Ce serait que tous les collègues reprennent le boulot le même jour.

Parce qu'entre les ceusses qui étaient déjà là aux aurores le 2 janvier, embusqués derrière la machine à café, pour claquer la bise à tout le monde et te souhaiter tous leurs meilleurs voeux, les ceusses qui avaient posé le 2 parce que tu comprends, reprendre juste le lendemain de la veille, c'est juste pas humain et oh yo yo qu'ils ont mal aux cheveux ils ont tout déchiré cette année, les ceusses qui avaient carrément pris le vendredi parce qu'il leur restait des jours de l'an dernier, et les ceusses qui ne sont même pas encore rentrés ...

Ça fait UNE SEMAINE que vous m'emm*rdez avec vos voeux, les collègues !
J'en peux plus Père Dodu ! de vos bises baveuses et de vos mains baladeuses, de vos tous meilleurs voeux (Genre, si tous les meilleurs sont pour moi, les autres ils ont quoi ? Les un peu moins meilleurs ? Les voeux au rabais qui ne se réalisent jamais ? Hypocriiiiiites, va !!) et de vos "bonne santé et-surtout-la-santé-parce-que-quand-même-y-a-que-ça-de-vrai" (J'ai juste accordé une dérogation au collègue qui reprend à mi-temps après son maxi best-of chimiothérapie/chirurgie parce que lui quand même, il sait de quoi il cause) (Même que j'étais contente de le revoir, celui-là) (Quand il est parti en arrêt maladie, on n'y croyait pas).

Vous savez ce que c'est moi, mon voeu ?
C'est que l'an prochain on décide de UNE journée pour se souhaiter la bonne année tous en choeur avec nos plus beaux sourires fielleux et puis après, basta, fini, terminé.
Et tant pis pour toi si tu l'as loupée !
* Patate Pourrite Power *

OK ?