Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Patate a la Frite!

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 08 janvier 2016

TGIF (10)

Friday.jpg

Le vendredi, c'est comme un super-héros...
Il arrive toujours juste à temps pour m'empêcher de tabasser sauvagement un de mes collègues à coups de clavier.


Surtout en cette première semaine de janvier où EN PRIME il faut faire semblant de leur vouloir du bien ET leur claquer la bise en braillant "Bonne année !".
Ma non-violence, ma bonne éducation et mon respect de la loi sont parfois mis à RUDE ÉPREUVE, c'est moi qui te le dis.

Heureusement, aujourd'hui c'est vendredi qui surgit hors de la nuit et tu n'imagines pas comme cela me réjouit !


vendredi 12 décembre 2014

TGIF (6)

Thank God, it's friday !
(Et non, toujours pas de S à "thank")

Cher patatophile, comme promis, tu as bien mérité ta pataterie de l'Avent n° 12, ou le questionnement existentiel du jour...

Jean_retreci_au_lieu_du_cul.jpg
C'est la louze :-D
(Et ça rime avec douze, Dame Patate : one point !)


jeudi 11 décembre 2014

#JeudiConfession (20)

L'autre soir dans un bar, j'ai rencontré le Prince Charmant mis des pièces dans un pot à pourboires.

Pas parce que le service avait été exceptionnel.
Pas parce que le barman était le Prince charmant ou qu'il m'avait baratinée.
Pas parce que j'avais 3 mojitos dans le nez ou 3 kilos de ferraille en trop dans le porte-monnaie.

Non, l'autre soir dans ce bar, j'ai rempli un pot à pourboires sur lequel était scotché le mot suivant : "à chaque pourboire, un fan de Nabilla meurt".

Notre version à nous du "everytime you tip, a Justin Bieber fan dies" anglo-saxon.

Bierber-fan.jpg
Je le confesse, j'ai ricané.
Et vu le niveau de pièces dans le pot, ce soir-là il n'y avait pas que moi.
:-D * Patate Pourrite Powaaaa * :-D


jeudi 04 décembre 2014

Le verre à moitié plein

J'ai souvent du mal à le voir...

Même si techniquement dans un verre à moitié vide, il y a toujours de l'air, et qu'il n'est donc pas à moitié vide, en fait : plutôt à moitié plein d'air. Ergo le verre est TOUJOURS à moitié plein.
Bref.

Aujourd'hui par exemple, j'ai passé une journée bof-bof.
Pas franchement mauvaise-mauvaise, j'en ai eu des pires, mais tout de même pas bonne-bonne. Et puis je suis tombée sur ce joli dessin, et je me suis dit que oui, le concept de "journée bof-bof", c'était vraiment une question de perspective.

On peut aussi choisir de se réjouir de toutes petites victoires.

Small-Victories.gif
(Source : le cutissime blog de Jackie)

Cette journée n'était pas HORRIBLE.
Je ne me suis pas effondrée nerveusement.
Je n'étais pas trop fatiguée.
J'ai mangé (NdT : je ne sais pas pourquoi, je soupçonne la jeune fille d'avoir quelques soucis d'anorexie, mais je choisis d’interpréter sa phrase comme : j'ai eu 1- le temps de manger et 2- la chance de pouvoir acheter de la nourriture).
Cette journée était PLUTÔT BONNE.

Finalement...
(Et la votre aussi, j'espère)


lundi 06 octobre 2014

Happy Days : le bilan

J'ai donc passé un peu plus de 3 mois à prendre tous les jours une photo de ce qui m'avait rendue heureuse.

Tous. Les. Jours (Sauf une ou deux journées vraiment trop noires).
Moi-même je n'en reviens pas d'avoir réussi à m'y tenir. Non seulement car cela m'a demandé du temps pour prendre la photo, l'instagrammer, la twitter (je ne te parle même pas de la bloguer, tu as vu à quel point j'étais à la bourre !), mais surtout car cela m'a demandé de PRENDRE DU TEMPS, chaque jour.
Prendre du temps pour réfléchir à ce qui m'avait rendue heureuse, prendre le temps de l'apprécier au moment même et pas 48h après quand il est trop tard pour faire une photo, et donc APPRENDRE à me poser à un instant t et me dire "tiens, oui, là c'est un moment heureux, savourons-le".

Non parce que ce concept du bonheur fugace et de la nécessité de le savourer quand on y est et que le loup y est pas, intellectuellement je le comprends bien, mais je te rappelle que tu causes à la Patate qui boit son thé froid faute d'avoir réussi à se poser 10 minutes pour le savourer tiède !
De ce point de vue-là, je peux dire que le challenge #100happydays m'a vraiment beaucoup apporté. Et ce matin par exemple, j'ai bu mon thé, sinon chaud, du moins encore un peu tiède; hein que y a du progrès ? ;-)

Ce fut très difficile au début, mais après 3 mois c'était devenu bien plus naturel. Le défi est terminé depuis déjà quelques temps, je ne prends plus de photos, mais j'ai gardé ce réflexe mental de l'arrêt sur image. Freeze, frame, enjoy. Oh yeah !

Mieux, comme promis sur la page de présentation du défi, j'ai rencontré l'être aimé (Non mais sérieux, comme si on allait y croire) l'impression d'avoir plus de facilité à voir le "verre à moitié plein", à repérer les petites choses qui me font du bien, à ne plus les laisser se noyer dans la masse d'une journée lourde/pénible/chargée. Il n'y en a pas plus, mais je les vois mieux.

Bon, évidemment, il y a eu des jours où c'était dur.
Des jours où même avec la meilleure volonté du monde, je n'ai trouvé aucun motif de me réjouir, aucune matière à photo, nada, rien. Il y a aussi eu des jours où je me suis trouvée bien pathétique avec mes petits bonheurs justement si petits, si insignifiants, si centrés sur la (mal)bouffe ou les ronrons de mon chat.
Des jours enfin, où je me suis presque forcée à trouver un "happy" à photographier... Et bien tu sais quoi ? Si l'appétit vient en mangeant, le bonheur aussi !
Meuuuh non, le bonheur ne vient pas en mangeant - quoi que - mais en le cherchant. En adoptant cet état d'esprit qui fait que tu sais apprécier même les toutes petites choses, partout, tout le temps : au début tu te forces, ce n'est pas naturel, mais petit à petit, tu finis par ne plus pouvoir passer à côté.

Résultat : la majorité de ces #100happydays ont vraiment été comme des papillons que j'ai pris plaisir à chasser; je suis ravie d'avoir relevé ce défi, il m'a fait du bien.


- page 2 de 17 -