Ce matin, juste en face de moi.

Tu vas me dire : que faisais-tu, Coquine Patate, avec les yeux au niveau de sa braguette ?
Et je te répondrai que je suis une obsédée, tu m'as démasquée ! moi assise et lui debout, je n'avais pas trop le choix du niveau de mon horizon (Go go gadgéto-cervicales ? Ah non, zut, la tête monte pas)... En l'occurrence, l'entrejambe de son pantalon, à la braguette ouverte, donc

Dans l'absolu, on est d'accord, je m'en contrefous.
Tout au plus cela peut me tirer un sourire, égayer mon trajet dans la bétaillère les transports en commun, me donner matière à bloguer (La preuve), mais je-m'en-fous. Chacun sa merde, et puis je ne le connais pas, ce gars.
Mais ce matin, va savoir pourquoi... Était-ce son air de premier de la classe sur le point de présenter un exposé ? L'été qui s'est enfin décidé à arriver ? Jupiter alignée en Balance ? Ou la simple bonne humeur d'une Patate qui a pour une fois dormi ses 8 heures sans cauchemar ni félin joueur ? Je ne le sais, mais ce matin, imaginant le ridicule du gars debout devant son PowerPoint pendant 20 minutes tandis que ses collègues et sa hiérarchie n'écoutent rien de ce qu'il dit, occupés qu'ils sont à pouffer devant une braguette mal zippée, je me suis dit que quand même, je pourrais l'aider.

Après tout, il suffisait de lui signaler que son pantalon n'était pas fermé, et le tour était joué. Sauf que...
Comment tu amènes ça à un parfait inconnu dans un bus bondé sans LE ridiculiser, TE ridiculiser, passer pour une grosse chaudasse qui lui matait le paquet, voire les trois à la fois ?

Monsieur, vous avez la braguette ouverte, de rien, bonne journée... Et puis il te regarde bizarrement pendant le reste du trajet ? Ou bien ton voisin de siège te regarde bizarrement et commence à te coller ?
Ou alors je me lève et je lui chuchote à l'oreille ? Oui mais je vais perdre ma précieuse place assise obtenue de haute lutte en piétinant une mémé et deux femmes enceintes sur le point d'accoucher ! Je lui fais signe de se pencher vers moi ? Bah oui, vas-y, c'est ça : tu lui fais signe de se pencher vers toi pour lui chuchoter que tu matais sa braguette. N'importe quoi !
Ou je lui montre du doi-... Ouais non. Déjà que c'est pas beau de montrer du doigt, si en plus c'est pour pointer "là", je vais VRAIMENT passer pour une obsédée. Il va le raconter à ses collègues, ils vont se foutre de moi devant la machine à café toute la matinée, SI CA SE TROUVE IL VA LE BLOGUER !

J'en étais là de mes réflexions quand les portes se sont ouvertes et qu'il est descendu. Fier, conquérant, la malette à ordi bien calée sous le bras; une vraie démarche de winneur, avec la mèche au vent et... la bistouquette à l'air.
Damned, Patate ! Lève-toi, cours-lui après !!


Non mais je vous rassure, avant même que la pensée soit finie de formuler, j'ai trouvé ça encore plus crétin que toutes les autres idées. Dans le genre "effet magique d'Impulse", l'inconnue qui vous court après pour vous avouer qu'elle a maté votre slip pendant tout le trajet, en voilà un grand moment !

Bref, je n'ai rien dit, et j'ai passé le reste de mon voyage à ricaner en imaginant la journée de mon jeune cadre dynamique mais mal fagoté. (Si ça se trouve, personne n'a osé le lui dire avant le déjeuner ?)
* Patate Pourrite Powaaaaaa *