Je mets des guillemets car contrairement à ce que j'imaginais, toute fière des sonorités de ma trouvaille, figure-toi que quelqu'un en a déjà eu l'idée. Damned !
Il y a même un site internet qui s'appelle "No Buy November"; en friche depuis des mois, certes, m'enfin... Adieu royalties, veaux, vaches, cochons, couvées...

Bref.
Lecteur de mon coeur, il ne t'aura pas échappé que ces derniers mois, je suis plutôt en galère financière. Et tandis que j'entame mon énième #SinistreMois d'affilée (Je ne te mets même plus de liens à cliquer, ce serait du pur masochisme), le compte en banque au rouge et les idées plutôt noires, je me disais que ma misère serait moins pénible au soleil (Quoique, si tu as un aller simple pour les Bahamas à me refiler, je suis prête à tester) moins lourde à porter avec ton soutien.

Moral, le soutien, je te rassure, je ne vais pas te taxer ta monnaie (Sauf si tu insistes, hein ! Loin de moi l'idée de te vexer.).
Mais si moi je n'ai pas le choix dans ma frugalité, pourquoi TOI, lecteur de mon coeur, lectrice ma soeur, ne ferais-tu pas preuve de solidarité en relevant le challenge du "No Buy November" ?

No-Buy-November-520-px.jpg
Le principe ?
A compter d'aujourd'hui lundi 4 novembre (Ah ouais, tu ne le savais pas, mais samedi c'était ta dernière visite chez Zara pour touuuuuuut un mois !) et jusqu'au 30 novembre inclus, tu n'achètes plus RIEN. Plus rien qui ne soit INDISPENSABLE, s'entend.
Il va de soi que si tu es en rade de pécu, tu n'attends pas décembre pour te torcher le tûûût ! ;-)

Vis ma vie de Patate fauchée...
Pas de verres après le boulot ni de resto qui ne soient déjà prévus, le coiffeur attendra bien un mois de plus, non tu n'as pas besoin de ces chaussures, encore moins de ce 15ème sac à main, et ne pense même pas à ce slim/top/*insère ici la fringue de ton choix* que tu possèdes déjà en 12.000 exemplaires. Ah, et tu oublies le makeup, les produits de soin, et tutti quanti. De toute façon, nous savons bien toi et moi que tu as un stock à faire pâlir d'envie une gérante de Sephora.
(NdT : si ta came ce sont les gadgets à la cons ou l'électronique gouffre-à-pognon, ça marche aussi)

Le but ?
Bah me faire sentir moins seule, déjà.
Et puis se poser et réfléchir à ce conditionnement consumériste qui nous pousse à acquérir toujours plus d'objets, de trucs et de machins qui n'encombrent pas seulement nos tiroirs et nos étagères.
Découvrir que l'on survit sans acheter tout cela, que l'on ne se porte pas plus mal de reposer un vêtement sur un portant en se disant "en ai-je VRAIMENT besoin ?" (Un indice : la réponse est rarement oui) (Sauf pour mes bottes fourrées, cela va de soi !), ou de se maquiller tous les jours avec le même mascara. Oui oui, c'est bien moi qui dis cela...

Se dire que la planète, sans doute, nous en remerciera...
Et pourquoi pas mettre de côté l'argent ainsi économisé dans un joli bocal (Noooooon tu n'as pas BESOIN d'acheter une tirelire exprès, repose ce cochon !) (Oui, je sais qu'il est tout rose et tout mignon. Repose, je te dis !!) que l'on pourra regarder se remplir en rêvassant à la manucure de déesse qu'il nous paiera pour le Nouvel An ?

Enfin, qu'il VOUS paiera, moi je file tout à monsieur mon banquier, cela va de soi.

J'assure l'écoute bienveillante, le soutien psychologique et la hotline "SOS greluche".
Alors, qui est avec moi ?