Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Calamitage

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 28 juillet 2017

Calamity salade tiède de quinoa & œuf poché on top

Ça en jette, ce titre, hein ?

Ça donne l'impression que, telle un Jamie Oliver en jupons, future candidate de Top Chef que je suis, pif paf pouf je t'improvise une petite salade originale avec ze détail qui tue pour bien te complexer de la mort : l’œuf poché.
(Allez, avoue que tu es impressionné(e))


Sauf que #CalamitySalade...

Tout commence avec la cuisson du quinoa : une mesure de quinoa pour 3 mesures d'eau, on porte à ébullition et on laisse gentiment bouillonner jusqu'à absorption complète de l'eau (environ 20 minutes).

Tu vas me dire : "il a une couleur dégueu ton quinoa, Patate ! Kest'as calamité ?!"
Rien (encore), c'est normal, c'est un mélange quinoa-algues séchées que j'avais trouvé tout prêt dans mon magasin bio... Bon ok, il est lé-gè-re-ment périmé comme les 3/4 de ce que je cuisine mais je crois pouvoir affirmer que la couleur, c'est normal.
Ce qui ne l'est pas en revanche, c'est ça...

CalamityQuinoa.jpg
(Et qui c'est qui va encore devoir frotter sa plaque de cuisson comme Cendrillon ?)

Spécial dédicace à la copine à qui je live-whatsappais le massacre :

  • Copine-qui-sait-cuisiner, elle : Mais tu le rinces pas avant, ton quinoa ?
  • Calamity Patate : Bah non, c'était pas écrit sur le paquet.
  • Copine-les-bons-tuyaux : Je rince toujours le quinoa, sinon il mousse.
  • Calamity Captain Obvious : Ah oui je confirme, ça moussait...
  • (NdT : et en plus, JE LE SAVAIS qu'il fallait rincer !!)


Une fois le quinoa cuit, on le laisse tiédir un peu. En le couvrant d'un torchon, pour éviter que Miss PotatoCat ne vienne y fourrer son museau curieux.
Pendant ce temps, on coupe quelques tomates cerises en mini-quartiers, on émince un oignon nouveau (Perso je ne me suis pas trop fatiguée à le peler comme dans la vidéo) (Et j'étais nettement moins efficace sur le couteau) (Mais j'ai encore tous mes doigts, merci, ça va), et on met l'eau à bouillir pour le clou du spectacle : l’œuf poché.

Alors la cuisson de l’œuf poché, en théorie et sans doute chez les gens qui arrivent à cuisiner sans calamiter, ça donne ça :


En pratique, quand c'est Calamity Patate qui s'y colle...

CalamityOeufMollet.jpg
...Le blanc mousse à la surface et le jaune coule... * ô rage, ô désespoir, ô produit ennemi du cul de la poule * dans un nuage de mousse MAUVE (Non, la couleur étrange ce n'est pas un filtre Instagram qui a foiré, c'est le vinaigre) (Du vinaigre de vin... J'aurais peut-être dû me méfier ?)

Et comme tout de même, Calamity Patate s'entête, pour finir elle se retrouve avec ceci...

CalamityOeufMollet2.jpg
Un œuf non pas poché mais mollet-moche voire presque-dur-hideux rapport au fait qu'en plus de s'être à moitié désintégré dans l'eau bouillante, je crois qu'il était un chouilla trop cuit.

Entre-temps, le quinoa a tiédi et bien séché sur les bords de la casserole, il est temps d'en coller quelques louches dans un bol, et de le mélanger avec les tomates cerises, l'oignon frais et un peu (beaucoup) de feta émiettée sur le dessus.
Quelques graines de potiron histoire de, un filet d'huile de sésame pour "mouiller" un peu le tout (Et j'ai bien fait, vu comme le jaune d’œuf n'a pas coulé DU TOUT), et l’œuf poché-oui-mais-non au sommet... Tadaaaaam...

CalamityOeufMollet3.jpg
Et bien figure-toi que mis à part mon œuf complètement foiré, c'était vraiment très bon ! Hashtag semi-fail.


jeudi 02 février 2017

Conseil de Patate à l'usage des aventuriers du surgelé

Si tu ne veux pas sortir un soir de ta - pourtant très courte - douche enveloppée d'une serviette mais aussi d'une épaisse fumée, à te dire que peut-être changer les serviettes investir dans un détecteur, ce serait pas mal d'y penser...

Si tu ne veux pas te retrouver à grelotter en un glacial soir de janvier parce que toutes les fenêtres du Patat'home sont ouvertes pour 1- te permettre de respirer et 2- tenter de dissiper la fumée qui plane de la chambre au salon tel un nuage toxique...
(Et Miss PotatoCat me diras-tu ? Enfermée dans les toilettes, la pauvre bête)

Si tu ne veux pas que cela sente le cramé trois jours durant dans ton appartement, rapport au fait que la fumée, avant de se dissiper, a incrusté son odeur nauséabonde dans tous les textiles alentour...

Si tu ne veux pas toi-même fleurer bon le barbecue trop cuit des orteils aux cheveux (Alors que tu sortais de la douche, damned !), tandis que tes yeux larmoient de manière incontrôlable et que ton coeur bat encore la chamade d'avoir failli, peut-être, foutre le feu à tout l'immeuble...
(Objectivement, il y avait peu de risques, mais sur le moment...)

Si tu ne veux pas passer 15 minutes à frotter la lèchefrite qui n'en demandait pas tant - et ton tennis elbow sans doute pas plus - avant de jeter l'éponge, au sens propre, tellement elle était sale...
(Non mais là quand même, je m'aime)


Un conseil de Calamity Patate...

La prochaine fois que monsieur Picard, qui n'est décidément pas une brêle que pour l'estimation des portions, t'indique de simplement déposer des trucs "avec leur barquette en aluminium sur une grille"... Tu ne l'écoutes pas ! Tu ne l'écoutes SURTOUT PAS !!

Tu écoutes ton tubercule préféré, et tu déposes les machins - en l'occurrence de petits pasteis de nata qui avaient l'air bien sympatiques sur la photo - avec leur barquette sur la grille du four, certes, mais AVEC UNE FEUILLE DE PAPIER ALU entre les barquettes et la grille. Ou mieux, tu les colles sur une feuille de cuisson rigide ou dans un plat à gratin.

Ce qui évitera à tes petites pâtisseries, évidemment BANCALES dans leurs délicates barquettes en alu, de basculer entre les rainures de la grille du four, et de laisser couler une bonne partie de leur flan façon flaque dans la lèchefrite, avec les conséquences ci-dessus décrites.


(Inutile de te dire qu'à l'arrivée, les petits pasteis de Dame Patate ne ressemblaient pas du tout à ceux de la photo) (Damned !)


jeudi 05 janvier 2017

Patat'a oublié son smartphone

Non pas oublié au sens de "faisons une détox numérique la 1ère semaine de janvier" mais oublié comme dans "j'arrive au bureau et je ne trouve plus mon portable, puréééééée !".

Pensée n° 1 : on me l'a volé.
* transpiration *
Pensée n° 1 bis : il est tombé dans la rue.
* palpitations *

Pensée n° 2 : non. Je n'avais pas la musique dans les oreilles en arrivant, donc il n'est pas tombé sinon j'aurais remarqué le silence, quand même.
Pensée n° 2 bis : je l'aurais remarqué, quand même, hein ?
Pensée n° 2 ter : si ça se trouve la musique s'est arrêtée et je n'ai rien remarqué ?!
* panique *

Pensée n° 3 : non, je suis formelle, je n'avais PAS les écouteurs dans les oreilles.
* respire *
Pensée n° 3 bis : je n'ai pas non plus le moindre souvenir d'avoir joué à Candy Crush.
Pensée n° 3 ter : tiens, mais j'ai foutu quoi pendant le trajet, alors ?

Pensée n° 4 : je l'ai oublié à la maison, voilà, c'est tout. C'est pas grave.

Pensée n° 5 : tiens, je vais le faire sonner pour voir où il est.
Pensée n° 5 bis : c'est idiot, tu n'entendras rien, tu vois bien qu'il n'est pas là.
(NdT: oui, mes pensée se répondent)
Pensée n° 5 ter : je vais le faire sonner, ON NE SAIT JAMAIS.
(NdT: oui, parfois elles s'engueulent, aussi)

Pensée n° 6 : c'est malin, t'as dû faire peur à Miss PotatoCat...

Pensée n° 7 : oui mais si je l'avais perdu juste en sortant du Patat'home ?
Pensée n° 7 bis : devant l'ascenceur ? Aux boîtes aux lettres ? En bas de l'immeuble ?
Pensée n° 7 ter : ouais ben c'est mort, il aura fait le bonheur de quelqu'un...
* palpitations *

Pensée n° 8 : respire !
Pensée n° 8 bis : respire, je te dis !

Pensée n° 9 : réfléchis. Où est-ce que tu le revois ?
Pensée n° 9 bis : table de chevet, toilettes (NdT: oh ca va hein, ose dire que tu n'en fais pas autant !), cuisine, salle de bains, meuble à chauss-... Ah non, tiens, je ne l'y revois pas ce matin.

Pensée n° 10 : SALLE DE BAINS ! Voilà, je le revois, il est resté là !!
Pensée n° 10 bis : t'es sûre ? Refais un scan mental de toutes les pièces, pour voir.
Pensée n° 10 ter : ...la caisse du chat ? M'enfin qu'est-ce qu'il foutrait là ?!

Pensée n° 11 : bon, le smartphone est dans la salle de bains, tout va bien.
Pensée n° 11 bis : tu entends? Il est à la maison, c'est pas grave, TOUT VA BIEN.
Pensée n° 11 ter : quelqu'un peut dire au palpitant et aux glandes sudoripares de se calmer, là ?

Pensée n° 12 : ah, tiens... Et si j'enlevais mon snood et ma doudoune ?

Pensée n° 13 : donc j'ai oublié mon smartphone à la maison, c'est pas bien grave.
Pensée n° 13 bis : allez bosse un peu, feignasse...

Pensée n° 14 : et si je retournais le chercher ?
Pensée n° 14 bis : non mais ça va pas ? Tais-toi et bosse !
Pensée n° 14 ter : ouais t'as raison, je peux vivre une journée sans portable.
Pensée n° 14 quater : ...et si on retournait le chercher, quand même ?
Pensée n° 14 quinquies : mais n'importe quoi ! T'en as pas besoin pour travailller, si ?!
Pensée n° 14 sexies : non c'est vrai, t'as raison. Une journée c'est vite passé.
(NdT: moi non plus je ne savais pas ce qu'il y avait après ter, j'ai dû demander à mon ami Gogole) (Oui je suis allée jusqu'à "sexies" exprès)

Pensée n° 15 : ce ne serait pas le jour pour se faire cambrioler, du coup...
Pensée n° 15 bis : t'as de ces idées toi, des fois. Bosse je te dis.

Pensée n° 16 : avec le bol que j'ai, si je dois me faire cambrioler, ce sera aujourd'hui.
Pensée n° 16 bis : tu vas arrêter oui ? A force de penser aux malheurs, on les attire.

Pensée n° 17 : purée, je vais me faire cambrioler !!!
* palpitations - sueurs - tremblements *

Pensée n° 18 : respire !
Pensée n° 18 bis : respire, je te dis !

Pensée n° 19 : du coup sans portable, je n'ai plus l'heure.
Pensée n° 19 bis : ah oui c'est vrai, je l'ai sur l'ordinateur.
Pensée n° 19 ter : elle ne passe pas vite, l'heure, sans Twitter...

Pensée n° 20 : à tous les coups, je vais louper un coup de fil important.
Pensée n° 20 bis : pffff portnawak, ce portable ne sonne jamais.
Pensée n° 20 ter : et quand il sonne je ne décroche pas, ha ha ha.

Pensée n° 21 : et s'il arrivait quelque chose à quelqu'un justement aujourd'hui ?!
Pensée n° 21 bis : ça suffit avec tes "justement aujourd'hui" ! Il ne va rien t'arriver, il ne va rien arriver à personne, tout va bien.

Pensée n° 22 : coucouche panier, les glandes sudoripares. TOUT. VA. BIEN.
Pensée n° 22 bis : si ça continue comme ça, tu vas puer de sous les bras.
Pensée n° 22 ter : je pue de sous les bras, non ? * sniff *
Pensée n° 22 quater : ok, ne pas bouger les bras de toute la journée.

Pensée n° 23 : elle va être longue, cette journée...

Pensée n° 24 : à tous les coups je vais me faire cambriol-
Pensée n° 24 bis : tayeuuuuule !!

Pensée n° 25 : les réunions sans Candy Crush en loucedé sous la table, c'est mortel.

Pensée n° 26 : et si j'appelais un voisin, pour demander de surveiller qu'on ne me cambriole pas ?
Pensée n° 26 bis : ha ha haaa ! Bon courage Pataaate, tu n'as que 2 numéros de téléphone et ils sont... dans ton portable qui est présentement au chaud dans ta salle de bains.
Pensée n° 26 ter : ou dans l'escarcelle d'un cambrioleur...
Pensée n° 26 quater : TAYEUUUUUULE !!

Pensée n° 27 : je pourrais chercher dans l'annuaire ?

Pensée n° 28 : mais bordel, plus personne n'est inscrit dans les pages blanches ?!

Pensée n° 29 : Candy Crush sur l'ordinateur c'est vraiment pas la même chose...
(NdT: mais les niveaux sont quand même plus faciles, j'ai avancé de trois !) (656, tu peux me féliciter)

Pensée n° 30 : j'ai mangé super vite, du coup.
Pensée n° 30 bis : tu crois que ça me laisserait le temps de retourner vite fait à la maison avant la prochaine réunion ?
Pensée n° 30 ter : non mais t'as raison, t'as raison, je sais que t'as raison.
(NdT: tout le monde aura bien sûr reconnu cet hommage à Carrie Fisher, qui a quand même joué autre chose que la princesse Leia, merci de ne pas l'oublier)

Pensée n° 31 : tiens, je suis toute seule dans l’ascenseur... Sans smartphone.
Pensée n° 31 bis : et si je reste coincée, je fais comment pour appeler à l'aide ?
Pensée n° 31 ter : arrête un peu, tu n'as jamais été coincée de ta vie dans un ascenseur, Pataaaate.
Pensée n° 31 quater : ouais ben si ça arrivait JUSTEMENT AUJOURD'HUI ?!

Pensée n° 32 : toujours aussi long sans Candy Crush, les réunions...

Pensée n° 33 : et s'il s'était passé quelque chose d'important sur Twitter ?
Pensée n° 33 bis : un attentat, une catastrophe aérienne, Poutine qui déclare la guerre, un clash entre Twittos'influents, Facebook qui devient payant, Hanouna qui dit un truc intelligent, un attentat, une cata-

Pensée n° 34 : je souffre d'une crise aiguë de FOMO.
Pensée n° 34 bis : et un peu d'anxiété aussi.

Pensée n° 35 : plus qu'une heure trente-six et je pourrai rentrer vérifier si je n'ai pas été cambriolée.

Pensée n° 36 : une heure et trente-quatre minutes.

Pensée n° 37 : une heure trente et une minutes.
Pensée n° 37 bis : heureusement qu'il y a une pendule dans la salle de réunion, sinon je n'aurais même pas l'heure.
Pensée n° 37 ter : je vais me remettre à porter une montre, tiens.

Pensée n° 38 : il faudra sans doute changer les piles d'abord, j'ai un smartphone depuis quelques années, quand même.
Pensée n° 38 bis : c'est pas gagné pour la montre.

Pensée n° 39 : une heure !


Je vous fais grâce du décompte final des minutes et de de mon trajet retour plein de regrets de n'avoir pas mes écouteurs aux oreilles et mon Candy Crush sous les doigts : j'ai finalement regagné le Patat'home, qui n'avait évidemment pas été cambriolé, et le smartphone m'attendait sagement posé dans la salle de bains.

J'ai bien flippé en voyant la notification d'appel en absence, parce que les "justement aujourd'hui" parfois... Et puis un "numéro inconnu" n'apporte jamais de bonnes nouvelles et quand il ne laisse pas de message, tu n'as aucun moyen de savoir qui c'est. Et si c'était un hôpital ? Et si c'était grave ? Et si... ?

Pataaaaaaaaate ! Regarde l'heure, ça ne te dit rien ?
"Je vais le faire sonner, on ne sait jamais" :-)


mardi 13 décembre 2016

Ma flamme s'est éteinte

(Et celle des vies innocentes massacrées à Alep, je ne te raconte même pas)
(Sinon je vais encore pleurer, et Dieu sait que ça ne les aidera pas)

Avent-2016-J13.jpg
En l'occurrence, la flamme que je rêve de raviver est celle de cette bougie, que J'ADORE mais que je désespère de rallumer un jour, alors qu'il lui reste probablement quelques heures de senteur sous le pied.

Une bougie 100% made in France par des maîtres ciriers et parfumeurs de Grasse, soi-disant pensée "pour mec" ("nomade, urbain, connecté et raffiné" oh yeah) (Bouh ! Le vilain marketing genré !!) mais TELLEMENT douce et réconfortante quand on a des ovaires il fait nuit à 17h et que la buée s'accroche aux carreaux ou qu'ils sont battus par la pluie. Un soir d'automne, quoi.
"Délicieuse fragrance aux notes poudrées, orientales et musquées", il s'agit de la référence "Le Haut Marais" de Maison Moustache, que le gentil Papa Nowel est descendu du ciel pour m'apporter il y a de cela quelques années mais que j'ai surtout utilisée pour décorer, et n'ai malheureusement mise à brûler que récemment.

Grosse erreur, car après avoir eu ZE coup de foudre, j'ai découvert qu'il n'y avait ni boutique ni e-boutique, que leur page Facebook n'avait pas été mise à jour depuis des lustres (Oui je sais, vu la régularité de publication sur ce blog, je ferais mieux de me la boucler) et que si j'avions réagi plus tôt j'aurions pu faire des stocks pour l'hiver.

Bref.
C'est d'autant plus énervant de ne plus pouvoir en profiter jusqu'au bout pour cause, comme tu pourras le constater, de consumation calamitée... Ce que tu vois de tout noir au milieu, c'est le restant de mèche qui s'est racrapotée sur elle-même et enfouie dans la cire solidifiée; ce que tu vois de tout noir sur les côtés, ce sont les cadavres d'allumettes que j'ai semés dans ladite cire, en tentant de récupérer de quoi relancer la combustion de ma bougie.
Las, peine perdue: seuls mes doigts se sont brûlés, et la rage au coeur, j'ai fini par abandonner.

Je ne suis même pas certaine que ce ratage soit l'oeuvre intégrale de Calamity Patate, car j'avais bien pris soin de recouper la mèche quand il le fallait, de laisser brûler suffisamment pour que la cire fonde harmonieusement, et tout et tout. Mystère et boule de gomme bougie parfumée.
En attendant, je me retrouve avec de la cire coincée au fond d'un verre, et plus rien à brûler dedans pour la faire fondre et titiller ma membrane olfactive de sa délicieuse senteur.
Hashtag désespoir. Hashtag vénère.

Donc, lectrice lecteur, si tu as une idée pour me tirer de cet embarras, je suis tout ouïe.
(Et si tu sais où et comment se procurer de la bonne bougie pas écoeurante, pas trop sucrée, surtout pas fleurie ni fruitée, pas non plus bourrée de produits chimiques ni de colorants toxiques, aboule la came) (Si par contre ça pouvait ne pas coûter autant qu'un rail, ça m'arrangerait) (Si tu es crémière, tu peux me faire un sourire)


Et sinon, ma suprise de l'Avent n°13 c'était le Long Jing, un thé vert chinois pourtant réputé, que je n'ai pas spécialement aimé - ni détesté, ceci dit - et qui ne valait pas que je l'immortalise en photo. Je n'ai sans doute pas le palais des thés (Ha ha ha, je me fais rire toute seule, c'est déjà ça) assez développé, mais je cherche encore son "parfum de châtaigne rôtie"...


vendredi 27 novembre 2015

Calamity Patate a répondu à vos commentaires

C'est à dire qu'en effaçant manuellement ma centaine de spams quotidiens qui commencent à me gonfler TRÈS sérieusement j'ai malencontreusement effacé de vrais commentaires de vrais gens.
Que je n'avais même pas pris le temps de lire * pleurs *

En l'occurrence, tout commentaire laissé entre le 23 et le 25 novembre semble perdu corps et biens, et j'en suis vraiment désolée. D'abord paske je ne les avais même pas luuuuuuuuuus * pleurs, morve * et puis paske c'est pas comme si j'en avais des centaines non plus (Contrairement aux spams)

Si tu te reconnais là-dedans, tu veux bien revenir voir ta Calamity Patate et lui dire que t'es pas fâché(e), dis ?


- page 1 de 8