Ces deux dernières semaines, je me suis livrée à des random acts of kindness qui m'ont carrément mise en joie. Comme ça, gratuitement. Sans même avoir besoin de sortir de chez moi ni d'interagir avec des gens ( #lesgens !). C'est facile, c'est pas cher, et ça peut rapporter gros un peu de chaleur.
Que demande le peuple ?

Que je lui raconte, peut-être ?

flocon-abstrait.jpg
En fait, tout a commencé il y a 2 semaines à la caisse de chez Picard.
Oui je sais, c'est glamour comme décor : magasin de surgelés, intérieur nuit tombée, Dame Patate fait la queue à la caisse de gauche. Et elle s'est fait plaisir, la Patate, les surgelés de Nowel sont de sortie alors c'est festival de poêlées de marron, de plats en sauce au vin blanc et de... moelleux aux marrons et aux panais (Tu parles, moins 20% avec la carte de fidélité, je n'allais pas me les refuser !).
Et là, après les salutations d'usage, le petit jeune à la caisse me demande s'ils sont bons, les moelleux, parce qu'il lui font de l’œil depuis qu'ils sont en rayon et il ne les a pas encore goûtés, mais que par contre il a goûté tel autre truc et que vraiment il me recommande. Trente secondes plus tard, nous étions lancés dans une conversation à bâtons rompus et à 4 personnes, avec sa collègue de la caisse d'à côté et le client qu'elle était occupée à servir, à se refiler des recettes et des tuyaux. Ou comment tu te sens moins seule tout d'un coup, à boulotter tellement de surgelés que tu connais la carte par cœur. Le tout n'a duré que 5 minutes mais je suis rentrée chez moi en souriant et en me disant que quand même, ils étaient toujours chouettes dans ce magasin.

C'est là que le random act of kindness intervient.
J'ai tout bêtement été sur le site internet, et j'ai laissé un petit message sur leur formulaire de contact, pour dire que dans cette boutique-là, le client (en tout cas, mouaaaa) était toujours bien accueilli et que le personnel était sympa et connaissait bien les produits et que ça faisait plaisir de tomber sur des gentils êtres humains. Et je me suis sentie tellement bien après, tu n'as pas idée.

J'ai réalisé que c'était sans doute la première fois de ma vie que je remplissais le formulaire contact sur le site d'une marque pour autre chose que me plaindre d'un dysfonctionnement. Et que c'était drôlement plus agréable de dire du bien de quelqu'un ou de quelque chose, que d'en dire du mal. C'est tellement simple que c'en est presque idiot, mais ça m'a réchauffé ma soirée. (Ça et les deux moelleux marrons panais que je me suis enfilés) (Je te jure, je n'ai pas d'actions chez Picard, mais si tu as l'occasion de les goûter, tu m'en diras des nouvelles)

Du coup, ces deux dernières semaines, je fais ça.
Quand je suis contente de quelque chose, quand j'apprécie la façon dont je suis traitée, au lieu de le garder pour moi et de presque trouver cela normal, je prends la peine de le dire. Et de le faire remonter le long de la chaîne hiérarchique si je le peux. Des fois que ça puisse rendre service à l'intéressé(e). J'ai ainsi écrit sur le site de ma pharmacie, de ma mairie, de La Poste, de l'une ou l'autre marque... Et je n'ai jamais eu la moindre réponse mais c'est pas grave. C'est l'acte en lui-même qui compte et qui fait du bien.
Ce qui est en soi parfaitement égoïste, j'en conviens.

Je N'AVAIS jamais eu la moindre réponse jusqu'à ce midi, où j'ai reçu un e-mail qui disait en substance :
"On vient de me transmettre le magnifique mail (NdT : qui n'avait rien de spécialement magnifique non plus, hein) que vous avez envoyé à * marque biiip * et ça me va droit au cœur !!! Je ne trouve pas les mots tellement je suis touchée. Mes batteries sont rechargées pour l’année à venir. Merci et joyeux Noël."

Et bien tu sais quoi ?
Moi aussi, ça m'a rechargé mes batteries, de savoir qu'il était si simple de faire plaisir à de parfaits inconnus.


Potato-Scriptum : je te rassure, ça ne m'empêchera pas de râler s'il le faut ;-)