Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 16 janvier 2017

C'est lundi (15)

Niveau de motivation : proche du zéro.

Surtout que la nuit du dimanche au lundi est toujours la plus courte de la semaine, rapport au blues qui te saisit immanquablement vers 17h quand tu te demandes tout d'un coup où a encore filé ce week-end que tu n'as pas vu passer, à l'angoisse du retour au bureau et de l'ouverture de la boîte mail (Car oui, il y a des mails qui arrivent entre le vendredi soir et le lundi matin) (Beaucoup trop) (Droit à la déconnexion, mon tubercule, oui !), et au "petit dernier - épisode de série - avant de se coucher" qui n'est finalement JAMAIS le dernier, alors je suis fa-ti-guééééééée.

D'autant plus que hier soir particulièrement, Miss PotatoCat n'avait VRAIMENT PAS envie qu'on bouge de sous le plaid. J'ai failli passer la nuit pliée en douze sur le canapé.

PotatoCat-lundi.jpg

(Elle a tenté de me convaincre qu'elle avait un pouvoir magique pouvant empêcher le lundi d'arriver) (Tu as remarqué une modification du continuum espace-temps, toi ?)
(Voilà. Miss PotatoCat, grosse menteuse)


mardi 10 janvier 2017

Je suis désolée... ou pas.

J'ai tendance à m'excuser pour tout et n'importe quoi. Je suis désolée de tout, tout le temps, et surtout d'exister.

Mais je me soigne depuis des années et je fais de mon mieux pour ne plus demander pardon à tout bout de champ, parce que ce que l'on dit reflète ce que l'on croit (En l'occurrence, que je mérite moins d'effort, de temps, d'espace ou d'attention que les autres), et conditionne souvent la façon dont on va nous traiter (Avec peu d'effort, de temps, d'espace ou d'attention, donc).

Il y a un peu plus d'un an, Procrastino-Potato était tombée au hasard du net sur ces petits strips qui faisaient si bien écho à ses conditionnements, et s'était émerveillée de la simplicité de la solution proposée (Simplicité toute relative œuf corse, car changer plus de 30 ans d'habitudes...).

Car effectivement, les trois quarts du temps au lieu de dire (et penser) "désolée", je devrais dire (et penser) "merci".

Sorry-Thank-you-01.gif
(Source: Yao Xiao, illustratrice d'origine chinoise vivant à New York tant que Trump n'aura pas pété un cable)


Non pas "désolée d'être tout le temps en retard" mais plutôt "merci de m'avoir attendue".

Sorry-Thank-you-02.gif
C'est tout petit, comme changement, mais au lieu de délivrer un message négatif (à savoir que je suis fautive, et nulle à ch...) qui ne pourra appeler qu'encore plus de négatif ou bien un "c'est pas grave" énervé ou condescendant, cela aborde le retard d'une façon positive à la fois pour moi et pour l'autre.


Non pas "désolée, je te saoule avec mes histoires" mais plutôt "merci de m'avoir écoutée".

Sorry-Thank-you-03.gif
Parce que "mes histoires" ne sont pas moins intéressantes ou importantes que celles des autres, et que je devrais valoriser l'attention et l'écoute dont TU fais preuve plutôt que de te convaincre inconsciemment que JE n'en vaux pas la peine...


Non pas "désolée, je raconte n'importe quoi" mais plutôt "merci de ta compréhension".

Sorry-Thank-you-04.gif

Non pas "désolée, je suis un boulet" mais plutôt "merci de passer du temps avec moi".

Sorry-Thank-you-05.gif

Non pas "désolée, je suis nulle et je m'excuse d'exister" mais tout simplement "merci à toi d'être là pour moi".

Sorry-Thank-you-06.gif
Ne plus jamais dire "désolée" alors qu'en réalité je devrais dire "merci".
C'est quand même drôlement plus positif et motivant de voir la vie de cette façon, non ?


dimanche 01 janvier 2017

C'est la saison des voeux (4)

Adios 2016, qui a réussi l'exploit d'être encore plus pourrie que l'année qui t'avait précédée (Patat'angoissée a envie de rajouter qu'on ferait mieux de s'y habituer parce que le monde ne peut aller que de mal en pis, et nous avec) (Ne l'écoutez pas, elle va vous plomber la journée/soirée) (Je vous jure, elle me FATIGUE !).

Bonjour 2017, année que l'on espère super chouette.
(Mouais enfin je te ferai remarquer qu'on dit ça tous les ans) (Ta gueuuuuuule !)

Voeux2017.jpg

Lecteur et -trice fidèle qui passe par ici ou Gogole qui t'es égaré(e) par là, je te souhaite une bonne et heureuse année, aussi zen et détendue que je le fus après avoir dessiné les voeux ci-dessus.

Environ une heure et demie à ne penser à RIEN si ce n'est l'alignement des traits (Tirer la langue CA AIDE, je vous PROMETS) ou le choix de la couleur suivante (Compliments bienvenus), c'est incroyablement reposant.
Essayez vous verrez, c'est une activité proche de la méditation tellement l'esprit s'y investit à l'exclusion de toute autre préoccupation. On en ressort envahi(e) d'une véritable sérénité.

(Avantage collatéral : l'activité demande une telle concentration que ça tient occupés et à peu près silencieux tous les gnomes charmants z'enfants dès qu'ils sont capables de tenir un crayon, ce qui est très pratique quand ils sont surexcités par les fêtes, les vacances, le sucre et le réveilloooooooon)


vendredi 23 décembre 2016

Le trio du vendredi

oO0(TGIF et merci petit Jésus, la Patate a bientôt terminé son calendrier de l'Avent : ses histoires de sachets, j'en peux pluuuus !)

Terminé un peu plus tôt que prévu, en fait, parce que pour la dernière semaine j'ai triché et ouvert la case de samedi avec un jour d'avance. Et comme j'avais oublié celle de jeudi, c'est le retour du trio du vendredi. J'ai même poussé le vice jusqu'à les boire dans le désordre.

Avent-2016-J24.jpg
(Je t'avouerai que je ne suis pas fâchée de le voir terminé : c'est é-pui-sant de bloguer tous les jours) (Hein ? Keuwaa ? Ben non je n'ai pas l'intention de continuer)

A ma gauche, le N°25 version thé noir : toujours un mélange "de Noël" (vanille, amandes, cannelle, gingembre, orange et citron) mais sur une base de thé noir du Sri Lanka que perso je préfère largement au thé vert.
Alors soyons clairs : il est très bon, c'est une valeur sûre de la fin d'année comme les autres déclinaisons du N°25, mais il ne casse pas non plus trois pattes à une brique pour ce qui est de l'originalité. Un classique de qualité (Joli cadeau par exemple, pour quelqu'un qui ne connaît du thé de Nowel que des versions plus cheap, pour faire la transition vers de meilleurs thés sans trop choquer) et puis basta.

Au milieu, le Grand Yunnan Impérial, que je connaissais déjà (Je me demande même si ce n'est pas un des premiers thés noirs natures que j'aie bus) et qui pourrait se vanter, selon le Palais des Thés, d'avoir fait virer leur cuti à pas mal de buveurs de café.
Le fait est qu'il a un léger goût pouvant évoquer le café, tout en restant assez doux (Plus doux qu'un Darjeeling par exemple) et je lui ai trouvé un petit arrière-goût de miel très agréable avec le petit déjeuner.

A ma droite, celui qui accompagne l'écriture de cette blog-note, la création de l'hiver 2016 en édition limitée : le Thé des Délices. Il porte bien son nom, celui-là, il est tout bonnement dé-li-ci-eux.
Pour moi beaucoup plus "typé Nowel" qu'un n° 25 par exemple, c'est un mélange de thé noir, de caroube, de mandarines confites (Mandarines, sucre de canne, acidifiant) (Bon ok, l'acidifiant c'est pas top, mais les mandarines confites, miaaaaam), d'écorces d’agrumes, de chocolat (Sucre, pâte de cacao, cacao en poudre) (Ouais !!!), de coques de fève de cacao, et de pétales de tournesol.

Ils auraient pu l'appeler le "thé des gourmands", aussi... En gros c'est comme si tu t'enfilais des orangettes, mais version liquide et sans les whatmille calories. J'adore !
Ah la la. Si seulement je n'avais pas déjà 4852 boîtes de thé à terminer... * soupir *


samedi 17 décembre 2016

Un samedi soir sur la Terre

(Oui, tu vas chanter du Cabrel toute la soirée)
(Patate Pourrite Powaaaaaaaa)

Aujourd'hui pas de photo calorique, pour cause d'une attaque de flemmardise aiguë qui m'a empêchée de décoller mon tubercule du canapé.
J'espère être guérie pour lundi, mais rien n'est certain...

Ceci dit, je n'avais pour me motiver qu'une liste impressionnante de corvées (Cire tes bottes, Pataaaaate ! Va ranger tes vestes d'été ! Aspire tous ces moutons qui vont bientôt se mettre à bêler !! FAIS TON REPASSAGE !!!), ou la perspective de me faire bousculer dans les magasins bondés par des gens hargneux remplis de cet esprit - consumériste - de Noël que je n'ai définitivement plus.

Ergo, je suis restée au chaud en pyjama dans le Patat'home et je me suis nourrie de porridge tiède et de thé bouillant, en regardant une série dont je te causerai demain.
(Suspense suspense)

Le porridge c'est délicieux, sache-le, mais en photo ça ne ressemble à rien.
Enfin si : à du vomi.

Ou alors il faut faire des efforts de mise en scène dignes d'une star d'Instagram, j'aurais dû sortir de jolis bols, couper des bananes et des kiwis, disposer quelques graines autour, et donc 1- faire la vaisselle, 2- ranger la cuisine et 3- sortir acheter des fruits... Bref. Le porridge n'est pas en photo.

Le thé en revanche, le voici...

Avent-2016-J16.jpg
Le Thé des Songes est un Oolong - plus d'excuses, maintenant tu sais ce que c'est - aromatisé aux fruits exotiques et agrémenté de pétales de fleurs (carthame, lavande et mauve) ainsi que d’écorce de citron.

Le souci c'est que je n'aime pas les fruits exotiques, donc l'odeur m'a passablement rebutée, mais au goût il est très léger et plutôt sympa en fin de journée. Je ne pense pas que j'en achèterais mais pour faire découvrir le thé à quelqu'un qui vous dit "pouark ! C'est amer c'est dégueu", pourquoi pas.


- page 1 de 41