bonhomme-de-neige-2.jpgNdT : petit dépoussiérage d'une blog-note de fin 2010 parce que :

  • - c'est de saison et d'actualité
  • - qui donc s'en souvient, 4 ans après ?!
  • - j'ai plus envie de tricoter que de bloguer



C'est trop triste d'être seul pour Noël.

Tout le monde est prompt à en convenir : c'est vraiment trop triste de n'avoir personne avec qui fêter Noël.
Note que ça marche aussi ave le Nouvel An, la Saint Valentin, ton anniversaire, ou tout autre occasion qui nécessite d'être entouré et de faire la fête. Mais revenons-en à nos moutons rennes (Tu permets, c'est de saison) : c'est trop trop triste d'être seul pour Noël.

Heuuu oui, mais en fait non.
Noël en soi, c'est un jour comme les autres, et le réveillon c'est un soir comme les autres - surtout cette année où l'on ne peut même pas en profiter pour gratter un jour de congé ou de pont.
(NdT : cette année-ci si, impératrice on peut, youpi !!)

Si tu es seul(e) tous les jours, si rentrer dans un appartement où personne ne t'attend, pour toi c'est tous les soirs, je ne vois pas ce que ça change, un de plus ou un de moins.

Ce qui change, c'est vous, les gens.
Vous qui préparez votre réveillon tout bien comme il faut, qui faites des plans, des sapins, des provisions, qui prévoyez d'être en couple, en famille, entre amis et qui, n'imaginant pas que ça puisse être différent, y allez systématiquement de votre petite question : "Et toi, tu fais quoi pour Noël ?".

J'ai essayé pour voir, de répondre juste "Rien" et de changer de sujet : ça ne marche pas. Ca entraîne automatiquement un "Comment ça, rien ?!" sous-entendu (ou pas) "C'est pas possible", sous-sous-entendu (ou pas) "Oh comme c'est trooooop triste".
Et si jamais tu pousses un peu le bouchon Maurice en demandant par exemple pour quelle raison tu devrais faire des plans, bah c'est évident voyons : "Parce que c'est Noël"

Mais pourquoi est-ce que ce serait plus triste le soir du 24 décembre ?!
Tous les jours je suis seule; la plupart des week-ends je les passe sans adresser la parole à un être humain. Un peu de ma faute, un peu de la leur, un peu de celle à pas de chance, on s'en fout, c'est comme ça, c'est mon quotidien. Alors pourquoi tout d'un coup, même le quidam que je connais à peine - et qui d'ordinaire s'en fiche comme de sa première sucette - vient de mêler de m'expliquer combien c'est trooooop triste et que je ne PEUX PAS rester seule ?

(Ben si, je peux et je vais, regarde moi bien)

Qu'est-ce qui pousse le parfait inconnu à t'inviter à sa table au milieu de toute sa famille d'inconnus - comme si ça pouvait remplacer la tienne - juste "parce que c'est Noël" ? Il ne se rend pas compte à quel point c'est incongru ? (Ah ben non voyons, c'est Noweeeeeel !) Ca va nous apporter quoi ? (A part un repas à l'oeil pour moi et tout plein de bonne conscience pour toi)
C'est écrit quelque part que la fête est obligatoire ? (A part sur le calendrier des PTT)

Tu es heureux de réveillonner, tu prépares ton grand dîner ? C'est super, je suis ravie pour toi et regarde, bonne fille, je suis même là à t'écouter comparer les mérites du chapon et du foie gras tout en réfléchissant à comment cadrer belle-maman pour qu'elle ne vienne pas tout gâcher.
Sincèrement, je suis ravie pour toi, tu n'as pas besoin de culpabiliser, ni de me prendre en pitié.

Non bien sûr, être seul(e) pour Noël ce n'est pas marrant.
Mais ce n'est pas pire que de l'être tout le temps. En tout cas ce ne le serait pas, si le reste du monde pouvait arrêter d'en faire des caisses avec la nécessité de s'amuser et d'insister si lourdement sur ton "anormale" absence de projets entre le 24 décembre et le 1er janvier.