Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Desperate HousePatate

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 30 juin 2017

TGIF (18)

(In extremis, une blog-note avant juillet)
(Histoire de dire que je ne serai pas restée plus de 3 mois sans bloguer)
(Je t'ai manquéééééééé ?)

Alors je te rassure, il n'y a pas que toi qui te sois senti(e) abandonné(e) coquillages et crustacés : il y a aussi Nathalie damdidoudaaaaam mon bébé orchidée.
(Oh ça vaaaaaa, c'est bon, j'arrête de chanter)

Car je possède donc, en sus de la phalaenopsis qui est présentement en train de m'offrir 6 magnifiques fleurs blanches, fais-moi penser à te les montrer, et qui embellit ma vie et mon rebord de fenêtre depuis 5 ans, une version miniature qui, miraculeusement, survit dans le Patat'home depuis maintenant 2 ans et fleurit elle aussi régulièrement.
(Ouais, je fais des phrases de 10 lignes si j'veux !)

Sauf que...

Mini-orchidee.jpg
Je crois qu'elle se sent un peu à l'étroit...

Quelqu'un parmi vous a une idée de comment on rempote les orchidées ?


jeudi 12 janvier 2017

#JeudiConfession (34)

Il y a quelques semaines, j'ai fait les vitres du salon.
oO0 (Ben quoi Pataaaaate ? C'est pas une confession, ça. C'est plutôt bien, non ?)

Reprenons.
Il y a quelques semaines, j'ai FINI de faire les vitres du salon.

C'est que vois-tu, il y a deux rangées de fenêtres dans mon salon, et j'avais nettoyé la première rangée vers le début de l'an dernier, par une belle journée ensoleillée où tout d'un coup, la honte de toute cette saleté m'avait submergée.
Il y avait tellement de crasse de surface vitrée que l'opération m'avait pris une bonne partie de l'après-midi et que je m'étais ensuite jetée sous la douche pour éliminer toute la sueur générée par mon intense activité ménagère et pleurer sur mes ongles massacrés par ladite activité; me promettant évidemment de remettre cela le lendemain (Tant qu'à s'être flingué la manucure, hein...) pour la deuxième rangée de fenêtres.

Et puis le lendemain...
Sans doute qu'il a plu; on ne fait pas les vitres quand il pleut, c'est bien connu. Ou alors j'ai eu piscine, ET poney, ET PUIS cours de javanais. Ou bien j'avais promis à Miss PotatoCat de l'aider à faires ses devoirs, je ne sais plus. Et le surlendemain ? Pareil. De même que le jours d'après et tous les suivants. (Je parle désormais le javanais couramment)
Le fait est que j'ai commencé à faire les vitres du salon en janvier, et que j'ai terminé fin novembre. Evidemment, évidemment-haaaaan, on rit encore pour des bêtises comme des enfants j'ai donc vécu des mois avec l'escabeau déplié au pied de la fenêtre...

oO0 (Ben quoi Pataaaate ? Ce n'est toujours pas une confession)
oO0 (L'escabeau doit bien passer la moitié de l'année déplié quelque part dans l'appart')
oO0 (On te connaît Procrastino-Potato. L'essentiel c'est que ce soit finalement propre, non?)

Certes.
Sauf que je me suis rendu compte que les vitres du salon n'avaient pas été nettoyées depuis... Bah en fait, peut-être JAMAIS. Ou alors peut-être 2011 si d'aventure, prise de honte après cette blog-note, je m'étais ruée sur le sopalin et le produit à vitres mais honnêtement, je ne pourrais pas en jurer.

Donc oui, mes vitres sont propres (Et l'escabeau est replié. Je répète : l'escabeau est replié !) et il fait désormais super clair dans mon salon mais je ne peux plus le cacher : je suis une souillon qui nettoie ses carreaux une fois tous les 5 ans.

Ne me juge pas, steuplé.
Même si je te dis que je n'ai pas encore touché à celles de la chambre.
(Hein ? La cuisine ? Quoi, la cuisine ? Qu'est-ce qu'elle a ma gueule la cuisine ?)


samedi 07 janvier 2017

On ne naît pas #CrazyCatLady, on le devient

(Patate de Bavoir)

Au commencement, il y a un chat.

Mais cela ne suffit pas.

La transformation n'est pas instantanée, elle est insidieuse.

Bien sûr, ce qui est inévitable c'est l'éventail d'accessoires qui accompagnent le félin vivant en appartement : un peu comme les jeunes parents qui voient leur intérieur peu à peu envahi par le berceau, la nacelle, la table à langer, le parc, la chaise haute, les doudous et les jouets en se demandant comment un si petit machin peut générer autant de bordel, tu te retrouves un beau jour "full équipée" d'une caisse, d'une caisse de transport, d'une pelle à crottes, d'un ou plusieurs paniers, d'un arbre à chat, de gamelles colorées et de doudous ET de jouets.

Ils marchent sur des Playmobils et des Légos, tu marches sur des grains de litière et des boulettes de papier alu. Baballe au centre. C'est dans l'ordre des choses.
Cela ne fait pas de toi une #CrazyCatLady.

Noooon.
Ce qui fait de toi une #CrazyCatLady, c'est le merchandising.
Les heures passées sur le net à regarder des vidéos de chatons mignons et des photos de LOLcats aussi, mais là n'est pas le sujet du jour.

Le merchandising, je te dis !
Ton tubercule préféré, par exemple, totalise...
Deux mugs avec un chat dessus. Les mini-plateaux en mélaminé assortis. Et les sets de table. Une théière avec des-chats-mais-pas-les-mêmes (Et sur le couvercle, y a les souris, c'est meugnooooon). Un ensemble tasse-sous-tasse-bol pour le petit-déjeuner avec encore des chats différents pour les décorer. Deux T-shirts pour dormir. Une boîte à mouchoirs. Une boîte à bordel (Une boîte où MOI je mets du bordel; ils ne la vendent pas expressément pour cela). Un panier à linge. Evidemment, un calendrier. Sans oublier celui du bureau. Un dessin scotché au mur (Qui attend depuis trois ans que Procrastino-Potato se décide à lui trouver un cadre). Quatre paires de boucles d'oreilles. Un sautoir. Un sac à courses. Un tote bag en coton. Et deux carnets de notes.
Et si ça se trouve, j'en oublie !

(Edit: mais ouiii ! Le paillasson sur le pallier, où un gros matou te promet un "accueil chat-leureux" !!) (Après des années à m'essuyer les pieds en loucedé sur le tapis des voisins, il fallait bien ça pour me faire craquer)


Ne va pas croire que j'aie acheté tout cela moi-même !
Noooon. Je ne plaide coupable que pour le paillasson, donc, et les T-shirts, les boîtes, le panier à linge (Y a écrit "linge chat-le" dessus, comment résister ?), deux paires de boucles d'oreilles, le tote bag et le calendrier. En 7 ans, c'est raisonnable. Le reste, ce sont les cadeaux de ces amis qui savent que tu as un chat et qui ne savaient jamais trop quoi t'offrir alors ça tombe bien pensent donc automatiquement à toi quand ils voient un objet à l'effigie d'un félin. Je ne critique pas, j'ai un peu tendance à faire pareil, et puis individuellement ces cadeaux font quand même plaisir parce qu'ils sont cool et tromeugnooooooooons alors souvent tu t'extasies en battant des mains et en faisant "hiiiiiiii".

Soit.
Mais alors quand est-ce que la choupitude se transforme en ridicule ?
Quand est-ce qu'on devient pour de bon une #CrazyCatLady, Pataaaaaate ?

Et bien je vais te le dire.

Noël 2017 ...


Coussin-brode-chats.jpgTrès exactement.


Quand comme cadeau, tu reçois ça ===>


Un coussin avec des petits chats.
Oui, il est brodé !

De la VRAIE broderie comme chez Mamie.


(Achevez-moi)
(Même Miss PotatoCat est dégoûtée)



mardi 03 janvier 2017

Pushing the limits (3)

Episode 1, par ici.
Episode 2, par là.

Le 30 décembre au soir, j'ai bien failli ne pas voir arriver 2017. * pause dramatique * Ou en tout cas, la voir arriver depuis... les toilettes.
Parce que j'ai cuisiné ceci...

riz-rouge-ebly-perime.jpg (Un mélange précuit de riz rouge, de blé et de quinoa, si tu veux tout savoir)

Le sachet qui avait tout pour plaire : bio, équilibré, déjà quasi-prêt, mais... périmé depuis 15 mois. Damned !

Et bien oui je l'ai non seulement cuisiné (Vu que je n'ai contrôlé le sachet qu'après avoir tout mis dans la poêle) mais aussi mangé (Vu que j'avais déjà mis 3/4 d'heure à décider de ce que j'allais cuisiner, la flemme de repartir de zéro, la haine du gaspillage chevillée au corps, toussa toussa) (OK, surtout la flemme) et je suis toujours là pour te le raconter.
Rien à signaler, c'était délicieux.

Mais vu la récurrence des épisodes alors que je cuisine si souvent * keuf keuf keuf * et que je suis tellement organisée, * rire hystérique * je commence à soupçonner Miss PotatoCat d'avoir trouvé un moyen pour ouvrir les placards et de s'amuser à cacher les aliments qui vont bientôt périmer touuuuut au fond dans l'ombre sur la dernière étagère.

Je ne vois pas d'autre explication.


mardi 13 décembre 2016

Ma flamme s'est éteinte

(Et celle des vies innocentes massacrées à Alep, je ne te raconte même pas)
(Sinon je vais encore pleurer, et Dieu sait que ça ne les aidera pas)

Avent-2016-J13.jpg
En l'occurrence, la flamme que je rêve de raviver est celle de cette bougie, que J'ADORE mais que je désespère de rallumer un jour, alors qu'il lui reste probablement quelques heures de senteur sous le pied.

Une bougie 100% made in France par des maîtres ciriers et parfumeurs de Grasse, soi-disant pensée "pour mec" ("nomade, urbain, connecté et raffiné" oh yeah) (Bouh ! Le vilain marketing genré !!) mais TELLEMENT douce et réconfortante quand on a des ovaires il fait nuit à 17h et que la buée s'accroche aux carreaux ou qu'ils sont battus par la pluie. Un soir d'automne, quoi.
"Délicieuse fragrance aux notes poudrées, orientales et musquées", il s'agit de la référence "Le Haut Marais" de Maison Moustache, que le gentil Papa Nowel est descendu du ciel pour m'apporter il y a de cela quelques années mais que j'ai surtout utilisée pour décorer, et n'ai malheureusement mise à brûler que récemment.

Grosse erreur, car après avoir eu ZE coup de foudre, j'ai découvert qu'il n'y avait ni boutique ni e-boutique, que leur page Facebook n'avait pas été mise à jour depuis des lustres (Oui je sais, vu la régularité de publication sur ce blog, je ferais mieux de me la boucler) et que si j'avions réagi plus tôt j'aurions pu faire des stocks pour l'hiver.

Bref.
C'est d'autant plus énervant de ne plus pouvoir en profiter jusqu'au bout pour cause, comme tu pourras le constater, de consumation calamitée... Ce que tu vois de tout noir au milieu, c'est le restant de mèche qui s'est racrapotée sur elle-même et enfouie dans la cire solidifiée; ce que tu vois de tout noir sur les côtés, ce sont les cadavres d'allumettes que j'ai semés dans ladite cire, en tentant de récupérer de quoi relancer la combustion de ma bougie.
Las, peine perdue: seuls mes doigts se sont brûlés, et la rage au coeur, j'ai fini par abandonner.

Je ne suis même pas certaine que ce ratage soit l'oeuvre intégrale de Calamity Patate, car j'avais bien pris soin de recouper la mèche quand il le fallait, de laisser brûler suffisamment pour que la cire fonde harmonieusement, et tout et tout. Mystère et boule de gomme bougie parfumée.
En attendant, je me retrouve avec de la cire coincée au fond d'un verre, et plus rien à brûler dedans pour la faire fondre et titiller ma membrane olfactive de sa délicieuse senteur.
Hashtag désespoir. Hashtag vénère.

Donc, lectrice lecteur, si tu as une idée pour me tirer de cet embarras, je suis tout ouïe.
(Et si tu sais où et comment se procurer de la bonne bougie pas écoeurante, pas trop sucrée, surtout pas fleurie ni fruitée, pas non plus bourrée de produits chimiques ni de colorants toxiques, aboule la came) (Si par contre ça pouvait ne pas coûter autant qu'un rail, ça m'arrangerait) (Si tu es crémière, tu peux me faire un sourire)


Et sinon, ma suprise de l'Avent n°13 c'était le Long Jing, un thé vert chinois pourtant réputé, que je n'ai pas spécialement aimé - ni détesté, ceci dit - et qui ne valait pas que je l'immortalise en photo. Je n'ai sans doute pas le palais des thés (Ha ha ha, je me fais rire toute seule, c'est déjà ça) assez développé, mais je cherche encore son "parfum de châtaigne rôtie"...


- page 1 de 18