Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 04 mars 2013

2013 - Les Gogoles de Février

gogol.gifAttacher une femme et lui faire l'amour
Il paraît que c'est très à la mode chez la ménagère de moins de cinquante ans depuis la sortie de "Fifty shades of Grey" ("50 nuances de Grey", en bon vieux Français). Que je n'ai pas lu, mais que veux-tu, j'ai tendance à préférer ma littérature (y compris érotique) écrite avec autre chose que les pieds.
Et puis je me suis déjà tapé la trilogie Twilight un week-end de désoeuvrement où il n'y avais que ça à se mettre sous la dent, je soupçonne fortement que celle-ci soit du même accabit (i.e. qui donne envie de s'ouvrir les veines avec son marque-page) donc le phénomène de mode, non merci.
Mais si tu veux attacher une femme pour lui faire l'amour mon Gogole, je t'en prie... Assure-toi juste AVANT, d'avoir son plein consentement. ;-)

Bambi is a son of a biche
Mon Gogole, je ne sais même pas qui tu es mais je t'aime.
Veux-tu m'épouser ? Que l'on vive heureux en faisant beaucoup d'enfants de jeux de mots foireux ?
(Non sérieusement, je ne m'en remets pas; celui-là il est PUISSANT !)

Faut-il se mettre pieds nus pour le yoga ?
Clairement, OUI.
Sur le plan spirituel, pour mieux t'enraciner dans le sol et y puiser l'équilibre et l'énergie. * tousse tousse * Sur le plan bassement matériel, parce que sinon hé, tu glisses dans tes asanas (NdT : le nom clâssieux des postures) !

Le célibat c'est comme MMA, zéro tracas zéro blabla
Après vérification, il s'avère que c'est un groupe Fesse-Bouc... Auquel je n'appartiens pas, alors comme ce Gogole a-t-il bien pu atterrir chez moi, mystère et boule de Cerise-de-Groupama.

Les endives sont-elles laatives ? (sic)
Alors là, je ne sais pas (Sans doute que oui, filandreux comme c'est), mais en revanche ce que je sais, c'est que ta touche X semble cassée. Et ça, ça fait chier c'est plein de propriétés laXatives.

Mon chéri n'arrive pas à dégrafer mon soutien-gorge
(Oh, tiens, un Gogole travesti femelle !)
Et bien aide-le, grande nouille, le pauvre garçon cherche (En tout cas je te le souhaite) à te faire du bien, il ne passe pas un examen !

Où se situe l'estomac par rapport au nombril ?
Du côté "intérieur", déjà. Sinon c'est que tu viens de te faire éviscérer par un ours ou un serial killer. Un quoi ? Un siriôl killeuw. (10 points à celui qui me trouve la référence)
Quant à la hauteur... Bah normalement il reste laaargement au-dessus du nombril, mais après, ça dépend ça dépasse (Celle-là je ne demande même pas, elle est donnée !) de tout ce que tu as mangé !

mardi 05 février 2013

2013 - Les Gogoles de Janvier

gogol.gifBambi biche / Bambi la biche
Raté, c'est un faon !

Biche Bambi
Tu peux le retourner dans tous les sens que tu veux, un faon restera toujours un garçon !

Bambi trou des biches (Gné ?!)
Non, je répète : Bam-bi-est-un-gar-çon !

Bambi le petit faon vient boire un petit coup à la maison
Y a du blanc et y a du rouge et du saucisson et Gilou avec son p'tit accordéon ? Et ben dis donc, mon Gogole, on se demande qui de toi ou du personnage de Disney est un gros poivrot avec des hallucinations... Un indice en bas de votre écran : les personnages fictifs ne s'envoient en général pas des canons. (Sauf certaine Madame Patate, m'enfin bon, une fois de temps en temps ça compte pas vraiment ;-) )


Hamster rigolo
Tortue géniale ! oO0 (Non ?)

Duchesse Vomito
Baronne de Rotschild !! oO0 (Mais que c'est rigolo ce jeu !)

Princesse Pouet Pouet
Mmmmh... Alors là, langue à Miss PotatoCat !!


Bourrelet
Bourrelet graisse
Bourrelet au bras
Bourrelet dans le bas du dos
Bourrelet nombril
Bourrelet sur les hanches
Bourrelet ventre
Bourrelets malbouffe
Bon ben, je crois qu'on a fait le tour de la question... Tous les bourrelets mènent à Dame Patate. J'vous laisse, je vais chercher un pot de Nutella pour y noyer ma consternation.

Chaussettes pour ficeler les rôtis
Claire Chazal avec du Nutella
Des grumeaux dans le sperme
Du plastique a fondu dans mon four et l'odeur reste
Eau du robinet qui sent l'oignon
Le poussin qui explose dans le micro-ondes
Ma langue a fait fondre le chocolat
Et bien ne m'invite jamais à dîner chez toi !!!
(Oui, donc, j'ai essayé de regrouper les Gogoles de janvier par thèmes parce que ce début d'année c'était vraiment festival, et là c'était "le Gogole et la cuisine") (Je te laisse identifier l'intrus) (Non ce n'est pas Claire Chazal)

Faire du footing tous les jours
... Est le signe d'un masochisme certain, doublé d'une tendinite prévisible.

Je te fais caca dessus
Ben voyons, essaye un peu pour voir mon Gogole, et je te le fais bouffer !

Je ne trouve pas mon clito avec ma brosse à dents
Tu m'étonnes !! A la place du clito, moi aussi je me serais planquée !!

Ongle du pouce du pied qui fait des vagues
Propose aux autres orteils de surfer ?
And they'll have fun fun fun 'till their daddy takes the T-bird awaaaaaaaaay ! (Ou jusqu'à ce que le Gogole, emporté par la lame de fond, se cogne le gros orteil contre la table basse du salon) (Oui, au fait, le pouce du pied, c'est le gros orteil) (Ou l'hallux, si tu veux te la péter, répète après-moi ce mot nouveau)

Où se situe le tubercule dans le bras gauche ?
A côté du cheval blanc d'Henri IV ?

Fer à repasser crache des saletés
Fer à repasser jette des dépôts
Fer à repasser qui bave
Le petit personnel électroménager est décidément bien mal élevé.

Conséquences d'un vol plané sur les fesses
La honte de ta vie, déjà pour commencer, et puis selon le zèle de ton ange-gardien : une anecdote à bloguer, quelques bleus, une ou deux fractures, une commotion cérébrale, voire un décès par hématome intra-crânien (Ça se voit que Grey's Anatomy a repris ?).
Ici gît le roi des buveuuuurs. Ici gît, oui oui oui, ici gît, non non non Gogole 1er, innocente victime d'un vol plané. Que ses fesses meurtries reposent en paix.

Patate en forme de sexe
C'est mieux qu'un sexe en forme de patate, je dirais.


jeudi 08 septembre 2011

Celui qui voulait me buter

"Pan, pan, couche !"

Le petit d'homme qui, à vue de nez, ne doit pas dépasser les 3 ans, tend le bras vers moi, l'air aussi décidé que Goldorak face au golgoth. Sauf que et de d'une (NdT : je sais qu'on ne dit pas "de" d'une, c'est un tribute to ma mamie-à-moua), je ne suis pas un golgoth mais une délicate Patate, et de deux, point de fulguro-poing au bout de son petit bras (Dieu merci, tu me diras), mais une peluche crasseuse aux grands yeux, dont un qui menace de tomber.

Heuuu, c'est à moi qu'il parle, là ?
Il y a d'autres gens sur le quai, mais à cet instant, nous sommes un peu isolés, le petit d'homme, ma petite personne, et une petite dame à l'air indifférent (Ou juste fatigué ? Allons Patate Pourrite, un peu de pitié) qui doit être sa maman.
Hé ho, madame, tu pourrais un peu le surveiller, ton gamin, il me PARLE, quoi !
(Oui donc je précise : en gras, ce sont mes PENSEES hein, pas ce que je dis en vrai) (En vrai, je mettrais des guillemets) (Comme là tout de suite, tu vois ?)

"Salut toi, comment tu vas ?"
Re-brandissage de peluche dans ma face. Ou plutôt mon estomac, vu que non seulement, mon agresseur est haut comme trois bites à genoux (Cherchez pas, un autre tribute to ze Potato-family) pommes, mais qu'en plus je suis perchée sur de jolies compensées.
"Pan, pan, couche !!"
Ok, il est monomaniaque cet enfant.

Mais qu'est-ce qu'il me veut ?
Me flinguer ? Que je me couche ? Il veut COUCHER ? A son âge, déjà ?! Hé ben ça les mecs, ils commencent tôt ! Qu'est-ce qu'on fout dans leurs biberons ? Regard en coin à la maman qui, c'est sûr, est coupable d'avoir mis des trucs chelous dans le biberon pour faire de son fils un obsédé sexuel meurtrier, et ferait mieux de récupérer son gamin avant que je ne le pousse sur la voie !!
Bon, je lui dis quoi pour qu'il me lâche la grappe le mouflet, là ?

Grand sourire de la Patate, pas du tout embarrassé.
"Oui, il est joli ton doudou." (Je sais, il ne faut pas mentir aux z'enfants, gna gna gna gnaaaaa) ''Il s'appelle comment ?"
Le petit d'homme pousse derechef ledit doudou (qui a bien dû être joli un jour, mais qui est désormais à moitié borgne et surtout plein de bave séchée et autres résidus auxquels je n'ai pas envie de penser) (sur mon joli trench beige, rhaaaaaa retenez-moi je vais le pousser !) dans mon plexus solaire.
"Pan ! Pan !"

Ok, c'est un futur psychopathe, c'est sûr
Et là Dieu merci, avant que le tiers-de-portion ne finisse écrabouillé par un train ou que la Patate ne finisse assassinée par un fulguro-poing-doudou-crado, la maman remarque enfin la maladroite conversation que nous avons entamée, son rejeton et moi.
Surtout lui, ai-je d'ailleurs envie de lui faire remarquer, paske moi j'étais bien tranquille, seule sur le sable, les yeux dans l'eau quai, les écouteurs dans les oreilles.

"Il vous embête ?" Nooooon, si peuuuuu.
"Il n'arrête pas depuis ce matin." T'as qu'à arrêter de mettre des trucs pas nets dans son biberon aussi ! "Il a insisté pour qu'on mette une couche à Panpan et il le montre à tous les gens qu'on croise."
* tilt *
Lumière dans les brumes du cerveau patatesque : il n'est pas juste gris de crasse, le doudou, il est gris de base !
Grands yeux, certes, mais aussi grandes oreilles; et maintenant que le môme arrête de te le coller dans le bide, effectivement tu t'en rends compte : c'est Panpan, le copain de Bambi ! Mais crasseux. Et avec une pull-up bariolée qui lui cache le pompon et la moitié des pattes.

panpan.gifPanpan, avec une couche.
Sale gosse, il ne pouvait pas le dire plus tôt ?!


Potato-scriptum : aucun moins de 5 ans ni aucune peluche n'ont été maltraités pour les besoins de cette blog-note. Je suis bien élevée, et je fais très bien semblant de m'intéresser tout en priant désespérément que le train montre enfin le bout de son nez au bout du quai !.
Et donc, pour les ceusses qui se demanderaient, le lapin en peluche porte très mal la couche-culotte, je ne vous conseille pas d'organiser des défilés de mode !

mercredi 27 avril 2011

Le jour où j'ai tué Bambi

Prenons un week-end prolongé de printemps. Au hasard.
Un week-end où il fait tellement beau et chaud pour la saison, que les citadins quittent en masse leur décor de béton pour aller d'égailler joyeusement dans la forêt.

Prenons un tubercule qui a fait un beau voyage comme les copains, et s'en retourne plein d'usage et raison d'ampoules aux pieds et de coups de soleil sur le nez, une fois le week-end terminé.

La petite route est déserte et serpente au milieu des champs et des bosquets.
La Patate-mobile file gentiment ses 80 kilomètres/heure, allure d'escargot pour une départementale (Heureusement qu'elle est déserte, sinon bonjour le concert de klaxons) mais sa conductrice est toute molle sur l'accélérateur, rapport au fait que la nature, ça vous crève sa Patate, qu'elle n'est pas pressée de voir un week-end aussi bucolique s'achever, et qu'elle est calée sur le rythme de "La isla bonita" dans les hauts-parleurs.

On approche du crépuscule mais la visibilité est encore correcte et ses feux sont allumés. Ca y est, le décor est planté.

Et dans ce décor champêtre et serein, déboule une petite biche.
Bambi.gifOu un faon. Ou un chevreuil, qu'est-ce que j'y connais ?
En tout cas, une bestiole bondissante et déliée qui ressemble furieusement à ça ==>

Elle déboule par la droite, tu la vois, tu freines pour mieux l'admirer.
Elle va traverser, elle est beeeeelle, elle est... Con ?
Elle est con ou quoi, cette bête ?! Après le premier bond qui l'a déposée sur la route, au lieu de traverser et de se mettre en sécurité, elle fonce sur toi, elle te bondit sur le capot !!

Ou plutôt SOUS le capot, car évidemment, c'est là que sa course va se terminer.
Sous les roues de la Patate-mobile, après un choc qui fait un bruit absolument affreux, malgré le crissement de tes freins et ton coup de volant désespéré pour l'éviter (Et merci mon Dieu pour la route déserte, parce que sinon un autre automobiliste serait mort en train de se dire "Elle est con ?!!" à propos d'une Patate qui l'aurait chopé en frontal).

Te voilà arrêtée à moitié dans le fossé, suffoquée, le coeur au bord des lèvres.
C'est ta première pensée, "Purée, j'ai tué Bambi !", qui déclenche un torrent de larmes, avant que sur des jambes flageolantes, tu ne sortes de ton engin de mort pour aller contempler le désastre.

Tu retrouves le pauvre animal qui a valsé dans le même fossé, inanimé. Il est joli, sérieux, on dirait Bambi. * nouveau sanglot *
Tu le touches et il ne réagit pas. Tu te sens con à lui palper le cou pour chercher un pouls que tu ne trouveras pas. Tu poses ta main sur son poitrail : rien, pas un mouvement, plus un souffle de vie.
On ne dirait pas pourtant, il est tellement joli...
Ta main bouge sur son pelage, un peu comme on caresse un enfant pour le calmer, et tu vas bien passer 10 minutes à sangloter sur un cadavre encore chaud, en caressant Bambi et en lui demandant pardon de l'avoir tué, que tu ne voulais pas, que tu n'as pas fait exprès.

Et puis tu repars en le laissant dans son fossé.
Parce que la nuit commence à tomber, et que tu ne vas quand même pas l'enterrer dans la forêt en creusant le sol avec ta pince à épiler...

Ca va faire 15 ans que j'ai le permis, je n'avais encore jamais pris une vie (Rien de plus gros qu'un hérisson, en tout cas). J'espère bien ne jamais recommencer !