Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Patate au four (no?!)

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 28 juillet 2017

Calamity salade tiède de quinoa & œuf poché on top

Ça en jette, ce titre, hein ?

Ça donne l'impression que, telle un Jamie Oliver en jupons, future candidate de Top Chef que je suis, pif paf pouf je t'improvise une petite salade originale avec ze détail qui tue pour bien te complexer de la mort : l’œuf poché.
(Allez, avoue que tu es impressionné(e))


Sauf que #CalamitySalade...

Tout commence avec la cuisson du quinoa : une mesure de quinoa pour 3 mesures d'eau, on porte à ébullition et on laisse gentiment bouillonner jusqu'à absorption complète de l'eau (environ 20 minutes).

Tu vas me dire : "il a une couleur dégueu ton quinoa, Patate ! Kest'as calamité ?!"
Rien (encore), c'est normal, c'est un mélange quinoa-algues séchées que j'avais trouvé tout prêt dans mon magasin bio... Bon ok, il est lé-gè-re-ment périmé comme les 3/4 de ce que je cuisine mais je crois pouvoir affirmer que la couleur, c'est normal.
Ce qui ne l'est pas en revanche, c'est ça...

CalamityQuinoa.jpg
(Et qui c'est qui va encore devoir frotter sa plaque de cuisson comme Cendrillon ?)

Spécial dédicace à la copine à qui je live-whatsappais le massacre :

  • Copine-qui-sait-cuisiner, elle : Mais tu le rinces pas avant, ton quinoa ?
  • Calamity Patate : Bah non, c'était pas écrit sur le paquet.
  • Copine-les-bons-tuyaux : Je rince toujours le quinoa, sinon il mousse.
  • Calamity Captain Obvious : Ah oui je confirme, ça moussait...
  • (NdT : et en plus, JE LE SAVAIS qu'il fallait rincer !!)


Une fois le quinoa cuit, on le laisse tiédir un peu. En le couvrant d'un torchon, pour éviter que Miss PotatoCat ne vienne y fourrer son museau curieux.
Pendant ce temps, on coupe quelques tomates cerises en mini-quartiers, on émince un oignon nouveau (Perso je ne me suis pas trop fatiguée à le peler comme dans la vidéo) (Et j'étais nettement moins efficace sur le couteau) (Mais j'ai encore tous mes doigts, merci, ça va), et on met l'eau à bouillir pour le clou du spectacle : l’œuf poché.

Alors la cuisson de l’œuf poché, en théorie et sans doute chez les gens qui arrivent à cuisiner sans calamiter, ça donne ça :


En pratique, quand c'est Calamity Patate qui s'y colle...

CalamityOeufMollet.jpg
...Le blanc mousse à la surface et le jaune coule... * ô rage, ô désespoir, ô produit ennemi du cul de la poule * dans un nuage de mousse MAUVE (Non, la couleur étrange ce n'est pas un filtre Instagram qui a foiré, c'est le vinaigre) (Du vinaigre de vin... J'aurais peut-être dû me méfier ?)

Et comme tout de même, Calamity Patate s'entête, pour finir elle se retrouve avec ceci...

CalamityOeufMollet2.jpg
Un œuf non pas poché mais mollet-moche voire presque-dur-hideux rapport au fait qu'en plus de s'être à moitié désintégré dans l'eau bouillante, je crois qu'il était un chouilla trop cuit.

Entre-temps, le quinoa a tiédi et bien séché sur les bords de la casserole, il est temps d'en coller quelques louches dans un bol, et de le mélanger avec les tomates cerises, l'oignon frais et un peu (beaucoup) de feta émiettée sur le dessus.
Quelques graines de potiron histoire de, un filet d'huile de sésame pour "mouiller" un peu le tout (Et j'ai bien fait, vu comme le jaune d’œuf n'a pas coulé DU TOUT), et l’œuf poché-oui-mais-non au sommet... Tadaaaaam...

CalamityOeufMollet3.jpg
Et bien figure-toi que mis à part mon œuf complètement foiré, c'était vraiment très bon ! Hashtag semi-fail.


samedi 10 décembre 2016

Le retour de la butternut

La revanche du marron.
Le triomphe de la canneberge.

Sauf que cette fois-ci, je n'ai rien fait à part ouvrir l'emballage...

Avent-2016-J10.jpg
Rien à dire, cette purée (Pardon, cette "écrasée", ça fait tellement plus chic) est une pure tuerie. Marrons, courge butternut et canneberges: tout ce que j'aime en cette saison de fêtes.

Et en plus, j'ai jeté un œil à la composition avant de jeter le carton: zéro additifs, pas de colorants, pas de conservateurs, pas d'huile de palme ni de graisses hydrogénées. Juste de la courge, des marrons, des fruits séchés, de la crème fraîche, du beurre, et puis échalotes, huile de tournesol, sel, poivre et farine de riz.
Même pas des patates pour épaissir le truc à bas prix (Ce qui explique peut-être que ce soit TRÈS fondant en bouche) (Ou alors quelqu'un a calamité les proportions de crème liquide mais pour une fois ce n'est pas moi). Juste les ingrédients que j'aurais mis moi-même dans le plat si j'avais eu l'idée de les mélanger, et si je n'avais pas eu la flemme de concrétiser l'idée.

Le seul truc à redire en fait c'est que monsieur Picard et Madame Patate n'ont pas la même conception des portions. OK je suis gourmande donc je me suis enfilé l'intégralité du paquet alors que j'aurais peut-être pu en garder un peu pour une prochaine fois, mais en garder UN PEU. Jamais de la vie ce sachet ne nourrira "2/3 personnes" normalement constituées.
Sauf à le servir en mini-portion pour décorer le bord de l'assiette, façon resto-étoilé-dont-on-sort-avec-la-dalle. Ceci dit, si tu ne sais pas de quoi accompagner ton chapon de Nowel sans trop te prendre la tête, cette purée écrasée est Potato-testée (Avec du blanc de dinde, mais c'était déjà pas mal).

Quant à ma surprise de l'Avent n°10, elle fut elle aussi parfaitement raccord avec la saison: le thé vert de Nowel sobrement baptisé "numéro 25" tout comme le rooibos de la même collection.
Sur une base de thé vert de Chine, un "savant mélange de gousses de vanille, d’amandes, de cannelle, de gingembre, d’écorces d’orange et de zestes de citron".
De quoi conclure en douceur le repas, la journée, et le 1er tiers de mes Patateries de fin d'année.


lundi 15 février 2016

Potato-crumble butternut, chèvre et noix

Laaaaaaaaargement inspiré de cette recette d'Anna, que je remercie mille fois d'avoir publié son impro culinaire suite à mon cyber-harcèlement.
(Oui, c'est à ça que sert Twitter : harceler les blogueuses jusqu'à ce qu'elles publient)

Comme toute recette, je l'ai évidemment patatée...
En l'occurrence, j'ai utilisé un cuit-vapeur au lieu de la cocotte-minute que je ne possède pas, et je me suis allègrement passée de la crème fraîche que j'avais oublié d'acheter, de l'huile, du sel et du poivre (Simplifier, alléger... et aussi s'éviter un détour par le supermarché).
Ah, et j'ai réduit les quantités de courge aussi, vu que je cuisinais pour moi toute seule (Bon j'avoue, j'ai laissé Miss PotatoCat lécher le fond du plat) (Elle a eu l'air d'aimer ça).
Enfin, j'ai bien entendu live twitté l'expérience, avec le soutien d'Anna.

Ingrédients pour 2 belles parts :
(Difficile de faire plus simple, tu avoueras)

  • - 1 courge butternut
  • - 1/2 bûchette de ch*vroux
  • - 100 g de noix


Matériel :

  • - un cuit-vapeur
  • - un petit plat à four
  • - le matos pour concasser les noix (Pilon/mortier, robot ou... marteau et sac à congélation, ça fonctionne très bien, ce fut Potato-testé dans ma vie antérieure) (M'enfin depuis, je me suis acheté un pilon et un mortier)
  • - un petit saladier pour fabriquer les "miettes"
  • - un grand couteau pour faire un sort à la courge


Préparation :
(30 minutes + 20 minutes de cuisson au four)

Potato-crumble-butternut-ch.jpgLaver la courge, la couper en deux dans le sens de la longueur pour pouvoir virer les pépins et les petites fibres cracra, puis la débiter en gros quartiers.

Faire TRÈS attention à ses doigts.
Non mais VRAIMENT très attention.

Disposer dans le cuit-vapeur, et en avant les histoires pour 20 minutes de cuisson.

Comme cela ==>

Pendant ce temps-là, on ne s'endort pas, il faut préparer les "miettes".

Concasser très grossièrement les noix et les mettre dans un petit saladier. Couper la demi-bûchette de fromage de chèvre en petits morceaux, rajouter dans le saladier et... s'en foutre plein les doigts pour agglomérer tout cela.

Potato-crumble-butternut02.jpgExtrait du live twit...
"Miettes qui collent et s'agglomèrent mal... J'ai encore dû calamiter un truc quelque part..."
(Bah en fait non, tout allait bien)

L'étape suivante, une fois que le cuit-vapeur a sonné, c'est de
1- mettre le four à préchauffer à 200°
2- peler les quartiers de courge (Et je confirme que la butternut cuite se pèle toute seule)
3- réduire la chair en purée... Directement dans le plat à four, comme une grosse Patate flemmarde qu'a pô envie de salir un 2ème saladier pask'elle a pas de lave-vaisselle.

Étaler les miettes - de son mieux, vu que ça colle - dessus et enfourner pour 20 minutes.


En fin de course, on obtient quelque chose de tout à fait appétissant... Tadaaaaa !

Potato-crumble-butternut03.jpg

Potato-crumble-butternut04.jpgEt c'était délicieux !


La photo ci-contre me ferait honte si j'étais une blogueuse culinaire, et ne rend pas justice à mon super petit repas :

- 1/2 crumble (parce que je suis une vilaine gourmande et que je me suis resservie tellement c'était TROP bon)
- un mélange de roquette et surtout de mâche
- quelques tranches de bacon qui traînaient là

Tous en choeur :
"Merci Anna !!"


jeudi 11 février 2016

#JeudiConfession (31)

Tu vois les sachets de salade du supermarché ?
Déjà lavée, déjà coupée, tu ouvres le sachet et zou ! Prête à consommer ?

Et bien pas chez moi.
Enfin, pas toutes les salades. Les jeunes pousses d'épinards, les coeurs de laitue ou de batavia, ça va. Mais ma salade préférée, la mâche, demande TOUJOURS un minimum de boulot. Parce que je n'aime pas les queues de mâche.
Plus précisément, je n'aime pas mettre en bouche les bouts de queues de mâche.
(Ouais, je soigne mes Gogol'obsédés, t'as vu ?)

Je déteste ces espèces de petits noeuds filandreux qui ressemblent à des racines et qui n'ont jamais l'air propre, même si c'est écrit sur le sachet qu'ils ont été lavés. Même si pour une fois, je n'ai pas acheté une salade apprêtée mais que je l'ai lavée moi-même. Je n'aime pas, je ne me l'explique pas, c'est comme ça.

mache.jpgDu coup, si c'est Dame Patate qui prépare la salade, elle ne se contente pas de faire une vinaigrette et d'ouvrir un sachet, non : elle équeute TOUS les bouquets de mâche.


Un par un.


Comme cela ==>

(Cela prend un certain temps, tu peux t'en douter)


Je te vois venir, tu vas me demander : "Et si tu es invitée chez quelqu'un, Pataaaaaate, t'es chiante comme ça ? Et au restaurant, tu mets tes doigts dans le saladier ?!"
Je te rassure : je n'ai pas d'amis donc je suis rarement invitée, et non, je ne mets pas mes doigts dans les plats au restaurant (Sauf une fois où j'ai mangé éthiopien et où on m'a o-bli-gée à mettre mes doigts dans le même plat que tous les autres convives).

Le cas échéant, je prends sur moi et j'avale les noeuds de mâche.
(Hellooooooo mon Gogole !)

Mais je n'aime pas ça !


dimanche 07 décembre 2014

Mékéssecété ? (7)

Miam-du-5-12-14.jpgAvoue que ce suspense va te tuer...
:-D *\o/* :-D

5 ingrédients seulement.
Et une huile mystère.

C'était étrange et un chouille régressif.

Non, je n'y avais pas mis de thon.
(Mais merci de me faire penser que ça fait longtemps que je n'ai plus refait les stocks de thon en boîte et autres maquereaux au vin blanc)
* note sur sa liste *
(C'est Miss PotatoCat qui va être ravie !)


Il y a avait donc dans ce gloubiboulga :

  • - de la salade de pousses d'épinard
  • - des oignons caramélisés
  • - des oeufs brouillés paske si je savais faire une omelette, depuis le temps ça se saurait
  • - une POMME (Pas "de terre", héééé non ;-) ) (une Royal Gala je crois) qui était trop "loin" - entendre "proche du pourrissement" - pour être croquée mais encore consommable pour peu qu'on la fasse chauffer
  • - de la CANELLE !!


Etrange, oui je sais.
Surtout pour un dîner.
Tu comprends que je n'oserais pas en servir à des invités. Mais je me suis franchement régalée !

Oignons et cubes de pomme caramélisés dans une cuillère à soupe d'huile de coco.
Ma dernière lubie au magasin bio : certes c'est une vilaine huile pleine d'acides gras saturés pas bon pour les artères, mais c'est à peu près la seule qui tient bien la chaleur sans se dénaturer et risquer de me filer le cancer. Alors à petites doses de temps en temps pour changer...

En plus elle est marrante, à part en été les jours de canicule, elle est solidifiée dans son pot, et je peux m'en servir de baume à lèvres au passage :-D
(Greluche un jour, greluche toujours)

- page 1 de 3