Je viens de passer la soirée à croupetons dans mon salon.


Parfaitement, intraitable ! à croupetons ! Au milieu du salon.
Enfin non; dans un COIN du salon.


La langue tirée et le front plissé par la concentration.
A croupetons dans ce coin du salon, sous l'oeil dédaigneux de Miss PotatoCat qui me regardait m'agiter en se léchant les coussinets.


Toute une soirée à croupetons dans un coin du salon (J'en suis toute courbatue !), armée d'un rouleau de masking tape à l'aide duquel j'ai matérialisé des formes et des contours sur le parquet.


Les contours d'un cadavre, Pataaaate ?!
Que nenni mon ami, tu regardes trop les Experts de Miami.


Si j'étais à croupetons dans un coin de mon salon, armée d'un rouleau de masking tape et d'un mètre-ruban, c'est que j'ai occupé cette longue soirée d'été à matérialiser sur mon parquet les volumes de la cuisine américaine de mes rêves.

Celle-là même que je ne pourrai jamais me payer, parce que les banques ne prêtent VRAIMENT qu'aux riches, je peux te le confirmer, c'est Potato-testé par une semaine de tournée des grands ducs banquiers.

Mais tant que le masking tape résistera aux assauts de ma tigresse d'appartement, je pourrai au moins me tenir dans ce coin du salon en rêvant très fort que je suis debout entre le lave-vaisselle et la plaque à induction.

Cela valait bien la peine de passer une soirée à croupetons dans le salon.