boulimie.jpg
Mon fils fait la collection des petits jouets !
... au MacDo, pour le Happy Meal que tu embarques avec ton large menu pourtant déjà dégoulinant de gras.

Mon neveu arrive demain, je dois être parée !
... à la boutique de bonbecs, pour les 3 kilos de Dragibus et Carensac qui vont rejoindre tes placards d'abord, ton estomac ensuite, sans jamais croiser la trombine d'un enfant entre les deux.

Je reçois des amis à goûter, on va être six, mettez-moi un de chaque pour qu'ils aient du choix !
... à la boulangerie, pour cet assortiment de pâtisseries individuelles que tu embarques dans une grande boîte à boulotter toute seule sur le canapé jusqu'à ce que mort s'ensuive la nausée.

Demain c'est mon tour pour le petit dèj' du bureau !
... à la caisse du supermarché, tandis que la caissière scanne tes un, deux, trois Napolitains taille familiale dont les collègues ne verront jamais ne serait-ce que la photo sur l'emballage parce que vous ne faites même pas de petit dèj' de bureau, mais ça la caissière, elle ne peut pas le savoir.

Bon je te laisse, j'ai des morfales qui m'attendent à la maison avec les DVD !
... à cette connaissance croisée dans la rue tandis que tu ramenais à la maison tes deux grands cartons du PizzaHut pour boulotter en solitaire devant des vidéos de petits chats, avec la honte et les crampes au ventre.

Sont-ils dupes de mes bobards, tous ces gens ? Les entendent-ils seulement ?
Ou bien font-ils semblant d'y croire tout en se disant que c'est grave quand même, ces gens qui bouffent comme des porcs alors que tant d'autres meurent de faim, y avait un reportage justement l'autre jour à la télé ... ?

Je ne sais pas s'ils me croient.
Mais en tout cas, moi j'ai honte de ces conneries qui me viennent si naturellement aux lèvres pour déguiser le fait que oui, c'est bien MOI qui vais passer la soirée à m'enfiler 2 menus MacDo, 3 kilos de Dragibus, 6 gâteaux à la crème, 3 Napolitains et 2 pizzas jusqu'à être remplie de trop de nourriture et d'encore plus de dégoût.

Avant d'arriver au boulot le lendemain, sans Napolitain, encore en retard et le teint un rien verdâtre, accusant ce virus qui traînait par là et qui m'a fait passer une si abominable nuit.
Elle a bon dos, la gastro !