Tout comme l'an dernier, je vais déjà résoluter de n'en prendre qu'une, de bonne résolution pour cette nouvelle année. Et j'espère bien la suivre avec plus de succès.
(Ouais paske bon, malgré quelques beaux efforts, en 2013 je ne me suis tout de même pas transformée en Miss Organisation)


En 2014, ma bonne résolution ce sera d'être... gentille avec moi-même.


Parce que s'il y a bien une chose que j'ai réalisée ces derniers mois (Merci Mme Mapsy), c'est que je ne suis pas du tout sympa, avec moi.
Voire que je ne l'ai jamais été. Voire même que, ne sachant pas être sympa avec moi, il ne serait pas étonnant que je ne sache point m'entourer de gens qui le seraient (Gentils avec moi, je veux dire) (Tu crois que j'y suis allée un peu fort sur le conditionnel, là ?). Nous sommes encore en train de creuser aux racines du pourquoi du comment. Bref.

Hein ? Quoi ?
T'avais bien remarqué qu'une femme qui se traite de Pataaaaate à longueur de blog-note avait un léger problème d'estime de soi ?! Waaaaaaaah, lecteur de mon coeur, ce que t'es perspicace quand même !


Pour en revenir à mon nombril, si tu le permets, la bonne résolution de 2014, ce sera donc d'être bienveillante avec moi-même. Fondamentalement.

Car si je n'ai aucun souci à me faire des petits cadeaux (Chuuuut, ne dites rien à mon banquier !) ou à clamer bien haut que je le vaux bien, la vérité c'est que JE N'EN CROIS PAS UN MOT. Pour tout ce qui compte vraiment, je n'ai pas la moindre bienveillance à mon égard. Au plus secret du dedans de mon fort intérieur (Que je SAIS que ça ne s'écrit pas comme ça, t'en fais pas, c'est fait exprès), je reste persuadée que non, je n'en vaux pas la peine et que je ne mérite rien de bien.

Schéma de pensée tellement bien intériorisé qu'il m'a fallu longtemps pour en prendre conscience.
Je fais une erreur ? Je suis nulle. J'oublie un détail ? J'ai Alzheimer. j'ai mal compris ? Je suis trop conne. Je rate quelque chose ? ...Bah non, oublie, je ne tente jamais rien, comme cela je suis certaine de ne pas rater, ce qui ne manquerait pas d'arriver vu comme je ne vaux rien.
Et si d'aventure quelqu'un s'avise de vouloir être bienveillant à mon égard, c'est qu'il/elle n'a juste pas encore compris à quel point je n'en étais pas digne, ce n'est qu'une question de temps. D'ailleurs il est rare que l'on s'avise de vouloir être bienveillant à mon égard, tant je repousse la gentillesse, trouvant tellement plus normal que les gens me maltraitent ou me dénigrent.
Des exemples comme ça, je pourrais t'en citer des milliers...

Je ne te parle même pas de mon rapport avec la nourriture, qui n'est finalement qu'un mélange de mauvais traitements à mon propre corps et de suicide à petit feu, ou des personnes TOXIQUES que j'ai laissées prendre racine dans ma vie au fil des ans et y distiller leur poison, juste parce qu'on ne peut pas lutter quand on est si profondément persuadée de ne pas valoir mieux que cette image négative qu'elles renvoient de nous-mêmes.


Mais bon voilà, nouvelle année, nouvelles pensées.
Ces pensées à première vue fugitives, mais qui s'inscrustent en façonnant notre personnalité et en dictant nos choix et nos actions. Flippant, non ?

J'ai derrière moi plus de 30 ans de pratique de cette pensée négative, réductrice et destructrice à mon encontre; plus de 30 années de "je suis nulle", de "j'ai tout raté", de "je suis bête", de "nouille / pauvre fille / pataaaaate", et je t'en passe et des meilleures; j'ai conscience que ce ne sera pas facile de renverser la vapeur.
Mais il me reste bien 30 autres années à vivre, et j'aimerais autant ne pas les saboter comme celles qui ont précédé. JE MERITE DE VIVRE DE BELLES ANNEES. Bordel de merde ! Et cela commence ici, en 2014, par cette bonne résolution.

Je vais être gentille avec moi-même.
Note que je ne dis pas "plus gentille", car c'est une habitude qu'il va me falloir construire petit à petit, je pars de zéro. Et je me laisserai le droit à l'imperfection dans la résolution, le droit d'avancer à MON rythme et pas à "celui qu'il faudrait", le droit que peut-être, cela me prenne des années.

Mais j'y arriverai ou j'en crèverai.