Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Bouge ton tubercule!

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 28 décembre 2015

Patat'a fait tout plein de sport cette année

Enfin...
Peut-être pas TANT que ça.

Mais certainement plus que tous les ceusses qui n'ont jamais décollé leur tûûût du canaprout (Meuuuh non je ne te regardais pas en disant cela). C'est ce que je me force à me répéter à chaque fois que mon côté perfectionniste s'allie à ma flemme naturelle pour me convaincre que de toute façon ce que je fais c'est nulàchier et que je ferais mieux d'arrêter et de rester peinard à la maison à faire des câlins à Miss PotatoCat / boulotter de la crème glacée, en fonction de la saison.

NdT : si tu te rappelles, ma bonne résolution de l'an dernier c'était d'être un peu plus gentille envers moi-même... nous noterons donc avec bienveillance que j'ai besoin de continuer à travailler là-dessus.

Bref.
En 2015 j'ai un petit peu bougé mon tubercule et surtout, j'en ai gardé trace pour me motiver. J'aurais certainement pu faire plus, mais tu avoueras que ça fait quand même joli sur un calendrier, quand on le colorie.

Calendrier-2015-sport.jpg


mercredi 18 novembre 2015

La peur est soluble dans la musique

J'ai toujours peur.
Peur pour mes proches qui pourraient tomber demain sous les balles d'une kalachnikov, mais aussi de cet état d'urgence qui va permettre à un gouvernement en roue libre (talonné, ne les oublions pas, par une droite hurlante et une extrême-droite puante que je ne linkerai même pas) de faire passer des lois de tout et n'importe quoi sans le moindre contrôle.
Déjà que celle sur le renseignement, on a eu beau s'y opposer dans le calme et la démocratie, cela ne l'a pas empêchée de passer ... (Et elle n'aura pas empêché le moindre attentat) (Mais il semblerait que plus personne ne se pose de questions à la tête de ce pays. Ni n'ait lu George Orwell ou Ray Bradbury. Passons)
J'ai peur de l'humain plus que jamais, même si des lueurs d'espoir percent de ci de là.

Alors ce soir j'ai coupé les réseaux sociaux, j'ai débranché mon cerveau, et je suis allée à la Zumba.
Noundidiou que ça fait du BIEN ! J'aurais pu courir aussi, mais j'aurais été un peu trop seule avec mes pensées. Alors que la zumba, c'est rien que de la fête et de la joie.
Ça fait du bien de bouger, de danser et de tout oublier !
De sentir ton angoisse s'évacuer avec ta sueur, par tous les pores de ta peau, jusqu'à ce qu'il ne te reste rien d'autre que de la fatigue et un T-shirt mouillé.

(Merci Daddy Yankee)

La peur est soluble dans la musique !
Ce soir j'espère, je vais réussir à dormir.


mardi 11 août 2015

Tu sais que tu es une coureuse quand

Tu as fêté tes un an de course à pied.
Une année de course à pied. UNE ANNÉE !
Et même un peu plus puisque souviens-toi l'été dernier (Purée, cette référence commence à dater), c'est en juin que j'avais commencé.
Après 20 ans tout rond à répéter que le jogging c'était contre ma religion. Après avoir répondu à une amie qui me parlait d'une étude scientifique démontrant les bienfaits de la course à pied : "je veux bien lire ton étude, mais courir ça use quand même les articulations, ça nique le plancher pelvien, ça fait bobo aux nichons, etc etc etc ... Marcher, c'est le bien" ... Je peux le citer à la virgule près, c'était mon mail du 18 mai 2014 dont elle s'est fait un plaisir de m'envoyer une capture d'écran, en souvenir de ma mauvaise foi passée.

Running-Patate.jpg

Tu as couru tout l'hiver.
En fin d'après-midi quand il faisait déjà nuit ou dans le petit matin blême.
Sous la pluie. En plein vent. Dans le froid. Dans la neige (NdT : très mauvaise idée les baskets dans la poudreuse, c'est le rhume assuré). Par moins 5° avec ta sueur qui gelait sous ton bonnet alors que tu ne sentais déjà plus ni ton nez ni tes extrémités.
Et tu as trouvé ça BON !

Tu ne fais plus que les boutiques de running
Incroyable mais vrai : en 2015 Patate Pouffe n'a pas fait les magasins.
Ni aux soldes d'hiver, ni à ceux d'été (Rappelons au passage que les soldes c'est masculin, comme un SS, un torero : LA solde c'est la paye du soldat). Et elle ne s'est même pas sentie privée. Le début de la sagesse et de la maturité ?
Vu la fréquence de mes visites chez Décathlon et le CARNAGE que j'ai fait lors de ma dernière visite chez Nike, je dirais plutôt que c'est une révision de priorités.

Tu possèdes le même soutif de sport en 4 exemplaires
Parce que tu les as tous essayés et que c'est le SEUL qui ne soit pas moche, qui reste confortable et qui soutienne POUR DE VRAI.
(Contrairement à toutes les fadaises qu'on peut lire ça et là, écrites par a) des hommes ou b) des nénettes qui n'ont jamais couru de leur vie avec 1 kilo de graisse attaché à chaque pectoral) Je vous PROMETS que je vous en parle bientôt.

Tu uses et abuses du cycle court de ta machine à laver
Même si tu essayes de lutter, notamment en achetant le même soutif en 4 exemplaires, il y a une corvée inévitable quand tu te mets sérieusement à la course à pied, et dont personne ne te prévient : tu passes TA VIE à faire la lessive.
Au début, je n'avais qu'un seul collant de running et royalement 2 T-shirts alors il fallait bien les laver d'une fois à l'autre. Ensuite, au fur et à mesure que je me suis équipée, j'ai continué à faire des machines régulièrement, parce que les vêtements "techniques" dans lesquels tu as transpiré, si tu les laisses sécher sans les laver (Au hasard, 3 semaines dans le bac à linge sale de Procrastino-Potato) ... ILS PUENT LA MORT !

Tu t'uses la peau à force de te doucher
Parce que toi aussi, si on te laisse sécher sans te laver direct au retour d'une "sortie", TU PUES LA MORT. Alors les jours où tu cours, tu te douches deux fois en demandant pardon à Saint Nicolas Hulot pour ce gaspillage d'eau. Mais il ne t'entend pas, forcément, avec le bruit de vidange de la machine à laver.

Tu passes des soirées entières à te documenter
De programmes d'entraînement en techniques d'amélioration de la foulée en passant par la nutrition du coureur de fond et l'intérêt de ne pas oublier l'endurance fondamentale entre deux séances de fractionnés... Des heures de lecture que je n'ai même pas vues passer ! (Tu comprends pourquoi je n'avais plus le temps de bloguer ?)
Ou comment apprendre que VMA ce n'est pas "Va Mourir Andouille !", que "travailler au seuil" ce n'est pas faire ses devoirs sur un pas de porte, et qu'il n'y a pas de preuve scientifique que la compression améliore les performances mais les manchons sont tellement funky que pourquoi pas ?

Tu te demandes si ça vaut bien le coup de sortir pour "juste 5 km"
Tu te surprends à décliner les invitations à courir au parc de la copine qui crache ses poumons passée la première boucle, à te demander si courir à peine 5 km justifie de devoir se relaver les cheveux (Oui parce qu'on transpire de la tête aussi, je vous l'avais pas dit ?) alors qu'ils sont tout propres de hier, et tu te dis que payer un dossard pour une "petite course de rien" (comprendre : moins de 10 kilomètres) c'est vraiment a-bu-ser. Que de chemin parcouru en à peine une année.

Et surtout ...
Quand un petit bobo te tient éloignée de tes baskets pendant un mois ... Tu es tellement frustrée, à cran et en manque... Que dès que possible tu t'y remets. Toute seule. Sans coups de pied au tubercule ni tous les chiens de l'enfer à tes trousses.
Et ça, pour la reine des Patates de canapé, c'est LE signe qu'elle est devenue une coureuse.


mardi 30 juin 2015

La Potato-"poignées d'amour"-planche

Comme promis hier (Et après je vous JURE on change de sujet), voici le programme de juillet.

Le principe, c'est de continuer à plancher "normal" tous les jours QUOI QU'IL ARRIVE mais on cesse de rajouter du temps (Je ne sais pas vous mais moi je sens le danger pour mes lombaires). A la place, histoire de rester motivées, on rajoute... la planche latérale. Pour que nos poignées d'amour se fassent a-to-mi-ser avant la fin de l'été.

Etape 1 : on fait la planche classique pendant une durée fixe, égale au maximum qu'on avait atteint CONFORTABLEMENT fin juin.
Pour votre tubercule préféré, ce sera donc 1 minute 40.
Si votre planche confortable c'est 1 minute, vous faites 1 minute; si c'est moins, vous faites moins; et si vous prenez le train en route, bah vous pouvez combiner la Potato-Planche de juin avec progression dans la durée ET la Potato-planche de juillet. Chacune fait comme elle le sent, le but c'est avant tout de NE PAS SE BLESSER !

Etape 2 : on rajoute une planche sur le côté (Les DEUX côtés, hé hé hé), de durée progressivement croissante ET en variant les exercices histoire de ne pas s'ennuyer (Et de ne pas y passer 3 plombes non plus, rapport à notre flemme petit dos fragile et notre agenda surbooké).

Comme ceci...

side_plank_two_sides.jpg

Sans oublier cela...

side-plank-jambe-levee.gif
Le planning détaillé :

Jour 1 = 30 secondes en planche latérale
(30s x 2 car je rappelle, il y a DEUX côtés, n'essayez pas de tricher)
Jour 2 = 30 secondes en planche latérale avec la jambe tendue levée
(La jambe du dessus, forcément, paske si t'essayes de lever l'autre, t'es mal barrée)
Jour 3 = 30 secondes en planche latérale avec la jambe tendue levée ET on fait des battements de haut en bas, leeeentement et de façon contrôlée (Le tout sans que la position de planche ne soit modifiée) (Et en particulier, on ne s'effondre pas avec l'épaule qui remonte vers l'oreille, sinon gros risque de bobo) histoire de bieeeeen sentir ses petits muscles travailler.

Visualise le truc dans ta tête, tu vas voir ce n'est pas si compliqué.

Jour 4 = 40 secondes planche latérale
Jour 5 = 40 secondes planche latérale + jambe levée
Jour 6 = 40 secondes planche latérale + battements de jambe
Jour 7 = repos bien mérité

Jour 8 = 50 secondes planche latérale
Jour 9 = 50 secondes planche latérale + jambe levée
Jour 10 = 50 secondes planche latérale + battements de jambe
Jour 11 = 55 secondes planche latérale (Oui je sais, tu me hais)
Jour 12 = 55 secondes planche latérale + jambe levée
Jour 13 = 55 secondes planche latérale + battements de jambe
Jour 14 = repos encore mieux plus mérité parce que cocoricoooo, c'est le 14 juillet

Jour 15 = UNE MINUTE planche latérale
(Oui oui, tu as bien compté, ça fera au moins une minute en planche de face, et une minute de chaque côté) (Nous sommes fortes, nous sommes motivées)
Jour 16 = 1 minute planche latérale + jambe levée
Jour 17 = 1 minute planche latérale + battements de jambe
Jour 18 = 1 minute 10 s. planche latérale
Jour 19 = 1 minute 10 s. planche latérale + jambe levée
Jour 20 = 1 minute 10 s. planche latérale + battements de jambe
Jour 21 = on se repose et on se motive pour la suite...

Jour 22 = 1 minute 15 s. planche latérale
Jour 23 = 1 minute 15 s. planche latérale + jambe levée
Jour 24 = 1 minute 15 s. planche latérale + battements de jambe
Jour 25 = 1 minute 20 s. planche latérale
Jour 26 = 1 minute 20 s. planche latérale + jambe levée
Jour 27 = 1 minute 20 s. planche latérale + battements de jambe
Jour 28 = REPOS !!

Jour 29 = 1 minute 30 s. planche latérale (On PEUT le faire !)
Jour 30 = 1 minute 30 s. planche latérale + jambe levée
Jour 31 = 1 minute 30 s. planche latérale + battements de jambe

Motivées ?
On commence demain.


lundi 29 juin 2015

La Patate ayant planché tout l'été

Enfin ça, c'est le projet, si vous me suivez.
Pour l'instant la Patate, elle a planché tout le mois de juin, et c'est déjà en soi un exploit.

Pause.
Le temps que tu t'extasies.



Vas-y, encore un peu...



J'avais déjà noté l'an dernier que le "défi de la planche" version classique qu'on trouve sur internet n'était pas pour moi : impossible d'arriver à 4 minutes quotidiennes en à peine un mois.
D'abord il faut être réaliste, je n'aurai jamais assez de muscles pour ça, mon bide c'est 80% de gras et je n'ai rien dans les bras.
Et puis surtout, à trop vouloir augmenter la durée que l'ont "tient" en planche statique, on finit par perdre la bonne position. Et comme le dit un vieux proverbe patatesque : "on ne travaille rien si on a le cul trop haut, mais si on a le cul trop bas on se fait mal au dos" (Oui je sais, c'est magnifique, tu peux me citer si tu veux).

Je ne sais pas vous mais moi je n'aimerais pas DU TOUT me flinguer les lombaires à cause d'un stupide défi sur internet; c'est pour ça que je nous avais concocté la Potato-Planche : le défi à la mesure des flemmasses molles du bide motivées-mais-pas-pour-se-blesser.

Planche-6.jpg

Je dis MERCI à toutes celles qui m'ont botté le tubercule suivie, accompagnée dans l'effort quotidien sur fesse de bouc, encouragée par leurs commentaires ou leur exemple (Juste savoir que je n'étais pas la seule à galérer, c'était déjà énorme) ou cette merveilleuse photo du pape en train de plancher à nos côtés (Le fou-rire !) parce que sans vous, j'aurais déjà abandonné.

Alors que là, non seulement nous avons planché pendant un mois, mais dès le 1er juillet, on remet ça !! OUI, ON VA PLANCHER CET ETE :-D
Cache ta joie.

Je vous propose une Potato-Planche spéciale "poignées d'amour".

Le principe, grosso modo : on continue avec la Potato-planche normale, de face, d'une durée fixe égale au maximum qu'on avait atteint confortablement fin juin ET on rajoute une planche sur le côté (Les DEUX côtés, hé hé hé), de durée progressivement croissante ET en variant les exercices histoire de ne pas s'ennuyer (Et de ne pas y passer 3 plombes non plus, rapport à notre flemme petit dos fragile et notre agenda surbooké).

Demain je vous blogue mon plan détaillé.
oO0 (Oui je sais, ce suspense va te tuer)
oO0 (Patate Pourrite powaaaaaa)

Qui en est ?


- page 2 de 7 -