(Première poufferie du mercredi de 2017)
(Oh yeah !)

Il ne t'aura pas échappé, lecteur de mon coeur, lectrice de mon *insère ici la rime en -ice de ton choix, moi j'ai pas trouvé* (Enfin si, j'ai trouvé mais 1- c'est pas très poli et 2- je ne suis pas équipée)... Il ne t'aura pas échappé, donc, que malgré des stocks de produits de soin et d'hygiène assez faramineux, j'ai enfin réussi à fonctionner à flux tendu en ce qui concerne les "trucs à utiliser le matin sous la douche" pour me nettoyer le visage.

Je veux croire que l'Univers a décidé de me récompenser de ce bel effort.
En effet, juste à la période où je commençais à voir le fond du flacon de mon nettoyant moussant du moment en me demandant ce que j'allais bien pouvoir choisir pour le remplacer, je suis tombée sur ce billet qui m'a donné tout à la fois l'idée, l'envie, et même le moyen (Commander des produits de beauté sur internet, bon sang mais c'est bien sûr !).

L'ancien et le nouveau ont donc cohabité quelques jours près de la pomme de douche, le temps de la passation de pouvoirs. Avec zéro culpabilité pour moi, puisque je n'avais procédé à cet achat que pour remplacer un produit terminé, et pas sous l'emprise d'une pulsion con-sumériste.
*Kof Kof Kof*

Debarbouillage-2016.jpg

Le nettoyant sortant est le Powercleanse de GlamGlow, "nettoyant quotidien à l'argile et à l'huile" qui m'a beaucoup enthousiasmée au départ mais dont j'ai fini par me lasser.
En partie car rien dans ses effets ne justifiait le prix - 30 € les 100 mL, gloups ! - et que malgré un marketing "tout âge et tout type de peau", il était devenu un peu décapant avec l'arrivée du froid qui sensibilise beaucoup ma peau; en partie aussi car je n'en pouvais plus de ce flacon à double pompe qui était tout sauf pratique à l'usage : je ne compte plus le nombre de fois où le flacon super funky m'a glissé des doigts alors que j'essayais d'appuyer maladroitement sur l'une ou l'autre, voire sur les deux en même temps.

La promesse était "une mousse double action onctueuse, qui élimine le maquillage, les impuretés et les accumulations de saletés sur la peau : l'huile dissout le maquillage en douceur, laissant la peau purifiée, tandis que l'argile dissout les impuretés et "détoxifie" en douceur pour laisser la peau nettoyée et nourrie, avec un teint éclatant".
Alors mousse onctueuse : check. C'est même l'une des raisons de mon enthousiasme initial : c'était très agréable sur la peau, ni trop huileux ni trop mousseux, ce qui a relancé ma motivation pour le démaquillage, l'été dernier je l'utilisais même matin et soir.
Dissout le maquillage : check. Sauf le mascara waterproof pour lequel il faut refaire un passage au coton, mais si mascara normal, aucun souci et ça gagne vaaaaachement de temps.
Peau purifiée : check.
Peau nourrie : en été je dirais juste peau non-agressée. En hiver, à moins d'avoir la peau grasse, laisse tomber. Teint éclatant : pas vu la moindre différence, ni en mieux ni en pire.

Conclusion : après quelques mois de bons et loyaux services, j'ai abandonné ce géant vert sans regrets.

Pour le remplacer par la mousse nettoyante visage "Nuage Céleste" de Cattier (7 € 80 les 150 mL, tu comprends pourquoi mon banquier applaudit à deux mains ?).
Texture mousseuse moins onctueuse que le précédent mais au contraire très délicate et légère, comme tous les cosmétiques que j'ai eu l'occasion d'utiliser dans lesquels la mousse était générée de façon mécanique par le système de pompe qui "aère" le produit à sa sortie.

C'est un produit labellisé bio, à base de protéines de blé et d'eaux florales de rose et de bleuet (Ce qui donne une odeur légèrement fleurie sans que perso je ne puisse différencier ni la rose ni le bleuet), qui est prévu pour nettoyer la peau en douceur et non pas la démaquiller; je l'utilise donc le matin sous la douche et j'ai racheté un autre démaquillant - non moussant - pour le soir, ce qui me convient très bien.

Douceur : double check. On est en hiver (Whoaaaaa Pataaaaate, merci du scoop ! Ils n'en avaient pas parlé au JT) mais ma peau ne tiraille plus après la douche, donc le test est concluant pour moi. Je me sens propre juste ce qu'il faut.
Ce qui tombe bien parce qu'en réalité... J'en ai acheté deux.

Pardon monsieur mon banquier, ce sont les pièges d'internet qui ont flingué direct mes velléités de décroissance beauté: une sombre histoire de frais de port offerts à partir de X euros d'achat... Damned !