Ce soir, alors que je parlais à Miss PotatoCat, j'ai subitement réalisé que j'étais une crazy cat lady que cela faisait des années, si pas des décennies, que je n'avais plus réussi à dire ou même à penser "mon petit coeur" sans y accoler "de Belin".
Et d'entendre dans ma tête la voix du mec qui te donne les conseils de dégustation, cela va de soi.

"Bonsoir mon petit coeur de Beliiiiiin (à grignoter tendrement), t'as passé une bonne journée ? Je t'ai manquéééééééé ?"

Fille de pub un jour, fille de pub toujours.
Je pense que j'aurai oublié mon propre nom avant d'oublier d'associer "petit coeur" et "de Belin". J'ai peur qu'un jour le pourquoi du "de Belin" se perde dans les brumes du temps, et que l'on s'arrache les cheveux à tenter de comprendre ce qu'elle raconte la vieille gâteuse. Kestudis mamie ? Coeurdebelin ? C'est un genre de tomate, c'est ça ?

Mais à la réflexion, ce n'est pas mon seul réflexe conditionné. Je suis pourrie par les slogans publicitaires qui ont bercé ma jeunesse. Certains je me contente de les penser très fort, d'autres je les retiens parfois in extremis sur le bout de ma langue, mais ils sont toujours là, en filigrane de mes conversations. Tu parles d'un lavage de cerveau !

Heureusement.
Il y a Findus. Fiiiiinduuuuuuus.

Je fais ce que je veux.
A-vec-mes-che-veux.

De l'énergie.
Pour penser et se dépenser.

La Hollande.
L'autre pays du fromage.

Seb.
C'est bien.
(On a tous ce pauvre pote nommé Sébastien à qui TOUT LE MONDE l'a faite TOUTE SA VIE, non ?)

Il faudrait être fou.
Pour dépenser plus.

Bon, la dernière j'avoue, ça ne fuse que si mon interlocuteur parle un français suffisamment châtié pour faire la liaison bien comme il faut. Et ce sont en général le contexte ou le genre d'interlocuteur avec lesquels il faut justement retenir la fusée, hé hé hé.

Mais comment tu veux que je reste sérieuse quand malgré ce bel effort, je l'ai non seulement pensé, mais je finis avec une voix dans ma tête qui chante "145 francs, prix ma-xi-muuuuuum" ?