : proche du zéro.

Surtout que la nuit du dimanche au lundi est toujours la plus courte de la semaine, rapport au blues qui te saisit immanquablement vers 17h quand tu te demandes tout d'un coup où a encore filé ce week-end que tu n'as pas vu passer, à l'angoisse du retour au bureau et de l'ouverture de la boîte mail (Car oui, il y a des mails qui arrivent entre le vendredi soir et le lundi matin) (Beaucoup trop) (Droit à la déconnexion, mon tubercule, oui !), et au "petit dernier - épisode de série - avant de se coucher" qui n'est finalement JAMAIS le dernier, alors je suis fa-ti-guééééééée.

D'autant plus que hier soir particulièrement, Miss PotatoCat n'avait VRAIMENT PAS envie qu'on bouge de sous le plaid. J'ai failli passer la nuit pliée en douze sur le canapé.

PotatoCat-lundi.jpg

(Elle a tenté de me convaincre qu'elle avait un pouvoir magique pouvant empêcher le lundi d'arriver) (Tu as remarqué une modification du continuum espace-temps, toi ?)
(Voilà. Miss PotatoCat, grosse menteuse)


lundi 19 décembre 2016

A ma droite le thé, à ma gauche le pisse-mémé

(Oui je sais, ce titre ne fait pas dans l'originalithété)
(J'aimerais t'y voir à trouver des titres depuis plus de 10 ans, tiens !)

Avent-2016-J18--19.jpg
Je finis par me demander si les concepteurs de mon calendrier de l'Avent n'ont pas réfléchi à quel jour tombait chaque date, parce que c'est quand même incroyable comme tout tombe bien.


Hier soir par exemple, dimanche de glande devant une série télé avec un pisse-mém- ...pardon, une infusion aromatique, que je n'avais jamais goûtée.
A dire vrai, je n'avais même jamais fait gaffe que le Palais des Thés vendait "une collection d'infusions originale associant des plantes reconnues pour leurs bienfaits à des ingrédients naturels et aromatiques comme les fruits et les épices". La lacune est désormais réparée puisque j'ai eu l'occasion de goûter le mélange verveine-orange-menthe "aux vertus relaxantes et apaisantes". Et j'ai beaucoup aimé.

Je ne bois que rarement de la verveine seule (A part celle qui vient du potager de ma Tatie, qu'elle ramasse et fait sécher elle-même, garantie sans OGM) (Trop rarement, malheureusement) parce que * 'tention raison hautement logique * ça a trop goût à plante. Bon ça va, ne te moque pas.
Ici, on sent toujours la verveine mais la petite pointe de menthe et le zeste d'agrumes font un bon contrepoint, c'était tout frais et tout léger, juste bien avant d'aller se coucher.


Aujourd'hui, lundi.
Tout est dit. J'avais besoin de réconfort et de soutien moral pour emmener avec moi au turbin... J'ai eu le Thé du Hammam que je connais bien et que tu le sais, j'adore.

Un mélange de thé vert de Chine et de saveurs orientales - rose, datte verte, fruits rouges et fleur d'oranger - dont l'odeur me donne irrésistiblement envie de loukoums et de baklavas.

De quoi se réchauffer un peu le coeur en cette funeste journée où il fut déjà dur de se lever, mais où il est encore plus dur de se coucher tandis que le péril orange est désormais officiellement le président du monde, et qu'un taré au volant d'un camion a tué 9 chalands innocents sur un marché de Nowel allemand.

Je pense que je vais mettre un peu de rhum dans mon thé, ce soir...


- page 1 de 24