Que je "fête" pour la ... tadaaaam... 9ème année consécutive.
(Je rappelle que l'an dernier, on a dit que pour la 10ème les patatophiles se cotisaient pour m'offrir mon poids en chocolats)
(Note comme je suis sympa, ça vous ruinera moins que d'essayer de l'atteindre avec des roses rouges)

Dans la vraie vie, je continue de faire genre "j'en ai rien à péter".
Je fais la bravache, je conchie cette fête commerciale à souhait (Mais je profite quand même des promos pour m'enfiler mon poids en chocolat), et je peste sur ces petits couples proprets qui, comme par hasard "ne la fêtent jamais paske c'est commercial tu vouaaaas, tout le monde s'en fout en vrai, et puis nous on s'aime toute l'année et pas juste le 14 février"... Hypocrites ! Si c'est un commerce c'est bien qu'il y a des clients, non ? (T'façon moi aussi je vous hais toute l'année) (Allez mourir étouffés par votre poids en chocolat !).

Cependant, dans le secret de mon coeur, au plus profond de mon fort intérieur (NdT : oui, c'est fait exprès, oui, je sais comment ça s'écrit en vrai), je le dissimule bien mais je suis malheureuse.
Parce que la fête des amoureux c'est nul et commercial et on s'en balance... quand on est amoureux. C'est d'autant plus facile quand on fait partie de la masse de ceux qui sont dans les clous, de dire à quel point on les méprise, ces clous. Et de donner de "bons conseils" aux autres, sans jamais faire preuve de la moindre empathie (Tout en étant persuadé du contraire, sinon c'est pas drôle).

coeur-et-mains.jpgQuand on n'y est pas, dans les clous, cette journée, même artificielle et commerciale, reste un doigt cruel pressé là où ça fait mal.

Là où ça fait manque.

Ce n'est plus très douloureux, ça passe vite, mais le pincement au coeur, il est bien là.
(Oui, un coeur, c'est ça ===>)

Parce que figurez-vous que non, ce n'est pas comme ça que je l'imaginais, ma vie.

A lutter toute seule tous les jours, à fêter bientôt mes 40 balais dont presque une décennie de solitude, à constater que quelles qu'en soient les raisons (Et note que c'est pas parce qu'on est seule qu'on va sauter sur n'importe qui), mon coeur n'a plus battu pour personne depuis tellement longtemps qu'il a sans doute oublié comment on fait.

Ce qui me fichait la trouille il y a quelques années est désormais une réalité : je suis devenue une vieille fille desséchée.
Je ne sais plus aimer.


[Oué non mais z'avez le droit d'être amoureux, les gens, vous pouvez même être heureux, je ne le prendrai pas perso ! Je vous souhaiterai même une bonne fête]