(Sur l'air de "tourne, tourne, petit moulin" que tout le monde avait bien entendu reconnu)

L'autre jour (Note au passage l'extrême précision de cette référence temporelle) (En réalité, je crois que c'était vers Noël : on atteint des sommets de procrastination là, non ?), alors que je jouais les Tata Patata avec le talent que l'on sait, j'ai eu droit à toute une série de questions existentielles et animalières de la part de mon petit neveu.
Qui n'est plus si petit, parce que maintenant il sait lire, écrire et compter tout comme un grand ! * fière fière fière *
Je suis d'ailleurs désormais à deux doigts de lui répondre "Google est ton ami" à chaque nouvelle question, parce que crotte quoi, s'il sait lire un Picsou Géant, il sait lire une page Wikipédia, non ?

Questions existentielles et animalières, disais-je donc, du style : "dis, Tataaaaa..." (Ça commence toujours comme ça, juste avant le mal de crâne, un peu comme une aura)

- "tu crois que c'est les mêmes vaches qui fabriquent le lait et la crème ?"
(10 points pour le patatophile qui me trouve cette référence)

- "qu'est-ce qui se passerait si elles mâchaient du chewing-gum, les vaches ?"
(Apparemment, la maîtresse trouve que les mômes ont l'air de ruminants en rentrant de la récré) (On ne peut pas la blâmer) (J'ai bien entendu répondu que peut-être les vaches auraient des bulles qui leur sortiraient du pis à la place du lait) (Tu m'étonnes que cet enfant préfère interroger une Patate plutôt qu'un Gogole !!)

- "les z'hérissons (Les Hé-rissons, mon chéri, les Hé-rissons) ... les z'hérissons (Les HHHHé-rissons, p'tit con !) quand ils sont bébés, ils naissent déjà avec des piquants ?"
(Pour le coup, J'AI demandé à Gogole, et je n'ai pas été fichue de trouver la réponse...) (Alors on a dit que non, parce qu'un bébé hérisson c'est mignon, ça ne voudrait pas griffer sa maman)

- "qu'est-ce que ça fait comme cri une fourmi ?"
(Ça croonde, mon amour. La fourmi croonde... J'ai fait un bide. Heureusement que vous êtes là pour apprécier mes jeux de mots nazes, les gens !)

- "et un crocrodile ?"
(Un cro-CO-dile, mon coeur. Ça crie "miam, c'est bon à manger les petits garçons !!") (Gros gros succès : , chatouilles, fou rire, "t'es bêteuuuuh Tataaaaa", câlin... Ça m'a un peu consolée que cet enfant n'ait pas hérité du gène de l'humour naze)

- "et un kangourou ?"
Et là, impossible de réfréner ce réflexe conditionné aussi vieux que six-fois-sept-quarante-deux, je me suis mise à chanter, devant le môme qui croyait vraiment qu'elle avait dévissé un boulon, sa Tata Patata :

Mais qu'est-ce que ça peut faire, comme bruit un kangourou ?
Ça peut pas faire cui-cui ça peut pas faire miaou.
Personne ne sait vraiment quel est le bruit qu'il fait.
Peut-être que finalement, le kangourou est muet !

Par. Coeur.
Si tu es aussi atteint(e) que comme moi, tu t'es mis(e) à chanter.
Et ce refrain va te trotter dans la tête touuuuute la journée (De rien, ça me fait plaisir d'imaginer la tronche de tes collègues devant la machine à café).

Si pas, je t'invite à écouter ce monument de la chanson française... Et au passage pour avoir une explication à ce mutisme marsupial.
Quant à la vraie réponse à cette question - non ce n'est pas 42, peut-être qu'on pourrait demander à Anne-So7 de nous éclairer ?