brita-1.jpg

Les patatophiles qui étaient déjà là en mai 2007 se souviendront peut-être de cette photo, qui date du jour où Brita, blonde suédoise carafe filtrante de son état, était entrée dans mon ancienne vie.

Elle m'a ensuite suivie, fidèle, dans le taudis l'appartement où j'ai trouvé refuge quelques mois plus tard, avant de trouver sa place dans la (très très très très moche) cuisine de l'actuel patat'home. Où elle vient d'être victime de Calamity Patate (Tiens, ça faisait longtemps que tu n'avais pas calamité, Pataaaaaate) (Détrompe-toi, ami lecteur, c'est juste que je ne le bloguais pas!).

Il faut savoir que pour la première fois depuis le Nouvel An fort longtemps, Dame Patate a fait sa vaisselle. Pas plus tard que ce week-end, frottant verres et couverts, éliminant toute vie qui avait commencé à aurait pu se developper à la surface des assiettes, dans la foulée notre tubercule s'est avisée que Brita n'avait pas bénéficié d'un bon nettoyage depuis ... au moins tout ça!
Aussitôt pensé, aussitôt fait: carafe démontée, plongée dans une bassine remplie d'eau savonneuse, et on laisse tremper pour mieux éliminer la saleté avant de revenir frotter frotter frotter.

Où est le calamitage, me diras-tu?
Regarde un peu mieux la photo, ami lecteur distrait. Le bidule électroniiiiique, voilà!

Et voici qui est désormais Potato-testé: le témoin électronique (Qui sert à te dire quand changer la cartouche filtrante, je précise pour les ceusses qui ne connaîtraient pas le système), ne résiste pas à plusieurs heures de trempette dans l'eau de vaisselle.
Tu te l'étais demandé, Calamity Patate l'a vérifié.

Les sacrifices que je fais pour vous, quand même!

Potato-Scriptum: mais nooooon je ne l'ai pas jetée! Un stylo, une croix sur le calendrier, et le tour est joué. L'électronique finalement, c'est très surfait.