Je le crois.
Ou plutôt, je veux le croire; sinon à quoi bon continuer à vivre ?

Je suis totalement impuissante à changer la façon dont nous sommes actuellement poussés vers la guerre (Une manif' pacifiste ? Mais tu n'y penses pas voyons, l'état d'urgence interdit les rassemblements comme c'est pratique), je ne peux rien faire contre les attentats islamistes aux quatre coins du monde ou nos propres frappes aériennes qui tuent des civils innocents, mais j'ai le pouvoir de changer de petites choses dans mon quotidien.

Darkness-Luther-King.gif

Par exemple, pratiquer des Random Acts of Kindness.
Des actes de gentillesse au hasard, gratuits, spontanés.
Et je VEUX croire, de toutes mes forces, que si je rends une personne plus sereine par une petite attention, un détail, une broutille, non seulement la journée de cette personne sera illuminée, mais peut-être qu'elle en fera autant pour quelqu'un d'autre. Et que cet autre, à son tour, aura une attention pour autrui. Et qu'à force de petits ruisseaux de bienveillance, on arrivera à faire une grande rivière qui emportera la haine sur son passage. Une boule de neige blanche et douce au lieu d'une spirale de noirceur.

Parce que comme l'a dit Martin Luther King, on ne chasse pas les ténèbres par les ténèbres, ni la haine par la haine; seuls la lumière et l'amour peuvent nous le permettre (Quelqu'un pour le rentrer dans le crâne de nos politicards de tous bords ?). Et moi en ce moment tu vois, j'ai VACHEMENT besoin d'aide pour tenir les ténèbres à distance.

Alors cette semaine, je lutte encore plus fort qu'avant.
Je fais l'effort de débrancher un peu ma musique pour prêter attention à mes contemporains (Bon, et parfois je la rebranche quand je me rends compte combien les points de vue qu'ils échangent sont toxiques et nauséabonds).
J'aide la jeune maman à l'air fatigué à monter sa poussette dans l'escalator en panne; oui elle est voilée, et alors ? C'est une raison pour que 10 personnes certainement plus baraquées que moi la laissent galérer sans rien faire ? (Voire la bousculent parce qu'elle bloque le passage ou qu'elle porte un voile ?!).
Je fais un grand sourire au chauffeur en montant dans le bus, même s'il a l'air renfrogné et qu'il ne me le rend pas. Parce que peut-être que si tout le monde lui souriait tous les jours, il perdrait son air malaimable (Oui oui c'est un vrai mot, j'ai vérifié dans le dico).
Je passe voir mes voisins, le couple de petits vieux qui ne reçoivent pas beaucoup de visites et qui m'ont dit merci au moins 50 fois parce que je leur avais fait une bouture de plante verte. Cela m'a coûté quoi ? Un pot en plastique, une poignée de terreau et une heure de mon temps à les écouter radoter ? Et peut-être qu'ils passeront leur dimanche à sourire au lieu d'avoir peur, les yeux rivés sur leur télé.
J'envoie une carte postale à la copine qui est loin et qui traverse une mauvaise passe, parce que je ne peux pas faire grand chose d'autre, mais que parfois savoir que quelqu'un pense à vous, c'est la seule chose qui vous sauve la journée (Voire la vie).
Je colle des post-it dans mes dossiers avant de les faire passer aux collègues : "bien vu, oeil de lynx !" ou "merci pour le coup de main" ou juste un smiley et "bonne journée" ... Parce que oui c'est notre boulot de nous faire passer des dossiers, mais peut-être qu'on peut y ajouter une touche d'humanité ?
Je laisse passer quelqu'un à la caisse du supermarché, même si c'est quelqu'un à l'air pas très sympa, parce que ça me coûte quoi finalement de répondre avec du positif quand les gens me balancent du négatif ? Je peux aussi refuser de réagir comme eux, et au contraire réagir comme MOI je veux. Et moi je veux de l'amour, mes petits agneaux !

Alors j'en envoie aux quatre vents.
Même à cette automobiliste qui m'a traitée de connasse sur un passage clouté, et à qui j'ai répondu "mais moi aussi je t'aime", en envoyant des bisous avec les doigts. Elle ne s'y attendait pas je crois, ça lui a coupé le sifflet.
Bon OK, ce n'était pas tout à fait dénué de sarcasme (OK c'était BOURRE de sarcasme) (Si j'étais Patate Luther King, ça se saurait) mais j'ai quand même l'impression que ça m'a aidée à ne pas ruminer cet incident désagréable tout le reste de la journée sur le mode Je vais m'enfermer pour échapper à ce monde hostile ou pire, Non mais y a quand même des gens qui méritent pas de vivre.

Parce que je REFUSE que ce schéma de pensée devienne mon mode de réaction par défaut, alors que ces jours-ci tout nous y pousse dans l'actualité et que ce serait tellement facile d'y céder pour une petite Patate seule et apeurée.

Bref, de façon désintéressée ou pas, j'ai décidé de semer la gentillesse autour de moi. En espérant qu'un jour, on n'ait plus que ça à récolter.